Double nationalité, une de trop ?


mayotte patriote  Comme souvent en France nos politiciens professionnels élus à vie s’écharpent sur des sujets de société que l’on pourrait qualifier de secondaires. Pendant ce temps, on ne parle pas des vrais problèmes

Ainsi donc supprimer la nationalité française à un bi national serait faire preuve de discrimination, l’égalité des français étant le critère majeur incontournable.

On ne peut qu’approuver.

Mais alors, où voyez vous qu’une personne qui a deux nationalités est l’égale de l’immense majorité des Français qui n’a que la nationalité française ? Il y a bien un préalable sur lequel il faut prendre position : la suppression de la double nationalité. D’ailleurs, cette situation, au delà d’une discrimination évidente entre Français est d’une ambiguïté perverse. Imposons donc aux Français bi nationaux de choisir une nationalité à leur majorité, et là on pourra parler d’égalité.

Plutôt que de s’écharper dans un combat politicien dérisoire sur cette déchéance de nationalité qui ne touchera que quelques individus, nos élus devraient s’interroger sur le sacro-saint droit du sol qui lui aussi demanderait peut être un débat. Peut-on continuer à être français si on naît en France de parents étrangers en situation illégale ?

La maternité de Mamoudzou (Mayotte) en montre tous les jours depuis des années les conséquences. Première maternité de France, les chiffres sont impressionnants pour cette très jolie petite île de l’Océan Indien : 6640 accouchements en 2013, 7374 en 2014, plus de 8500 envisagés pour 2015. 70% des femmes qui y accouchent sont des Comoriennes en situation illégale venues là pour permettre à leur enfant d’avoir la nationalité française. Les chiffres donnent le vertige :

3000 habitants en 1843 quand la France prend possession de Mayotte 220 000 environ en 2014 et 60 000 étrangers environ en situation illégale.

20000 reconduites à la frontière en 2014 (10 000 environ en Guyanne où on trouve un phénomène analogue) et une augmentation de la délinquance de 7% après 11% en 2013.

Mayotte se caractérise aussi par une population de jeunes très importante (la moitié de la population a moins de 18 ans, 70% moins de 25).

C’est un immense établissement scolaire : 113 écoles primaire, 15 collèges, 16 lycées pour un territoire correspondant en gros à l’agglomération paloise… avec un échec scolaire gigantesque…

Et une question sans réponse, bien plus importante que le débat actuel : que fait-on de ce flux de jeunes Français sur ce « département » minuscule où il n’y a pas d’emploi ?

Daniel Sango

Comments

  1. La citoyenneté française doit se mériter

    D’après ce que j’ai compris, les concepteurs du projet de déchéance de la nationalité française pour les seuls terroristes, pour ceux qui veulent détruire la France et des citoyens français (nous l’avons vu en 2015), ne porte que sur les binationaux que pour des raisons de droit international. Si l’on enlevait la nationalité française à tous les terroristes, y compris à ceux qui n’ont que celle-là, on créerait des apatrides. Mais si les juristes qui étudient la question, concluent que c’est compatible avec le droit international, alors on étendra la mesure à tous les terroristes anciennement français. Quelques 90% des Français interrogés sont d’accord avec cette mesure. On n’en peut plus d’entendre dire, de lire : « Un Français qui a rejoint Daech… ». Ces gens-là ne peuvent plus être français. Alors, n’allons pas ergoter là-dessus.
    Je ne suis pas d’accord avec l’idée de supprimer totalement la double nationalité, comme le propose un des intervenants ci-dessus. Il faut laisser la possibilité aux citoyens de l’Union Européenne qui utilisent du reste le même passeport couleur bordeaux, et à eux seulement, d’avoir une double nationalité, celle de leur pays si c’est un Etat membre de l’UE, et celle dun autre pays européens dans lequel ils travaillent et résident durablement, et cela, pour favoriser la mobilité professionnelle ainsi que les mariages mixtes au sein de l’Europe. C’est une façon de resserrer les liens sur notre continent, de créer une conscience européenne. Ayant travaillé moi-même une quarantaine d’années en Allemagne, j’ai acquis la nationalité allemande sans perdre la nationalité française. Du reste, la déclaration Schröder-Chirac de 2003 adoptée à l’occasion du 40ème anniversaire du Traité de l’Elysée, le recommandait.
    Il est évident que face au flot pour le moment irrépressible de migrants en France, en Allemagne, et ailleurs en Europe, le droit du sol doit subir des restrictions majeures. Par exemple, les enfants d’immigrés en situation irrégulière ne peurront pas devenir français même nés en France. Changer cela n’est pas plus grave que réorganiser l’espace Schengen, comme cela va se faire. Ce n’est pas plus difficile non plus que de renoncer à accorder le droit de vote au niveau communal aux étrangers extra-européens, comme l’a fait assez récemment le Premier ministre. Cette promesse du candidat Hollande, signée par de nombreux maires socialistes, était une vraie folie, un de ces luxes soi-disant humanitaires, en réalité suicidaires, dont une certaine gauche de la gauche est coutumière.
    Il faut aussi ériger des obstacles à la naturalisation : parler, lire et écrire assez couramment la langue du pays, connaître ses principales lois et les articles importants de sa constitution, ses institutions politiques, sa géographie, ses règles de comportement et mœurs, ainsi que des chapitres importants de son histoire, et jurer de les respecter oralement et en signant un document, et, de plus, vivre depuis sept ans dans ce pays, y disposer d’un domicile fixe et d’un contrat de travail ou pouvoir produire une déclaration fiscale en bonne et due forme. Ce sont les conditions généralement requises pour obtenir la nationalité allemande. N’oublions pas qu’il a fallu des siècles pour créer la nationalité (je préfèrerais dire : la citoyenneté) française et qu’on ne doit pas la galvauder. Elle doit se mériter, sinon elle ne vaut rien.
    Tout le reste est de l’idéologie.
    Jean-Paul Picaper

