Brexit, yes !


leave eu L’UE vient de montrer une nouvelle fois son impuissance dans un exercice d’équilibriste impossible entre des britanniques qui veulent le beurre et l’argent du beurre et des dirigeants européens incapables de mener une politique claire et courageuse, tous heureux d’avoir réinventé l’eau tiède.

Les déclarations de Hollande et Cameron après cet « accord » pitoyable montrent bien à quel niveau se situe la politique en Europe.

Le président français François Hollande s’est félicité qu’il n’y ait « pas de dérogation aux règles »

 « Aujourd’hui, le Royaume-Uni a une place particulière en Europe mais il n’y a pas eu de dérogation aux règles du marché unique, il n’y a pas de révision prévue des traités et pas de droit de veto sur la zone euro »

David Cameron, (Européen convaincu !!) est très satisfait d’avoir obtenu un « statut spécial »:

« Le Royaume Unie ne fera jamais partie d’un super Etat de l’Union européenne, le pays n’adoptera jamais l’Euro, nous ne participerons pas aux parties de l’Union qui ne fonctionnent pas (Schengen, l’euro) »

 « Il ne sera plus jamais question d’avoir quelque chose sans contrepartie »

 « Je n’aime pas Bruxelles mais j’aime la Grande-Bretagne »

Les citoyens européens ne peuvent qu’être désespérés devant une telle farce. Il nous reste à espérer que les Britanniques, en refusant de rester dans l’Union, apportent enfin un peu de clarté pour une vraie Europe et non pas cette institution paralysée, incapable de trancher, de faire face aux nombreux défis présents et futurs.

Allez les britanniques, « leave EU ! »

Daniel Sango

Comments

  1. Chinaphil says:

    J’ai comme une fâcheuse tendance au manichéisme quand de rares occasions me sont données de réfléchir… Merci Altpy pour la qualité de ce qui y est produit et commenté.
    Si l’on veut bien admettre qu’un simple match de foot entre Mauléon et Hasparren, comme entre Paris et Chelsea, est susceptible d’engendrer de violentes discordes supportrices, par quel biais intellectuel admettre une entente cordiale entre 28 pays et plus de 500 millions d’habitants, sinon par le biais de l’artifice et de l’auto-proclamation? Le désespoir de nos agriculteurs en est aujourd’hui l’illustration : j’ai autant de compassion pour françois hollande que j’en ai pour l’ours (2 espèces ré-introduites), en revanche force est de constater que ce petit coquelet n’a, quoiqu’il puisse vitupérer, aucune manette à sa disposition pour agir sur leur (notre) destin.
    Resterons-nous encore longtemps des chasseurs de Licornes? Personnellement je suis chasseur professionnel de Dahuts, et collectionneur de Moutons à 5 pattes…
    NB (jamais ps). Ne voyons rien d’autre dans la dramaturgie du Brexit savamment agitée par la « presse-qui-n’a-pas-grand-chose-à-dire » qu’un effet collatéral du traité transatlantique que négocient en toute opacité des individus que nous n’avons ni élus, ni mandatés à cette fin.

  2. Je sais qu’il est difficile de revenir en arrière, mais il eût fallu rester à 6 pays fondateurs de cette Union, nous aurions pu harmoniser nos règles fiscales, sociales et sociétales. Maintenant que faire à 28? constater nos divergences sur tous les sujets. Exemple actuel avec la crise des migrants.

  3. Lu sur le site de l’IFRAP à propos des candidats de droite en France : « Pourquoi plus de 200 élus au Grand Paris quand le Grand Londres en compte 24 ? »
    Vous pouvez rejeter la Grande Bretagne mais, n’oublions pas d’observer son fonctionnement démocratique : Référendum sur l’Ecosse, sur l’Europe.
    Personnel « politique » réduit à 30 ou 40.000 élus rémunérés contre 600 ou 700.000 en France (les chiffres m’échappent. Il s’agit là d’ordre de grandeur). Pas de président mais un PM responsable face à ses pairs. Etc…

    • « Pas de président mais un PM responsable face à ses pairs. Etc… »

      Oui, mais vous oubliez une différence essentielle, la présence d’un souverain à la fois arbitre et ciment de la nation.

      En France, la Constitution de la 5ème République, voulue par De Gaulle, est d’inspiration monarchiste. De Gaulle a su incarner la Nation. Mais quand se succèdent des présidents aux pouvoirs très étendus qui ne sont plus que de simples chefs de parti, tel Sarkozy et autre Hollande, le lien social se délite et la France part à la dérive.

      La constitution ne fonctionne plus. L’avenir de notre pays est à une monarchie constitutionnelle, seule capable de rassembler les Français.

