Sur le cul !


All-Blacks-v-France-800  Pas de miracle à Cardiff, une petite équipe de France a été humiliée par les Blacks, 62 points encaissés près de 50 points d’écart. Il faut enfin regarder la réalité en face.
La page Saint André est tournée, la longue litanie des mots et des rêves est terminée. La France se réveille face à la réalité. On se demande bien pourquoi il a fallu attendre cette déroute historique pour s’en rendre compte.

Dans « La section étrangère » (AP du 16/9/2015) j’écrivais :

« En 2003/2004 il y avait moins de 20% de joueurs étrangers dans le top 14, il y en avait 42,6 % en 2013/2014 ! Avec le record à Toulon 56,5 % d’étrangers. »

« Car en effet cette entreprise de spectacle fait la place belle aux étrangers, au détriment des français. Et on voit bien qu’il existe une corrélation avec les pitoyables performances de l’équipe nationale reléguée derrière les clubs de l’hémisphère sud ainsi que l’Angleterre, l’Irlande et le Pays de Galles.  Moins de Français dans l’élite, moins de joueurs confrontés au haut niveau, moins de talents à disposition du sélectionneur. »

Pourtant tout avait été fait pour ces joueurs, à commencer par une longue préparation, et on allait enfin voir ce que l’on allait voir.

L’image de l’essai de Savea mettant successivement sur le cul trois français avant de conclure un essais synthétise l’abîme qui séparait hier soir la France des Néo-zélandais.

On laissera le soin aux dirigeants de la FFR d’en tirer les leçons, mais au plan local, quelle conséquence ?

La voie est-elle d’embaucher des joueurs étrangers pour de toute façon jouer les faire-valoir dans le championnat, ou bien prendre une voie de recrutement régional, financièrement plus raisonnable, et participer ainsi au renouveau du rugby français ?

« N’y aurait-il pas une autre voie, franco française, mieux, régionale, basée sur les talents des clubs locaux ?

En plus d’être accessible financièrement, elle restituerait un réel esprit de clocher régional susceptible aussi d’élargir la population des spectateurs. En plus, ce serait une démarche originale, vraiment sportive, qui en ferait une équipe dont on parle. Sans compter que le flot de subventions, impôts locaux, vers des vedettes grassement payées (jusqu’à 500 000 euro/an à Pau) est tout simplement scandaleux et devrait être interdit par la loi. »

par Daniel Sango

Comments

  1. Dans Sud Ouest:

    « Il aura suffi que Pierre Camou, le président de la FFR, évoque lundi l’hypothèse d’offrir à des joueurs de l’équipe de France un contrat fédéral pour que Paul Goze, son homologue de la Ligue, bombe le torse et utilise les gros mots avec l’agressivité d’un caïd de cour de récréation. « Ce serait un casus belli », a affirmé le Catalan.

    Trois jours après l’élimination des Bleus, pas question pour Paul Goze d’examiner le naufrage du Quinze de France sous une autre perspective que : « C’est de la faute de Philippe Saint-André. »

    Il serait indécent selon lui de se demander s’il n’y a pas trop d’étrangers dans le Top 14. Inutile de s’interroger aussi sur la qualité du jeu qui y est pratiqué. « On ne va pas quand même pas remettre en cause ce qui marche le mieux dans le rugby français », a barytonné l’ancien deuxième ligne de Perpignan.

    En fait, la réaction de Goze est celle d’un chef d’entreprise qui découvre que la société voisine lorgne d’un œil intéressé sur quelques uns de ses actifs et qui craint une tentative d’OPA.

    Car aujourd’hui, la Ligue est enfermée dans une logique uniquement financière au détriment de toute considération sportive. Pour construire un projet commun avec la Fédération, il lui faudrait dans un premier temps déconstruire. Expliquer à Jacky Lorenzetti, le président du Racing, ou à Mourad Boudjellal, celui de Toulon, que le rugby français n’a pas forcément besoin de Dan Carter ou de Ma’a Nonu.

