Que c’est triste !


image>Frédéric Valletoux Président Fédération hospitalière de France :«Un grand malaise de l’hôpital public» 3/11/2016. Sud Ouest.
>1/3 des centrales nucléaires françaises sont à l’arrêt. «Irrégularités inacceptables» Sud Ouest 4/11/2016.
>Malgré le moratoire, le tonnage de nicotinoïdes a progressé de 31% entre 2013 et 2014. Sud Ouest 31/10/2016.
>«Le vivant s’efface dans les pas de l’homme» : rapport WWF article de Jean Denis Renard.«notre planète à bout de souffle» Sud Ouest 28/10/2016.
>Triste record : l’air n’a jamais été aussi pollué qu’en 2015 par le CO2, record symbolique de 400 ppm(parties par million), selon l’organisation météorologique mondiale. Sud Ouest. 25/10/2016.
>Les infirmières n’en peuvent plus et le font savoir dans la rue. Sud Ouest 8/11/2016.
>Malgré les bonnes intentions affirmées, les femmes sont aussi dans la rue pour revendiquer l’égalité de considération avec les hommes. Sud Ouest 8/11/2016.
>Au sein de l’Europe, la France, avec un taux de suicides de 14,9 pour 100 000 habitants, est nettement au dessus de la moyenne européenne (9,8 pour 100 000 habitants).4 févr. 2016. Statistique – Infosuicide.org
Parmi les causes évoquées lors des appels à SOS Amitié (fédération créée dès 1960) figurent la solitude, la dépression, la maladie, les problèmes de couple ou de famille. Dans son rapport, l’ONS insiste sur le rôle préventif et curatif du tissu associatif présent partout en France, tissu que l’on est entrain d’affaiblir par suppression des subventions. On peut y ajouter son rôle dans la prévention de la délinquance.
>Les particules fines comptent pour 9% de la mortalité nationale, selon de nouvelles estimations. Le Figaro.fr santé.
«Les effets létaux de la pollution de l’air par les particules fines se confirment d’année en année. Pas moins de 48.000 décès sont imputables à ces substances rejetées par l’industrie, l’agriculture, les transports, le chauffage, à partir d’énergies fossiles (fuel,bois, charbon), selon l’étude d’impact sanitaire qu’a publié ce mardi l’agence Santé publique France». Les échos.fr
>Deux nouveaux rapports alertent sur l’explosion des décès par cancers chez les femmes, liés en particulier au cancer du sein : les cancers pourraient ainsi tuer 5,5 millions de femmes chaque année dans le monde en 2030 contre 3,5 millions en 2012.Sud Ouest.fr 26/10/2016.
Ce chiffre, lié à l’augmentation et au vieillissement de la population, s’explique aussi par l’augmentation de la fréquence des «facteurs de risque» de cancer liés à l’inactivité physique, une mauvaise alimentation, l’obésité, des facteurs reproductifs, comme par exemple le fait de procréer à un âge tardif, les traitements hormonaux de la ménopause, les perturbateurs endocriniens. On peut ajouter la pollution de l’eau et de l’air, l’exposition aux rayons solaires…
A cela vient s’ajouter le fait qu’il existe au cours de la cancérogenèse de nombreuses interactions entre différents agents cancérogènes (tabac-alcool, tabac-radon, virus hépatite B et aflatoxine, etc…).
Ne parlons pas des dangers dans tous les domaines de l’élevage et de l’agriculture industrielle ; si les virus ne trouvaient pas un terrain aussi favorable, les drames vécus par les éleveurs ne seraient pas ce qu’ils sont !……….
N’oublions pas les conséquences du réchauffement climatique sur les biens et les personnes …..! Les causes du dérèglement environnemental sont volontairement ignorées, voire même contestées parfois !
Et que nous proposent les candidats à l’élection présidentielle ?
D’après le Point :
– une forte baisse des dépenses publiques
– la suppression des 35 heures
– la liberté pour les entreprises de négocier le temps de travail.
– la dégressivité des allocations chômage
– l’augmentation du temps de travail des fonctionnaires
– la réduction de leur nombre .
– Le report de l’âge de la retraite (entre 63 et 65 ans)
– la suppression de l’impôt sur la fortune.
Les propositions de la «gauche ?»gouvernementale sont à venir, elles ne seront pas beaucoup plus réalistes sûrement !