    • En complément du commentaire de Bernard

      oui, il y a plus de 600 000 élus en France. Et comme je l’écris depuis des années les choses ont évolué en Europe …dans les années 60 ! Nous avons 50 ans de retard :

      « Dans les années 1960, plusieurs pays européens ont été conduits à réduire le nombre de leurs communes, tous de façon autoritaire. La Belgique a réussi à diviser le nombre de ses communes par cinq en dix ans, l’Allemagne par trois. La Grande-Bretagne a procédé depuis longtemps à un regroupement de ses collectivités territoriales : les districts, équivalents des communes, sont au nombre de 545, avec une population moyenne de 104 000 habitants et une surface moyenne de 468 km2 »
      site officiel « Vie Publique »

      545 communes en Grande Bretagne contre 36 600 en France …

      Nous devons copier ces pays, mais pas la GB en ce qui concerne l’Europe.

    • Quelles que soient les qualité internes de la GB, ça ne change rien à son attitude par rapport à l’Europe, qui est « je veux les avantages mais pas les inconvénients ». Cela clarifierait réellement la situation si ils en sortaient.

  4. Jack Fagot-Barraly says:

    C’est Jacques Delors qui a raison ,quand il dit que l’ANGLETERRE n’a rien a faire dans l’Europe et qu’elle doit en partir le plus vite possible . Et nous ? Rebouchons le tunnel sous la Manche !! Tous les insulaires se comportent de la même façon . Tout pour eux rien pour les autres

    • Michel LACANETTE. says:

      Il n’ y a pas que Jacques Delors qui avait raison, il y a également le Général De Gaulle qui dès le départ s’ est opposé à l’ entrée de l’ Angleterre dans l’ UE.
      Pourtant, il avait eu l’ occasion d’ apprécier pendant la guerre 39/45 la qualité d’ accueil des lodges anglais et leur engagement au débarquement de Dunkerque,mais qui avait toutefois provoqué une certaine aigreur chez les militaires Français……
      N’ oublions pas non plus que dans les années 40, ils ne se sont pas embarrassés pour détruire notre Marine à Mers El-Kébir, faisant 1300 victimes. Tout cela sous le couvert de nous rendre service, pour ne pas que nos bateaux soient pris par les Allemands.
      Avec eux, les relations doivent uniquement se limiter au maximum à la stricte célèbre  » entente cordiale » au delà ça sera toujours à nos risques et périls. Pour preuve, depuis 40 ans ils pourrissent l’ Europe, sous le couvert qu’ ils sont une île, donc avec des droits particuliers et notamment celui d’ être le sous-marin des Etats Unis en Europe.
      Si la Pologne est également un pays allié des Etats Unis ce n’ est pas du tout pour la même raison que l’ Angleterre.
      Le comportement Polonais peut très bien se comprendre, car aujourd’ hui encore ils ont une frontière commune avec la Russie. Ils sont donc en recherche d’ une protection de sécurité militaire, parce’ que l’ Europe n’ est pas capable de la leur apporter.
      Peut être à cause une fois de plus des Anglais, qui refusent de participer à une armée Européenne.
      Si nos amis Anglais quittent l’ UE il ne faudra pas qu’ ils oublient de reprendre leurs immigrés, qu’ ils nous ont laissés en dépôt- vente à Calais.

    • On n’est pas obligé de verser dans l’anglophobie non plus, hein…

  5. Réponse a Bernard Boutin :

    « On ne pourrait pas se féliciter que l’Angleterre quitte l’EU. Que penserait-on si la Californie quittait les Etats-Unis d’Amérique ? »

    La Grande Bretagne est un obstacle aux progrès de l’Europe. Ils le revendiquent, ils ne veulent y voir qu’un marché libre et point barre.
    Quant à la Californie, elle est dans l’espace des USA, pas la GB dans Schengen, elle a la même monnaie,pas la GB, elle élit le même Président …etc Strictement rien à voir avec le cas de la GB (d’ailleurs ils conduisent même à gauche …)

    « Seul le Parlement de Strasbourg peut se charger de changer la donne. »
    Sûrement pas ! Ce sont les Chefs d’Etat qui mènent la danse et je crois d’ailleurs qu’ils sont élus pour cela…
    De toute façon une vision plus intégrée de l’Europe est très minoritaire en Europe, hélas, et cela n’évoluera que très lentement, à condition qu’on écarte les pays égoïstes comme la GB.
    Il y a eu une erreur majeure (en fait cela a été un choix) de préférer l’élargissement à l’approfondissement. Aujourd’hui, à 28 toute véléité d’unifier (les taxes, la fiscalité, les rêgles sociales, la défense, la politique étrangère, …etc) se heurte aux égoïsme des uns ou des autres et rien ne progresse.

