Carton du FN: « Comment en est-on arrivé là ?»


images« Comment en est-on arrivé là ? », c’est le titre de l’éditorial du Monde du 8 décembre, après le « carton » du Front National au premier tour des élections régionales. Passé le titre, dont on imagine qu’il conduit à une analyse connue, vient la conclusion : « C’est une reconstruction en profondeur qui s’impose ». On n’en saura pas plus sur le type de reconstruction imaginé par le quotidien et la méthode pour y arriver.

Cette reconstruction en profondeur, de nombreux rédacteurs, sur Alternatives Pyrénées, l’appellent de leurs souhaits depuis bien longtemps. Mais rien n’y fait. Rien ne bouge. Du coup 30% des français pensent que seul le FN peut faire bouger les choses. Ils n’ont pas tort ! Ni le PS, ni les Républicains ne proposent quoi que ce soit pour faire sortir notre Nation de l’immobilisme. Ils se contentent d’un face-à-face stérile depuis si longtemps.

Oui, seul le FN peut faire bouger les choses, sauf que le replis sur soi, la xénophobie ne peut que conduire qu’à plus de chômage, plus de difficultés encore. France : De pays des lumières, pays universel passant au statut de pays fermé, recroquevillé sur lui-même !

Pas une nation du monde, au « top » de l’attractivité, ne vit repliée sur elle-même. Où préférez-vous vivre ? Canada, Finlande ou Corée du Nord, Vénézuela ?

Les observateurs semblent avoir du mal à conclure que ce sont nos présentes institutions qui créent le personnel politique actuel. Soit dit en passant, n’en doutons pas un instant, ces institutions amèneront les cadres du FN, en l’espace de deux petites mandatures, à être des copier-coller de l’UMPS actuelle. La soupe est trop bonne.

La Constitution de la Vè République avait été taillée sur mesure pour Charles de Gaulle. Sauf que, celui-ci disparu, sa constitution présidentielle est restée en place. Un uniforme toujours trop grand pour ses successeurs. Un uniforme qui conduit la France, depuis plusieurs décennies, dans une lente glissade vers le bas. Pour beaucoup, la France a maintenant besoin d’un Napoléon ou d’un De Gaulle. Le recours à l’homme providentiel est la preuve ultime que nos institutions ne sont pas à la hauteur d’une démocratie moderne. « Il nous faut un De Gaulle… ». Quel constat d’échec ! Entendons-nous ce type de réactions dans les pays anglo-saxons ou du nord de l’Europe ?

Supprimons la Présidence, supprimons les communes, diminuons de moitié les représentants à toutes nos assemblées (de 800.000 indemnités de fonction « politiques », la France passera à 400.000… contre 30.000 en Grande Bretagne à ce jour), publions leur patrimoine en tant que couple, limitons le cumul dans le temps à deux mandats, interdisons le cumul simple, rendons contraignantes, sous peine de pénalité, les recommandations de la Cours des Comptes, introduisons la notion de Transparence dans le préambule de la Constitution, veillons à limiter les domaines d’intervention des différentes strates administratives à des compétences très précises, rendons pénalisable leur non-respect, rendons obligatoire la consultation des citoyens par voie de référendums locaux, régionaux, nationaux dès que des niveaux de budgets sont atteints, uniformisons les régimes (tous), payons les indemnités d’élus au temps de présence mais n’oublions pas la mise en place d’un statut de l’élu etc. Tout a été écrit sur AltPy.

Une fois cette longue liste (non-exhaustive) de réformes arrètées, il s’agit d’imaginer comment la mettre en place. Typiquement, cela devrait être le rôle de la prochaine présidentielle qui doit refonder la démocratie française.

Le programme des candidats à l’élection de 2017 sera primordial sur ce point. Qui osera s’atteler à ce chantier ? Qui de Sarkozy (qui a déjà annoncé vouloir revenir sur la loi sur le cumul !), Juppé, Fillon, Bayrou, Hollande ou Valls saura se jeter à l’eau et proposer un nouveau fonctionnement pour notre démocratie. Oser, encore oser, toujours oser !

