Petites vacheries entre (faux) amis


IMGP4937Voici plus de cinq ans que je collabore à ce site, par des textes et des photos. Certes mon domaine n’est pas la politique locale, et de ce fait reste marginal. Tant mieux. Quand rien ne se passe qui soit sujet à polémique, disons une dizaine (réintroduction de l’ours, projets palois, LGV, etc), quelques rédacteurs ouvrent les portes d’une autre réflexion, d’un langage différent parfois légèrement hermétique, mais rarement toc.
Ces rédacteurs n’apportent rien de concret, aucune polémique envers celles et ceux qui, de toute manière, ne changeront pas d’avis. Ils ne rebouchent pas les nids de poule de nos rues crevassées, ils extrapolent des lieux que la réalité a depuis longtemps oublié, ils rêvent de cités qui ne soient pas taiseuses, bref, ce sont des farfelus qui s’expriment en une liberté de parole qui, hélas, n’appartient qu’à eux. Pour ces raisons, je vous demande de les ratiboiser en cochant la première étoile en haut à gauche de leurs articles : « médiocre ». Et ce, afin de conserver à ce site sa ligne éditoriale : de la citoyenneté sérieuse, de la critique rigoureuse, un zeste d’ennui, des points de vue récurrents et un discours qui tourne autour de Pau avec ses pistes cyclables et ses nids de poule, son environnement dégradé, ses rues qui penchent du côté où elles s’apprêtent à tomber.

A contrario, sur les rives du gave aux eaux politiques torrentueuses, vous trouverez, durant les saisons électorales, de pleines complaintes d’intervenants divers et variés, de ces rédacteurs qui ne rédigent qu’en temps utiles, car ils n’ont, hors saison, visiblement rien à dire de la vie, du temps qui passe des rivières qui coulent, rien ! Ils attendent la prochaine échéance : régionale, présidentielle, municipale, pour intervenir… Alors, de nouveau, ils viendront faire virevolter leur plume fertile quelques petites semaines, spadassins de la rhétorique partisane. Le temps de naître pour vite disparaître, une fois la tâche accomplie. Pourtant, quand on veut participer à un site citoyen, on ne se contente pas d’écrire des articles purement électoraux, on se doit de conjuguer sa vie sur les douze mois de l’année, ne serait-ce que par respect pour le bureau d’AP, qui fait un travail énorme pour assurer la pérennité du site. Mais qui veut pérenniser ce site ? Quelques indiens, indigènes urbains ayant de rares accointances dans les campagnes piémontaises, qui ne baissent pas les bras face à la grande cavalerie du média régional, qui distribue ses articles au compte-goutte, les répartissant sur plusieurs tabloïds aux semblables vertus. Ici, comme en Midi Pyrénées et ailleurs. Information servie comme de la bonne soupe pour un lectorat affamé de nouvelles prédigérées. Le journalisme est un métier qui nécessite une logistique, une rigueur certaine et demande des capacités morales et financières conséquentes aux antipodes de l’amateurisme que nous représentons. Le rôle que peuvent jouer des sites comme AP serait de les appuyer, les aider dans leur recherche de la vérité des faits, par l’argumentation née de témoignages, par des questionnements simples, des apports de la vie en soi. C’est le rôle de la Presse de faire montre de pédagogie, d’expliquer, d’enquêter, d’éclaircir ce qui reste indéfiniment obscur, caché, tordu, factice, mensonger…

La vérité des fées. Mais qui (de ces rédacteurs hyper intermittents) veut du rêve, sur ce site, qui veut admettre qu’en perdant la partie de campagne il en entamera une autre plus féconde ? Aucun !
Mais où se perche ma grande honte, c’est avant tout dans le silence. Le vôtre. Oui, le vôtre, lecteurs, lectrices. Quand il est si simple de s’exprimer, tant les thèmes sont divers, le quotidien plein d’imprévus, la vie remplie de parfums, de sensations, de rires, d’anecdotes, de deuils, d’innombrables faits qu’il serait tant aisé de partager avec d’autres (ce que l’on nomme le lien social).

Comme dit le proverbe : « c’est sous les marronniers que naissent les plus beaux bébés ». Qu’attendez-vous pour vous y mettre, qu’on rende la sieste obligatoire ?

Par AK Pô
05 05 2015

Ptcq

IMGP4942

 

Comments

  1. Je suis plutôt d’accord avec mon ami Karouge.

    Le présent site, au demeurant excellent, doit marcher sur ses deux pieds.

