La place de Verdun est une belle tirelire


imagesLe projet de rendre le stationnement payant place de Verdun à Pau fait couler beaucoup d’encre et anime les ressentiments de nombreux Palois. Les élus ont trouvé là une source de rapport dans une gestion toujours à la recherche de nouvelles recettes budgétaires. Mais n’y avait-il pas une autre solution ?

Il faut bien reconnaître que les stationnements sur la place de Verdun sont quelque peu anarchiques. Sur la zone bleu, toutes les voitures n’affichent pas le sacro-saint ticket précisant l’heure limite de l’autorisation de stationnement. Pire que cela, des véhicules en nombre sont stationnés en dehors des marquages au sol et provoquent une difficulté de circulation. Et encore pire que cela il existe un certain nombre de voitures dites ventouses, c’est-à-dire dont la durée de stationnement dépasse les sept jours réglementaires.

En prenant le temps on observe que les services d’ordre qu’ils appartiennent à la police nationale ou à la police municipale sont vraiment peu présents sur cette place et de ce fait ne verbalisent que très rarement les infracteurs. On sait pourtant que le montant des amendes va directement et quasi intégralement dans les caisses de la municipalité (ou de la CDAPP, peu importe d’ailleurs) ; cela constitue un apport budgétaire.

On savait et cela est maintenant de notoriété que la police nationale se désintéresse de ce genre de mission pour des raisons qui n’ont pas lieu d’être et qui ne résultent que de sa propre volonté. La police municipale est de son côté plutôt timide. A ce propos justement il y avait, à une époque, qui remonte maintenant à plus de dix ans, un policier du commissariat qui circulait en scooter sur la place de Verdun. Doté d’un souci d’efficacité et d’un tempérament peu porté à l’indulgence il faisait régner un ordre impeccable. On le surnommait « El Gringo » sa réputation était connue du maire de l’époque qui lui vouait un grande reconnaissance. Pensez-donc un fonctionnaire de l’État qui fait rentrer des sous dans les caisses de la ville ! En bon politique l’édile n’hésitait pas à affirmer lorsqu’on lui reprochait un trop grande sévérité, qu’il n’y pouvait rien et qu’il n’entrait pas dans ses compétences de donner des directives à la police nationale.

Attitude que le maire actuel doté d’une police municipale et dans un contexte où la police nationale s’investit moins, ne peut se permettre d’adopter. Un effet inattendu de l’existence d’une police municipale.

Mais revenons au projet qui voudrait, qu’en 2017 sur décision de l’actuelle municipalité, le stationnement sur la place de Verdun devienne payant. Cela reviendrait à faire payer tout le monde y compris ceux qui avec un scrupule exemplaire et une constance sans faille respectent le code de la route. Et si on ne faisait payer des amendes qu’à ceux qui contreviennent aux lois. Ce ne serait que justice. Il faudrait juste savoir si la rentrée d’argent serait du même volume qu’un péage imposé à tous. La question reste posée. On sait que grâce à une répression efficace, l’indiscipline peut devenir une source inépuisable de recette budgétaire. La fréquentation de la place de Verdun en dépend.

Une seule difficulté, il faudrait interdire la repentance et favoriser la récidive parce qu’un contrevenant verbalisé a une tendance aussi fâcheuse que regrettable à ne pas recommencer. Mais que ne ferait-on pas pour redonner du dynamisme au centre-ville ?

Pau, le 23 mars 2016
par Joël Braud

Crédit photo La République des Pyrénées.

Comments

  1. quidam says:

    Ne soyons pas chien : 1 euro la place quelque soit la durée ce n’est pas insurmontable, surtout si cela permettrait de refaire la place Verdun qui est vétuste. Si je peux me permettre, Verdun, c’est verdun !

  2. pour infos :

    conseil municipal du jour (en direct sur le Net) :
    tarifs annoncés par le Maire :
    résidents : 30 centimes/jour (soit 9 euros/mois)
    visiteurs : 1 E la demi-journée
    salariés extérieurs : 30E/mois
    tarifs préférentiels pour les artisans et autres professionnels : non indiqué.

