L’état d’urgence c’est aussi un état d’esprit


imagesEn raison de son emploi exceptionnel peu d’entre nous savent ce qu’entraîne une mesure telle que l’état d’urgence. Pourtant si l’on se réfère à son contenu et aux dispositions qui en découlent, force est de constater que son application nous concerne tous. Nous avons, pour prévenir un danger potentiel, un certain nombre d’obligations.

La liberté est un état d’esprit. Paul Valéry

A l’évidence décréter l’état d’urgence a pour première conséquence une restriction de nos libertés individuelles. Les libertés fondamentales que sont : la liberté d’aller et venir (assignations à résidence), la liberté de réunion, la liberté d’expression, le respect de la vie privée (perquisitions de jour et de nuit), pour ne citer que les principales ne peuvent dans une telle situation s’exercer pleinement. Les autorités peuvent intervenir sans qu’il soit nécessaire de faire référence à un cadre juridique, les réunions de toutes natures doivent être soumises à autorisation, la contestation de rue est interdite, les frontières sont contrôlées. On peut ajouter que l’autorité administrative qui est dans chaque département représentée par le préfet prend le pas, dans certains domaines, sur l’autorité judiciaire. Ainsi des perquisitions seulement administratives ne sont pas soumises aux obligations du code de procèdure pénale et placées sous l’autorité d’un juge ou du procureur de la République.

Alors la contrepartie est une contrepartie d’exigences, assez nombreuses d’ailleurs, elles sont coexistantes avec un état d’esprit dans lequel doivent agir les forces de l’ordre. Ainsi l’autorité administrative utilise ces forces pour mettre en place des mesures au caractère exceptionnel. Celles-ci doivent constamment avoir à l’esprit que les nouveaux pouvoirs dont elles disposent ne peuvent être utilisés sans autres objectifs qu’une meilleure assurance de la sécurité de leurs concitoyens. Ici tout abus serait particulièrement inadmissible. Pourtant en dehotrs du contrôle de l’autorité judiciaire, qui est garante de l’application des lois, ce risque n’est pas à écarter.

Un autre état d’esprit concerne chacun d’entre nous. Les Français doivent changer et considérer que l’époque où l’on pouvait rejeter l’autorité est révolue. Chacun à son niveau a un devoir d’unité et de solidarité. Ce ne sont que des mots qui cependant correspondent à des comportements nouveaux, différents. Le premier de ces devoirs est sans aucun doute celui d’être attentif à ce que l’on voit à ce que l’on entend. Savoir discerner ce qui est normal de ce qui ne l’est pas, ce qui est inquiétant pour la sécurité de ce qui ne l’est pas et surtout savoir le signaler, le rapporter aux autorités. Le faire ne nous raménera pas à une période du passé mais permettra surtout de donner l’image d’une population soudée. Un signalement ne peut se faire qu’avec le souci de concourir à la sécurité de tous parce que la menace existe

Mais à côté de cela force est de constater que les politiques français, à quelques rares exceptions près, ne se sentent pas concernés par ce même état d’esprit fait d’unité et de solidarité. L’unité politique est absente. Il n’est qu’à entendre leurs propos qui restent contestataires, qui affichent leurs dissensions, leurs critiques. Ils ne se soucient que de manière éloignée des obligations de sécurité ; il ne pensent qu’à s’afficher par leurs différences, leurs petites phrases et autres comportements, toutes ces attitudes qui sont susceptibles de les placer sous les feux de la rampe. Nous avons besoin d’être solidaires, ils se montrent indépendants, nous avons besoin d’être unis ils se montrent individualistes, nous avons besoin de concorde, ils font connaître leur opposition, nous avons besoin de consensus, ils pataugent dans la division.

Il me semble que les politiques des autres pays ont un autre état d’esprit.

Pau, le 18 novembre 2015
par Joël Braud

Comments

  1. Michel LACANETTE. says:

     » Il me semble que les politiques des autres pays ont un autre état d’esprit. »
    C’ est l’ évidence et c’ est bien pour ça que EI ne s’ y attaque pas, ou bien peu, seulement par nécessité. Il leur est bien plus facile de s’ attaquer au point faible européen, la France. Ils savent bien qu’ en France, il n’ y a pas de cohésion nationale. Peut être, est ce dû à l’ ambiguité de certains qu’ il y’a par rapport au FN. Avec ça le terrorisme joue sur du velours. Comme quoi les extrêmes se rejoignent toujours quelque part.

    • Georges Vallet says:

      «Il me semble que les politiques des autres pays ont un autre état d’esprit.»

      Si cette impression semblait justifiée, l’actualité de ces derniers jours montre que c’est entrain de changer. La raison en est qu’ils sont eux-aussi concernés: la Russie, L’Allemagne, les USA sont visés, l’Angleterre s’aperçoit que sa situation insulaire n’est plus une valeur sure, il y avait des Chinois dans les otages de Bamako…. Les pays nordiques sont en état d’alerte, la Belgique est un relais, les événements l’ont montré. Le monde entier est soumis au «radicalisme». Un certains nombre de pays ont des politiques pour le moins opaques et souhaitent, en desssous, que cela dure!

      «il leur est bien plus facile de s’ attaquer au point faible européen, la France.»

