«D’autres évènements bien plus graves devraient nous alarmer» écrivait Karouge.


Gv 17 06 2015La situation actuelle est marquée par des constats qui ne font que s’affirmer :

> Au niveau international les différents pays européens sont divisés, individualistes et conservateurs d’une indépendance complètement dépassée dans le monde d’aujourd’hui. C’est la dissension perpétuelle en leur sein, entre eux, et avec les autres pays du monde, proches ou lointains.

Tout le monde est «en guerre» avec tout le monde mais on ne sait pas où est la ligne de front !

>Au niveau des partis politiques, de l’extrême droite à l’extrême gauche, en passant par le centre, c’est l’incapacité de faire face à un véritable déluge auquel ils n’ont jamais été confrontés. Ils ne savent que ressasser les vieilles méthodes qui, jadis, ont eu du succès, mais qui sont maintenant complètement inadaptées. La gauche, la droite et tous les intermédiaires sont des vieux partis archaïques incapables de gérer des situations qu’ils ont eux-mêmes contribué à instaurer.

Les «has been» nous servent toujours les mêmes recettes empoisonnées.

>Au niveau des individus et des réseaux sociaux où ils s’expriment, chacun à son responsable, jamais le même bien-sûr. La seule solution c’est de l’éliminer, cela devient du «robespierrisme». Après, il ne restera plus grand chose, pas même Robespierre, si mes souvenirs sont bons ! Ce qui est grave, ce n’est pas la recherche du «responsable, c’est le fait qu’on ne soit plus capable de le désigner ! Les têtes à couper, du bon vieux temps, chez nous, c’est fini, il y en a trop !

«On veut se battre mais on ne sait plus contre qui !» (Jean-Claude Guillebaud)

> L’électeur est incapable de saisir, et par suite de croire, les «subtilités» des mots creux de la langue de bois ; le programme, pour se faire élire, n’est jamais suivi et c’est normal, la donne économique et sociale change trop vite.
Aucune promesse ne peut être tenue dans un monde en ébullition c’est-à-dire où les molécules s’entrechoquent de plus en plus souvent, où les «bulles» se forment, où la vaporisation disperse !
Les médias font de l’audience qui paye en diffusant des ragots, des info déformées ou non contrôlées, toutes les réactions critiques sur des faits divers qui deviennent une affaire d’État sans aucun rapport avec les vrais problèmes.

«une politique de l’autruche qui est bien plus catastrophique quant aux sujets qui nous occupent que ces plumes qui font jaser les radios télés» Karouge.

>Le Français moyen ne sait plus contre qui il doit lutter :

  •  Contre les patrons ? Vieux réflexe qui a eu sa raison d’être à une époque, mais qui est hors d’usage maintenant; «les patrons» sont aussi divers que les français eux-mêmes; entre les gestionnaires d’entreprises du CAC 40 et le patron d’une petite ou moyenne entreprise, c’est la nuit et le jour ; beaucoup de ces derniers ont désormais les mêmes préoccupations et la même angoisse que leurs salariés face à la finance et à la mondialisation.
  •  Contre les marchés financiers ? Comment peut-il s’infiltrer dans la faille de cette nébuleuse spéculatrice qui irradie partout ses métastases dévastatrices ? Il compte sur ses représentants, dans la même situation que lui, sans l’avouer.
  •  Contre le gouvernement ? Plus facile, c’est le bouc émissaire, chacun y va de son déversement de sarcasmes, d’injures.. Il faut les supprimer tous ! Pour mettre qui à la place ? L’offre politique est toujours la même.

On est arrivé à un point où on ne sait plus qui sont les exploiteurs, les exploités, les vainqueurs, les vaincus, les riches, les pauvres, les salauds, les tricheurs…Le monde est allé beaucoup plus vite que les idées.

Et même pour les idées, les «intellectuels de service»sont devenus aveugles, sourds et muets.

