Le « développement économique » à échelle locale


image LabaigLa plupart de nos élus s’honore de faire du « développement économique ». Cette expression a un caractère solennel voire pompeux. Elle a un côté pléonasme comme si s’occuper d’économie ne consistait pas d’abord à se soucier de son développement. 

Le « développement économique » se traduit surtout par la multiplication des zones d’activité. Cette multiplication conforte essentiellement les activités de la distribution ainsi que la filière immobilière d’entreprise dont le BTP. Une adaptation locale des ateliers nationaux de la IIe République ?

Des projets de zones d’activité, initiés dans les années 2000-2010 dans la plupart des Communautés de Communes, sont arrivés ou arrivent sur le marché. Parmi les plus importants, citons Aéropolis à Bordes (~50 ha), Eurolacq II à Artix (~26 ha), le Barreau centre à Orthez (~10 ha), le Bruscos à Sauvagnon (~20 ha), les zones de Thèze (~10 ha) et de Garlin (~25 ha) avec la construction de l’A65. Sur l’agglomération, à Pau-Est, Lons ou Lescar les projets commerciaux sont également nombreux.

Certes le développement de l’activité aéronautique à Bordes a nécessité l’ouverture de surfaces. Mais des friches qui attendent une reconversion existent un peu partout. En plus, la plupart des zones existantes affichent des places disponibles, comme si elles étaient surdimensionnées.
Seul un Président d’une Communauté de Communes qui joue le passager clandestin d’une agglo, peut affirmer qu’il n’a pas de friches sur son territoire…

Sur la zone Aéropolis, une quinzaine d’ha sont toujours disponibles et la collectivité travaille à la reconversion d’une zone pour l’accueil d’artisans et de services. Des surfaces sont également reversées à la SAFER (La Rep du 06/10).

Le Conseil Départemental semble être à la recherche de liquidités.

Sur la zone Eurolacq II, bien que l’heure soit à la compacité et à la frugalité, la CCLO a opté pour le projet de centre commercial Super U qui s’étend sur deux lots (~6 ha) alors que les projets concurrents (Leclerc et Intermarché ) proposaient d’aménager un seul lot.

La CCLO semble pressée d’écouler des terrains certainement pour mieux équilibrer ses budgets.

D’ailleurs toutes les activités semblent bienvenues pour meubler les espaces disponibles, y compris des activités que l’on associe davantage à l’urbain. Ainsi des notaires aménagent des locaux d’archives (Artix) ou déménagent carrément (Arthez de Béarn) dans une zone d’activité. Mais, comme Super U sur Eurolacq II, la Grande Distribution s’installe le plus souvent en premier. Sur d’autres zones de la CCLO, Super U s’est installé à Sault de Navailles, Carrefour Market est annoncé à Arthez de Béarn sur une zone qui sort de terre et bien sûr Intermarché trône sur la zone des Soarns à Orthez.

Ainsi les petits bourgs encouragent l’installation de moyennes surfaces ce qui est aussi une aubaine pour les grands groupes de la distribution dont la stratégie est d’accroître leurs parts de marché. L’INSEE relève d’ailleurs que, depuis une quinzaine d’années, le parc des surfaces de vente du commerce de détail a progressé de 60% alors que dans le même temps, la consommation a augmenté de moins de 20%.

A noter qu’à Orthez, le projet de barreau routier dit centre (qui relie les routes de Mont de Marsan et de Pau, ce qui n’a rien de central) est essentiellement justifié pour créer un flux de circulation (cf. propos de M. Molères, ancien maire, rapportés par La République du 05/11). Ce flux bénéficiera à la zone commerciale des Soarns, présentée comme un « Retail park » et qui n’a rien d’un « Retail park ». Accessoirement le barreau centre servira de déviation, ce qui était présenté comme la motivation principale voire unique du projet. Plus généralement, aménager des rocades sans se préoccuper de l’effet sur l’urbain équivaut à installer une centrifugeuse de centres villes ; c’est-à-dire une machine à faire tourner le chaland motorisé et à étaler l’urbain, toujours plus vite, toujours plus loin.