A moins que cela ne soit Marine Le Pen qui, dans le rôle de l’homme providentiel, se contente simplement d’endosser l’uniforme du Général. Un vieux modèle datant des années trente…

Tout est ouvert et le pire probable. A nous citoyens, tout au long de 2016, de bousculer, sans ménagement et avec ténacité, nos « politicards » pour qu’ils se bougent. Tant qu’il n’est pas trop tard. Nous n’avons qu’une petite année devant nous. Comment s’y prendre ?

– par Bernard Boutin

Comments

  1. Georges Vallet says:

    Pier U 11 décembre
    « mais qu’est-ce qui oblige ces maires de campagne à enquiller 2, 3, 4, 5 mandats si c’est une telle épreuve  »

    Une tout autre analyse peut être faite, tout aussi valable et réalisée bien souvent.
    Ce qui prouve qu’il n’y a jamais qu’une histoire!

    1°) Personne dans la commune ne veut « profiter de cet avantage!!!!!Chacun a bien conscience, surtout dans les campagnes où les maires ont une activité professionnelle, que ce sont beaucoup plus des « emm….) que des avantages!

    2°) Quand un maire donne entière satisfaction à ses administrés parce qu’il les connaît tous et qu’il connaît leurs besoins, car il a les mêmes, pourquoi, s’il est toujours volontaire, en changer!

    • Réponse au point 1°) : si la population d’une commune est trop restreinte pour susciter suffisamment de vocations de maire, une solution possible est la fusion avec des communes voisines. Mais étonnamment quasiment tous les maires sont quand même vent debout contre toute idée de fusion.

      Réponse au point 2°) : c’est vous qui parliez de « sacerdoce », donc en quelque sorte de fardeau à porter pour ces maires. Vouloir en changer c’est leur rendre service, non ?

  2. Je crois que c’est un problème sociologique, mais aussi de démocratie. Qu’est-ce que la démocratie à la française ? Si cela consiste seulement à mettre un bout de papier dans une enveloppe, c’est peut-être en partie la cause de tous ces problèmes.
    LA REUNION PUBLIQUE OFFICIELLE où le citoyen peut s’exprimer, relever une aberration et coincer le politique devant ses responsabilités si celui-ci ne les assume pas… Cela n’existe que pour les communes (les autres strates sont tranquilles…) Et de toutes manières, quels citoyens viennent y remplir -vraiment- leur rôle ???

  3. Un élément qui n’a pas été soulevé et qui pourrait être explicatif.
    le fait qu’ici dans le 64 le front national fait ses plus bas scores au niveau national mais aussi au niveau de l’aquitaine.

    peut être une tradition de modération mais aussi une prospérité économique relative.

    Qu’en pensez vous ?

    • J’en pense que l’évolution des résultats dans le 64 est quand même conforme à la tendance générale en France. Une certaine prospérité économique relative, comme vous dites, fait sans doute partie de l’explication. Un certain « régionalisme » aussi: le FN est très bas en Corse. Il est plus bas qu’ailleurs au Pays Basque, en Bretagne, en Auvergne…

  4. Joël Braud says:

    Bravo PierU pour cette analyse de nature à apaiser des débats qui devenaient tendus. Ce que vous dites est modéré et frappé au coin du bon sens.

