Changer la forme sans changer le fond, c’est oublier qu’un train peut en cacher un autre.


GV 08072015«Alternatives Pyrénées», par la «voix» de ses spécialistes, nous informe régulièrement sur le «scandale qui règne dans notre mille feuille territorial : gabegie financière, mensonges des élus, laisser faire de l’opposition, myopie des media». D.Sango.

Si tout cela est patent et inadmissible, il ne doit pas masquer d’autres scandales bien plus alarmants pour notre avenir, d’un point de vue financier, économique, social, environnemental, de santé publique….Nos «experts» de tout poil, toujours prompts à manifester, sans modération, le manque de transparence, l’épaisseur du mille-feuille dépensier territorial, la gabegie, le professionnalisme de nos élus, etc., ne semblent pas se rendre compte que le fondement leur échappe !
Il ne suffit pas, loin de là, de changer la forme comme on ne cesse de le répéter; cela permet, c’est vrai, de libérer son adrénaline, de créer de nombreux échanges, mais, en fait, ce n’est que du bricolage qui permet de s’imaginer que «sa» vérité appliquée résoudrait le problème.
C’est le fond, c’est-à-dire la philosophie des comportements (encore les idées !) qui est à revoir. Redoutable, impossible, diront certains ! Sans doute, mais il n’y a pas d’autre issue, non pas pour le meilleur des mondes mais pour un monde simplement un peu moins mauvais ; la nature n’a pas pour vocation d’être bonne !
La philosophie responsable est ce comportement qui prétend qu’en laissant les marchés s’auto-réguler, l’équilibre social suivrait. On le saurait depuis le temps ! La liberté des marchés, de la production, de la consommation, de la pollution, de la spéculation, la nécessité d’une croissance infinie, source d’un bonheur pas encore prouvé(!), conduit irrémédiablement à «la gabegie financière, mensonges des élus, laisser faire de l’opposition, myopie des media».
La nécessité de produire, consommer, s’équiper…, toujours plus, de l’individu à la nation, oblige à recourir constamment à l’emprunt, une affaire pour les créanciers, un remboursement souvent «difficile» pour les autres!
La croissance infinie, la consommation jamais suffisante, stimule un gaspillage sans limite. C’est la réussite totale à ce niveau. La plupart des élus et leurs électeurs, les «experts !», sont les adeptes de cette philosophie.

Croissance et gaspillage sont devenus les deux mamelles de notre société.

En bout de chaîne, c’est le réchauffement climatique dont nous avons un aperçu en ce moment avec les désagréments et surtout les retombées catastrophiques au point de vue économique, sanitaire et social.
En dehors des gaspillages dénoncés au niveau local, citons :
Le Gaspillage fiscal.
60 à 80 milliards d’euros rentreraient dans les caisses de l’Etat chaque année si l’administration française percevait intégralement le montant de la fraude et de l’évasion fiscales, selon une estimation syndicale citée par Bernard Cazeneuve. En cause : les entreprises fraudant sur la TVA ou sur le travail au noir ; les grosses multinationales contournant la loi pour réduire leur taux d’imposition sur les sociétés, les particuliers plaçant leur épargne dans les paradis fiscaux ou échappant à l’impôt sur leurs revenus, etc.
Le Gaspillage d’énergie.
Energie bon marché, transport par camions, voiture pour aller chercher, à 100m, son pain ou conduire l’enfant à l’école, température domestique élevée l’hiver, climatisation source de bronchite l’été, isolations insuffisantes(23°C dans la vielle ferme familiale de Chalosse, 30°C à Pau dans la maison moderne «isolée» !), utilisation de gadgets et publicité énergétivores, autant de dépenses à payer. Passons sur les appareils électroménagers, les téléviseurs, dont on n’éteint plus la veilleuse, l’horloge, les NTI dévoreuses d’énergie. Recyclage insuffisant, empreinte écologique énorme : déchets polluants, gaz à effet de serre, contribution au réchauffement planétaire, à la pollution thermique et sanitaire locale(ozone).
Les sommes englouties dans la recherche et l’exploitation du nucléaire, du stockage des restes, le sauvetage d’Areva, sont colossales ; l’Etat paye, donc le contribuable.

Pendant ce temps le soleil brille ; que d’énergie non utilisée !

L’obsolescence programmée rapporte aux uns et coûte aux autres, pas les mêmes !