Peut-on trouver une explication à ce désarroi ?
La différence fondamentale entre le passé et le présent est que, par le jeu de la démographie, d’une plus grande connaissance, de la mondialisation et des Nouvelles Technologies, le nombre des relations et interactions a pris des valeurs exponentielles.

Les NTI ont aplani les hiérarchies et ont donné la parole à tous.

«La voix notait (périodiquement) son vote sur un bulletin écrit, local et discret ; elle occupe aujourd’hui la totalité de l’espace. La voix vote en permanence. L’avenir de la planète, de l’environnement, etc., tout est bousculé, menacé, il n’y a plus que de la motricité ; plus de spectateurs mais des acteurs. Celui qu’une ancienne publicité dessinait comme un chien n’entend plus la voix de son maître, il n’y a plus de maître.» M.Serres. Petite Poucette.

Le seuil d’instabilité est franchi.

J’ai évoqué à de nombreuses reprises les dangers de l’utilisation, comme maintenant, de la méthode analytique, réductionniste, linéaire, pour gérer une globalité, en l’occurrence un individu, une ville, un pays…..le monde.
Le modèle à suivre n’est pas le modèle allemand parce qu’il a fait ses preuves depuis quelques années seulement (et pour combien de temps ?), mais le modèle utilisé par l’évolution car il a réussi depuis des millions d’années pour l’espèce humaine et des milliards d’années pour la Vie.
Le logiciel biologique utilise le raisonnement systémique ; il part du principe que tout ce qui a un rapport avec la vie, tant sur le plan biologique que culturel, au sens très large du terme (éducation, économie, finance…), fonctionne globalement par interrelations et interactions entre ses constituants.

L’important, ce n’est pas le nombre des constituants mais la qualité des liens, l’équilibre des rapports, l’émergence qui en résulte.

Il en est de même dans tout l’univers,

sauf dans la tête des hommes de la modernité !

Un tout petit exemple : qu’y a-t-il de plus réductionniste que de considérer qu’on forme une tête bien faite pour aborder le monde en mettant, côte à côte, dès le premier cycle des collèges, des filières spécialisées avec des barrières entre elles !

La vie, la culture, est l’émergence d’une «transdisciplinarité».

«Comme l’indique le préfixe «trans», la transdisciplinarité est la posture scientifique et intellectuelle qui se situe à la fois entre, à travers et au-delà de toute discipline. Ce processus d’intégration et de dépassement des disciplines a pour objectif la compréhension de la complexité du monde passé, présent et futur, envisagé dans une perspective transversale, à la fois dans l’espace et dans le temps.»  Lionel Dupuy UPPA).

C’est grâce à leur perception de la transversalité que :

  •   Les philosophes de l’Antiquité ont fait progresser la connaissance de l’univers.
  • Les philosophes des Lumières ont fait évoluer la connaissance du monde et ont transformé la société.

L’individualisme, la compétition, la recherche du meilleur dans un domaine, donc la vision analytique moderne, ne permet pas de construire (synthèse), elle détruit la transversalité donc les liens entre les choses, conduit à la violence, au non respect des autres.

Que les enseignants revendiquent des heures de formation car, pour le collège, c’est une révolution intellectuelle et professionnelle, c’est évident ; mais qu’ils s’opposent à une approche transversale, c’est incompréhensible.
Je suis persuadé que la motivation de l’enseigné serait infiniment plus grande si on introduisait les différentes disciplines, dans les collèges, à partir d’une situation qui leur parle. Imaginons toutes les disciplines qui participent au monde professionnel du sport, de l’agriculture, du développement durable, de la gastronomie…..et celles que devrait maîtriser le journaliste, le politique….
Par contre, progressivement, à partir de la troisième, l’espace strictement disciplinaire prendrait de plus en plus d’importance afin de préparer l’entrée dans le monde du travail et le choix de ceux qui poursuivront dans le supérieur, haut lieu de la spécialisation où des groupes de réflexions transdisciplinaires devraient se généraliser pour passer de l’analyse à la synthèse, comportement essentiel oublié ; ce fut le cas à l’UPPA jadis. Il ne s’agit donc absolument pas de supprimer les enseignements disciplinaires, même en collège, mais de les introduire à la fois en parallèle et autrement, de la façon dont ils interviennent dans le temps et dans l’espace, donc dans la réalité.
Faire fonctionner la transversalité dans la gestion de l’entreprise, d’une ville, d’un pays…c’est aussi une toute autre façon de motiver les différents acteurs.