  3. Comme je ne cesse de le répéter, les mesures prises dans le domaine des déplacements à Pau ne sont que des mesurettes sans aucune vision à moyen terme.
    Comment circulera t on à Pau dans 15 ans ? Où et comment se fait l’intermodalité ?
    En particulier pour les automobilistes. Ne cherchez pas de réponse…

    Dans les échanges je note : « Le stationnement payant permettra d’éliminer l’anarchie existante et de faire disparaitre ces véhicules qui restent au même endroit des semaines, voire des mois. »
    Il existe un problème majeur dans le centre de Pau, vétuste et qui fait fuir les locataires : le problème du stationnement pour les résidents. Pas ou très peu de parkings et garages pour les résidents (vieux immeubles sans garages) Les stationnements le longs des rues sont devenus payants à peu près partout.
    Que fait un résident du centre ville qui veut garer son véhicule tous les jours (nuits)?
    Que fait il de son véhicule s’il s’absente qqs jours ?

    Et bien à force de ne pas avoir de solution gratuite il change de logement et s’éloigne du centre .

    • Emile says:

      « Que fait un résident du centre ville qui veut garer son véhicule tous les jours (nuits)?
      Que fait il de son véhicule s’il s’absente qqs jours ? »

      Il fait comme tout le monde fait dans toutes les villes de France: Il loue un box à un particulier ou dans l’un des parkings propose des abonnements!

    • Larouture says:

      Vous soulevez la problématique de la voiture et de la ville. Ou plus précisément :
      1. La voiture et la ville actuellement. Effectivement les habitants veulent garer le plus près possible de leur appartement.
      2. La voiture et la ville dans 15 ans. La tendance serait de dissocier l’habitat et le parking.
      Actuellement, Dans certaines grandes villes, le nombre de places de parking par appartement neuf est limité. Les places de parking génèrent du trafic et coûtent cher en terme de foncier. Cela ne se fait pas sans frictions.

      Il y a donc une contradiction qu’il faudra lever. De manière volontariste (cf. MLC), de manière plus pragmatique ( un pas en arrière, deux en avant à la manière de la municipalité actuelle) ou autre (?).

      D’autre part, je connais quelques artisans qui rénovent des appartements en centre-ville. Ils utilisent les caves pour enterrer les gravas. Ils se soucient peu de la place pour la voiture.

  4. Larouture says:

    Cette annonce aurait dû être accompagnée d’un projet d’aménagement de la place ou, au moins, de son pourtour.
    Par exemple l’arrivée depuis la côte Marca est un peu « raide », surtout si un automobiliste circulant sur la rue Bayard refuse la priorité.
    De même, le trottoir de la rue de Liège pourrait être élargi pour accroître l’attractivité des commerces et constituer une interface attractive avec le centre. Etc…
    A-t’on une idée du gain que peut procurer ce péage pour la ville ? De plus si le prix du péage est fixé à un niveau bas, il augmentera pour s’aligner (rapidement ?) sur les autres.

  5. La place Verdun est surtout un grand gâchis. Quel intérêt de laisser ce champ de voitures ainsi ? Pourquoi ne pas créer un parking souterrain et utiliser ce grand espace à des choses utiles qui dynamiseraient le centre historique à proximité de cela, notamment des logements neufs qui ramèneraient de la population près du centre historique ?

  6. Emile says:

    Rendre payant le stationnement place de Verdun me paraît une excellente mesure, qui répond à une double exigence de justice et d’efficacité.

    La plupart des stationnements à Pau sont payants. Pourquoi la place de Verdun continuerait t-elle à faire exception? Tous les automobilistes doivent être logés à la même enseigne, qui est celle du stationnement payant dans les centres urbains, comme cela se pratique partout en France et en Europe.

    Rendre payant les parkings automobiles ne se réduit pas à l’amélioration des finances municipales, même si cela en constitue une raison significative. Une telle décision constitue une excellente incitation à mieux utiliser sa voiture. Cette mesure peut également favoriser l’utilisation des transports en commun, réduire les problèmes de circulation et contribuer à diminuer la pollution. Tout le monde a donc à y gagner,

    Enfin, comme vous le signalez vous-mêmes, face aux incivilités il n’y a que la contrainte du porte -monnaie qui fonctionne. Le stationnement payant permettra d’éliminer l’anarchie existante et de faire disparaitre ces véhicules qui restent au même endroit des semaines, voire des mois.

    Donc une décision « gagnant-gagnant » comme on dit maintenant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s