    Mais c’est un argumentaire qu’il faudrait aussi justifier auprès de Canal+ qui paie très cher pour ces grands noms. Et à raison de 70 millions d’euros par saison, on n’a pas forcément envie de dévaluer son produit et de fâcher son bailleur de fonds. »

    Voilà clairement exposé les dessous du rugby spectacle. Cirque faudrait il dire.
    Et la « Section étrangère » joue dans cette musique stupide.
    Ce ne serait pas grave si l’argent public ne lui était pas apporté.
    C’est là LE SCANDALE !

    https://alternatives-pyrenees.com/2015/09/16/la-section-etrangere/

  2. « Le Top 14 ne va pas dans le sens de l’équipe nationale, a-t-il estimé. Les clubs font jouer beaucoup d’étrangers, ce qui ne favorise pas l’éclosion des jeunes joueurs qui ne se voient pas offrir beaucoup d’opportunités de jeu pour s’aguerrir et progresser. Cela restreint le choix de sélectionnés potentiels.  »

    Steve Hansen, Entraineur des Blacks

    • Avec un brin de provocation, je dirais qu’il n’y a qu’à naturaliser ces étrangers pour les faire jouer en équipe de France. Exemple: Scott Spedding, un des tout meilleurs joueurs français actuels…

  3. Maman j’ai peur !

  4. Dans es circonstances de l’espèce , comme on dit dans l’administration, la question ne vient pas des gabarits .Dans cette coupe du monde ce sont les joueurs technico-techniques qui ont pris le pouvoir contre les physico-physiques. Avec des piliers capables de faire des chistera en pleine course ou des passes aveugles. Que ce soit les all blacks of course mais assis les argentins ou les écossais honteusement éliminés sur deux décisions iniques de l’arbitre alors qu’ils étaient devant à la 80 émé minute .

    les équipes de bœufs comme les anglais ont été soit éliminés soit en grande difficulté. Mais bœufs parmi les bœufs les français ont dépassé la limite de la pauvreté technique et de l’absence de fond de jeu. merci le top 14 où le seule tactique est de péter dans ‘adversaire sans jamais avoir appris à faire une passe ou un évitement…

  5. Disons-le To de go : l’équipe de France de Rugby est à l’image de la France. Elle est incapable d’affronter la mondialisation !

  6. Georges Vallet says:

    Humiliés, titre Sud Ouest dimanche.

    C’est vraiment un tout petit détail de l’histoire car la véritable humiliation elle est relatée à la 4ème page du même journal par Jean-Claude Guillebaud.
    « Le mépris à l’endroit des salariés, la distance hautaine, la non-écoute des plus modestes……Quel est décidément ce monde qui s’habitue année après année, au mépris des hommes et des femmes?Quelle sorte de société sommes-nous entrain de bâtir, qui exige que les salariés soient jetés à la casse comme des objets?…..»

    «Les mépris affichés, le poids des arrogances, les promesses sans fin. Il se peut que bientôt nous renversions les tables pour nourrir nos enfants….»Bernard Caussade Pessac 33 Courrier des lecteurs.

    La colère gronde, la vie, tout simplement, n’est plus légitime, alors, la défaite de l’équipe de France, c’est le cadet de mes soucis!!
    Le haut niveau auquel on est confronté c’est celui de l’inhumanité, il ne vient pas du manque de Français mais de l’humiliation de tous ceux qui veulent pouvoir vivre de leur travail!

    • La colère gronde, la vie, tout simplement, n’est plus légitime, alors, la défaite de l’équipe de France, c’est le cadet de mes soucis!!

      Il y a le défouloir pour cela, ou un article, au choix.

      • Georges Vallet says:

        « sans compter que le flot de subventions, impôts locaux, vers des vedettes grassement payées (jusqu’à 500 000 euro/an à Pau) est tout simplement scandaleux et devrait être interdit par la loi. »

        Cela ressemble bien à du défoulement!

      • Georges Vallet says:

        Ma réaction abrupte, violente a paru intempestive, déplacée donc; elle a été considérée comme une réaction spontanée de défoulement. C’est dommage car elle va bien au delà; elle a été maladroite sans doute à ce moment de recueillement devant la défaite de notre équipe.

        Mon détachement de ce qu’on appelle encore «le sport», au niveau professionnel s’entend, c’est de celui-là dont il est question, vient du fait que toutes les vertus attachées à la pratique du vrai sport ont explosé.

        C’est devenu un spectacle mondialisé, sponsorisé, financiarisé; l’argent, la politique, le nationalisme l’imprègnent et le déforment.

        Le rugby pro évolue vers le tout physique; le gabarit moyen a explosé chez un trois-quarts de 13 kg de muscles; il n’est plus le rugby pour tout le monde, le petit Gachassin n’y a plus sa place.