    • Nous sommes parfaitement d’accord.
      Reste ce point de la double nationalité « Européenne ».
      Je pense personnellement que c’est aux institutions européennes de faire que les différences à l’intérieur de l’Europe aillent en s’estompant pour viser in fine a un passeport européen conférant les droits d’une multinationalité européenne.
      (immaginons quelqu’un qui travaille successivement dans plusieurs pays ce qui va devenir banal …)

    • Emile64 says:

      « La citoyenneté française doit se mériter » Ah! ah! Excellent!
      Si l’on suivait vos préceptes, le nombre d’étrangers en France serait probablement décuplé sans aucune immigration!
      Et vous au fait, vous êtes sur de la mériter, la nationalité française?

  2. la nationalité le droit du sol le droit du sang ..des sujets secondaires..
    je laisse à monsieur vallet cette étrange réflexion

    • Georges Vallet says:

      «la nationalité le droit du sol le droit du sang ..des sujets secondaires..
je laisse à monsieur vallet cette étrange réflexion»

      La Culture comme l’art, la musique, la peinture, la littérature, la philosophie….
      L’amour!
      Le sport.
      Les connaissances et les croyances comme les religions.
      La Science et la Technologie.
      L’Economie, la Finance, l’Argent.
      La Communication virtuelle et réelle par les réseaux ferrés, routiers, maritimes, aériens.
      Le Commerce, l’élevage, l’habitat, la cuisine, la langue même,…
      Le Terrorisme.
      ……….
      Ignorent complètement les frontières!

      L’Histoire à laquelle nous nous référons pour revendiquer notre identité nationale nous montre qu’aussi bien au niveau du sol, du sang, de la Culture…..elle est le résultat d’un gigantesque mixage, brassage depuis la préhistoire, sans cesse évolutif donc sans unité étalon pour se référer.
      L’histoire actuelle du monde nous montre que, progressivement, les liens qui nous unissaient dans le passé tombent progressivement, même dans nos régions. On peut peut-être le déplorer mais c’est ainsi.
      Avec la globalisation, la nationalité est une espèce en péril!
      L’appartenance ne devient plus qu’une sensibilité et un état civil, c’est important naturellement, c’est pour cela que l’union nationale s’est faite en grande partie lors des tragédies passées. Malheureusement, le temps passe, les sensibilités évoluent du fait même de notre passé culturel, les vrais problèmes de chacun et chacune d’entre nous restent..

      Si on raisonne tant soit peu, on a bien conscience que l’octroi d’une nationalité, ou pas, n’est pas un obstacle aux terroristes. Il suffit de réactiver les info reçues. Le passé a montré que les frontières, même avec des barbelés, des CRS, des douaniers, des militaires, la mer,….cela se contourne; l’homo sapiens a conquis le monde en contournant les obstacles; la décision de supprimer la double nationalité, qui d’ailleurs ne devrait pas exister, par définition, est purement de la stratégie de sondages donc politique. Cela ne changera rien.

      • Georges Vallet says:

        Ceux qui ont mon âge doivent se rappeler l’élan d’adhésion qui s’est élevé le 25 mai 1948, quand Garry Davis, pilote américain de la guerre, a annoncé qu’il abandonnait la nationalité américaine et qu’il se plaçait désormais sous la protection de l’ONU.

        Installé dans une tente précaire, le citoyen du Monde, sur le parvis de Chaillot, avait reçu la visite des grands intellectuels de l’époque: Albert Camus, André Gide, Jean-Paul Sartre, André Breton, l’abbé Pierre, etc.
        A chacun sa sensibilité!

      • « L’appartenance ne devient plus qu’une sensibilité et un état civil, c’est important naturellement, c’est pour cela que l’union nationale s’est faite en grande partie lors des tragédies passées. »
        Tout à fait d’accord!

  3. Georges Vallet says:

    « s’écharpent sur des sujets de société que l’on pourrait qualifier de secondaires »
    C’est bien mon avis!

     » nos élus devraient s’interroger sur le sacro-saint droit du sol qui lui aussi demanderait peut être un débat. Peut-on continuer à être français si on naît en France de parents étrangers en situation illégale ? »

    Un débat de plus!! Avec la globalisation des échanges commerciaux, financiers, des personnes..la notion de nation perd énormément de terrain; la lutte est inégale, est-elle vraiment bien utile? Comme vous dîtes au début, pendant ce temps on ne parle pas des vrais problèmes!
    Les vrais problèmes sont les rentrés financières dans les caisses de l’Etat. A ce sujet, nos élus devraient plutôt s’interroger sur les droits et devoirs du sol des entreprises dont la nationalité n’a pas plus de sens!
    L’article de Sud Ouest de ce matin lundi, sur les milliards de l’évasion fiscale est autrement plus important!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s