  5. Moi aussi, j’ai remarqué le titre de l’éditorial du Monde du 8 décembre et ma réaction a été un rire gargantuesque pour dire : mais dans quel pays vit il ce journaliste du quotidien de la pseudo élite ?
    Il envisage un peu le chômage et le drame du 13 novembre. Mais rien sur ce que subit le peuple des petites gens, des « sans dents », des gueux de notre temps. Il ne sait pas ce que c’est d’avoir ses enfants rackettés, son logement cambriolé une ou plusieurs fois, la voiture brulée pour rire, les « incivilités » dans les transports qui peuvent se transformer en délits, ces rues où le soir on n’ose pas rentrer à pied, ces campagnes jadis calmes où à présent on vole le matériel agricoles et les métaux monnayables, etc…
    En face, un pouvoir empoté dans ses grands principes, qui trouve des excuses à toutes ces agressions que subissent en priorité les plus humbles. Alors, ça a pété et ce bobo qui n’a sans doute jamais assisté à une audience de correctionnelle pour voir la faune, s’étonne !!!

  6. Larouture says:

    Pourquoi les jeunes votent-ils FN ?

    • C’est en tout cas ce que disent des statistiques publiées dans la presse hier : 35% si je ne me trompe pas. Pourquoi ? Il faut leur demander…

    • Michel LACANETTE says:

      Les jeunes votent FN parce qu’ on leur a demandé de suivre des études souvent au delà de leurs possibilités, non pas pour leur donner au bout des opportunités d’ insertion dans la société, mais en réalité pour retarder le plus possible leur arrivée sur le marché du travail en espérant que la situation de l’ emploi ce sera améliorée entre temps.
      Au bout de leurs études et des efforts fournis aucun espoir , directement au chômage !!!!!
      Pensez vous qu’ avec une tel mur de déceptions les jeunes vont voter pour les partis politiques traditionnels ? Sûrement pas et cela est compréhensible. Pourquoi y a t’ il eu Mai 68 à l’ époque ? ….. Plus d’ espoir.
      Les mêmes qui en 68 faisaient la révolution pour se » libérer des carcans » freinent aujourd’ hui des quatre fers et verrouillent la société, pour protéger avant tout leurs acquis de  » Pères Tranquilles » et aussi pour ne pas remettre en cause l’ esprit et le dogme de Mai 68.

  7. Passage à la synthèse !
    Daniel : Bien mais il faudra que les citoyens se réveillent…
    Georges : C’est notre faute, nous avons choisi l’individualisme triomphant.
    Karouge : Attention. Contentons nous de ce que nous avons. Le pire pourrait être devant nous (ce que dit Georges aussi)
    Jack : il faut que les jeunes s’engagent. (Oui mais il le font au FN!)
    Michel : finissons-en avec les cogitations partisanes du PS et des LR pour de suite se pencher sur notre quotidien.
    Karouge : Tout à fait d’accord.
    Mehdi : Redevenons Pays des Lumières, pays universel.

    Tout à fait d’accord en employant la méthode de Michel mais pour cela je crains qu’il ne faille que les citoyens de Daniel ne réveillent les politiques.

  8. Mehdi Jabrane says:

    Sur ce site, on pouvait lire il y a peu : « When in Rome do as the romans do ».
    N’avons-nous pas avec cet adage 50% du programme frontiste ?
    Donc de grâce, cessons de parler « de replis sur soi et de xénophobie » au sujet du FN !

    « France : De pays des lumières, pays universel »
    Si la France pouvait parler elle reprendrait certainement à son compte ce verset biblique :
    Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son coeur est éloigné de moi.

  9. Michel LACANETTE says:

     » Il faudra que les citoyens se réveillent enfin »
    Les citoyens sont réveillés, mais on les oblige à faire des cauchemars, car que seraient le PS et LR sans le FN, plus que sûrement rien. En nous plongeant dans l’ immobilisme et le
    clientélisme politique de gauche ou de droite, le PS et LR obligent les électeurs à se tourner vers le FN.
    Il existe bien une autre solution plus modérée qui est celle de les sanctionner par un vote blanc massif, mais elle ne semble pas attirer les foules. Une autre solution serait un gouvernement de coalition, mais devant la déliquescence du monde politique français cela ne serait qu’ un emplâtre sur une jambe de bois. Le seul espoir malheureux qui reste est l’ effondrement du système politique, mais qui risque d’ amener le chaos et la disparition du système républicain.
    A moins que dans un dernier sursaut de lucidité nos compères PS et LR se décident à enfin voir les réalités en face et abandonnent l’ idée que dès le lendemain d’ une élection, il faut penser à la suivante, surtout si elle est présidentielle.
    Il serait plus que tant qu’ ils réalisent qu’ ils sont à la tête d’ un pays qui a un peuple, avec un besoin de réponse aux problèmes du quotidien et non un besoin de cogitation partisane de chapelle.

