Pau centre-ville, mais que veut François Bayrou ?


imagesL’actualité de cette rentrée 2016 nous apprend qu’un comité appelé « Verdun Libra » est en train de déployer son énergie pour s’opposer au paiement du stationnement sur la place de Verdun. Il est vrai que cette place, gratuite depuis toujours, revêt une dimension symbolique dans l’esprit des Palois. Des travaux ont débuté et un bras de fer est entamé, a-t-il une chance d’être entendu ?

Dans un article daté du 23 mars 2016, Alternatives Pyrénées s’était penché sur ce sujet et concluait qu’il eut été sans doute financièrementplus rentable d’organiser une répression des infractions au stationnement plutôt que rendre cet espace payant à tous (« La place de Verdun est une belle tirelire »). Mais la municipalité ne l’entend pas de cette oreille et argue du fait que Pau serait la seule ville de France où l’on trouve encore un parking gratuit. Curieux raisonnement ! L’argument ne tient pas ou plutôt n’est qu’un argument de circonstance, c’est-à-dire sans réelle portée. Et s’il fallait absolument ne pas se distinguer des autres, pourquoi ne pas aligner le taux d’imposition de la ville de Pau sur la moyenne nationale ?

Un autre argument est développé qui repose sur un classement des places de France. La place de Verdun serait classée parmi les plus laides. Oui et alors ! Sur quoi repose ce classement ? La caserne Bernadotte lui donne pourtant une belle gueule. Ainsi en vertu de ce constat, pour embellir la place il faudrait commencer par couper des arbres. Une logique pas vraiment très claire. Ceux qui estiment que les arbres sont un élément de décoration et d’embellissement font erreur. On verra par la suite le visage que donneront ces travaux à la place de Verdun.

Cependant il est une autre préoccupation qui devrait obséder nos élus, c’est la santé des commerces du centre ville de Pau. Dans un autre article Alternatives Pyrénées avait fait un comptage des vitrines commerciales désertées. Leur nombre n’a pas diminué, il est même en augmentation.

C’est pourquoi il faut donc s’interroger non seulement sur le stationnement mais également sur les transports en commun. Leurs tarifs sont en progression dans des proportions considérables eu égard au taux de l’inflation. La ville se place ainsi en contradiction la plus totale avec certains engagements qui voulaient que l’installation du Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) ne coûte rien ni aux usagers ni aux contribuables.

La transformation de la place de Verdun qui va devenir payante ainsi que l’augmentation des tarifs des transports en commun ne plaident pas à l’évidence pour une meilleure fréquentation du centre ville ni a fortiori pour la reprise des pas-de-porte vacants.

« Les promesses des politiques n’engagent que ceux qui les écoutent » comme l’a dit Henri Queuille. Rappelons nous en effet que dans les promesses électorales de François Bayrou ne figurait pas l’abandon de la gratuité du stationnement de la place de Verdun, mais figurait de manière emblématique la re dynamisation des commerces du centre ville de Pau.

Pau, le 5 septembre 2016
pat Joël Braud

Crédit photo : youtub.com

alternatives-pyrenees.com/2016/03/23/la-place-de-verdun-est-une-belle-tirelire/

Comments

  1. Joël Braud says:

    https://www.francebleu.fr/infos/societe/la-fronde-des-infirmiers-liberaux-contre-le-stationnement-payant-pau-1473268163

    Il faut donc que tout le monde paie, même les professions de santé. La ville de Pau serait-elle à la recherche de revenus supplémentaires pour faire face à des dépenses inconsidérées ?

    Il ne faut pas confondre le centre-ville et la place de Verdun. Il est sans doute intéressant d’aller rencontrer les commerçants du centre et de connaître leur point de vue sur le sujet. L’accès à la ville est évidemment important pour la bonne santé de ses commerces, mais ce n’est pas le seul élément ; il en existe d’autres tels que l’attrait des commerces et l’existence de centres commerciaux en périphérie. Mon propos était de dire que s’il ne s’agissait que d’une question d’argent, il était plus juste de faire payer ceux qui stationnent de façon irrégulière. La répression ça rapporte à la ville et peut-être autant qu’un dispositif de stationnement payant.
    Maintenant l’argument esthétique est valable mais cette laideur ne résultait-elle pas d’un manque d’entretien ? Le revêtement du sol n’a pas été refait depuis longtemps. La plantation d’arbres était-elle inenvisageable ?

