L’Allemagne, un exemple !


Allemagne France   Le syndicalisme archaïque et les corporatismes bloquent les réformes en France, pourtant une majorité de français comprend bien où se situent les indispensables évolutions. Il suffit de regarder ce qu’ont fait nos voisins.

L’Allemagne est un exemple à suivre, elle a su se réformer profondément : compétitivité de l’industrie, positionnement sur des produits haut de gamme, modération salariale, gestion courageuse de la dépense publique (12 points de PIB de moins que la France, soit 240 milliards), …etc. Avec des résultats qui font rêver : balance des paiements outrageusement excédentaire, budget de l’Etat en équilibre, chômage réduit à un niveau incompressible, …etc. Et ceci dans un contexte très particulier, la nécessité ces 25 dernières années de remettre à niveau l’Allemagne de l’Est (coût environ 2000 milliards d’euro . Que serait la France si elle avait dû faire face à un tel problème ?). Ce parcours exemplaire se poursuit avec l’accueil de près d’un million de réfugiés et des augmentations de salaires récentes très significatives :

« Le syndicat IG BAU (Bâtiment et Travaux Publics) a obtenu 4,6% d’augmentation des salaires sur 22 mois pour les salariés du Bâtiment à l’Ouest du pays (ex-RFA) et de 5,3% à l’Est. Le 13 mai, le syndicat IG Metall avait donné le “la“ dans l’industrie en obtenant 4,8% d’augmentation sur 21 mois pour les 3,8 millions de métallos allemands. Ces derniers vont d’abord percevoir une prime de 150 euros par mois avec effet rétroactif d’avril à juin 2016, puis une augmentation de 2,8% à compter du 1er juillet. Ils percevront une nouvelle hausse de 2% au 1er avril 2017″.(Site FO)

Comme il n’est pas envisageable de voir CGT, FO, SUD, ou autres FSU, comprendre rapidement le sens dans lequel va le monde, il est indispensable que nos élus dépassent leurs basses tactiques politiciennes et prennent eux aussi exemple sur l’Allemagne gouvernée par une coalition gauche/droite modérée.

Cette loi travail, initialement la droite l’aurait votée. Bien sûr elle a perdu de son efficacité par les compromis faits à la CFDT, mais c’est un premier pas dans un domaine où il faudra à nouveau légiférer en 2017, il suffit de lire les programmes des candidats de droite… C’est du centre et de la droite que doit venir la solution à la chienlit actuelle qui coule un peu plus notre pays. Il y aura probablement un changement en 2017, mais il n’est plus possible d’attendre ce délai en regardant la France s’enfoncer dans le ridicule tout en laissant le FN prospérer. C’est aujourd’hui que les élus doivent agir, en deuxième lecture.

Le centre et la droite devraient voter la loi travail en l’état avec les socialistes.

En plus de donner son tampon démocratique à cette loi contestée à cause de l’utilisation de l’article 49 alinéa 3, cela montrerait aux grévistes de tous bords qu’une grande majorité d’élus souhaite cette évolution, tout en faisant un cadeau plutôt empoisonné au parti socialiste.

Daniel Sango

Crédit photo : fanzine.hautefort.com

Comments

  1. Larouture says:

    On reproche aux français leur côté cigale. Voila que leur principal défaut est leur côté fourmi.
    ( http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/021973504147-les-francais-champions-deurope-de-lepargne-et-bonnet-dane-de-linvestissement-2001924.php.).
    En fait nous poursuivons des chimères.

  2. JF de Lagausie says:

    Le centre et le droite devraient voter la loi travail en l’état.
    Qui dit mieux ?
    Très bon article, très bonne conclusion.

  3. quidam says:

    Dés l’instant ou l’on considère, en France, l’entreprise comme un bagne, la moindre occasion est bonne pour faire « péter une grève ». En Allemagne, l’entreprise apporte la richesse

    • Georges Vallet says:

      « on considère, en France, l’entreprise comme un bagne »
      Ce n’et pas un a priori c’est un a postériori, par exemple pour ceux qui disjonctent complètement quand ils ne sont plus compatibles avec les exigences imposées.