Quant à la transparence, c’est un grand pas pour voir chez les autres mais un bien petit pas pour construire ensemble.

 

 – par Georges Vallet

Crédit photos : idaquest.or

 

 

Comments

  1. Michel LACANETTE. says:

    On vit une époque curieusement formidable. Nos dirigeant nous ont convaincu que le futur n’ a plus d’ avenir, alors de quoi pourrait on encore se plaindre. Seule notre croyance dans le veau d’ or pourra nous sauver.

    • Les politiciens-roitelets-clientélistes ne sont pas les seuls en cause.
      Quand personne ne dit rien devant les aberrations les plus simples et les plus objectives d’une ville, je crois que c’est la société qui est également en question.

  2. « Le modèle à suivre n’est pas le modèle allemand parce qu’il a fait ses preuves depuis quelques années seulement (et pour combien de temps ?), mais le modèle utilisé par l’évolution car il a réussi depuis des millions d’années pour l’espèce humaine et des milliards d’années pour la Vie. »

    Comme toujours GV évolue à des années lumières de la réalité quotidienne dans un monde utopique dont on ne voit pas vraiment ce qu’il est.

    Certes, beaucoup de ses affirmations et de celles des auteurs sur lesquels il s’appuie sont vraies, mais une fois de plus on ne voit pas du tout quel monde idéal nous propose GV à terme, et surtout, et avant tout, quelles sont les mesures concrètes à prendre aujourd’hui, par quelles étapes clairement définies il faut passer pour atteindre ce paradis sur terre.

    Nous connaissons 5% de notre univers dont tout le reste est constitué de matière noire et surtout d’énergie noire, c’est comme le monde de GV.

    « Quant à la transparence, c’est un grand pas pour voir chez les autres mais un bien petit pas pour construire ensemble. »

    Pour construire ensemble il faut connaître « l’autre » avoir une réelle confiance et la transparence, comme la sincérité est une des valeurs fondamentale.
    A contrario, ne pas appliquer une transparence totale c’est introduire la défiance qui empêche toute construction commune.
    Allons Georges, soyez positif sur cette démarche qui elle, est bien concrète, et indispensable pour construire ensemble, même si ce n’est qu’un petit pas…

    • Georges Vallet says:

      «Comme toujours GV évolue à des années lumières de la réalité quotidienne dans un monde utopique dont on ne voit pas vraiment ce qu’il est.»

      La réalité quotidienne, un contenant qui mérite qu’on y mette un contenu; une partie nous est fournie par notre expérience personnelle, par nos lectures, par les médias; c’est l’actualité dans le monde, en Europe, dans notre pays, notre région, notre ville:
      Le social:le problème des migrants, les problèmes religieux, ceux liés au chômage, à la famille, au logement, à la vie dans le monde du travail, dans la ville, à la santé…
      L’environnemental: la pollution des mers, des rivières, des nappes phréatiques, la montée de la mer est les dégâts qui en résultent lors des grandes marées, le réchauffement et les perturbations violentes qui en résultent, la pollution de l’air par l’industrie, l’agriculture, la circulation sur les autoroutes et en ville…
      les problèmes alimentaires liés à l’industrialisation, aux pesticides, herbicides……
      le politique.
      le culturel comme l’enseignement, l’art, la littérature, le cinéma, la production artistique des médias…

      A la lecture de vos interventions, pertinentes sans doute, croyez-vous parler de la véritable réalité quotidienne en limitant vos recherches et déductions à la sphère politique, régionale et locale, le plus souvent, et aux impôts de ce ceux qui ont la chance d’en payer!

      A mon tour de vous dire que vous en êtes à des années lumières!