    A savoir un site politique et local au sens concret du terme avec les valeurs de diversité des points de vue, de respect des individus, et d’un hauteur de vue au delà des pâquerettes fusent-elles ( les pâquerettes) paloises et plantées par l’archange de Bordères notre nouveau Henri de Navarre qui se verrait bien succéder à François 1 er roi des hollandais.

    Néanmoins un pendant culturel éventuellement littéraire ou ouvert à toutes les questions de société doit exister pour donner de la hauteur et de l’air et ne pas tourner autour des mêmes petites affaires paloises .Un moyen également d’en attiser l’attractivité au delà d’un cercle étroit d’initiés. D’autant que l’expérience montre qu’il est excellemment référencé.

    A tout le moins comme son nom l’indique de s’ouvrir à l’ensemble du Béarn des pays de l’Adour et des Pyrénées voire du grand sud ouest.

    D’où ma suggestion, peut-être techniquement impossible, de comptabiliser et de rendre visible les lecteurs pour vérifier que les textes trouvent un lectorat minimal .Le cas échéant un moyen d’en tirer les conséquences.

    Allez Antoine formons un axe contre ces bourgeois de Pau avec Marina comme présidente d’honneur inamovible et éternelle ..Comme l’éclat de ses yeux vairs…

    • PYC: « D’où ma suggestion, peut-être techniquement impossible, de comptabiliser et de rendre visible les lecteurs pour vérifier que les textes trouvent un lectorat minimal .Le cas échéant un moyen d’en tirer les conséquences. »

      Bon, je peux vous affirmer, PYC, que si vous portiez une plus jolie cravate en semaine et que vous ne vous rasiez plus le WE pour aller voir Marina, vous seriez surpris du nombre de lecteurs et surtout de lectrices qui vous lisent (idem pour moi) et vous apprécient. Certes, j’en détourne en amont quelques unes, mais pour uniquement assurer mon propre lectorat côté Bigorre. (car Bernadette la bergère lourdaise me surveille du coin de l’oeil tout comme vous la Vielha d’Oulouroun! -Gode bless them-)

      • Cher Antoine

        Si vous fréquentez un bergère lourdaise je suis entré en très forte amitié avec une vraie bergère au dessus de Tournay la ville natale de Francis Jammes. Un garçon qui, à ce que je me suis laissé dire, ne fréquentait pas Marina éblouissante et sensuelle comme un soleil de juin …

        Une bergère qui élève des moutons noirs ( Ouessant et camerounais pour les initiées) plus trois paons magnifiques et quelques chiens et une chatte Tout cela face au PYC du midi l’olympe alanguie de nos amis toys….

        Il arrive que la littérature rejoigne la réalité ….
        Et que no chères amies les dames (trop absentes sur ALLPY parmi les rédactrices) y soient plus sensibles que ces messieurs sérieux tout occupés à discuter de choses essentielles comme les nids de poules sur le boulevard des Pyrénées ..

        Bien à vous,

  2. « Pour ces raisons, je vous demande de les ratiboiser en cochant la première étoile en haut à gauche de leurs articles : « médiocre » ».
    MDR
    « Et ce, afin de conserver à ce site sa ligne éditoriale : de la citoyenneté sérieuse, de la critique rigoureuse, un zeste d’ennui, des points de vue récurrents et un discours qui tourne autour de Pau avec ses pistes cyclables et ses nids de poule, son environnement dégradé, ses rues qui penchent du côté où elles s’apprêtent à tomber. »
    Derrière cela, je dirais « une certaine HONNETETE » par rapport au monde politicien avec tous ses roitelets et autres tartufes. L’honnêteté de celui qui est capable de changer d’avis, de ne pas dénoncer les privilèges du voisin tout en refusant de reconnaître les siens, de celui qui n’adhère pas aux doctrines hypocrites, de celui qui possède une ouverture -réelle- au-delà des apparences.

  3. Joël Braud says:

    « C’est sous les marronniers que naissent les plus beaux bébés ». Sans aucun doute pour celui qui veut s’en donner la peine. Mais rappelons ce qu’est un marronnier : Argot de la presse et des médias. Sujet rebattu qui reparaît régulièrement comme la floraison des marronniers d’Inde au printemps.
    On peut donc tirer un enseignement de tous les événements.

  4. Georges Vallet says:

    Bravo, ce texte a le mérite de ne pas être ni hermétique ni toc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s