      « En Allemagne, l’entreprise apporte la richesse »
      A qui? je ne rentre pas dans le décompte de la pauvreté en Allemagne!

      • A tous bien sûr !
        L’Allemagne est un pays qui fonctionne bien avec des résultats. La France est en faillite et continue de s’enfoncer tout en vivant à crédit !

  4. Jack Fagot-Barraly says:

    Comme syndicaliste , je peux vous dire que nous avons beaucoup échangé avec les syndicats d’I.G Métal . Et je vous confirme que leur force est avant tout une assise financière hors du commun . Ils disposent d’un trésor de guerre énorme ,et quand la grève devient le seul recours pour faire aboutir leurs revendications ,la réponse est la suivante : Financièrement nous pouvons tenir longtemps ,très longtemps . Et ,assez vite ils obtiennent satisfaction avec un compromis ,comme dans toute négociation ,assez avantageux

    • quidam says:

      Le problème en France, c’est que tout commence par une grève ! On dit « réforme » aussitôt grève s’ensuit ! On ne sait pas discuter négocier. Car négocier c’est aussi perdre un peu. Le syndicalisme est en soi une idéologie. Le bien de tous est toujours secondaire.
      Il y a trop de blocage en France, et l’on ne défend que les privilégiées, ceux qui n’ont rien à perdre et tout à gagner. On se fout des autres, les chômeurs, les jeunes, etc.

  5. Michel LACANETTE. says:

    ….il est indispensable que nos élus dépassent leurs basses tactiques politiciennes et prennent eux aussi exemple sur l’Allemagne gouvernée par une coalition gauche/droite modérée.
    Vous touchez là au coeur du problème politique français. Il n’ y aura jamais une véritable coalition gauche/ droite digne de ce nom.
    D ‘ une part parce que aucun parti politique de gouvernance ne le souhaite actuellement, d’ autre part, notre constitution n’ est pas faite pour ça.
    Il y a également le fait que pour arriver à ce que ce type de compromis fonctionne il faut qu’ il y ait un contexte favorable ,qui soit que l’ intérêt général prime, au dépend des ambitions personnelles de nos dirigeants ou bien d’ intérêts particuliers .
    En France, le pouvoir présidentiel n’ est pas fait pour être partagé, non pas que du fait du problème de la constitution, mais surtout à cause de l’ esprit  » coq gaulois » de nos dirigeants. Qui tous, une fois à la tête du pays, se croient propriétaire de leur titre.
    A cela il faut ajouter d’ un coté le contexte syndical politisé, donc de faible impact
    Actuellement, les salariés non syndiqués, les plus nombreux, n’ ont pas droit à la parole et ne sont pas représentés, ni aux discussions syndicats/patronat, ni dans les CE.
    De l’ autre un contexte patronal qui se méfie de toute évolution des relations sociales,
    avec au milieu un poids administratif démesuré qui n’ arrange rien.
    Dans ce contexte général bloqué, il ne reste plus qu’ à attendre l’ effondrement du système, avec l’ espoir que les citoyens ne feront pas le choix révolutionnaire ou dictatorial, à moins de trouver la personne providentielle qui osera s’ attaquer à tout ça.

    • ESPOSITO says:

      Excellente analyse! Quand on sait que certains manifestants contre la loi-travail sont salariés de TOTAL, on a envie de rire.