      Sortez de votre bulle, investissez-vous dans tous les domaines qui participent à la vie d’une communauté humaine, à son passé (question du bac), à ses préoccupations de tous les jours, à ces aspirations pour l’avenir….Et vous constaterez qu’avant d’aborder «les mesures concrètes clairement définies à prendre aujourd’hui», il faut d’abord, même si je n’en conteste pas l’importance, se fixer d’autres objectifs que d’obtenir la transparence des comptes publics!

      Le monde de DS s’occupe d’une partie infinitésimale de tout le monde qui nous entoure, infiniment moins que les 5% du mien!

      La réalité quotidienne est un ensemble complexe; la moindre des choses serait de s’informer sur ce que c’est, comment fonctionne ces ensembles que nous sommes individuellement et dans lesquels nous sommes plongés et de développer la modestie des affirmations qui en résultent du fait des incertitudes qui nous dépassent.
      Votre questionnement sur «les mesures concrètes à prendre aujourd’hui, par quelles étapes clairement définies» montre que vous êtes conditionné par la pensée unique du raisonnement linéaire: une cause, une conséquence, un mal, un remède..La thérapeutique, c’est tout autre chose! Cette méthodologie réductionniste n’a rien à voir avec la façon d’aborder la gestion systémique du complexe. Il n’y a pas de mesures miracles, il y en a une infinité convergentes liées à la matérialisation d’un changement de paradigme. Le Pape lui-même vient d’en convenir, une véritable révolution théologique pour une structure ordinairement figée dans le dogme.

      • Mais Georges éclairez nous !
        Quel changement de paradigme ? Quelle société idéale nous proposez vous ?
        Expliquez vous, les français veulent savoir …dirait un journaliste bien connu
        Que proposez vous concrètement pour faire évoluer notre société vers votre société idéale?

        « Il n’y a pas de mesures miracles, il y en a une infinité convergentes liées à la matérialisation d’un changement de paradigme »

        Peut être mais avec mon QI limité je ne suis pas avancé du tout, mais pas du tout.

        • Georges Vallet says:

          1)) Je n’ai jamais évoqué de société idéale ; Hélas!
          2°) Ce n’est pas une question de Qi mais de connaissance; je vous invite à vous rapprocher des études et écrits relatifs à la complexité, même sur Internet vous trouverez des explications. Vous pouvez aller aussi à raisonnement linéaire et systémique.
          3° Paradigme? Je ne doute pas que vous sachiez ce que cela veut dire, c’est un sujet de plus en plus prononcé, même le pape l’a employé dernièrement pour évoquer la nécessité d’en changer; il faut élargir le champ de vos préoccupations. Vous intéresser par exemple à l’écologie scientifique, pas politique, car cela n’a rien à voir!
          4) Quand à l’éclairage, vous devriez l’obtenir en vous informant et en lisant certains auteurs comme Edgar Morin, Joël de Rosnay, Marc Halevy…..
          Après, à votre disposition, si vous le souhaitez!

          • Avec une telle réponse votre cause ne va pas beaucoup progresser…
            Et si je me retourne vers votre disciple Karouge pour obtenir des explications je ne suis pas sûr que l’on reste dans notre monde visible et compréhensible.

            Vous ne voulez donc pas montrer votre voie aux lecteurs d’AP ?
            Quelle société voulez vous? et comment y parvenir ?
            On attend avec impatience…

            • Georges Vallet says:

              Vous voulez que je réponde à toutes vos questions en quelques lignes? C’est de la plaisanterie ou de la provocation!
              Une chose est certaine, il est inutile de se « décarcasser » à vous donner des pistes d’information; votre réponse montre que vous n’en tenez pas compte!
              Relisez mes conseils à nouveau, si vous souhaitez vraiment vous informer et comprendre ce que je tente d’expliquer; croyez-moi, ce serait très maladroit de tourner en ridicule des « explications scientifiques de notre monde visible » qui se vérifient chaque jour un peu plus. Après, si vous le désirez sincèrement, je reste, « avec impatience », à votre disposition pour en discuter.
              Puisque vous parlez de « voie », je vous signale un travail remarquable d’E.Morin intitulé « La Voie ». Un bon départ pour une réflexion personnelle.

