Pau : la gabegie en spectacle

0
(0)

le-zenith-de-pau-en-1992-quelques-mois-avant-son_2260730_800x400 Depuis des années les Maires des communes se sont lancés dans des investissements coûteux et sous utilisés. On connaît la course des petites communes aux salles polyvalentes qui essaiment dans nos campagnes, chaque Maire, roitelet champêtre, voulant la sienne.

A Pau où on joue dans la catégorie des coqs, c’est la même chose. Il suffit de faire le tour des innombrables médiathèques, largement sous utilisées et extrêmement coûteuses (chaque ouvrage prêté coûte environ 10 euros au contribuable : « Le livre d’or » AP du 6 août 2012) pour comprendre l’ampleur du phénomène.

Dans cette période où l’État demande un petit effort financier aux Maires et où ceux-ci font preuve d’une mauvaise foi indécente, l’agglomération paloise se distingue encore.

Lons inaugure son nouveau centre culturel, avec une magnifique salle de spectacle de 300 places assises (ou 900 debout avec tribunes repliées, 760 m² avec ses annexes) avec une grande scène de 10m/ 12m. On y apprend qu’elle sera utilisée 16 fois par an (La République) Indécent…mais classique !

Il existe déjà dans l’agglomération un nombre important de salles de spectacle toutes peu utilisées. Du petit Saint Louis au Zénith modulable de moins de 1000 personnes à plusieurs milliers en passant par le Casino (540 places) et les nombreuses autres salles de théâtre, MJC et médiathèques. Toutes sont très peu utilisées, sauf le Zénith, mais qui dispose lui aussi de nombreuses soirées libres. D’autant plus ennuyeux qu’à chacune de ces salles sont associés des amortissements et des coûts de fonctionnement dus au personnel en charge et à l’entretien…

Mais évidemment, « André » Bayrou peut faire encore pire puisqu’il programme lui aussi sa nouvelle salle de spectacle de 750 places dans le secteur du foirail !

Celle ci n’est même pas souhaitée par les acteurs culturels (« Nouvelle salle de spectacle à Pau : notre journal réunit les acteurs culturels ». La République du 25/9/2014).

Ce serait une déclaration de guerre à la minorité de palois qui finance cette gabegie par ses impôts locaux, qui, malgré les promesses, continuent à augmenter !

D’autant que dans son projet, il envisage de construire aussi trois salles pour le cinéma le Méliès.

Concernant ce cinéma, il existe une bien meilleure solution qui consiste à confier au CGR cette activité Art et Essais dans les salles du Saint Louis. Les palois pourraient y voir la même programmation au même tarif, sans que cela ne coûte un euro au contribuable ce qui constituerait un progrès et une économie conséquente pour l’agglomération.

 Il faut dire qu’en ce qui concerne la culture au niveau de l’agglomération, il règne une grande pagaille. Pas de mise en commun globale pour une réelle coordination avec à la clef un budget global énorme, somme des budgets de l’agglomération et de chacune des communes. Chaque commune y allant de ses manifestations, de ses subventions aux innombrables associations culturelles.

Il faut bien sûr y rajouter les subventions venues du Conseil Départemental, de la Région et de l’État.

J’aurai l’occasion d’y revenir, en détail…peut être.

Quand les contribuables s’éveilleront …

par Daniel Sango

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

  • Pingback: Henri Bayrou roi du Béarn – Alternatives Pyrénées

  • http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2015/10/13/le-theatre-saint-louis-vivra-grace-aux-mecenes,1281599.php

    A Pau on a des théatres mais on ne sait qu’en faire…
    Ceci dit c’est très bien si la culture devient autonome grâce a des sponsors.