  10. Jack Fagot-Barraly says:

    Pour ce qui est du front National ,ce n’est pas quand il est dans la bergerie qu’il faut crier
    « Au loup!!! » C’est avant qu’il fallait l’en empêcher . Maintenant ,c’est trop tard . Quand a nos hommes et femmes politiques ,il ne faut pas attendre d’ eux qu’ils scient la branche sur laquelle ils sont assis . Avant les élections ils promettent tout ce que l’ont est en droit d’attendre d’eux …Mais après, c’est comme avant, jusqu’à la prochaine fois . Et ça dure ;

    Voilà pour le constat . Alors que faire pour que ça change ? Il faut les remplacer . Par qui ? Par des nouveaux ,par des jeunes …plus ou moins jeunes . Mais pour cela il faut s’engager , se faire élire et bosser . Comme je l’ai déjà dit ici  » La critique est aisée mais l’art est difficile  » comme c’est difficile de se faire une place dans un parti politique quel qu’il soit
    Il en est un qui va dans ce sens ,c’est P Larouturou et son candidat n’a fait que 1,5 a 2%
    Reste beaucoup a faire n’est-ce pas ?

  11. A méditer (ou à relire) :

    Les Grenouilles qui demandent un roi

    Les Grenouilles, se lassant
    De l’état Démocratique,
    Par leurs clameurs firent tant
    Que Jupin les soumit au pouvoir Monarchique.
    Il leur tomba du Ciel un Roi tout pacifique :
    Ce Roi fit toutefois un tel bruit en tombant
    Que la gent marécageuse,
    Gent fort sotte et fort peureuse,
    S’alla cacher sous les eaux,
    Dans les joncs, dans les roseaux,
    Dans les trous du marécage,
    Sans oser de longtemps regarder au visage
    Celui qu’elles croyaient être un géant nouveau ;
    Or c’était un Soliveau,
    De qui la gravité fit peur à la première
    Qui de le voir s’aventurant
    Osa bien quitter sa tanière.
    Elle approcha, mais en tremblant.
    Une autre la suivit, une autre en fit autant,
    Il en vint une fourmilière ;
    Et leur troupe à la fin se rendit familière
    Jusqu’à sauter sur l’épaule du Roi.
    Le bon Sire le souffre, et se tient toujours coi.
    Jupin en a bientôt la cervelle rompue.
    Donnez-nous, dit ce peuple, un Roi qui se remue.
    Le Monarque des Dieux leur envoie une Grue,
    Qui les croque, qui les tue,
    Qui les gobe à son plaisir,
    Et Grenouilles de se plaindre ;
    Et Jupin de leur dire : Eh quoi ! votre désir
    A ses lois croit-il nous astreindre ?
    Vous avez dû premièrement
    Garder votre Gouvernement ;
    Mais, ne l’ayant pas fait, il vous devait suffire
    Que votre premier roi fût débonnaire et doux :
    De celui-ci contentez-vous,
    De peur d’en rencontrer un pire.

    extrait du site : http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/jean_de_la_fontaine/les_grenouilles_qui_demandent_un_roi.html

  12. Georges Vallet says:

    « Supprimons la Présidence, supprimons les communes, diminuons……..Tout a été écrit sur AltPy. »

    Et s’il en reste qu’un j’espère être celui-là, doivent se demander les citoyens qui se « réveilleront »!
    Le FN ne propose pas des candidats du passé; si je comprends bien, c’est une proposition! Pourquoi ne pas les essayer?. On hasarde de perdre à vouloir trop gagner!

