Pau : auto satisfecit


imgresLa loi du genre, incontournable, veut que lorsqu’un élu dresse un bilan de son action, il s’attache tout particulièrement à le décrire comme positif, voire exceptionnel. François Bayrou n’a pas fait différemment en adressant à tous les habitants de Pau un document de 80 pages intitulé « Deux années qui ont changé Pau ». Mais tout serait-il donc aussi idyllique qu’il l’affirme ?

Le regard du contribuable palois de base, position douloureuse dans laquelle je me trouve, découvre quelques failles dans ce brillant exposé. Oh ne me faites pas dire que rien n’est positif, non ! Pau a des projets qu’il faudra réaliser et surtout financer. Nos impôts sont chers, très chers et ces dépenses futures donnent le vertige. Alors deux points, oubliés sans doute de façon involontaire, me conduisent à un regard critique qui se veut surtout objectif.

Le premier concerne les impôts locaux. Dans l’interview de la première page, François Bayrou répond à la question d’un anonyme : « Et vous avez les moyens de faire cela sans augmenter les impôts ? Oui en gérant au plus près, comme un ménage qui veut une situation saine. Et même nous baissons le taux des impôts locaux de la ville, d’un peu plus chaque année ».On constate déjà que le discours a quelque peu été modifié, il est loin le temps où il nous était promis une baisse des impôts locaux. Ce n’était que promesses électorales dont évidemment il ne faut pas tenir compte. A ce propos, espérons que notre maire n’aura pas manqué de remercier, aussi chaleureusement qu’il le pourra, l’opposition. En effet le journal « La République des Pyrénées » du samedi 2 juillet (page 8) rapporte les propos des élus socialistes qu’il convient de citer : «  S’ils évoquent « une baisse des impôts extrêmement minime … » Baisse des impôts, dites-moi où ?

La réalité est autre et un regard sur mes feuilles d’impôts locaux me permet de constater que
la taxe d’habitation a augmenté en 2014 de 0,17% et en 2015 de 1,15%. Vu comme ça ce n’est pas beaucoup, sauf que mes revenus nets de retraité de la fonction publique ont, dans le même temps, baissé ( – 0,28%) et que l’inflation de 2015 a été égale à zéro (2014 inflation = 0,5%). Ce qui signifie d’une manière indubitable que diminuer le taux des impôts locaux ne signifie pas une baisse de ceux-ci et ne signifie pas non plus qu’ils ne progressent pas plus vite que l’inflation. Alors on pourra toujours nous dire sur l’air d’un refrain connu : C’est pas moi c’est l’autre (le député) qui a augmenté le taux de la valeur locative, la dure réalité vécu par le contribuable de base est là. De son côté la taxe foncière, qui augmente également, reste d’une progression égale à l’inflation pour ces deux dernières années.

Le second point concerne le prix des transports. Là aussi une progression sans commune mesure avec l’évolution du coût de la vie. Le projet de BHNS (Bus à haut niveau de service) se fait déjà sentir dans le porte-monnaie de l’usager. Ainsi depuis ce premier juillet 2016 :
Un ticket acheté dans le bus à 1,20€ passe à 1,50€ soit + 25%
Un ticket rechargeable à 1,00€ passe à 1,30€ soit + 30%
Un ticket en boutique qui était à 0,84€ passe à 1,00€ soit + 19%
Une carte annuelle abonnement senior qui était à 55€ passe à 111€ soit + 102%

Mais ces chiffres ne peuvent être pris en compte dans ce louangeur document d’autosatisfaction puisqu’ils dépendent du Syndicat mixte des transports urbains de l’agglomération. Cette structure n’est pas placée sous l’autorité de la ville, mais de l’agglo, comme son nom l’indique.

Des projets, des idées, qu’il faudra bien faire payer aux contribuables et aux usagers. Tous n’est pas aussi idyllique qu’on veut bien nous le dire. Il est évident que la vie quotidienne des Palois est davantage impactée (pour utiliser un mot à la mode) par les transports et le pouvoir d’achat que par l’agrandissement d’un stade de rugby.

