Les primaires


imagesPar on ne sait quel mystère, nous avons souvent tendance à lorgner sur ce qui se pratique aux Etats-Unis. Ainsi en va-t-il des primaires. Nous copions un système conçu pour un état fédéral ( dont beaucoup doivent ignorer le fonctionnement ) et fondé de fait sur un bipartisme. Le président des Etats-Unis est ainsi élu dans un scrutin à un tour au suffrage indirect, tout au contraire du président français élu au suffrage universel direct à la majorité absolue des suffrages exprimés conduisant  en principe à deux tours de scrutin.

Le président  est le choix des électeurs. Si de par leur reconnaissance constitutionnelle les partis politiques concourent à l’expression du suffrage , il leur appartient certes de présenter les candidats, les primaires conduisent à imposer aux électeurs un candidat désigné non par les partis mais par d’autres citoyens dont certains n’iront peut-être même pas voter lors de l’élection présidentielle.

C’est en réalité pour résoudre un problème interne aux partis qu’on limite le choix des électeurs.

Au nom de quoi ceux qui votent lors des primaires peuvent-ils éliminer certains postulants et imposer leur choix au reste du collège électoral ?

Avec un minimum de bon sens on ne peut pas ignorer qu’en réalité les primaires ont pour but de faire barrage à des candidats potentiels gênants.

Mais en attendant on limite notre choix !

Et ce n’est pas tout. Quand on voit à quelles stratégies, pour ne pas dire combines, recourent certains candidats pour éliminer des concurrents dangereux, on est en droit de se demander comment ils feront ensuite pour gouverner ensemble.

Pour beaucoup une question se pose pourtant au regard de l’ardeur qu’il met pour triompher  : que fera Nicolas SARKOZY s’il ne remporte pas la primaire qu’il a de fait organisée ? Difficile d’ imaginer qu’il n’ait pas envisagé l’hypothèse et ses suites !

Pierre ESPOSITO

Ancien bâtonnier du barreau de PAU.

Pierre Esposito

À propos AltPy Rédacteurs

Le profil rédacteur commun, pour les rédacteurs n'ayant pas un profil wordpress enregistré.

Comments

  1. Au grand dam de M. Sarkozy, il semble que de nombreux électeurs de gauche s’apprêtent à aller voter aux primaires de la droite et du centre en faveur de M. Juppé. En procédant ainsi, ces électeurs risquent de biaiser profondément le résultat du scrutin. Ce phénomène m’inspire deux réflexions:

    D’une part, nous avons ici la confirmation que le système dit des primaires n’a pas sa place en France. On ne peut copier impunément les pratiques d’un autre pays sans tenir compte du contexte institutionnel très différent dans lequel elles s’inscrivent. Aux États-Unis, il serait totalement inimaginable que des électeurs démocrates participent aux primaires républicaines.

    D’autre part, nous pouvons constater que nombre d’électeurs ont perdu tout sens moral. Comment un citoyen digne de ce nom peut-il signer une déclaration sur l’honneur selon laquelle il s’engage à voter pour le candidat issu des primaires alors qu’il sait pertinemment qu’il votera pour l’autre camp? Nous nous plaignons souvent du manque d’éthique de nos élus. Ils ne sont que l’image de nous-mêmes.

    • HenriIV 3/4 says:

      C’est pourquoi le plus INTERESSANT sera de savoir comment DEVERROUILLER ce système politique ABJECT sans REVOLUTION physique.

  2. Alain Bonnin says:

    ( Suite ) Si les EU fonctionnaient avec notre système pour l’élection présidentielle , 3 fois dans l’histoire des EU un président a été élu sans avoir la majorité des électeurs…… Pourquoi laisser aux cadres d’un parti le choix du candidat , alors que l’on sait que parmi eux il y a un certain nombre d’incompétent et de magouilleur ( lire : l’oligarchie des incapables chez Albin Michel ) . Nous avons à notre disposition pour faire notre choix de la lecture ( chacun a sorti un ou plusieurs livres ) des émissions télévisées ( C’est dans l’air sur France 5 ) de la radio ( les grandes voix sur Europe n°1 ) . Donc vive les primaires ! ( le coût 5 millions d’euros estimation donnée par LR est supporté par le parti et principalement par ceux qui vont aller voter )

  3. Alain Bonnin says:

    je trouve formidable les primaires . Elles n’ont rien à voir avec celles des Etats unis ( bipartisme avec plusieurs courants ) les électeurs élisent des  » grands électeurs  » qui eux élisent le président . Si les EU fonctionnaient avec notre système pour l’élection présidentielle

  4. Esposito says:

    Je partage pour l’essentiel votre analyse. Les partis se délestent du choix de leur candidat. Mais ce sont des inconnus qui finalement imposent le leur alors qu’ils n’ont aucune légitimité pour ce faire.

  5. Les primaires sont une excellente chose pour la démocratie.
    Elles permettent tout d’abord un débat plus long et plus détaillé ce qui ne peut qu’éclairer les citoyens, qui en ont bien besoin (évidement, on est au stade des promesses …et on sait en France ce qu’il peut se passer ensuite…)

    Elles permettent aussi c’est vrai de traiter un problème interne au parti, mais il pourrait très bien faire des désignations en interne, sans débat, comme cela se passe pour les investitures, souvent en petit comité avec toutes les conséquences que l’on connaît…
    Elles permettent aussi de tester la popularité réelle d’un candidat puisque le corps électoral (plusieurs millions) dépasse largement le cadre du parti.

    Personnellement je n’y vois que des avantages.

  6. Émile says:

    Vous avez raison de souligner que le système américain des primaires n’a aucun sens en France. Du reste, on en mesure clairement l’aberration puisque certaines personnalités, appartenant pourtant aux partis qui organisent des primaires, annoncent qu’elles ne sont pas sures de s’y plier et pourraient se présenter « hors primaires »! La confusion est totale.

    Ceci dit, je ne crois pas que l’objectif soit de faire barrage à des « candidats potentiels gênants » comme vous l’affirmez. Ceux ci, s’ils existent, ont toujours la possibilité, et pour cause, de se présenter directement aux élections, à condition de satisfaire aux exigences légales.

    A mon sens, il s’agit surtout pour les partis traditionnels de se délester sur les électeurs du difficile choix de leur candidat. L’absence criante de leadership au sein de ces partis conduirait à leur implosion si leurs propres instances devaient décider elles même du choix de leur représentant, tant les prétendants sont nombreux. Il est donc beaucoup plus facile et moins risqué de passer la patate chaude au corps électoral.

    En outre, l’organisation des primaires comporte un message subliminal. Il s’agit de faire croire aux Français qu’à l’instar des États-Unis, la vie politique française ne devrait s’organiser qu’autour de deux partis dits « de gouvernement »…. en ignorant les autres sensibilités.

    Contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire, l’organisation des primaires (dont le coût, in fine, est supporté par les contribuables) n’apporte aucun surcroit de démocratie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s