  • Obsolescence de qualité: diminution volontaire de la qualité et de la durée de vie des produits.
  • Obsolescence esthétique: suivre une mode qui change constamment.
  • Obsolescence fonctionnelle : ajouter sans cesse des nouvelles fonctionnalités à un produit déjà sur le marché, rendant le modèle précédent très vite obsolète.

Le Gaspillage des ressources naturelles.
Par exemple, en 2007 on aurait détruit, au niveau mondial, mais la France a sa part :
3,9 milliards de tonnes de pétrole, 2,4 milliards de tonnes équivalent pétrole de gaz, 6,3 milliards de tonnes de charbon, un milliard de tonnes de minerai de fer, quelques milliers de tonnes à quelques centaines de milliers de tonnes d’autres minerais : du cuivre à l’indium en passant par tous les éléments du tableau de Mendeleïev. Destruction de millions d’hectares de forêts…..Peu importe la rigueur de ces estimations, c’est un emprunt au patrimoine naturel que l’on ne rembourse pas, une dette monumentale ! Ce résultat, même approximatif, est consternant pour l’avenir !
Gaspillage des emballages.
Des centaines de tonnes d’emballages d’aliments, d’électroménager, de vêtements, etc., finissent dans nos décharges pour être incinérés : CO2. 95 milliards d’euros sont gaspillés chaque année !
Gaspillage de vêtements.
Avec la multiplication des enseignes discount, les vêtements sont moins chers, nous en achetons plus et plus souvent. Nous nous débarrassons de 600 000 tonnes de vêtements chaque année et les trois quarts partent à la poubelle.
Gaspillage de l’eau.
Près de 2 personnes sur 10 sont privées d’eau potable dans le monde ; pour l’Institut international de l’Eau (Siwi) la moitié de celle utilisée pour l’agriculture est gaspillée.
Outre le gaspillage direct, l’adoption du régime carnivore occidental est non seulement nuisible pour la santé (nous ne sommes pas des carnivores !), mais redoutable pour le besoin d’eau que nécessite la quantité de céréales et d’herbe à produire et pour l’entretien des élevages (un kilo de viande de bœuf nécessite 15500 litres d’eau). Face à des ressources en eau qui s’amenuisent et une population humaine en croissance, la guerre de l’eau est déjà commencée (Moyen Orient).
Gaspillage agricole.
Des cultures peuvent être perdues avant la récolte en raison de maladies ou du mauvais temps (réchauffement). Les agriculteurs récoltent souvent de façon sélective, laissant des productions non conformes aux standards dans le champ, dans la mesure où les aliments seraient écartés plus tard de la chaîne.
Gaspillage alimentaire.
>Une partie des ménages occidentaux jettent des produits non consommés avant la date limite de consommation (DLC) pour cause d’achats supérieurs aux besoins (réfrigérateur trop rempli, prix bas lors d’achats en grande quantité), ou une fois la date limite d’utilisation optimale dépassée, par confusion entre les deux dates.
Selon les banques alimentaires, le gaspillage de l’ultra-frais et des fruits et légumes, dans les grandes et moyennes surfaces françaises, atteindrait 600 000 tonnes par an.
>Conseil général de l’Isère : estimation du coût 2012 du gaspillage alimentaire des collèges de l’Isère : 3 millions d’euros par an. Selon l’Ademe, le gaspillage vient également de la restauration commerciale et collective, notamment à l’hôpital, dans les cantines scolaires où près de 30% du contenu des assiettes part à la poubelle.
Chez moi, quand j’étais jeune, on ne jetait jamais un morceau de pain, c’était un symbole respecté par beaucoup ! Les valeurs ont changé !
Tous ces gaspillages (ne parlons pas des médicaments, de la pêche…) proviennent d’une utilisation coûteuse, inutile, voire nuisible, d’Energie, de Matière et d’Information.
Cette gabegie est le reflet de la philosophie sociétale comme l’est celle produite par notre mille-feuille territorial !

La société a fait le mille-feuille à son image !

Ces activités humaines parasites interviennent dans le réchauffement climatique; les retombées financières sont considérables : maladies, pertes agricoles, perturbations atmosphériques, inondations, montée de la mer, recul des côtes, désastres économiques sur les transports, refroidissement des centrales par une eau (plus chaude !) qui se raréfie, élevages industriels,….; à cela il faut ajouter l’épuisement et la pollution des «biens communs», jugés gratuits, par le fait d’une exploitation intensive de l’eau, de l’air, des ressources souterraines, de la biodiversité (abeilles, pollinisateurs).
Le coût global des dégâts causés par la canicule de 2003 aurait pesé pour 13 milliards d’euros dans l’économie française, dont 4 milliards rien que pour l’agriculture et la sylviculture.

