Après la pluie, le beau temps


le loup mon poteBon ben après la pluie, la pluie … et toujours la pluie … les infos nous parvenant parlent elles aussi de la pluie, de ses inondations … auxquelles ici nous échappons… c’est triste pour les régions atteintes… cependant que plus triste encore est d’apprendre le décès de cette maman tuée par son compagnon le jour de la Fête des Mères… quelle tristesse pour ces enfants devant affronter cette terrible réalité… le ciel décidément s’assombrit de tous côtés… sauf pour Macron le donneur de leçons… qui nous apprend que pour porter un costard faut travailler… quand nous savons que le travail manque et que la France n’est pas un pays de fainéants… mais où vont-ils chercher tout cela et penser que « si à 50 ans on n’a pas une Rolex, c’est qu’on a raté sa vie » dixit Sarkozy… et voilà l’autre qui s’y met aussi… faisant suite aux idées mal placées de qui vous savez tandis que du costard bien taillé, coupé sur mesure à la Rolex, il n’y a qu’un pas que nombreux d’entre les « pov’cons » ne sont pas prêts de franchir si le travail manque à l’avenir… Je crois qu’ils sont tous à nous tailler un costard avec leurs bobards… en nous faisant une mauvaise réputation à nous petits Français moyens et ceux-là dont l’avenir est incertain, les travailleurs précaires et leurs petits salaires… en effet, entre ceux qui décident pour nous sans nous consulter… d’autres qui se mettent en marche pour nous apporter leurs lumières… les autres encore nous bassinant avec leurs préjugés et battant le pavé afin de nous montrer le chemin qui mène vers la vague où certains iront se noyer… le patron des patrons outré par la CGT… une chose est sûre, depuis de trop nombreuses années la seule loi qui importe pour les pontes et autres réactionnaires réfractaires à ce peuple que nous sommes, lui qui se bat pour ne plus être considéré comme bête de somme … est cette loi du profit que certains exercent en cumulant du capital parfois gagné en exploitant les salariés ou bien en engrangeant sans investir, ou encore en fraudant…mais je ne m’étale pas sur ce sujet tandis que pour la plupart de Français privés d’emplois, la vie s’est arrêtée ! (Le terme capitalisme provient du mot latin « caput », qui signifie « la tête », à l’origine la tête de bétail (le cheptel) cela ne vous dit rien ?)…

Les bonnes habitudes ont été prises depuis trop longtemps par ceux-là qui nous font subir les licenciements de masse, les délocalisations, se paient en passant en recevant des aides de l’État sans pour autant embaucher, s’empiffrant des deniers de ce dernier quand nous sommes déconsidérés… Et je ne parle pas des femmes traquées par le harcèlement de certains élus ou autres sexistes fuyant leurs responsabilités auprès des dames qu’ils ont traquées !
Je pense qu’il va falloir se secouer le popotin… et réfléchir grandement à ce que sera notre demain… si nous n’y mettons pas du nôtre afin de faire du Respect qu’il devienne ce qui préoccupe chacun d’entre nous dans sa diversité, son genre, sa couleur, sa religion. Un monde de RESPECT, de courtoisies, de civilités, de galanteries, d’hommages, de politesses… de civisme… voilà bien ce qui nous irait !
Bien à vous.

Samie Louve.

Comments

  1. Je suis arrivée dans le Béarn, à Pau, en 78 … à Sauvagnon depuis 25 ans … ce petit bourg lorsque j’y suis arrivée, avait ce cachet qu’ont tous les villages qui ont gardé leur âme partout où je me baladais … depuis la forêt ou dans les petites rues cela sentait bon le foin, ces odeurs de la terre mouillée, creuse et malmenée par le piétinement des vaches… Elevée dans une famille de paysans, j’ai toujours aimé ces odeurs pénétrantes que certains citadins n’apprécient guère … et ces humeurs campagnarde suantes, suintantes des prés le matin tandis que la rosée s’égoutte pour perler sur chaque branche d’herbe … et j’admirais alors, où je vis encore, le fermier accompagné de son chien menant les bêtes dans les prés ou encore à l’étable … traversant le village et dans chaque rues après le passage des chevaux ou des vaches, sourire en regardant les traces laissées sur le sol 🙂 … tout cela n’existe plus … macadam, macadam et encore macadam .. opulence en effet de villas construites à profusion … des 4X4 à la mesure des habitations … et plus rien de ce charme qui hier encore berçait mon coeur et mon imaginaire … Sans doute oui, beaucoup d’entre nous vivons au-dessus de nos moyens … comme beaucoup d’entre nous avons oublié cette simplicité qui fut la nôtre … pour vivre aisément et de trop d’abondances et ainsi comme vous le dites, « cautionner ce type de développement » (jusque dans les plus petits bourgs où le terrain à construire est très recherché)… rendant difficile la communication et la solitude plus profonde pour beaucoup de nos anciens ! Merci pour votre commentaire.

  2. Larouture says:

    Lorsque j’ai retrouvé le Béarn il y a 5 ans, j’ai eu une image d’opulence : Les pavillons poussaient partout, les routes étaient envahies par les de voitures, les zones d’activités se multipliaient dans tous les coins, les terrasses des cafés, les restaurants, les centres commerciaux sont pris d’assaut
    Je sais bien que le système libéral à causé des dommages (j’ai regardé FR2 hier soir…). Mais le développement à échelle locale a –t’il été pertinent ? Je ne le pense pas.
    Nous (~2/3 de la population) vivons aussi au dessus de nos moyens et cautionnons ce type de développement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s