      Il est injuste de dire que la France est un point faible, c’est elle qui mène un combat coûteux à l’extérieur depuis longtemps pendant que d’autres pays européens, non guerriers paraît-il, se contentent de faire des bénéfices en vendant des armes, l’Allemagne entre autres. C’est la France qui a, en Europe, l’un des meilleurs services de renseignements; elle aide les pays «faibles» comme la Belgique, dans ce domaine.
      Pendant ce temps, ces mêmes pays, «vertueux!», réclament à la France de diminuer ses dépenses publiques!
      Si c’est en France, en ce moment tout au moins, où les attaques se concentrent, c’est à la fois pour créer du harcèlement et une diversion, un relâchement par ailleurs et parce que nos actions contre Daech sont les plus percutantes. C’est au tour du Mali aujourd’hui de l’hôtel Radisson à Bamako où séjournent des ressortissants de nombreux pays: touristes mais aussi représentants des nombreux intérêts privés du monde entier .

      Non, la France n’est pas le point faible, c’est l’Europe une fois de plus!
      Les rivalités économiques, les structures de gestion sans cohérence, sans recherche d’unité, l’individualisme, le manque de solidarité entre les états, sont autant de failles dans l’édifice européen. La Grèce qui est sous le joug d’une austérité imposée par L’Europe doit faire face à un flux de migrants qui débarquent sur toutes ses petites îles; non seulement elle ne peut, seule, contrôler ses entrées mais en plus, les pays voisins ferment militairement leurs frontières! En Italie, c’est un peu la même chose; les Anglais nous disent, débrouillez-vous, on en veut pas!
      En attendant, il faut que le peuple se serre la ceinture pour rembourser les emprunts!
      Si l’argent et les hommes peuvent circuler dans l’espace européen, la police et la justice ne le peuvent pas, aucune prise de position commune en matière de politique étrangère, de fiscalité, d’entente commerciale vis-à-vis des USA, Chine….., aucune armée commune digne de ce nom, c’est la France qui paye pour la défense des autres!
      C’est de la désinformation que de prétendre qu’on est le point faible! C’est une valeur agissante.Seule une Europe fédérale serait efficace; on en est loin!

      La cohésion nationale dans les autres pays? Parlons-en! Les partis extrémistes prennent de l’importance dans tous les pays européens et montrent que les «unités» sont bien fragiles!

      • Michel LACANETTE. says:

         » Seule une Europe fédérale serait efficace; on en est loin!  »

        Tout à fait d’ accord avec vous, c’est par là qu’ il aurait fallu commencer et surtout continuer à avancer. Dommage que vous n’ alliez pas au bout de la démarche, car il faudrait surtout expliquer pourquoi l’ Europe n’ est pas fédérale. Le pays le plus opposé à cette démarche a été la France, pour une question d’ indépendance et de prestige. Elle freine des quatre fers depuis des années.
        Aujourd’ hui, elle se trouve isolée et à devoir payer très cher c’ est isolement, prise à son propre piège.
        A t’ on entendu ces jours-ci beaucoup d’ autres pays Européens venir proposer leurs services ou compatir à notre peine en ce moment difficile, bien peu . La réalité est difficile à vivre.

        • Georges Vallet says:

           » Le pays le plus opposé à cette démarche a été la France, pour une question d’ indépendance et de prestige »
          Je suis bien d’accord avec vous mais je n’ai pas l’impression que les autres pays aient vraiment insisté pour cette orientation!

          • Michel LACANETTE. says:

            C’ était en collaboration des deux leaders, que sont la France et l’ Allemagne à insister pour cette orientation. L’ Allemagne seule ne pouvait rien faire et elle n’ a pas non plus oublié le comportement de la France lors de la chute du mur, qui est plutôt restée indifférente et sourde aux problèmes rencontrés par l’ Allemagne, sous le couvert qu’ elle était riche.
            N’ oublions pas que Mrs Valls et Fabius se sont opposés à la Constitution Européenne. Mr Vall ayant senti le vent du boulet s’ est rétracté au dernier moment sur la pointe des pieds et a appelé à voter OUI, mais le mal était fait.
            Aujourd’ hui, ces deux personnes sont des Ministres clés de notre gouvernement face aux derniers événements. Pensez vous qu’ ils restent crédibles face à l’ opinion européenne ?
            J’ ai de gros doute.

            • Georges Vallet says:

              « Mrs Valls et Fabius se sont opposés à la Constitution Européenne. »

              Ils étaient, comme beaucoup de Français, foncièrement européens, mais voulaient une constitution capable de s’ouvrir à un fédéralisme, comme Delors d’ailleurs; il a été piégé. Ils ne voulaient donc pas de cette constitution là, celle qui par exemple, dans sa grande générosité, « permettait seulement d’y chercher du travail!
              C’est l’Europe néolibérale qui a gagné, le mal est fait en effet!

  2. Georges Vallet says:

    Merci M.Braud pour cette mise au point claire et utile. La situation que nous vivons justifie en effet une unité de tous autour des représentants en charge de notre pays. Malheureusement, comme vous le dénoncez, il n’a pas fallu longtemps pour que les critiques d’une opposition irresponsable se manifestent; elles la déshonorent une fois de plus. L’individualisme, à ce niveau, montre une fois de plus, le danger de tous les ‘ismes »!

    • La majorité ne me parait pas beaucoup mieux, avec pas mal de postures genre coups de menton pour jouer à celui qui paraîtra le plus ferme, y compris au plus haut niveau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s