    A rajouter au dossier du stupide projet de la salle « André » Bayrou

  • Oh là, le « Sieur »… Sango :

    « Sur les salles polyvalentes » : elles sont le plus souvent nécessaires et utiles pour… maintenir un lien social dans les villages avec par exemple :

    1) des manifestations organisées par la Mairie (Soirées, dîners des anciens ou associations culturelles et non culturelles)
    2) organiser des vide-greniers (et il y en a beaucoup chaque week-end…) organisés par des associations (Exemple : APE : association de parents d’élèves) pour financer des actions sociales et culturelles (voyages : séjours en France et/ou à l’étranger…)
    3) pour des manifestations sportives
    4) des lotos (bis repetita : et il y en a beaucoup chaque week-end…)
    5) « Last but not least » : location pour des soirées de mariages ou autres réunions publiques ou privées (location de la salle dans ce dernier cas)…

    Robert Contrucci

    • Je n’ai rien contre les salles polyvalentes, au contraire.
      Mais leur nombre est beaucoup trop élevé. On pourrait appliquer cela aux écoles primaires et bien sûr aux Mairies et donc aux communes.
      Toutes trop peu utilisées car trop nombreuse par rapport à la population et ses besoins réels.

      • Oh là, le « Sieur »… Sango (bis repetita ) :

        Sur « On connaît la course des petites communes aux salles polyvalentes qui essaiment dans nos campagnes, chaque Maire, roitelet champêtre, voulant la sienne. » : la plupart des Maires ne sont pas des « roitelets champêtres », loin de là; en effet, pour les villages, ce sont souvent des personnes intègres (= qualité morale d’une personne qui ne se laisse pas influencer…) et dévouées aux habitants et fonctionnement + attractivité de leur commune.

        Rien à voir avec certains Maires de villes qui, par de trop coûteux investissements parfois… inutiles, veulent laisser une trace de leur passage à la tête de leur ville (…).

        Carton rouge et le terme est faible, pour un… « Maire de droit divin au pouvoir monarchique qui a régné pendant près de 35 ans sur la ville de Pau, et ce, au détriment de la quotidienneté des palois » (Exemples : en particulier, rénovation de l’ensemble de la voirie, signalétique + états des façades en centre ville, volets… inclus mais travaux heureusement partiellement réalisés et/ou en cours grâce à des incitations : subventions…), travaux que doivent ou devront reprendre, tous ses successeurs en tant que Maire, pour 10 à 15 ans de travaux, sinon plus…) .

        Rappel :! (Extrait de l’article AP du 4 mars 2014 et chiffres… hors coût d’entretien annuel pour l’ensemble des investissements […] ci-après désignés) :
        * Quelques chiffres sur les grands équipements (source ville de Pau 2 décembre 2008) :

        En charge de la ville de Pau :
        – Zénith : investissement HT : 13 581 776 € (subventions 2 592 000 €)
        – Palais des sports : investissement HT : 11 890 000 €
        – Hippodrome : investissement HT : 4 649 000 € (subventions 1 961 000 €)
        – Complexe de pelote : investissement HT : 7 530 000 HT (subventions 3 784 000 €)
        – Palais Beaumont : investissement HT : 17 620 000 HT (subventions 6 690 000 €)

        En charge de la CDAPP :
        – Base d’eaux vives : investissement HT 12 270 000 € (subvention 3 980 000 €)
        – Médiathèque (y compris PILPA) : investissement HT : 29 200 000 € (subvention 9 970 000 €)
        – Pôle culturel : investissement HT : 1 227 000 € (subvention 47 000 €)
        – Complexe aquatique Pyrénéo : investissement HT 19 800 000 € (subvention 5 850 000 €)

        NDLR :
        1) Médiathèque de Pau : la MIAL attire plus de monde que le Jaï Alaï et la base d’eaux vives, réunis…
        2) Jaï-Alaï : il passe aussi plus de monde dans le restaurant situé au premier étage que…sur les gradins de ce complexe de pelote, même en y organisant d’autres manifestations sportives (Exemple : escrime et autres activités).

        • PS: J’avais pas vu le premier message de « CONTRUCCI Robert », qui rend le mien inutile puisque je dis à peu près la même chose.