    C’est un vrai tremblement de terre! Attention, précaution, les répliques sont imprévisibles!

    Haro sur le baudet! Ce ne sont pas les politiques qui sont à changer, le mal est plus profond; nous sommes tous des «baudets», les hommes politiques «sont faits à notre image», ils sont issus de notre société, nous les avons désignés, ils représentent la gestion de la politique néolibérale que la majorité a choisi, c’est-à-dire le culte de l’individualisme triomphant. Après moi le déluge( cop 21), après moi les autres s’il y a encore de la place!
    Oui, si un peuple veut être grand,

    Le vice est aussi nécessaire à l’État,

    Que la faim l’est pour le faire manger.

    La vertu seule ne peut faire vivre les nations

    Dans la magnificence; ceux qui veulent revoir
    

Un âge d’or, doivent être aussi disposés

    À se nourrir de glands, qu’à vivre honnêtes.
    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Extraits de la fable des abeilles: Bernard Mandeville (1670-1733)

  13. Les citoyens ne peuvent que souscrire, mais la prochaine présidentielle opposera des candidats du passé, et de surcroit parmi les politiciens les plus impopulaires !
    Ce sera l’élection du roi des loser …
    Quant à nos politiciens professionnels, à commencer par les Maires, ils ne sont pas prêts à scier la branche …
    Il faudra que les citoyens se réveillent enfin.

    • Georges Vallet says:

      « Quant à nos politiciens professionnels, à commencer par les Maires, ils ne sont pas prêts à scier la branche … »

      Que c’est injuste!
      Si pour la hiérarchie élective, je peux vous suivre, les maires sont les seuls élus à être au contact du terrain, de ses problèmes réels, et non supposés à distance. A part, comme partout, des brebis qui veulent brouter l’herbe du contribuable, la grande majorité, surtout dans le monde rural (le plus grand nombre), sont d’un dévouement, pour leurs administrés, sans limite; ils sont, nuit et jour, au service d’une population, pas toujours compréhensive d’ailleurs, qui les sollicite pour la résolution de problèmes de plus en plus nombreux et douloureux dans le contexte actuel:

      de désengagement du Public et du Privé: santé, sécurité, affectif, juridique, économique, social, religieux…..
      De pressions de plus en plus fortes de ce même Public et Privé pour multiplier les contraintes financières et administratives nécessitant, pour beaucoup d’entre eux, pas toujours sortis d’HEC ou de la fac de droit, un recyclage à Bac+x!
      Pour beaucoup, ce n’est pas une « profession  » mais « un sacerdoce »!

      • Pourtant les faits contredisent votre vision angélique :
        – clientélisme à outrance
        – course à la destruction de terres agricoles avec un mitage du territoire gravissime
        – refus de fusionner entre communes pour apporter un fonctionnement beaucoup plus efficient
        – gabegie financière par plus de 500 000 fonctionnaires territoriaux aors que la création des interco aurait dû conduire à une diminution
        – roitelets installés durant des decennies, qui se lamentent mais ne quittent que rarement la fonction volontairement
        – …etc

        • Georges Vallet says:

          Il y a les faits que vous retenez pour démontrer votre vérité et…les autres que vous ignorez ou voulez ignorer car ils perturbent vos péremptoires affirmations!

          • « et…les autres que vous ignorez ou voulez ignorer  »

            Quels autres ?
            Allez y dites nous .

            • Georges Vallet says:

              Je ne connais pas les maires des 36000 communes françaises, vous non plus sans doute!
              Par contre j’en connais quelques uns qui suffisent à dénoncer la généralité de vos propos.

              • Voilà un réponse précise et argumentée.

