Le rêve de notre maire


2-annees-qui-ont-change-pauComme tous les Palois, j’ai trouvé il y a quelques jours dans ma boîte aux lettres un beau document de 80 pages sobrement intitulé « Deux années qui ont changé Pau ». Contrairement aux catalogues et autres prospectus qui d’habitude partent directement dans le bac jaune, j’ai décidé de conserver celui-là. La première des raisons en étant, qu’après tout, il fallait en prendre un certain soin puisque, émanant de la mairie, il avait été payé et distribué avec l’argent des contribuables.

La seconde raison m’a été fournie par le titre bien accrocheur. « Deux années qui ont changé Pau » ? Bien qu’arpentant régulièrement la ville, depuis un certain nombre d’années, je réalisais avec une certaine anxiété que je ne m’étais pas rendu compte d’un tel bouleversement. Qu’avais-je donc pu rater de si important ? Etais-je déjà en proie à une forme de sénilité précoce ? Je me plongeais donc séance tenante dans la lecture de l’ouvrage.

Je sautais rapidement l’interview convenue de notre maire par lui même, ce qui est toujours préférable et bien commode pour faire passer le message désiré, et me dirigeais vers le premier chapitre au titre évocateur « Transformer ». Nous y sommes, me dis-je. En effet, page après page, je voyais s’égrener, bouche bée de stupeur, de nombreuses réalisations, toutes plus grandioses les unes que les autres, les nouvelles Halles, le Hédas, le quartier Foirail-Carnot, l’espace des Arts, etc..

Tout d’un coup, la réalité finit par me sauter aux yeux. Non ce n’était pas moi qui perdais la tête. Ouf ! En effet, ce que j’avais pris au départ pour des photos n’étaient en fait que des dessins, certes très réalistes, mais enfin uniquement des dessins. J’avais enfin compris : Il manquait un mot à la fin du titre de la brochure: « Deux années qui ont changé Pau en rêve ». Le rêve de grandeur de notre maire.

Une fois ceci compris, il m’a été beaucoup plus facile de poursuivre ma lecture du document. Il s’agit en fait d’une magnifique bande dessinée où les chapitres se suivent et se ressemblent (Participer, Vibrer, Respirer, Progresser…) qui décrit un Pau imaginaire, resplendissant, convivial, où tout est beau net et sans bavures. Dans la ville royale, tout va bien dans le meilleur des mondes, il n’y a pas de problèmes de logement, de transport, de propreté ou de sécurité. Les services publics fonctionnent avec une efficience optimum pour notre bien être à tous. Chacun peut s’épanouir et se cultiver en toute liberté. Une vraie ville nouvelle sur catalogue.

Il s’agit d’un rêve, donc ne cherchez pas dans ce document la moindre information terre à terre. Ainsi il n’y a évidemment pas le moindre chiffre. D’habitude, les publications municipales servent à présenter les comptes publics, les budgets, les prévisions. Elles sont aussi utiles pour fournir des informations pratiques destinées à faciliter la vie quotidienne des habitants. Foin de tout cela, ne gâchons pas le beau rêve de notre maire. Dans ce magnifique document, on peut quand même regretter la tache que représente la page 76, monopolisée par l’opposition municipale, qui tente en vain de nous faire revenir sur terre.

Espérons simplement que le beau rêve ne se termine pas en cauchemar.

Par Emile

À propos AltPy Rédacteurs

Le profil rédacteur commun, pour les rédacteurs n'ayant pas un profil wordpress enregistré.

Comments

  1. Joël Braud says:

    A propos de la page 76, justement. Au delà de ce qui est écrit, il faut se rappeler que dans ce type de parution, la loi impose de laisser un espace de libre expression à l’opposition. C’est ainsi qu’on le regrette ou non.
    C’est une constante chez les politiques engagés de considérer que tout ce qui n’est pas avec eux est forcément contre eux. Les gens d’en face (que l’on soit de droite, de gauche ou du centre) sont forcément menteurs et de mauvaise foi. Cela s’appelle la tolérance.

    • Merci d’avoir précisé que l’inclusion de la page 76 est dictée par la loi. J’avais du mal à comprendre que notre maire ait volontairement laissé cette scorie ternir sa belle plaquette.

  2. Emmanuel Pène says:

    « on peut quand même regretter la tache que représente la page 76, monopolisée par l’opposition municipale, qui tente en vain de nous faire revenir sur terre »
    Parlons-en de l' »opposition municipale ». Vous parlez sans doute de ceux qui n’ont rien fait pendant 6 ans et qui ont plongé Pau dans le marasme et le déclin ?
    D’autre part, j’admire votre courage de signer par votre nom vos tribunes…

    • c’est toujours la faute aux autres, et toujours la même rhétorique !

      Il est évident (pour moi) que dans la mesure où vous entrez en politique de façon publique vous signiez vos interventions et articles de votre propre nom -avec le statut idoine de votre fonction-. Ne prenez pas les gens pour des imbéciles.Ou plutôt, si, ce sera plus réjouissant! j’attends avec impatience la feuille des 80 routes à suivre de votre leader.

      signé : Jean Valjean (sous licence Gavroche).

  3. Emile émerge d’un long sommeil.
    Qui donc avait inventé le slogan « Pau, la vie rêvée des villes » ?

    Les maires se suivent mais ça reste, pour l’essentiel, la même musique.

    • Toujours le même principe: répéter une chose (même si elle est absurde) jusqu’à ce qu’elle s’imprègne dans l’inconscient des gens et ils finiront par y croire vraiment, ou du moins par être porté vers cela. C’est le principe de la publicité et de la propagande.

  4. extrait de l’article (doux comme un caramel mou) paru dans la Rép du 20 juin dernier:

    « François Bayrou : « Des faits, uniquement des faits »

    « Au lieu d’un journal trimestriel qui n’est pas lu, il m’a semblé utile de faire un journal-bilan, plus complet et comprenant uniquement des faits : des projets et des réalisations, en cours ou achevés. Car les faits parlent d’eux-mêmes » nous confiait dimanche François Bayrou. Pour cet opus, un investissement de 35 000 euros pour deux années, « bien moins cher que le précédent magazine qui coûtait 120 000 euros par an » précise l’élu.
    Mais ce bilan doit-il être pris déjà comme un au revoir… ? Celui d’un maire qui se tournerait ensuite vers d’autres échéances en 2017 ? « Vous plaisantez ! ? Pas du tout. Et nous aurons encore à dire dans le prochain magazine. Car des idées, j’en ai encore plusieurs pour Pau » affirme François Bayrou. »

    http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2016/06/20/f-bayrou-fete-ses-deux-ans-avec-80-pages-de-bilan,2034771.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s