  6. Jack Fagot-Barraly says:

    Ce qu’il faut savoir du Syndicalisme Allemand , et ce qui fait sa force ,c’est le fait d’avoir beaucoup d’adhérents qui paient de très fortes cotisations .Et , si mes souvenirs sont bons , l’adhésion est obligatoire . De ce fait les Organisations syndicales en Allemagne sont RICHES ,très RICHES . Et lors des négociations avec les employeurs chacun avance ses arguments et si cela n’aboutit pas c’est la grève . Et les syndicats de dire « nous pouvons tenir le temps qu’il faudra ,nous avons les moyens de verser les salaires aussi longtemps que nécessaire …et ça marche ,le patronat Allemand sait a quoi s’en tenir et doit plier dans bien des cas

    • C’est pas du tout ça !
      La preuve, l’Allemagne a fait voter les lois Schröder très contraignantes, dans le calme.
      Non, les syndicats sont en Allemagne adultes et intelligents, ils ont compris que sans une excellente santé des entreprises il n’y aura rien pour leurs adhérents .

      • Georges Vallet says:

        « sans une excellente santé des entreprises il n’y aura rien pour leurs adhérents « .

        Certains ne comprennent pas que la réciproque est vraie et que
        : »sans une excellente santé des adhérents il n’y aura rien pour leur entreprise!!!!!
        Ouvrons les yeux et constatons que c’est le cas!!!!

      • Georges Vallet says:

        Pour D.S.
        C dans l’Air de ce soir lundi:
        D’abord il y a eu plus de jours de grève en Allemagne qu’en France en 2015. (représentante Alternatives économiques) et cela n’a pas paru faire trop souffrir l’économie allemande. Le contexte social ne semble donc pas aussi merveilleux qu’on le dit.

        Ensuite, on a insisté sur le fait que les syndicats allemands étaient « adultes et intelligents » car on les considéraient comme tels en les faisant participer efficacement aux décisions d’orientations des projets de l’entreprise; ils sont alors responsables, comme l’entreprise des réussites et des échecs. Ce qui n’est pas le cas en France où ils sont considérés, dès le départ, comme n’ayant pas à se mêler de ce qui ne les regarde pas!
        On demande ensuite, en cas d’échec, aux salariés, de supporter des erreurs dont ils ne sont pas responsables; il est quand même choquant de considérer que ceux dont le travail est le seul moyen d’existence, ne soient pas élevés au rang d’humains « adultes et intelligents »!

        • Michel LACANETTE. says:

          Il existe deux types de grèves, l’ un constructif, l’ autre destructif. Les syndicats Allemands ne sont pas plus adultes et intelligents que les syndicats Français. Les différences tiennent t surtout au fait qu’ ils sont coresponsables de l’ avenir des entreprises, mais également au fait qu’ ils cherchent à faire profiter l’ ensemble des salariés de tout un secteur en même temps et au même rythme, avec des comptes à rendre aux syndiqués.
          Ils ont tout intérêt à être constructifs vis à vis de leurs adhérents.
          En France les revendications sont généralement plus sectorielles, ce qui entraîne de nombreux petits conflits répétitifs, sans de fortes répercussions, sauf quand les grèves sont nationales.
          Si les syndicats Allemands utilisent l’ ultime arme qu’ est la grève, c’ est qu’ ils savent
          qu’ ils seront écoutés, car ils paralysent vite tout un secteur dans tout le pays.
          En France, c’est celui qui fait le plus de bruit qui est entendu, mais rarement écouté. C’est bien pour cela que les conflits s’ éternisent et finissent souvent en  » quenouille » avec beaucoup d’ arrière goût amer, malheureusement dans l’ indifférence générale.

          • Georges Vallet says:

            « deux types de grèves, l’ un constructif, l’ autre destructif »
            Je suis bien d’accord avec votre analyse, j’ajouterai juste que ces deux types de grèves sont finalement aussi « instructives » des relations entre les employeurs et les employés?

        • 1 / Vous n’avez pas l’air de savoir que la loi prévoit une représentation du personnel dans les Conseils d’Administration des Grandes entreprises.