              • Edgar Morin dont vous reprenez les thèses en permanence ne propose rien de concret pour le présent.
                Des bons sentiments de solidarité sous tendus par le communisme, le socialisme, et l’écologie.
                « a un moment donné viendra une métamorphose … »
                Et d’ici là?

                • Georges Vallet says:

                  1)«Edgar Morin dont vous reprenez les thèses en permanence»

                  Pas en «permanence» mais souvent quand il est question de complexité; je partage en effet son analyse et ses solutions; je regrette qu’il ne soit pas lu plus souvent, cela changerait bon nombre de visions de notre monde.

                  «ne propose rien de concret pour le présent »»

                  Tout à fait inexact , vous n’avez pas lu la voie; ce ne sont que des propositions concrètes, mais bien sûr, jugées « farfelues » et incompatibles, par la pensée néolibérale.

                  2)«Des bons sentiments de solidarité sous tendus par le communisme, le socialisme, et l’écologie»

                  Sentiments? Les partis politiques sont plus porteurs d’idées ou de valeurs que d’affectif donc de sentiments. Les exemples ne manquent pas!
                  Quant à l’écologie , c’est une science, elle n’a pas de sentiments! Vision à revoir!

                  3)« a un moment donné viendra une métamorphose … »
                  «Et d’ici là»?

                  Et bien, d’ici là, si rien ne change, une chose est certaine, ce n’est pas en continuant comme vous le souhaitez apparemment que les choses ont des chances de s’arranger. Même si on réalise la transparence de l’utilisation des fonds publics, si on supprime les fonctionnaires, les départements, un grande partie des députés, si on réduit les impôts…, cela n’empêchera pas «d’aller dans le mur», les causes profondes ne sont pas là; on assiste à la faillite du paradigme du libéralisme, c’est de plus en plus évident quand on voit l’évolution de la finance internationale (spéculation, la Grèce….), de la différence des revenus (pauvreté, logement, chômage..), de la vie sociale (biens publics, harcèlement, violences…), la pollution de plus en plus redoutable pour la santé, le refus de l’autre, les incapacités de gérer humainement la situation des émigrés…

                  L’espoir, est que des signes indubitables indiquent que la métamorphose est en marche: développement d’une économie parallèle, prise de conscience: du désastre écologique, humanitaire, des difficultés pour circuler en voiture en ville, des développements des cancers, allergies, de la baisse de la biodiversité (abeilles…)…
                  Elle est entrain de s’accomplir sous nos yeux, malheureusement les résistances sont énormes; il faudra beaucoup de temps avec des chocs en retour, comme dans l’évolution biologique; l’issue est donc encore incertaine. Plus ce sera long plus ce sera dramatique!

  3. je suis (assez) (plutôt) (tout à fait) d’accord avec G. Vallet quand il ne cavale pas trop vite dans ses propres idées, trop théoriques pour le poney que je suis. Il me faut donc une boutade pour agrémenter mon commentaire.
    GV: « Peut-on trouver une explication à ce désarroi? »
    Oui. Depuis qu’Oscar a quitté le pont, Altpy ferraille. Heureusement, Nicolas Hulot tente, en toute modestie, de convaincre le pape François à se présenter aux présidentielles de 2017. Le palais des Papes d’Avignon serait alors le nouveau palais présidentiel.

    La preuve ici : http://www.franceinter.fr/emission-la-tete-au-carre-a-6-mois-de-la-cop-21-quelle-mobilisation-face-au-climat
    Merci de nous instruire, GV, et de laisser RDV et maître Sango corriger nos utopies du Bac à lauréats , des abaques et de l’eau miraculeuse du bac.
    http://www.lemonde.fr/afrique/video/2015/06/16/au-maroc-des-filets-capturent-le-brouillard-pour-le-transformer-en-eau_4655197_3212.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s