Absolument rien, à part les pains au chocolat, sur les véritables problèmes rencontrés par les Français dont certains sont évoqués ci-dessus.
J’ai  bien l’impression que nos politiques vivent dans un autre monde et parlent une autre langue.

Le fossé se creuse de plus en plus entre «la France d’en haut et celle d’en bas» ! Nouvelle étape dramatique, les syndicats ne sont plus reconnus comme intermédiaires entre le pouvoir et les acteurs de terrain, ils sont débordés, et c’est grave, car le mécontentement n’est plus canalisé comme lors des manifestations de 1968 par exemple, c’est la voie ouverte à toutes les manifestations de désespoir, illégales certes, mais compréhensibles quand on n’a plus rien à perdre, ce qui est le cas si les mesures affirmées de « salut public !!!» de nos utopiques conservateurs néolibéraux sont appliquées.
La réaction dans le cadre de la démocratie est incertaine ; les extrémismes, la pire des réactions, est à prévoir ; c’est déjà le cas autour de nous, dans la société française et à l’étranger.

Signé Georges Vallet

crédits photos: mimiclectik.canalblog.com

Comments

  1. Pierre Lafon says:

    Bonjour Monsieur Vallet,

    Je suis étonné par votre phrase :
     » Nouvelle étape dramatique, les syndicats ne sont plus reconnus comme intermédiaires entre le pouvoir et les acteurs de terrain, ils sont débordés, et c’est grave, car le mécontentement n’est plus canalisé comme lors des manifestations de 1968 par exemple, …  »
    Le mouvement contestataire de Mai 68 est devenu un événement dans l’actualité de l’époque avec le « Mouvement du 22 mars » qui fédérait de nombreux étudiants qui dénonçaient la « répression sexuelle » dans les cités universitaires (séparation des filles et des garçons dans les cités universitaires). Partant de ce fait précis, ce mouvement qui regroupait anarchistes, socialistes et communistes révolutionnaires, situationnistes, … et aussi quelques fantaisistes, ce movement,dans le contexte bouillonnant de Mai 68, propose une conception singulière de la lutte. Ni parti, ni syndicat, cette organisation se fédère à travers une même conception de la lutte sociale. On pouvait lire sur les affiches  » Le pouvoir aux travailleurs » sans que soit fait référence à la moindre organisation syndicale. L’Unef était souvent huée, et les syndicats, particulièrement la CGT est très réticente à l’idée d’un regroupement de lutte « ouvriers, étudiants ».
    La contestation s’amplifie et en mai 68, les premières barricades sont construites et les usines sont occupées. Mais les étudiants sont rejetés de ces occupations d’usine par les syndicats (la CGT n’est pas « chaude » sur ces occupations d’usine, pas plus qu’aux mots d’ordre d’autogestion et de « pouvoir aux ouvriers », et les bureaucrates de la CGT tentent de limiter les rencontres et les discussions entre étudiants et ouvriers.). Ils font juste ce qu’il faut pour récupérer ce mouvement d’un fond complexe et parfois contradictoire, qui ne sait plus très bien où il va et le prendre à leur compte pour aboutir à la grande victoire (c’est leurs mots) des accords de Grenelle … puis vint la déroute des législatives !
    Votre titre est « Que c’est triste » !
    Mai 68 était tout (et peut être son contraire ;;;) mais pas triste !

    • c’est vrai qu’à l’époque les aubergines étaient farcies et la dialectique cassait des briques !

    • Georges Vallet says:

      Pierre Lafont.
      Merci pour votre intervention; vous avez tout à fait raison, cela s’est effectivement passé comme cela; j’ai vécu avec intensité l’exhalation de mai 68.
      Si j’ai écrit cette phrase c’est que j’ai vécu aussi, avec une grande « tristesse » et désillusion, la façon dont les syndicats, dans l’enseignement par exemple, mais ailleurs aussi, ont remis de l’ordre dans leur troupe pour obtenir l’arrêt des grèves après avoir obtenu les « pitoyables » accords de Grenelle.
      « Pitoyable » car on voulait changer le Monde et les syndicats ont calmé l’ardeur révolutionnaire par quelques augmentations du pouvoir d’achat!
      A l’utopie a succédé une reprise en main afin de rétablir l’ordre. Je pense, après maturation, que c’était naturellement une bonne chose, c’était de la folie, à posteriori, de se lancer dans l’aventure de l’anarchie. C’est pourquoi je redoute, à l’heure actuelle, le débordement des syndicats par une base qui leur reproche, avec raison sans doute, de ne pas les défendre.
      Pour mon titre, l’évocation de la tristesse ne ciblait pas mai 68 mais de constater combien nos hommes politiques étaient à côté de la plaque; ils n’ont pas compris ou voulu comprendre le niveau de rejet de leur politique qui ne profite qu’à une partie de plus en plus réduite de la population.

  2. Joël Braud says:

    Aujourd’hui, nous apprenons l’élection du président des Etats-Unis, Donald Trump, celui qui nie l’existence du réchauffement climatique.

    • in « courrier international » :
       » Environnement : l’inquiétude des scientifiques
      Pour le site militant Grist, l’élection de Donald Trump constitue “une menace mortelle pour la lutte contre le changement climatique”. “Trump a promis de retirer les États-Unis de l’accord de Paris. Il a juré de supprimer toutes les dépenses fédérales pour le climat. Il est sur le point de nommer un climatosceptique notoire, Myron Ebell, du Competitive Enterprise Institute, pour diriger l’équipe de transition de l’agence de protection de l’environnement”, énumère Grist. Des promesses d’autant plus inquiétantes pour les défenseurs de l’environnement que les deux chambres sont désormais entre les mains des républicains, laissant le champ libre au nouveau président. »

  3. Jack Fagot-Barraly says:

    A la lecture de cet inventaire de tous les maux qui nous accablent ,nous Français on se demande bien si l’on ne courre pas a la catastrophe !! Comment alors éviter de rentrer dans le mur ? Chacun y va de sa solution ,d’autres tirent des plans sur la comète ,ou nous affirment qu’en votant pour eux tout ira mieux et pour ne rien arranger voila que Trump est élu !!

  4. Georges Vallet says:

    « Votre vision est incomplète et partisane. »

    Qui n’est pas partisan? Vous êtes partisan, c’est votre opinion, je suis partisan, j’ai une autre opinion.
    Vous ne pouvez pas nier que le fossé entre « la base » et le « sommet » se creuse de plus en plus; le citoyen ne supporte plus d’être sacrifié sur l’autel de la compétitivité et de la spéculation.
    Au lieu d’en prendre conscience et d’agir, on appuie sur l’accélérateur. Résultats? Les manifestations de plus en plus violentes dans tous les domaines, le Brexit, l’élection de Trump et la lettre de félicitations de Marine Le Pen., la montée des partis populistes en Europe, ….La bourse est paniquée, la suite est de plus en plus incertaine.

    C’est la manifestation du ras le bol d’une société désemparée qui n’accepte plus de ne pas être entendue. »Le programme social démocrate d’une douceur extrême » ne lui convient pas car il est la preuve d’une volonté de continuité, sans rien changer, de la pensée unique.

    Si quelqu’un doit descendre sur terre, c’est bien vous!
    Quant à mon programme, probablement l’inverse du vôtre!
    D’ailleurs, vous n’en dévoilez pas grand chose; une vision très partielle, des leitmotivs sur toujours les mêmes sujets: PIB, dette, dépenses publiques, en excluant toute vision globale. Combien de chômeurs souhaiteraient participer à l’augmentation du PIB!!!!
    Je ne suis pas un homme politique, je suis un simple citoyen qui constate la situation catastrophique au plan environnemental, sanitaire, social,….., autant de vrais sujets non abordés par les candidats qui, comme dans le débat sur «le progrès» qui se tiendra à Pau prochainement, sont des idées qui mènent le monde en ce moment!

    • « environnemental, sanitaire, social,….., autant de vrais sujets non abordés par les candidats »
      Tous ces sujets sont abordés par les candidats.

      • Georges Vallet says:

        social, c’est vrai, pour que les patrons puissent licencier plus facilement, pour allonger la durée du travail et repousser l’âge de la retraite alors que des millions de gens sont en recherche d’emplois et que le chômage des séniors s’accentue. L’objectif est bien de diminuer, de cette façon, le niveau des retraites; pas très social tout cela! Environnement? Quand on répond favorablement aux sollicitations de la FNSEA, c’est vrai on se préoccupe de la malbouffe et de la pollution et donc du sanitaire…..