          2/ L’Allemagne est un exemple dans tous les domaines et un texte comme la loi El Khomri est de la franche rigolade de l’autre côté du Rhin

          3 / Vous n’avez sans doute jamais vu le fonctionnement de la CGT dans les entreprises, avec des permanents, toujours les mêmes, qui n’ont pour beaucoup jamais travaillé de leur vie et qui sont prêts à tout pour garder leur poste…d’où leur radicalisation actuelle car ils sentent bien qu’ils sont dépassés et qu’heureusement la CFDT a une attitude réaliste et constructive

          4/ La loi Travail est largement majoritaire au parlement car la Droite votera dans deux ans une loi bien plus libérale, comme l’ont faits tous les pays autour de nous.

          Quand on reste seul face au monde a défendre des idées du passé, dépassés on doit se poser des questions….

          • Georges Vallet says:

            « Vous n’avez pas l’air de savoir que la loi prévoit une représentation du personnel dans les Conseils d’Administration des Grandes entreprises »
            Je n’ai fait que rapporter les propos d’une « spécialiste » en économie(j’ai oublié le nom) invitée par Y.Calvi.
            J’avoue, sans justification c’est vrai, que la pression des représentants du personnel doit être assez peu déterminante! Le rapport d’influence étant en général très déséquilibré.

            « seul face au monde a défendre des idées du passé »

            Ne soyez pas aussi sûr de vous; des signes précurseurs montrent bien que ces idées qui mènent le monde virent à la catastrophe sociale, économique, climatique, environnementale. Ce sont elles qui représentent le conservatisme du passé qui explose actuellement. Ouvrez le champ de vision sur la réalité et faites preuve d’imagination pour défendre des idées pour le futur!

            • GV: « Ne soyez pas aussi sûr de vous; des signes précurseurs montrent bien que ces idées qui mènent le monde virent à la catastrophe sociale, économique, climatique, environnementale. Ce sont elles qui représentent le conservatisme du passé qui explose actuellement. Ouvrez le champ de vision sur la réalité et faites preuve d’imagination pour défendre des idées pour le futur! »

              +1

              • C’est vous Georges et quelques autres qui n’êtes pas dans la réalité.
                La réalité avec des résultats c’est ce que fait l’Allemagne, et surtout pas la France où nos politiques veulent avant tout leur ré élection. Surtout pas la France avec des syndicats archaïques comme la CGT et ses cheminots qui commencent une grève scandaleuse.

                Votre idéal, jamais formulé d’ailleurs, n’existe nulle part au monde.
                Pire, aucun pays au monde ne prends une voie radicalement différente qui pourrait ressembler à ce dont vous rêvez (au fait c’est quoi ?)
                A part peut être aux Marquises…mais avec l’argent du contribuable français…

                • Georges Vallet says:

                  Ou c’est de la provocation pour animer le débat, ou vous n’avez rien compris; cela m’étonne quand même!
                  Que tout le monde suive le même chemin ne signifie pas qu’il a raison; c’est parce que ces pays sont dirigés par ceux qui portent la même idéologie « archaïque » , comme vous dîtes et qui est à bout de souffle, mais qu’ils défendent car elle leur rapporte argent, domination, pouvoir. C’est dans cette »philosophie » agissante que le souci de la réélection est éclatante; quand on ne peut pas l’obtenir honnêtement on utilise la magouille. Le monde « idéal » dont vous rêvez est celui jadis résumé dans une pensée bien connue: »après moi le déluge! »
                  J’ai déjà eu l’occasion de vous le dire, l’évolution biologique et culturelle est un long chemin sinusoïdal, une succession de création par une minorité et de destruction par l’inadaptation d’une majorité; c’est le cas pour ce que vous défendez. Ouvrez les yeux et constatez le chaos qui est entrain de se produire!
                  Le mot « scandale » que vous utilisez régulièrement il est dans l’obscurantisme d’une conception inégalitaire de la vie humaine que vous défendez?
                  Et s’il en reste deux sur le site pour défendre l’humanisme, j’en ferai partie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s