La création de zones d’activité apparait aussi comme une activité économique en soi.

D’abord il faut créer et aménager ces zones.

En fait, la création de ces zones se cantonne à l’aménagement de périmètres fermés dont l’articulation avec l’environnement existant serait secondaire. Des sortes d’îles où toutes les exigences du développement durable seraient respectées mais qui s’apparenteraient toujours à l’île « Utopia » de Thomas More.

De plus, le fonctionnement de cette économie de l’immobilier d’entreprise, notamment entre les collectivités locales et les promoteurs privés, parait obscur. Les travaux d’aménagement comme les achats de surfaces par les entreprises ainsi que leur installation bénéficient de subventions octroyées par la collectivité. A ce jeu, les sociétés gestionnaires de cette activité sont toujours à l’équilibre.
Enfin, selon les Echos cette activité économique conduit à la création de bulles spéculatives (surtout pour les bureaux et les Centre commerciaux) qui sont essentiellement contenues par des dispositions comptables.

L’ouverture de toutes ces zones d’activité est l’aboutissement d’une démarche volontariste qui rappelle les ateliers nationaux de la IIe République mais qui, même si elle paraît utopique, a des bénéficiaires: Outre le secteur du BTP, la consommation avec le secteur de la distribution sans oublier la filière immobilière d’entreprise.

Ce type de « développement économique » doit maintenant s’envisager sous d’autres angles :

Par exemple se pencher sur la réhabilitation des friches ainsi que sur la qualité des paysages et la morphologie des territoires, de plus en plus considérés comme facteurs essentiels de développement.

Larouture

PS : Les infrastructures du type zones d’activité constituent-elles des dépenses ou des investissements ?

Récemment je me suis promené en voiture sur le site Eurolacq II. Je suis entré sans encombre mais ai eu du mal à trouver une sortie. J’ai donc demandé mon chemin à des ouvriers qui entretenaient les bords des voies. Au cours d’échanges préliminaires de courtoisie, j’ai fait remarquer que c’était très grand (pour ne pas dire que c’était démesuré). Ils m’ont répliqué que ce serait petit lorsque tout sera rempli. Je n’ai pu qu’acquiescer car ils étaient enthousiastes. J’ai ainsi mesuré tout l’impact que pouvait avoir sur la population une telle réalisation, même à l’état embryonnaire. Des infrastructures de transports bénéficieraient certainement d’un enthousiasme équivalent. Le plus souvent ces réalisations sont perçues comme des investissements.

Ainsi, je pense que des projets de Recherche et Développement, d’éducation ou de formation, d’une ampleur budgétaire équivalente à la création de cette zone d’activité, ne créeraient pas le même enthousiasme. Le plus souvent, de tels projets sont considérés comme des dépenses.

Cette anecdote m’a remis en mémoire une visite de la cité du Luth à Gennevilliers conduite par des urbanistes. La cité du Luth a été réhabilitée dans le cadre de la Politique de la Ville avec une segmentation et une rénovation des barres ainsi que bien d’autres actions à caractère culturel, social et économique. Sur le site, un habitant d’origine maghrébine est venu nous saluer. Il était honoré que son quartier soit reconnu. Pourtant il ne sera pas envahi par les bobos parisiens avant de longues années.

J’ai retrouvé la fierté qui émanait de cet homme dans l’enthousiasme des jardiniers d’Eurolacq II…

Comments

  1. HenriIV 3/4 says:

    Mr Saubot,
    Bonjour
    Que fait votre Conseil d’ Administration dans mon Aéroport fétiche????
    Mon Team, il SCORE !!!!! Et en plus Il est comme le COURS DES CEREALES…..
    TRES VOLATILE!!!!!!
    Mais pas QUE!!!!!

  2. HenriIV 3/4 says:

    Bonsoir,
    Je suis CONTENT que cet article reste le plus LU!!!!
    Merci.

  3. HenriIV 3/4 says:

    Bonsoir,
    INADMISSIBLE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Cette ZAC du Bruscos a été contestée au TRIBUNAL ADMINISTRATIF de PAU pour une Enquête Publique basée sur un CADASTRE erroné.
    La décision a été prononcée en catimini (sans avertir préalablement au moins une partie prenante) en leur donnant raison au coût de 1000 euros pour la partie adverse.
    Nous sommes donc bien sur le chemin des GRECS et je leur souhaite une overdose de ….FÊTA à sec(sans Ouzo)
    Et je demande au Monde Economique Innovant, lié par une Charte de Bonne Conduite,
    de boycotter ces Spéculateurs Publics de Biens Privés!!!
    Par solidarité avec moi puisqu’ils en sont arrivés à m’empêcher de produire…..

  4. Le plus aberrant, d’un point de vue écologique, est l’étalement de ces zones. Pourquoi consommer 5 hectares de surface lorsque 1 seul suffirait, à condition de construire des bâtiments de 4 à 5 étages environ, avec parking en sous-sol, et un espace de verdure de taille raisonnable autour du bâtiment ? [ces chiffres ne sont que des ordres de grandeur]
    Cela permettrait de favoriser les transports en commun, car le trajet entre l’arrêt de bus et l’entreprise serait réduit, et cela permettrait également de faire des économies de chauffage et de climatisation.

  5. Vous l’avez bien compris, nos politiques parlent de développement économique mais n’en font pas. Ils sont d’ailleurs bien incapables d’agir dans ce domaine vu que leur incompétence y est totale.
    Eloignés depuis toujours de la vraie vie, ils n’ont pour la plupart jamais vu une entreprise de près, et ceux qui y ont passé quelques temps y ont échoué et bifurqué rapidement vers les boniments de la politique.

    Les zones d’activité, leur jouet favori, n’apportent effectivement rien au développement économique, c’est en fait du transfert d’activité des villes vers les périphéries.
    Mais pire encore ces ZAC sont beaucoup trop nombreuses comme je l’écrivais à propos de la scandaleuse Zone du Bruscos (Sauvagnon / Serres Castet dans :
    « Destruction de terres agricoles à Sauvagnon » AP du 15/9/2014
    https://alternatives-pyrenees.com/2014/09/15/destruction-de-terres-agricoles-a-sauvagnon/

    « Car cette zone se situe sur des terres agricoles de tout premier plan. La lande du Pont Long qui est une zone où les terres sont parmi les meilleures de France, susceptibles par exemple de produire le maïs sans irrigation. De plus, cette partie de la plaine était (un peu) protégée, réserve de chasse avec sa zone humide du Bruscos. Et ce n’est pas tout, au moment où l’on cherche à protéger la faune locale en créant des trames vertes qui permettront des déplacements, ce projet de ZAC est cité comme exemple de ce qu’il ne faut pas faire par l’AUDAP ( Agence d’Urbanisme Atlantique et Pyrénées) dans son étude fournie au Pays du Grand Pau pour l’élaboration du SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale ) En effet elle va fermer le seul passage existant entre la plaine de Sauvagnon et la lande du Pont Long.

    Pire encore, le document de l’AUDAP : « Organisation des activités économiques et aménagement du territoire » du 23/3/2010 fait un inventaire de la situation des zones d’activité du Pays du Grand Pau. Il existe 70 ZAE pour 1025 Ha, 32 projets à court et moyen terme, 150 Ha supplémentaires d’ici 2013, 413 Ha supplémentaires d’ici 2020 soit un rythme de création 2 à 3 fois plus élevé que le rythme de consommation et donc entre 24 et 30 ans d’avance !!!

    Et ce n’est pas tout, ces chiffres ne tiennent pas compte des friches disponibles dans les zones d’activité actuelles.

    Une étude récente faite par l’agglomération de Pau et dont les résultats ont été publiés dans La République indique qu’il existe sur l’agglomération 174 Ha de disponible ce qui correspond à 30 ans de consommation pour l’agglomération paloise selon Mme Laban Winograd ! »

    Vous avez dit gabegie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s