A l’approche des fêtes, peut-on croire encore au «Père Noël»?


images«Notre avenir est doué d’imprévisibilité essentielle.

C’est la seule prévision que nous puissions faire.» Paul Valery : Vues. 1948.

« En estant au 21 juin 1660 il arriba à Doazit et généralement par toute la Chalosse et embirons, un peu abant le soleil lebé un grand tremblement de terre tellement que tout le monde qui estaient dans les maisons avaient une grande peur car toutes les maisons temblaient ; Hélas, je me crois que noustre bon Dieu soit irrité contre nous à cause de nos péchés….»

«Hélas, hélas, faisons tous pénitence car Dieu est courroucé contre nous…».

Non seulement la terre se manifeste de façon inquiétante mais aussi le ciel.

«Ors, bous faut savoir qu’au mois de juillet 1654, il arriva une nouvelle fort affligeante, disant que le 12 août 1654 il adviendrait une grande obscurité et que le soleil serait éclipsé l’espace de trois heures. L’armanach en parle et nous menace de grands dangers».

«Ces noubelles sont dans tout le pays et je vous assure que tout le monde a gran peur et appréhension».

Suivent des invocations à Dieu, à la Vierge Marie et à divers Saints afin qu’ils protègent cette pauvre population des plus grands malheurs. Autre phénomène alarmant :

«Je vous dirai au plus que durant le mois de décembre 1664, il y a une estelle au ciel du cousté de midi, laquelle monstre grands signes, car elle a devant elle une longue lance qui est fort luisante, tellement que l’on se craint de quelques grands désordres; cette estelle se lève environ la minuit et ne va fort haut. Et advenant et estant au commencement de l’année 1665, la dite estoile n’ a plus paru mais il a paru une autre estoile qui se lève le soir ; elle ba beaucoup plus haut que l’autre et quelques uns l’appellent la comète. Cette estoile a aussi une longue lance qu’elle mène au derrière d’elle. Je me crains de quelques grands désordres.»

Extraits de «L’Armorial du baron de Cauna». Il reprend un manuscrit écrit par Henry de Laborde Péboué provenant des archives de cette famille qui vivait à Doazit.

Si j’ai souhaité publier un assez long extrait c’est pour permettre au lecteur d’en savourer la forme.

Depuis 1664, le niveau moyen des connaissances s’est élevé très sensiblement si bien que les éclipses et les comètes, prévues et suivies par la science ne sont plus que des sujets de curiosité ne provoquant pas «de grands désordres» et ne nécessitant plus les invocations à tous les Saints. Par contre, les tremblements de terre restent toujours une grande source d’inquiétude du fait de l’incertitude sur leur lieu, date et intensité. Malgré les progrès, l’incertitude et l’ignorance sont toujours bien présentes ;

L’accélération croissante de la connaissance a permis un recul significatif de l’ignorance ; la recherche a pu ainsi mordre de plus en plus sur les croyances qui géraient les vies de jadis. On est passé, entre autres, de «ignorer qu’on ignore» au «savoir qu’on ignore», ce qui est une avancée remarquable.

Le recul progressif de l’ignorance peut-il être, dans l’avenir, un motif d’élimination progressive de l’incertitude ?

Absolument pas, bien au contraire, car on s’aperçoit que plus la connaissance augmente plus l’étendue de notre ignorance donc de l’incertitude, devient grande.

Le savoir crée de l’ignorance.

Michel de Montaigne l’affirmait: «Le beaucoup savoir apporte l’occasion de plus douter.» Essais Livre II. 1580.

On a cru pendant un temps, que la science apportait la certitude ; si c’est le cas localement et sur le moment, ce n’est pas le cas globalement et dans le temps ; des théories scientifiques, réfutables donc, sont périssables.

La complexité du monde nous empêche, par exemple, de connaître à l’avance toutes les conséquences de nos actes : «L’homme sait assez souvent ce qu’il fait», avertissait Paul Valéry, «mais il ne sait jamais ce que fait ce qu’il fait».