    Il faut absolument une Europe à deux vitesse, les fondateurs (principalement Fr All Ita Holl Bel ) qui doivent unifier toutes les règles (et ça c’est possible), et ensuite ce qui voudront intégreront, mais en acceptant la totalité des règles

    • la Grande Bretagne est tournée vers les Etats Unis comme la Pologne, qui devient une puissance européenne, n’a rien perdu de sa relation avec la Russie. Je fais erreur ?

      • Non, la comparaison ne tient pas. Depuis 1990, la Pologne, déçue par l’attitude de l’Europe de l’ouest, et notamment de la France, dans sa lutte contre le communisme, est devenue un allié très fidèle et extrêmement solide des Etats-Unis. A l’inverse, les relations avec la Russie restent très difficiles, du fait notamment du poids de l’histoire. Une grande partie des polonais haïssent les russes qu’ils rendent responsables (à juste titre) d’une grande partie des malheurs de la Pologne.
        Cette allégeance aux Etats-Unis a des conséquences très concrètes sur les relations économiques avec l’UE. Par exemple, la compagnie aérienne nationale (LOT) n’a jamais acheté un seul Airbus mais s’approvisionne en priorité auprès de Boeing. De même, toute l’aviation militaire polonaise est d’origine américaine.
        Du point de vue de la politique européenne, s’il y a un problème avec la Pologne en ce qui concerne ses alliances, c’est bien celui de sa relation privilégiée avec les Etats-Unis. Beaucoup de polonais perçoivent cette relation comme bien plus fondamentale que celle, purement économique, développée avec l’UE. Sur la scène diplomatique mondiale, la Pologne veille d’abord à la qualité de sa relation avec les Etats-Unis, qui passe avant l’unité européenne.

        • Il y a parfois une certaine joie à se tromper quand on ne sait pas de quoi on parle (mais le taire est à l’urne ce que le bulletin est au beau parleur, proverbe Kaougien du Sud).

          • J’abonde dans votre sens, mais je n’ai pas résisté à vous répondre tant mes amis polonais n’auraient pas supporté que je laisse accroire qu’ils ont une relation privilégiée avec une nation qu’ils exècrent (vous qui êtes cinéphile, vous avez surement vu le film Katyn).
            Ceci dit, tout ce débat est bien futile comparé à l’importance de la devinette du dimanche.dont la solution n’a toujours pas été trouvée!

        • merci pou ce précisions.

  6. On ne pourrait pas se féliciter que l’Angleterre quitte l’EU. Que penserait-on si la Californie quittait les Etats-Unis d’Amérique ?

    Les anglais sont des pragmatiques. Ils voient comment fonctionne le « machin » (vieille expression de De Gaulle à propos de… l’ONU). Beaucoup n’y croient plus, Cameron en tête. C’est pourquoi il a essayé d’approfondir le statut particulier de son pays.

    Car l’Angleterre a déjà un statut particulier parmi les pays « majeurs » de l’EU (Angleterre, Allemagne, France, Italie et Espagne) : Ni Euro, ni Schengen. Il leur reste la libre circulation des biens. Tant qu’il y a du business à faire ! Oui : pragmatique et perso les anglais.

    Remettre l’Europe sur les rails après un départ des Anglais semble être une mauvaise voie et pas souhaitable. Même si l’Europe est à géométrie variable.

    Cela dit, la question reste entière : Qui pour donner une vision à notre espace commun, en commençant probablement par une profonde modification de sa gouvernance ?

    Seul le Parlement de Strasbourg peut se charger de changer la donne. Il y a urgence pour lui d’intervenir. Il est légitime pour cela. Il doit devenir « constituant ». Il est Ie seul de tous les organes qui tournent autour de l’UE à être issu directement des urnes.

    S’il ne sert pas à cela, à quoi sert-il ?

    • Un petit point de détail: Il n’y a plus que les Français qui parlent du « Parlement de Strasbourg ». En fait, la majeure partie du travail du Parlement européen se fait à Bruxelles, près de la Commission, hormis les séances plénières qui ont lieu à Strasbourg (et encore, pas toutes).
      Le coût de cette double localisation est énorme, en argent, en temps ainsi qu’en terme de bilan carbone (pensez à l’énergie dépensée par ces voyages incessants).
      De très nombreux députés et eurocrates plaident pour l’abandon du siège de Strasbourg. Mais pour cela il faudrait l’accord de tous les gouvernements et il est fort douteux que la France l’accepte un jour..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s