        • Oui Monsieur Contrucci la majorité des Maires sont des roitelets champêtres. Ils se plaignent de ne pas y arriver par manque d’argent mais leurs coûts n’ont jamais cessé d’augmenter bien plus vite que l’inflation.
          S’ils étaient si mal que cela il y aurait des fusions de communes pour mutualiser et diminuer les coûts, or sur ces dernières années quasiment aucune des 36700 communes n’a fusionné.
          La mise en place d’intercommunalités s’est fait sans aucune optimisation du personnel, pire, les communes ont continué à embaucher
          Leur seul slogan est : je veux être maître chez moi, et ré élu.

      • Effectivement, chaque village possède sa salle polyvalente, et celle-ci est généralement sous-utilisée (quoi que quand même, diverses associations l’utilisent assez souvent et elles servent également pour les repas de mariage, repas de chasse, animations diverses: chorales, lotos, concours de belote, soirées châtaignes et j’en passe).
        La salle polyvalente possède une fonction sociale forte. C’est surtout le lieu dans lequel a lieu la fête du village une fois par an. Enlevez ça, et le village est socialement mort. Alors, effectivement, on peut faire des regroupements, c’est à discuter… Mais un village, c’est quand même quelque chose, on ne peut pas le balayer comme ça. Par ailleurs, nombre de maires de village sont des personnes très dévouées à l’opposé des politiciens professionnels.
        Remarquez également que le « coût de fonctionnement » d’une salle des fêtes de village est très faible. Ce sont les utilisateurs qui en assurent le nettoyage…

  • LEIZORA

    Il faut arrêter de dire des bêtises sur les médiathèques. Allez-y et vous constaterez qu’elles sont fréquentées.

    • Il faut arrêter de dire des bétises relisez « Le livre d’or » (lien dans le texte) et vous verrez que les équipements sont largement surdimensionnés et revenez avec des chiffres, pas avec des impressions (et même, allez donc un peu voir la magnifique médiathèque de l’Ousse des bois , alors toutes les plus petites …)

      • Encore une fois, il n’est pas correct de diviser le coût de fonctionnement d’une médiathèque par le nombre de prêts pour dire « un prêt coûte 10€ » : c’est faux. Beaucoup de gens vont lire sur place sans emprunter, les médiathèques organisent des animations pour les scolaires, des conférences, etc… Donc tout un tas d’activités qui ne se limitent pas aux prêts. On peut discuter point par point de l’intérêt collectif de toutes ces activités (et de l’efficacité de l’organisation du travail dans les médiathèques), mais ça n’oblige pas à tenir des raisonnements biaisés.

  • Je me pose une question : à quel moment nos édiles de la région de Pau, vont-ils s’arrêter dans leurs délires du toujours plus (aux frais du contribuables bien sûr)

  • La commune de Lons possède déjà un auditorium de 1200 places sur son territoire. Où ?
    Ben, chez les évangélistes du « Phare » (http://lons.blogs.larepubliquedespyrenees.fr/archive/2013/12/12/concert-de-noel-gratuit-a-l-eglise-le-phare-19907.html)

  • L’inauguration de la salle de Lons m’a effectivement laissé nterrogatifi.
    Toutefois, je voudrais prolonger votre constat sur les petites communes.
    Tous ces travaux sont aussi programmés pour fournir de l’activité aux artisans locaux. Ceux-ci sont cantonnés à la rénovation et aux marchés publics car le marché de la maison individuelle est essentiellement tenu par les « pavillonneurs ».
    C’est certainement « vertueux » mais cela signifie aussi que tout un pan de l’économie locale (entreprises) vit sur des fonds publics.
    J’étendrais cette conclusion au Travaux Publics avec, notamment la floraison des zones d’activité.

  • Je ne suis pas d’accord avec vous dans tous les domaines mais cette fois c’est l’accord le plus total!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *