Et après ils se plaindront de la concurrence déloyale d’Amazon…


L61rkinhsrhl-_sx302_bo1204203200_es libraires indépendants se plaignent régulièrement de la concurrence déloyale de vendeurs en ligne comme Amazon, qu’ils accusent de menacer leur existence même. 

Toutes les classes préparatoires scientifiques de France ont le même programme de français, comportant trois œuvres à étudier dans l’année. Avant la rentrée j’achète donc les trois livres correspondants pour ma fille aînée, auprès d’un libraire indépendant local et de centre-ville.

Quelques jours plus tard, alors que j’ai le livre entre les mains, je m’étonne que le prix (6€50) figure sur une étiquette rapportée et collée sur la 4ème de couverture. Par curiosité je la décolle, et je constate avec surprise que le prix imprimé dessous est de 4€10…

Mon premier réflexe est de penser que l’éditeur a profité de la forte demande ponctuelle sur ce livre pour monter son prix officiel. Le livre étant régi par un prix unique en France, tous les libraires (physiques ou en ligne) doivent alors suivre et s’aligner sur le nouveau prix. Mais non : après vérification sur plusieurs sites de vente en ligne, le livre est partout affiché à 4€10. Y compris d’ailleurs sur le site du libraire local !

J’en viens donc à l’hypothèse que c’est le libraire qui a pris l’initiative d’augmenter en boutique le prix de certains livres temporairement très demandés, comptant sur le fait que les clients ne vérifient pas, pensant que le prix est partout le même. Mes deux mails de demande d’explication étant ensuite restés sans réponse, il est tentant de transformer l’hypothèse en conclusion.

Il est (je suppose) dans son droit : la loi sur le prix unique du livre interdit de vendre en dessous du prix éditeur (rabais maximum autorisé de 5,5%), mais (apparemment) pas au dessus. Le procédé n’en est pas moins déplaisant. Comme beaucoup de monde aujourd’hui, je commande pas mal de choses sur des sites de vente en ligne (dont le succès ne tient d’ailleurs pas qu’à leurs prix, loin de là). Néanmoins, j’essaie aussi de participer au maintien du commerce local, quand je sais que je peux y trouver ce que je cherche : c’est le cas pour les livres (que l’on peut même réserver/commander de chez soi avant d’aller les chercher à la librairie). Mais ce genre de petite entourloupe (car il s’agit de ça) n’est pas franchement de nature à encourager les clients potentiels : la prochaine fois, j’aurai sans doute moins de scrupules à commander ailleurs…

— PierU

Comments

  1. LACASSAGNE says:

    confondre le taux de remise accordé par loi Lang et le taux de TVA appliqué aux biens culturel est une première étape, parler d’étiquetage sur un produit ou le tarif est imprimé (sans changement de tarif éditeur) en est une autre, pousser une diatribe contre les libraires quand on ne les fréquente pas…. ce livre est un achat obligatoire pour les élèves de certains lycées palois cette rentrée… j’ai lu votre prose et comme habitué de biens culturels je me suis rendu dans la librairie..facile à deviner Folio, Livre de Poche, GF tr
    ois versions pour le même titre et même au sous sol une version abrégée à 3.90 chez Folio classiques. Rien d’anormal sur l’étiquetage ou le tarif imprimé. Alors je me suis dit que vous aviez été victime de l’étiquette volante comme dans les supermarchés, celle qui fait passer le produit à un autre prix en caisse…. mauvaise pioche ?

    • Oulà oui, j’ai mis 5,5% au lieu de 5%, grosse et terrible erreur qui met par terre tout le reste de ce que j’ai écris🙂 !

      Si je ne fréquentais pas les librairies je ne vois pas comment j’aurais pu observer ce que je rapporte ici.

      Par ailleurs vous dîtes constater qu’actuellement il n’y a pas le surétiquetage dont je parle : rien d’étonnant s’il s’agissait d’un relèvement temporaire du prix le temps que les élèves fassent leurs achats pour la rentrée.

  2. Aventure intéressante, mais il serait peut-être souhaitable de donner le nom du libraire en question plutôt que jeter l’opprobre sur toute une profession, que j’estime être en général courageuse et méritante.

    Il se peut que je fasse erreur, mais je crois qu’il existe une seule librairie indépendante sur Pau dotée d’un site web avec le prix de toutes leurs références (ce qui constitue à mon sens une belle preuve de transparence). La librairie Tonnet.

    Au jour d’aujourd’hui (je dis bien aujourd’hui), le livre en question est bien vendu 4,10 euros en magasin. Aucune étiquette n’est rajoutée sur la quatrième de couverture des ouvrages mis à la disposition des clients.

    • N’ayant gardé aucun ticket de caisse à l’époque, je ne peux (malheureusement) fournir aucune preuve de cette histoire. Le libraire pourrait donc évoquer la diffamation si il était nommé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s