Hommage à une inconnue connue


IMGP6423Un vent follet descendit des montagnes pour se glisser sous le divan où il faisait la sieste. C’était, pour une fois, un vent triste qui emportait avec lui le souvenir d’une femme qu’il ne connaissait pas, mais dont il aimait, en passant devant la vitrine, les photos.

Elle s’appelait Marie Claire Dubourg. Lui n’était qu’un anonyme, peut-être un de ces types usant d’un pseudo pour participer à des blogs, à des réseaux sociaux qui ne connaissent ni aubes ni crépuscules, mais sont là, du matin au soir, à critiquer ceux qui marchent, qui parcourent le monde, les yeux miroitant d’images, et cet espace intime des montagnes sans faire la une des journaux, le buzz des médias. Ce sont ces hommes et ces femmes qui, sans le savoir, traversent les époques et fondent le territoire céleste des paysages, des visages et des rencontres humaines, pas de celles qu’une heure passée ensemble dans un cayolar avec un berger, entre une miche de pain et du fromage, satisfont les randonneurs éphémères, non, mais de ces rencontres que des années et des heures de marche rapprochent lentement, accordent à leur musique félibre, âmes photographiques finissant par s’inviter à ces tables de mémoires. L’annonce dans la Presse d’une mort masque toujours le récit d’une vie. Mais l’image reste, impressionnante, sensible, qui résume parfois tout le parcours. C’est beau, même si la mort frappe, l’image reste.

Qu’un tapis d’edelweiss conserve sa mémoire.

  • -par AK Pô

  • 12 08 2016

  • Ptcq

Comments

  1. Antoine,
    Marie Claire Dubourg nous avait permis d’utiliser la très belle photo d’André Labarrère à l’occasion de sa mort. Voir ICI
    Merci à elle. Son talent, effectivement, avait fait de sa vitrine, un espace vers lequel l’oeil aimait à se diriger.
    Beaucoup de noir et blanc dans son art. La première couleur a pris le dessus. Dommage.

    • Pourquoi rendre hommage à celui qui a gaspillé tant d’argent dans des palais peu utiles d’un côté et qui a laissé un tel manque de rénovation dans l’urbanisme de l’autre ? Pour un simple mot flatteur, comme plusieurs rédacteurs de ce site l’ont laissé transparaître ? L’émotionnel est-il tellement plus fort que la raison ?

  2. Joël Braud says:

    Bravo Karouge. Belle émotion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s