L’homme, un animal comme les autres.


DurerL’homme et sa femelle : des animaux comme les autres ?

En cette année nouvelle monsieur PYC (lui )a promis de ne plus écrire que sur elle (à sa petite déesse aux Baronnies).

Néanmoins la forme du conte lui sied si bien. Un peu sur la forme de PYC chante Noël. Les contes, comme les mythes, tapissent l’inconscient des humains…comme les peintures les grottes de Lascaux…

L’idée c’est d’anticiper le monde à venir Notamment sur une résurgence de la vie si l’humanité venait à disparaître à force de trop charger la barque. En l’occurrence la barque c’est la terre chargée d’hommes jusqu’à la gueule. Une hypothèse tout à fait envisageable voire probable.

Pour cela il se pourrait que, à partir du gouffre d’ Esparros au travers d’une union improbable entre un ours slovène et une jolie infirmière, une nouvelle phylogenèse ici aux Pyrénées voit le jour.

Mais comme dirait Rudyard Kipling (qui vécut à Vernet les bains dans les Pyrénées orientales) ceci est une autre histoire.

Une histoire qui coulera dans les prochains articles. Le cas échéant ces articles que monsieur PYC pourrait recycler pour engendrer un joli ouvrage : un recueil de contes philosophiques ou un roman épique et pyrénéen. Cela dépendra de son soutien.

Si l’homme devait disparaître encore est-il encore temps de le qualifier et de le décrire. Pour cela tout d’abord répondre à deux questions :

1) L’homme et sa femelle sont-ils des animaux comme les autres ?

La science, et tout spécialement le darwinisme, nous dit que l’homme est un singe. Un singe d’ environ 1.80 m pour 70 kilos et que sa femelle fait 1.60 m pour 55 kilos. Qu’éventuellement quand elle vit aux Baronnies elle est le plus bel être de la terre. Qu’à la différence des oiseaux, singulièrement des paons, des poules et des dindons le dimorphisme sexuel place la femelle devant le mâle. De cela on peut avoir une appréciation différente.

Comme c’est un mammifère la dite femelle est pourvue (pas toujours) d’une jolie poitrine qui fait la fortune des sociétés de lingerie. Des sociétés de lingerie qui éditent des magazines qui faisaient fantasmer les adolescents d’autrefois dont l’imaginaire n’était pas encore détruit par la pornographie d’internet. Ce qui est déjà un indice sinon une preuve que l’espèce homo sapiens sapiens est singulière. ….Les femelles gorilles ne passent de brassières.
.
Ses plus proches cousins sont l’orang-outan, le gorille et le chimpanzé. Ses cousins les plus rigolos sont le lémurien, le gibbon et le ouistiti.
Il a développé semble t-il (mais qu’en sait on absolument?) des performances spécifiques comme la conscience de soi, la conscience de sa mort inéluctable et des mythes divers. Étant particulièrement fragile pour survivre dans des environnements hostiles son cerveau s’est tellement développé qu’il a pu asservir le monde et coloniser tous les espaces. A la différence de tous les autres animaux il n’est pas asservi à un biotope particulier.

Cela dit, qui nous dit vraiment que d’autres espèces, réputées intelligentes et sensibles, comme notre ami l’ours ou, paraît t-il, les céphalopodes (et singulièrement les pieuvres) n’ont pas certaines de ses facultés sus évoquées. Subséquemment qu’au cas où une une fois la branche humaine éteinte une phylogenèse au moins aussi brillante ne viendrait pas à de développer.
Ce qui est une sorte de preuve que l’homme fait bien partie du monde animal et qu’il n’en est pas forcément le rameau le plus abouti.

2) Est -il à l’image de Dieu ou a t-il créé Dieu à son image ?

Pour Noël nous écrivions pour nous remonter le moral
et participer d’une ambiance de fête pas trop dévoyée,

le christ c’est Jésus
Il est le fils de Dieu
Dieu est un ectoplasme sans visage
un sorte de fantôme dont le souffle obscur
a engendré le monde

Le sens est clair pour un esprit humain il est impossible de préciser la notion de Dieu en dehors d’une référence humaine.
En plus le Christ on lui adonné un petit nom en l’occurrence Jésus et une maman à savoir Marie, vierge de surcroît, tellement les religions ont peur du sexe.
Et on l’a flanqué d’un benêt de charpentier pour père.

Une autre manière de raisonner c’est que la notion de Dieu est une pure invention humaine. Non pas un être immanent et transcendant mais le fruit de l’imagination des hommes. Cela n’apporte aucune lumière mais il faut bien présenter toutes les hypothèses.

3) Quelques jolies infirmières vont elles lui permettre de se survivre.

Ce troisième paragraphe est un pur teasing.