Pau, le 4 juillet 2016
par Joël Braud

Comments

  1. Comme je n’ai pas reçu la plaquette, alors que j’y ai fortement contribué financièrement, à l’insu de mon plein gré; je suis donc allé la chercher. Voici ma conclusion:

    Si à Toulon ils ont le mont Faron, nous avons à Pau le sommet Fanfaronade

  2. Robert Contrucci says:

    Dommage qu’il n’y ait pas dans cette brochure de 78 pages « Communication-Publicité » (Rappel : au frais des contribuables palois…), la mention des coûts des investissements en cours et/ou à venir (Budget initial prévu pour chaque investissement même avec une fourchette de coût, subventions éventuelles, etc…)
    Exemples : les nouvelles Halles de Pau (23 – 24 millions d’euros ou… plus ???) ou « La réhabilitation du quartier Foirail – Carnot » (7 à 8 millions d’euros ou… plus ???) = idem pour les autres investissements parfois coûteux et susceptibles d’être sous utilisés »…

    C’était l’occasion pour les contribuables palois de pouvoir lire via un récapitulatif complet sur une page, le coût de l’ensemble des investissements prévus, tels que mentionnés dans cette brochure, mais, hélas, sans… aucun chiffrage !

    « Est-ce que les contribuables palois comme… le ciel, peuvent attendre ? »

  3. Et le prix de l’eau, voyez son évolution annuelle, bien supérieure au taux d’inflation !

    • Georges Vallet says:

      Avec le réchauffement climatique le volume de l’eau augmente(dilatation); 1M3 fait plus, c’est donc normal de payer plus cher!

  4. Merci d’avoir rapporté ce propos aberrant des élus de l’opposition, qui confondent baisse du taux de l’impôt et baisse de l’impôt. Prouvant ainsi, une fois de plus que, tout comme leurs doubles au pouvoir, ils sont loin des préoccupations des simples citoyens.

    • Je ne suis un partisan de cette opposition ‘ Toutefois avec M.Bayrou il faut s’attendre à des dépenses qu’il ne maîtrise pas .La rénovation des Halles est un des des nombreux exemples sans parler du BHNS qui coûtera un bras non seulement en investissement mais en exploitation’Si la littérature est son fort il semble moins à l’aise sur les chiffres ‘Sa plaquette ne comporte d’ailleurs aucun chiffrement…Rdv dans 4ans pour la facture finale »’

      • Contribuable Palois says:

        @Monsieur Joblot
        « sans parler du BHNS qui coûtera un bras non seulement en investissement mais en exploitation ». Vous devriez développer votre argumentation.

        En 2015-2016 l’opposition reproche à l’équipe Bayrou d’avoir repris (à quelques modifs près) le projet porté fièrement(!) par LignièresCassou et Duchateau, respectivement la maire et le pdt des transports de l’agglo jusqu’en 2014.
        Pourquoi alors l’investissement et l’exploitation de cette ligne deviendraient problématiques sous Bayrou alors qu’ils étaient bons et porteurs d’un avenir radieux sous l’équipe Lignière-Duchateau?

        • Cher Monsieur,

          Je vous renvoi au programme de M. Bayrou qui avait pris l’engagement de ne pas se lancer dans le BHNS( reprendre son programme si vous ne l’avez pas lu) Le coût du BHNS en investissement est estimé à 95 millions d’euros? Il y a certes des subventions ( Conseil Départemental, Conseil Régional et Grenelle de l’environnement environ 10 à 15 M€) Reste 80 M€ …. et je ne peux malheureusement m’étendre sur le coût de fonctionnement ( avec l’ensemble des feux a répétition qui devront donner la priorité au BHNS sur les carrefours et ronds points.) Je ne suis pas un doux rêveur et j’avoue avoir un faible pour les chiffres . Cela est peut être du a mes activités qui portent sur la gestion de patrimoine et mes fonctions d’administrateurs au sein d’un groupe mutualiste de santé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s