Qu’il faille simplifier et assainir la gestion des collectivités locales, cela ne fait aucun doute, mais ailleurs aussi ! Il faudrait cependant réactualiser la cible, prendre conscience que ce sont elles qui sont confrontées aux dégâts, aux catastrophes, à la misère sociale, aux conflits… ce sont elles qui, au contact du terrain, ont à gérer les problèmes de plus en plus nombreux et importants, donc ce sont elles qui ont besoin de plus en plus d’intervenants au service du public. Petit exemple, dernièrement, Joël Braud évoquait le manque de moyen des forces de l’ordre dans son sujet sur «les caravanes».
Et l’argent, où le trouver ? Les économies de la simplification, la volonté de réduire les gaspillages sus-nommés, des économies dans l’administration centrale, des économies dans le nucléaire, suspendre les constructions de prestige, les LGV, les aides, sans résultats significatifs, à beaucoup d’entreprises,…., des transferts de priorité donc. Quand on veut, on en trouve toujours !

  – par Georges Vallet

crédits photos : huffingtonpost.fr

Comments

  1. TAXONS les vrais gaspilleurs !! TAXONS les vrais pollueurs et arrêtons de faire payer le peuple !!!

    • Georges Vallet says:

      Facile à dire, beaucoup plus difficile à faire car ils sont puissants et soutenus inconsciemment par la plupart des gens qui ne veulent pas changer leurs habitudes.
      Pour faire un jeu de mot utilisant la science de la classification des êtres vivants, je dirai que « les pollueurs sont « des taxons redoutables!

      • Non, ce sont une fois de plus nos politiques qui sont des pleutres, des moins que rien!
        Regardez l’exemple de la taxe poids lourds, votée à l’UNANIMITE de l’Assemblèe Nationale.
        Et nos comiques reculent devant quelques bretons déguisés en basques partant aux fêtes de Bayonne !
        Pire ils laissent au contribuable une note de plus d’un milliard d’euros et un manque a gagner de plus d’un milliard d’euro par an.

        Pour des raisons électoraliste le gaz oil est moins taxé sans compter les honteuses détaxations agricoles ou maritimes…

        Et les exemples sont légion !
        Cause : clientélisme
        Ils veulent être ré élus à tout prix et ratissent large, il ne faut vexer personne
        Une honte nationale.

  2. Michel LACANETTE says:

    Tous ces gaspillages décrits, ne sont que le résultat de la complexité de la société, voulue et imposée par certains pour assurer leur avenir. Une décroissance imposée n’ est sûrement pas la solution d’ avenir, la simplicité volontaire partagée par tous restera la solution d’ avenir. Voir tout ce qui se met en place actuellement avec les réseaux solidaires locaux et qui échappent totalement à la main mise de nos responsables. Ce qui les effraient particulièrement, car ils n’ en ont plus la maîtrise. Si cela continue au rythme actuel, d’ ici peu ils seront sur la touche et le réveil sera dur.

  3. Il y a de tout sur AP, certains s’occupent des choses secondaires mais concrètes, d’autre comme vous sont là pour nous parler de ce que ne doit pas être votre société rêvée. Mais à ce jour toujours pas de description concrète de ce monde idéal.
    On entrevoit qu’il implique une décroissance drastique mais impossible de comprendre comment il fonctionne…
    Allez Georges, décrivez nous en détail ce monde sans pétrole sans avion sans grands travaux, sans banque, sans multinationales, sans …etc.
    Personnellement je ne vois pas comment il fonctionne.

    • Lire : de ce que doit être votre société rêvée.

    • Georges Vallet says:

      Vous avez l’art de ne pas aborder les vrais problèmes qui vous dérangent dans votre raisonnement; comme vous ne voulez pas discuter, vous provoquez!

      Exemple: » Mais à ce jour toujours pas de description concrète de ce monde idéal. »

      Résultat dune lecture mal digérée et sans aucun rapport avec mon texte qui n’a aucune ambition de promouvoir un monde idéal.
      Je vous en rappelle, car vous n’avez pas du le lire, ce que j’ai écrit:
      « il n’y a pas d’autre issue, non pas pour le meilleur des mondes mais pour un monde simplement un peu moins mauvais ; la nature n’a pas pour vocation d’être bonne !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s