Un solution, pas plus fantaisiste qu’une autre est de révéler une issue pour que s’élève une nouvelle phylogenèse éventuellement à partir l’Amazonie des baronnies et du gouffre d’ Esparros. Le gouffre, refuge bien connu des gélinottes cendrées, mais surtout des chauves-souris et autres chiroptères, emblèmes des seigneurs de Mauvezin, est en effet par sa profondeur et son altitude une gésine tout à fait idoine pour réensemencer une nouvelle lignée… pour succéder aux hommes.

Une scoop tout à fait remarquable au bénéfice des lecteurs d’Altpy, mais ceci est une autre histoire.

Pierre Yves Couderc
Tournay le 09/01/2016.

1 jour après …

Comments

  1. L’homme est un animal. Il est centré sur lui-même, ne voit que midi à sa porte.
    Enfin, je crois que l’on vivait mieux ENSEMBLE « avant » (je dirais de l’après guerre au début des années 90). Je crois que les facteurs fondamentaux qui ont fait le plus de mal à la société sont: l’abrutissement publicitaire avec le consumérisme qui en résulte, la grand-messe de 20h qui nivelle tout et la suppression des cours de morale à l’école.

  2. dans quelle catégorie faut-il classer Donald Trump? Le vilain gros canard de Disneyland ou l’infect gros connard des Républicains yankees ?

  3. Michel LACANETTE says:

     » L’ homme un animal bien pire que les autres » aurait du être le titre de votre article
    A ce jour a t’ on vu des animaux mener des hommes à l’ abattoir: Jamais.
    Pourtant aujourd’ hui l’ homme mène des millions d’ animaux quotidiennement à l’ abattoir
    A t’ on vu des animaux en tuer d’autres pour une cigarette ou un regard insistant : Jamais
    Pourtant aujourd’ hui c’ est ce qui se passe couramment à la sortie de » boîte », d’ un bal,ou d’ une fête de village dans l’ indifférence générale.
    A t’ on vu des animaux tirer dans la foule un jour de marché : Jamais
    Pourtant aujourd’ hui, c’ est ce que des hommes font tous les jours,sans raisons dans
    l’ indifférence générale, sans même une parole de compassion.
    A t’ on vu ……..
    Pour si belle que soit sa femelle qui nous fait fantasmer, l’ homme reste un fauve pour
    l’ homme, toutefois capable à l’ occasion des plus beaux gestes et des plus belles réalisations.

    • Georges Vallet says:

      » L’ homme un animal bien pire que les autres »

      Il ne peut pas être pire qu’un animal puisqu’il en est un; par contre, comme la définition du Littré est:  » L’homme est un animal raisonnable », cette définition est mauvaise, elle est à revoir, cela vient du fait que c’est lui qui a donné sa propre définition! Il ne pouvait pas se départir puisqu’il s’était appelé Homo sapiens!
      En fait, le terme animal est vécu, à tort, par beaucoup,comme:sauvage, méchant, cruel; c’est faux, ces adjectifs ont été créés aussi par l’homme; en fait ce qui manque à l’humanité c’est de l’animalité.

      • Georges Vallet says:

        En ce qui concerne: »L’homme et sa femelle….. », dans le contexte de la question posée: pourquoi pas! Par contre, compte tenu du vocabulaire utilisé en général à propos de ‘l’homme » je pencherais plutôt pour : »l’homme et la femme »

      • raisonnable = doté de raison

        • Georges Vallet says:

          Et effectivement la doctrine humaine est: « la raison du plus fort est toujours la meilleure »!!!!

          • En cela l’homme est un clairement un animal comme les autres.

            • Georges Vallet says:

              Non, car chez l’animal ce n’est pas le plus fort qui a toujours raison, c’est le mieux adapté: celui qui se camouflera le mieux, qui sera le plus patient, qui sera le plus attentif, le plus malin, qui courra le plus vite……ou le moins vite!

              • Georges Vallet says:

                le moins vite? L’immobilisme, à la différence des hommes, est une qualité qui peut sauver la vie d’un animal!!!

      • Michel LACANETTE says:

        Puisque l’ homme est un animal, pour le juger il va falloir demander la création d’ un tribunal animalier. Un grand cirque suffira …… ce qui ne changera pas grand chose.

  4. Effectivement chère Hélène l’idée m’a effleuré de changer le titre.
    Mais tel qu’il est il est plus en phase avec l’histoire sous-jacente.
    En plus cela collait plus avec la dimension animale de l’être humain qu’il soit femelle ou mâle…

  5. Helene Lafon says:

    Et pourquoi pas « le mâle et sa femme »….

    • Ben de la même façon qu’on va dire « Le lion et sa femelle », ou « La lionne et son mâle », mais certainement pas « Le mâle et sa lionne ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s