    • Toujours les mêmes réflexes corporatistes. Il n’existe aucune raison pour que les infirmiers libéraux bénéficient de privilèges. Ils vivent déjà suffisamment grassement aux frais de la sécurité sociale. Chacun sait, par exemple, que lorsque ils visitent plusieurs personnes au même endroit (par exemple les pensionnaires d’une maison de retraite), ils encaissent sans sourciller pour chaque personne le forfait de frais de déplacement. S’ils sont si mal traités que cela, qu’ils aillent travailler à l’hôpital où l’on manque d’infirmiers!

  2. J’ai habité trois ans place de Verdun. Travaux : élagage des platanes, sable de Rébénacq dans les allées et balayage des feuilles mortes. Parking gratuit en bas de chez moi (cours Camou), et sur la place, à proximité de l’hôtel.
    L’argent récolté ne servira pas à améliorer quoi que ce soit, et je vois dans ce paiement la meilleure façon de pénaliser les banlieusards et de satisfaire les palois qui sauront où trouver un genre de revanche dans le style « on paie pour les autres et nous on en profite pas ».
    Pour exemple, à Logrono, le parking souterrain est à 25 euros/jour, mais, à distance identique du coeur de ville, un autre est gratuit. A Coimbra, nous avons payé 5 euros la nuit. (mais nous avons du balayer le parking avant d’en sortir).
    Bref, pourquoi faire payer ce qui est public, et par essence gratuit ?
    Mettre en valeur une place est de toute manière une nécéssité, surtout quand celle-ci la mérite.

    • Larouture says:

      « Bref, — »
      Ce sont tous les parkings qui devraient être payants. Y compris ceux des grandes surfaces à la périphérie.
      Personnellement l’instauration d’un paiement sur la place de Verdun, mon parking favori, ne me gêne pas. A noter qu’il ne pourra qu’augmenter avec le temps.
      « —, pourquoi faire payer ce qui est public, — »
      A moins que la place de Verdun ne fasse partie du domaine privé de la commune.
      « — et par essence gratuit ? »
      Oxymore?

  3. Hotoctone says:

    Revoir les conditions d’accueil des voiture sur la place de Verdun est peut-être la meilleure décision de l’équipe Bayrou. Sauf, comme rappelé dans l’article de Joël Brau, qu’il faudrait y associer une politique cohérente de transport public.

  4. On a enfin trouvé le coupable: si Pau se meurt, c’est la faute à Michel Rocard. Les problèmes de notre ville trouvent leur origine au Congrès de Pau organisé par le PS en 1975 avec la participation de Michel Rocard.

    #BlameItOnRocard

  5. Pendant des années, « on » nous a dit et répété que si le commerce se portait mal au centre de Pau c’était parce qu’on ne pouvait pas accéder en voiture, se garer, etc etc…

    Et voilà que maintenant le même « on » nous dit que le stationnement gratuit place de Verdun est un atout hyper important pour le commerce de centre-ville.

    « On » nous aurait donc menti ?

    Pas possible…

  6. Excellente idée que de rendre payant ce parking. Il n’y a aucune raison que seuls les Palois qui payent des impôts locaux en assurent l’entretien. En outre, faire payer les voitures qui encombrent les centre-villes constitue un excellent moyen de dissuasion à leur utilisation.
    En ce qui concerne le coût des transports en commun, j’ai fait une rapide comparaison avec des villes voisines. Pau semble un peu moins cher que Bayonne et légèrement plus cher que Tarbes. Il n’y a pas de quoi pousser les hauts-cris. Et si les taxes prélevées sur les voitures permettent d’améliorer les transports en commun ou les pistes cyclables, c’est tant mieux pour nous tous!

  7. Michel LACANETTE. says:

    Peut être va t’ il ainsi avec l’ argent récupéré du parking Verdun, tenir sa promesse électorale de re dynamisation du centre ville. En déshabillant Pierre, il habille Paul ….
    Mais au moins François aura tenu sa promesse et les Palois n’ auront rien à dire.
    Cela, est tout l’ art de faire de la politique …..

  8. L’article de la Rép (extrait) : « samedi matin une poignée de membres du collectif Verdun Libra invitait les passants à signer une pétition [5000 signatures selon le quotidien]. Créé en juin, réunissant des habitants issus de diverses formations (Nuit Debout, Libertat, etc.) mais aussi du PCF, ce collectif, qui se veut « apolitique » mobilise « pour sensibiliser le peuple »contre la décision [de rendre payant la place de Verdun ndlr] validée en conseil fin mars. »

    Si l’on considère cette lecture au premier degré, ce qui est généralement le cas, on peut en déduire que les opposants sont d’horribles gauchistes qui ne réclament que la continuité de ce qui a toujours été : la gratuité et l’accès facilité au centre ville (avec la navette gratuite, mais pour combien de temps encore?)

    C’est vrai que Verdun Libra, ça fait con pour un collectif de gens venus de tous horizons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s