    • « Quant à mon programme, probablement l’inverse du vôtre! »

      Donc, augmenter les déficits, laisser filer la dette, ne plus vouloir de l’Europe, travailler 32 h, la retraite à 55 ans, augmenter le nombre de fonctionnaires, …etc…
      Dans quel monde vivez vous ?
      Redescendez sur terre !

  5. Contribuable Palois says:

    Le site du Ministère du budget affiche les budgets annuels; ce qui permet de découvrir la réduction (  »volontariste » dit le ministre) des dépenses de l’Etat:
    2015 – 386,2 Md d’euros
    2016 – 385,9 Md d’euros

    Vous avez bien lu: les dépenses ont reculé(!) de 300 millions en un an, sur un budget total de 386 miliards. Un recul de moins de 0,1% .
    La dette de l’Etat 1.636 milliards à fin septembre 2016 et 2.170 milliards pour la dette de l’ensemble de la France. Et aujourd’hui 9 novembre les ressources de l’Etat étant épuisées c’est l’emprunt qui va permettre de poursuivre … sans rien modifier
    http://www.atlantico.fr/decryptage/9-novembre-jour-dette-partir-aujourd-hui-etat-consomme-tous-revenus-et-commence-endetter-pour-terminer-annee-cecile-philippe-2431744.html

  6. Larouture says:

    Si on décline au plan local ces grandes lignes, je trouve que le béarnais se flatte de ses paysages et de son art de vivre. Il les considère comme des acquis qui ne nécessitent pas d’investissement. Le commun n’existe pas.
    Pourtant nous avons des problèmes de qualité de l’air, de l’eau ou des sols. Par exemple, si on suivait les maïsiculteurs voire les forestiers, il suffirait de planter du maïs partout en l’irriguant ainsi que des Douglas et des eucalyptus.
    Les politiques classiques considèrent que la Société a atteint un âge d’or (climax ?). Ils sont des adeptes du « bench marking » et ne se différencient que sur des particularités, surtout sociétales.
    Cependant je ne suis pas convaincu qu’il faille systématiquement leur jeter la pierre.
    Certes, je considère aussi que les déficits sont insupportables. Mais je constate que des pays qui seraient mieux gérés que nous ne vont pas mieux (Brexit ainsi que les Pays-Bas, la Finlande, l’Autriche, voir l’Allemagne qui ont leurs extrémistes ; sans parler des US).
    Il y a une autre variable (principale) que la gestion qui contrôle le monde et qui l’a (peut-être) conduit là où il est (ce qui ne doit pas nous empêcher de réduire nos déficits…).
    Des sociologues (déclinistes que l’on entend souvent) nous parlent d’un nécessaire retour sur notre identité, nos racines.
    D’autres (progressistes mais qui sont peu audibles) nous disent que la France est un récit, que le mythe révolutionnaire est usé. Nous voulons rejouer la séance de l’abolition alors qu’il vaudrait mieux prolonger, renouveler, le récit de la France, puiser dans ses héritages. Certains précisent aussi que la France n’est pas seulement un pays mais une idée qui parle à tous les hommes.
    (
    = Cf. Jean Viard ou Raphaël Glucksmann invité hier au parvis, pour le peu que je connaisse).
    Alors, qu’avons-nous à dire là-dessus ? Comment « aider » les politiques, y compris locaux, sans les dénigrer systématiquement ?

  7. Votre vision est incomplète et partisane.
    Tous les partis admettent les problèmes écologiques cités, tous veulent lutter contre le réchauffement climatique , la disparition des espèces, etc… Pas assez ? sans doute, mais la France reste un bon élève et aucun politique français ne peut influencer fortement les politiques des géants (Chine, Inde, USA, etc…) Et ils en parlent dans leurs programmes alors que vous n’en dites pas un mot.

    Vous parlez du programme économique de la droite qui en fait n’est qu’un programme social démocrate d’une douceur extrême, qui a été appliqué il y a des lustres chez tous nos voisins.
    Rien que le minimum nécessaire pour ne pas rejoindre la Grèce, mais très loin de ce qu’il faudrait faire pour rejoindre l’Allemagne.
    La preuve, la dette continuera a augmenter et le déficit limité à 3% ne le sera qu’en fin de mandat !!! (c’est dire qu’il faudrait encore diminuer de 60 milliards d’euro la dépense publique !)

    Descendez sur terre et dites nous , enfin, quel serait votre programme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s