        Le spectre du dopage est brandi par des suiveurs et d’anciens joueurs; il faut être innocent pour s’imaginer que les joueurs de coupe du monde sont«propres». Pour plaire au public il faut être à longueur de match, des héros, des surhommes!

        L’Equipe parle de «jeu de massacre: engagements extrêmes, chocs de plus en plus nombreux, blessures très lourdes, le rugby est entrain de détruire son essence, son image, et ses joueurs.»
        Toujours dans » l’Equipe explore » on peut lire:«çà tape de plus en plus fort», les corps sont modelés pour devenir plus lourds et plus rapides; le rugby est vitaminé, au minimum! Commotions cérébrales, blessures lourdes, infirmeries bondées. Owen Williams, trois-quart centre international gallois de 22 ans est paralysé depuis un placage l’a projeté au sol comme un pantin, tête la première. 19 rugbyman ont déjà dû quitter la coupe du monde victimes de graves blessures (Le Figaro 7 octobre 2015). 20 ans après la professionnalisation, fini l’évitement, dépassé l’affrontement, on est désormais dans la collision. On ne compte pas les nez cassés, les pommettes fracturées, les commotions inquiétantes. On est revenu aux jeux du cirque.
        C’est cela le sport?

        La reconversion se fait de plus en plus jeune, elle est de plus en plus préoccupante car, formatés plus jeunes, ils sont moins diplômés(40 à 45% seulement d’entre eux ont un diplôme supérieur au bac) donc moins compétitifs dans le retour à la vie active. Beaucoup sont sacrifiés pour une gloire éphémère.
        Non, ma réaction n’était pas du défoulement, c’était un comportement pensé et réfléchi. Pour mes petits enfants: le vrai sport, Oui, le jeu de massacre, Non!

        • L’article de l’Equipe auquel vous faîtes allusion est en effet vraiment excellent dans sa description des dérives d’un rugby pro qui est de plus en plus violent physiquement, avec des gabarits de joueurs qui s’éloignent de plus en plus de celui des gens « normaux ».
          http://www.lequipe.fr/explore/rugby-jeu-de-massacre/

          Tous les sports pratiqués au plus haut niveau professionnel ont certes un peu cet effet « surhommes », mais si je prends l’exemple du foot on voit encore régulièrement des équipes amateurs taper des équipes pros (y compris parfois de Ligue 1) sur un match en coupe de France. Alors que si on mettait aujourd’hui une équipe amateur de rugby face à une équipe du Top 14, il est probable que le match serait arrêté au bout de 20mn parce qu’il y aurait plus de joueurs à l’infirmerie que sur le terrain…

  7. Helene Lafon says:

    Bravo Daniel, je suis100% d’accord avec vous !

  8. Ce que je remarque dans cette « affaire », c’est le côté politique: comment un entraineur peut se maintenir aussi longtemps avec des résultats aussi mauvais (40% de victoires, à peine en 4 ans !)?
    Par ailleurs, je ne vois pas de lien de cause à effet entre la proportion de joueurs étrangers dans les clubs et la faiblesse de l’équipe de France.

    • « Moins de Français dans l’élite, moins de joueurs confrontés au haut niveau, moins de talents à disposition du sélectionneur. »

      • Admettons qu’il y ait 45% de joueurs étrangers dans le Top 14. Il reste donc 55% de joueurs français, qui sont LES MEILLEURS parmi tous les joueurs français. Ca fait, à la grosse louche 230 joueurs (14 x 30 x 0,55), dont le sélectionneur va extraire les 25 meilleurs. J’aurais tendance à dire que ça ne change strictement rien…
        Par ailleurs, certains joueurs de l’équipe de France évoluent à l’étranger.

        • Cela change tout
          Certains joueurs de l’équipe de France sont remplacants dans leurs clubs.

          • Les joueurs étrangers peuvent aussi être remplaçants dans un club français.
            De toutes manières, dans le Top 14 se trouvent les 230 meilleurs joueurs français. On peut y rajouter les joueurs « classés de la 230ème à la 400ème position », ça ne change à mon avis pas grand-chose puisque les 30 meilleurs sont parmi les 230 premiers et pas entre la 230ème et la 400ème position.

            • Oui cela change tout !
              Les jeunes ne peuvent jouer à haut niveau.
              Avant d’être en équipe de France on est junior, puis on doit continuer à progresser en jouant.
              Ce n’est pas le cas aujourd’hui

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s