Saison 2 : Titus et sa jumelle : une histoire gémellaire et magique


Titus 8 (2)Titus roi de Bitet saigneur des Pyrénées

Après avoir fait le tour de l’inconscient du Béarn ce coquin de PYC, l’ours du haut Béarn, se lance dans une nouvelle aventure – voire une nouvelle épopée …ursine dans les circonstances de l’espèce.

Saison 2 : Titus et sa jumelle  : une histoire gémellaire et magique

Et la conversation de la saison 2 de reprendre où on l’avait abandonnée sur les paroles énigmatiques de Moussu Titus dans la saison 1.

Il semble pourtant que tu sois prêt à courir….Et ce qui me reste à te raconter dépasse sans doute, il est vrai, ton médiocre entendement ….Tu n’es qu’un homme en somme : à peine moins sot que la moyenne..

Mon cher Titus  « cathédrale de chaire venue de Mazurie

de Moravie

OK de Moravie cathédrale de chaire venue de Moravie selon ton propre discours un rien mégalomane. Tu n’as pas répondu à ma question première la seule qui vaille pour moi :

Qui est tu ?

Un ours, un mutant, un transhumaniste. Peut-être une sorte d’hibernatus : un ours des cavernes décongelé et revenu à la vie maintenant que les glaciers rendent, un à un ou par paquet (par quanta) ?, les êtres qu’ils ont engloutis. D’autant que certaines des dites cavernes parmi les plus belles du monde sont ici en Occitanie entre Pyrénées et Massif central.

A Oxocelhaya, en terre basque, au cône de l’Arago du côté de Tautavel, en terre catalane, ou aux Eyzies du Taillac en Périgord.

Se peut-il que les Pyrénées, en plus d’être la matrice de la civilisation occitane, soient également la gésine des ours occidentaux ?

Mon pauvre garçon, mon petit Pyc oloronais, tu raisonnes vraiment comme un homme : cette espèce nuisible qui s’arroge le monopole de la pensée …

Il est vrai qu’avec un effort encore un peu plus soutenu vous arriverez, vous homo(s) sapiens sapins devenus diabolicus, à détruire toute vie sur terre y compris les espèces qui, comme nous, les ours, sommes ici depuis des millions d’années.

Mais peut-être qu’à force de sous-traiter votre pensée à des machines électroniques et à trouver des amis sur fesses-boucs ou des compagnes sur Meetic, voire, désormais sur Tinder, vous deviendrez à ce point stupides et incapables que vous disparaîtrez les premiers.

Et que vous les ours redeviendrez les rois des animaux.

Peut-être. Le pire n’est jamais sûr. L’espoir est permis.

Pour revenir un peu sur terre, pour répondre à une question que tu ne me poses pas, je vais néanmoins te raconter la véridique histoire de mon arrivée ici aux Pyrénées en 1996 à Melles en Haute-Garonne, aux frontières subtiles de l’Ariège et du val d’Aran. Une histoire gémellaire et magique dans les circonstances de l’espèce.

Pour cela sur ton smartphone chinois qui t’aide à penser regarde ce qui dit de nous wikipédia  :

Entre mai 1996 et mai 1997, trois ours slovènes sont relâchés dans les Pyrénées centrales : deux femelles, Mellba et Ziva, en 1996 et un mâle, Pyros, en 1997. Les deux femelles étant gravides, elles donnent naissance à cinq oursons la même année. En 2006, cinq ours slovènes supplémentaires sont lâchés dont quatre femelles : Palouma, morte la même année, Francka, morte l’année suivante, Sarousse, qui semble stérile, et Hvala, qui a eu quatre portées pour 9 naissances en 7 ans, ainsi qu’un jeune mâle, Balou, ceci conformément au plan de restauration et de conservation de l’ours brun dans les Pyrénées françaises pour 2006-2009.

En fait moi Titus je suis le jumeau de Ziva. Autrement dit et, beaucoup plus précisément, Ziva est ma partie femelle et je suis sa partie mâle ; un peu comme le pistil et les étamines participent de la même fleur . Chez les ours de toute obédience, y compris chez les pandas, à la différence des hommes du genre homo la gémellité est un état différent, une manière singulière d’être au monde. Non pas deux corps (deux âmes ?) forcément distincts miroirs exacts l’un de l’autre qui marchent dans la vie sous deux enveloppes de chairs bien séparées …

Euh monsieur Titus, fils de Tito et beau-frère de Cannelle,  pourriez-vous être plus clair ? Je connais la vie épargnez moi vos histoires de petite graine de pistil et d’étamines.

