Ce sont les meilleurs qui partent les derniers. Car ils connaissent le parfum des poubelles.


IMGP4074Une chose est sûre : l’homme n’est pas recyclable. Et je parle d’expérience, m’étant rendu récemment dans une déchetterie. C’était un samedi, j’avais tout mon temps pour inspecter le contenu des bennes.

Et j’y ai trouvé ce que je n’aurais pas voulu y voir. Dans la première, réservée aux végétaux, s’amassaient des gueules de bois, des jambes, des manches de mauvaise pioche, bref tout un panel de gens en déroute jetés là par on ne sait quelle main divine. Dans la suivante, montaient des couinements métalliques, des grincements de ferrailleurs qui avaient passé leur vie à la plomber, à chercher le bon tuyau, la grille de loto en acier inoxydable, des rouleurs de tambours qui machinaient l’argent pour le rendre plus blanc, et des grincements de dents en métal argenté usées par des sourires hypocrites. Dans la benne à papiers, de la graisse ventripotente remplie d’ordonnances médicales volantes et de serments à gogo ; y voletaient les fiérots qui semblaient dire au monde que leur vie était une succession de cartons pleins, d’amours aisées et de fantasmes assouvis. Heureusement pour eux, il ne pleuvait pas, ce samedi-là.

Dans la benne à tout-venant, la plus remplie, il y avait du monde sorti de partout, des placards d’entreprises où dieu sait qui les avait enfermés, des jeunes maculés de plâtre et d’encore plus jeunes qui faisaient office de tapisserie, voire de plantes vertes, quelques mois auparavant, scotchés aux paravents et aux sunlights de quelques studios télé, et puis des vieux aussi, au fond, marinant dans un jus de caddies démantibulés, de fauteuils aux ressorts déglingués, de factures plus énormes que des cafards, et quelques femmes encore séduisantes accrochées désespérément à d’antiques literies qui ne traceraient plus l’ultime étreinte de Samothrace.

De ce spectacle qui n’était en fait qu’une représentation générale d’un monde qui s’offrait gratuitement aux dépenses enchantées de l’obsolescence programmée, je virais vers les caissons plus surveillés qui contenaient les grands nerveux, ces gros cerveaux toujours agités, vindicatifs, meneurs de flux électrisés par des discours adaptés aux tensions des divers auditoires. Usant tous d’images imprimables avec un pantone de trois couleurs (si le noir s’en exclut), couleurs qui trônaient dans un autre bac, tatoués de présents passés et d’avenirs marqués. Quant aux huiles, les belles et lourdes, qui ne finissent jamais de frire ou d’alimenter les moteurs de la notoriété, elles conversaient dans un gros bidon, plus gargantuesque qu’une parturiente prête à accoucher d’un monde meilleur ( à condition que l’on ne lui dise rien de ce qui attend l’enfant).

Hors de l’enceinte de la déchetterie, (lecteur attentif, ne confonds pas tout), un gros bidon crado pour avaler les bouteilles en verre, endroit magnifique pour faire la fête avec quelques amis sans laisser de trace. (enfin, quelques faux amis font pipi derrière et d’autres vomissent dans le fossé). Jusque là, personne ne s’est plaint de la musique et des dégâts occasionnés par nos fêtes nocturnes, ex bacchanales.

Personne ne s’est plaint, je devrais dire personne ne s’est plainte. Ou avouer que j’ai menti. Les vaches ont porté plainte. Impossible de ruminer tranquille la bonne herbe mélangée au maïs. Avant, on regardait passer la vieille locomotive avec tous ces clampins dedans, qui descendaient dans les montées, maintenant on s’ennuie ferme, pas même un torchon rouge le soir, à l’horizon : c’est gris, sale, et tu as beau nettoyer tes yeux, te laver les mains, ils sont toujours là, au fond de la benne que nos déchets leur ont alloué : les monstres.

Je me demande si je vais signer ce papier.

-par AK Pô

08 10 2016

Ptcq

Comments

  1. Chinaphil says:

    Merci Karouge. Un très bon moment passé à m’abreuver à vos lignes.

  2. Super billet !

  3. HenriIV 3/4 says:

    AK PÔ
    Et que deveint DS?
    Il nous la fait à la Poutine?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s