L’ignorance participe à la peur de ce qui n’est pas conforme à la routine habituelle ; un des aspects, comme le disait «dupont», sur le forum, le 18 novembre 2014, est «le rejet et la peur de l’autre : du voisin, du concurrent, de celui qui est différent par sa taille , sa provenance (village, département, région, pays ) sa religion, sa langue, que sais je encore ?»

La réduction de l’ignorance n’est pas insurmontable, c’est une question de volonté individuelle, collective et politique ; cela passe par la recherche, l’instruction, la transmission du savoir à tous, la transparence et l ‘objectivité des supports de cette transmission du savoir.

Si les réformes sont toujours source de débats, c’est qu’elles ne peuvent jamais tenir compte, par ignorance, de toutes les interactions entre les facteurs de la complexité qui évoluent sans cesse ; il en résulte donc, obligatoirement, des répercussions dans d’autres domaines souvent insoupçonnés, rendant la situation plus dommageable qu’elle ne l’était avant ! D’où l’incertitude permanente et la nécessité de l’application du principe de précaution ! Hélas !

«Il faut apprendre à naviguer dans un océan d’incertitudes à travers des archipels de certitude.» Edgar Morin.

L’incertitude est beaucoup plus difficile à combattre car elle est constamment amplifiée par la dynamique d’une société axée sur l’accélération continue de l’utilisation des flux que sont l’Energie, la Matière et l’Information. L’accélération raccourcit le temps donc les processus assurant la maîtrise, par l’esprit humain et ses machines.

Au cours de l’histoire, et avec une accélération croissante, l’homme a augmenté les trois flux à la fois ! Le seuil d’incertitude est largement franchi, d’où le désordre social, économique, climatique, le manque de projets d’avenir possible donc le manque de confiance, l’inefficacité politique, le repli sur soi et sur des corporatismes, la peur de ce qui change….
Devant des Informations, de plus en plus nombreuses, issues du monde entier, souvent contradictoires, incomplètes, non contrôlées , la désinformation est totale, l’incertitude fait qu’aucune décision réfléchie, positive, ne peut être prise.

Devant le flux de Matière qui envahit le monde, extraite du sol ou synthétisée, transformée, consommée, gaspillée, non recyclée, la pollution létale nous envahit. L’incertitude porte sur l’avenir sanitaire de l’humanité.

Devant le flux de plus en plus important des besoins en Energie, l’incertitude porte sur les retombées dramatiques au niveau environnemental, climatique, sanitaire, financier.

D’un côté, le raisonnement linéaire, le tiers exclu, la certitude habite notre système économique, financier, politique en grande partie, d’où les promesses de nos politiques ; il est basé sur un système hiérarchique centré sur la marchandise reine : production et consommation. Il châtre toute créativité n’aboutissant pas à sa fabrication. On demande à l’individu d’augmenter la quantité et non pas de créer des structures nouvelles. On lui demande d’apprendre et de réciter et non pas d’inventer, à moins, bien sûr, que son invention se vende et à condition qu’elle ne mette pas en cause le système socioculturel du moment. C’est le conservatisme sclérosant, la crise économique, financière, sociale et sociétale.

D’un autre côté, l’incertitude de plus en plus grande ne permet plus de tenir des promesses ; toutefois, en étant source de désarroi et d’angoisse, elle est aussi source de dynamisme, recherche, créativité, donc de progrès…

Un politique sérieux ne devrait donc pas faire de promesses, non tenables, j’allais dire par définition ! Il ne peut que proposer des orientations et gérer l’imprévisible, si la meute des oppositions lui en laisse la possibilité !

Un citoyen sérieux ne doit pas croire au père Noël !(1)

(1)Un électeur non plus !

                                                                      Georges Vallet

crédit photos: uoh.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s