Mon pauvre garçon je ne sais pas si tu es troublé et que, comme monsieur Picaper, tu crains la dévoration mais tu me sembles très sot et intellectuellement déficient. Néanmoins je vais essayer de faire simple :

Pourtant Chez nous les ours et, plus spécifiquement encore, chez lez ours balkaniques ou carpatiques c’est un peu moins simple. La gémellité est une double façon voire une triple façon d’être au monde  du moins quand les deux jumeaux sont mâles et femelles – plutôt quand ils sont mâles et femelles – A l’inverse des hommes que sont toujours des faux jumeaux dans ce cas d’espèces nous sommes toujours de vrais jumeaux. Ou de vraies jumelles si tu préfères pour flatter ta concupiscence que je devine sous tes airs niaiseux. Nous sommes l’expression duale d’un même œuf qui pour des raisons mystérieuses s’est dupliqué sous deux espèces au moment de la nidification dans l’utérus de notre mère..

Vous me faites marcher…

Répètes seulement une fois et je te dévore tout cru : toi, ton sac et ton smartphone, et tu ne pourras pas m’échapper car, comme le précise si justement monsieur Picaper, je cours à plus de 60 kilomètres par heure. Fais attention je suis un oriental une sorte de Raspoutine et donc un peu grizzli omnivore et donc, plus souvent qu’à mon tour, carnivore et carnassier.

Je ne suis pas un ours béarnais adepte forcené de la modération, une sorte d’archange de la montagne, qui comme viande ne dévore que quelques brebis un peu faiblotes en épargnant le berger pour ne pas avoir d’ennuis et s’ enfuit quand grogne le Patou.

Très bien moussu Titus je comprends : rien de bien extraordinaire à cela. Pas même une occasion de faire un entrefilet dans la République entre la fête patronale à Bedous et la rentrée perturbée du FCO, mais dites-moi ce qu’il en est de votre sœur Ziva ? Savez vous ce qu’elle est devenue ?

C’est là, mon pauvre garçon, que les choses se compliquent : pour faire simple et rester à ta portée la gémellité ursine c’est un peu comme la physique quantique appliquée à la biologie. Pour deux jumeaux mâles et femelles il existe, au moins, trois états possibles d’être au monde …

Un été standard, proche du type homo si tu veux, le mâle et la femelle miroir exacts l’un de l’autre sauf en ce qui,naturellement, concerne le sexe vaquent de leur côté chacun(e) à leurs occupations. Avec néanmoins une complicité toujours inaccessible à ceux qui sont exclus de la grâce si singulière de la gémellité.

Un état excité, notamment quand rôde le danger, dans lequel les deux corps se fondent en un seul le plus souvent dans celui du mâle. Mais avec la possibilité, à tout moment, de se disjoindre à nouveau et de se différencier dans les deux corps. Pour ce qui me concerne dans le mien ou dans celui de Ziva.

Enfin un troisième état , une troisième manière d’être au monde. A savoir que l’un ou l’autre des jumeaux peuvent se dissocier de nouveau dans les deux corps, plus généralement celui de la femelle, auquel cas on se retrouve dans le cas de figure propre aux  jumeaux humains à savoir deux êtres gémellaires de même sexe totalement semblables mais dissociés .

Le cas échéant la dissociation peut se faire également sous les deux espèces mâles et femelles et on revient au premier cas. Dans celui de hommes pour simplifier.

Ce qui fait, si je compte bien, un quatrième cas.

Heureusement pour toi je vois que tu me suis. Tu es moins sot que je le craignais. Pour ne pas inquiéter monsieur Picaper et te récompenser je ne vais pas, derechef, procéder à ta dévoration. Même s’il fait grand faim et que ces spéculations m’ont diablement mis en appétit.

Si je comprends bien si je peux parler avec toi c’est que Ziva est encore là quelque part dans nos Pyrénées. Puisque vous êtes la même face de deux espèces si Ziva venait à disparaître victime d’un chasseur, d’une indigestion de myrtilles, ou simplement de vieillesse tu disparaîtrais dans la même seconde en vertu du principe de l’unité absolue des jumeaux ursins…

Tout à fait tu as compris. Maintenant laisse moi m’esbaudir au milieu des dernières fleurs de l’été me gaver de myrtilles et de framboise pour préparer l’hiver… Éventuellement croquer une famille de marmottes emperlée de graisse

Et puis tu me fatigues rentre chez toi tu pues l’homme et la civilisation…

Casses toi et surtout ne te retourne pas.

PYC


Canal punique de Loudenvielle le 15 Aout 2015

Jour de l’assomption de Marie-Françoise

Marie-Madeleine des Baronnies

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s