              • +1 (à GV)
                DS:  » Voilà un réponse précise et argumentée. » il y a autant de réponses que de maires. Allez un peu séjourner à la campagne une année mini, vous verrez le boulot que font la grande majorité des maires. Qu’il y ait du copinage, dans un bled de 1000 ou 3000 habitants, c’est plus le fait que les élus connaissent les problèmes de la commune que d’y piocher des avantages personnels. De même pour les employés municipaux, qui sont loin d’être des inutiles payés à ne rien faire. Non seulement ça marche, mais personne ne s’en plaint. Après, Pau, l’agglo et compagnie, c’est une autre dimension. Ne mélangez pas tout et tous, DS!

                • Je me permets de nuancer ce tableau quasi-idyllique des communes de « campagne » (qui sont en l’occurrence bien souvent des zones péri-urbaines). La question n’est pas de mettre individuellement les maires sur la sellette, mais de pointer un système qui conduit à des absurdités. GV parle d’un « sacerdoce », mais qu’est-ce qui oblige ces maires de campagne à enquiller 2, 3, 4, 5 mandats si c’est une telle épreuve ? Un esprit de sacrifice ? Le sentiment d’être irremplaçable ? Ce sont en réalité de mauvaises raisons où l’ego prend souvent le dessus, surtout quand, dans le même temps, ils s’arc-boutent sur un refus catégorique de fusionner les communes (ce qui aurait pour effet d’accroître le vivier de prétendants au sacerdoce).

                  Les travers dénoncés par DS sont réels, même si bien sûr (et heureusement) on va toujours trouver des maires qui ne correspondent pas à ce tableau. Le clientélisme est une réalité (que j’ai l’occasion d’observer en situation), et ce n’est parce qu’il n’est pas directement motivé par la recherche d’avantages personnels de la part des élus qu’il y est moins gênant qu’ailleurs. Le mitage du territoire qui résulte du pouvoir exorbitant des maires pour accorder les permis de construire aussi. Quel maire de petite commune peut résister à la pression d’amis de toujours pour rendre constructible telle ou telle zone ? Quel maire de petite commune peut résister à la tentation d’autoriser un lotissement de plus pour rajeunir la commune ?

                  Il n’y a guère que sur les gaspillages que la réalité est sans doute moins négative dans les petites communes que ce que décrit DS. Mais là on est dans le syndrome « On pollue moins en France qu’en Chine, mais c’est aussi parce qu’on a déplacé notre production industrielle en Chine » : les petites communes péri-urbaines bénéficient en partie des infrastructures des villes proches, sans avoir à les financer.

                • Oui le gaspillage est immense dans nos communes !
                  Et ce n’est pas moi seulement qui le dit, c’est la Cour des Comptes.
                  L’intercommunalité devait mettre en commun les compétences et donc faire des économies d’échelle .
                  Bilan 500 000 fonctionnaires territoriaux en plus.

                  36 700 communes et certaines avec moins de 50 habitants la France est à la préhistoire de l’organisation efficiente, le dernier pays en Europe organisé comme au Moyen Age !

                  « Censé être plus incitatif, un nouveau statut de «commune nouvelle» voulu par Nicolas Sarkozy a été créé en 2010. Une fois encore, l’échec a été cuisant. En quatre ans, seules 13 communes nouvelles ont été créées à partir de 35 communes existantes. »
                  35 communes en 4 ans ont fusionné et une douzaine à défusionné.

                  « Sur ce sujet, la France est à la traîne par rapport aux autres pays européens qui ont, pour certains d’entre d’eux, réduit drastiquement le nombre de communes depuis 1950 : – 41% en Allemagne, – 75% en Belgique et même – 87% en Suède ! Dans le même temps, ce chiffre n’a diminué que de 5% en France pour compter quatre fois plus de communes que l’Italie ou l’Espagne. »

                  Et c’est sans compter sur leurs mensonges (relire mes articles sur leurs lamentations mensongères concernant les baisses de subventions, ridiculement basses.)

                  Nos Maires sont les plus nuls du monde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s