La Palombe Bleue en sursis


r2014_10Les palombes se font rares dans les cols pyrénéens, parait-il. La Palombe Bleue se fait rare aussi depuis quelques années entre Paris et l’extrême Sud-Ouest, et va disparaître totalement dans moins d’un an selon le calendrier de la SNCF. Qu’ont fait les élus locaux pour éviter d’en arriver là ? Pas grand-chose : ils gesticulaient plutôt pour des chimères, comme une LGV vers Pau.

La Palombe Bleue est le train de nuit qui relie toutes les nuits Paris aux villes de la côte Basque, du Béarn, et de la Bigorre (et inversement !). Enfin, toutes les nuits plus vraiment : depuis 2011 elle ne circule plus que les week-ends et les vacances scolaires. Ce service réduit devait déboucher sur une suppression complète de la ligne en 2016, mais un sursis lui a finalement été accordé jusqu’au 1er juillet 2017, date de la mise en service de la LGV Atlantique Tours-Bordeaux.

Toutes les lignes de trains de nuit en France sont en fait sur la sellette : fin 2017, une fois que la Palombe Bleue et le Paris-Nice auront tiré leurs révérences, il n’en subsistera plus que quatre (Paris-Briançon, Paris-Toulouse, Paris-Rodez, Paris-La Tour de Carol). Courant 2016 ce seront pas moins de six lignes qui auront été supprimées : Paris-Cerbère, Paris-Albi, Paris-Saint Gervais, Paris-Bourg Saint Maurice, Luxembourg-Nice/Cerbère, Strasbourg Cerbère… Certaines pourraient être sauvées si les régions et/ou des opérateurs privés prenaient le relais de l’État et de la SNCF, mais il y a peu de chances. Dans un passé plus ou moins récent de nombreuses autres lignes avaient déjà été supprimées : Bordeaux-Nice, Irun-Nice, Irun-Genève, Quimper-Genève, la liste est longue…

L’état -pourvoyeur des subventions d’équilibre pour les grandes lignes (hors TGV) de la SNCF- et la SNCF évoquent toujours les mêmes arguments : baisses de fréquentation, mode de transport passé de mode qui ne répond plus aux besoins des voyageurs, lignes rendues inutiles par les liaisons TGV, etc… Certains de ces arguments ne sont pas tout à fait faux : en faisant gagner une heure de trajet sur toutes les destinations Pays Basque/Béarn/Bigorre, la LGV Tours-Bordeaux va rendre de fait le trajet de nuit moins intéressant. Pour autant, même en TGV il faudra encore 4h30 pour relier Paris à Pau, et 5 h 30 jusqu’à Tarbes, ce qui fait dire aux défenseurs des trains de nuit que c’est avec ces derniers que l’on gagne le plus de temps, puisque l’on voyage pendant que l’on dort ! Pour le reste, ayant utilisé les trains de nuit pendant des années je peux témoigner que (comme dit la CGT) « la casse a été organisée » :

J’ai pris la Palombe Bleue toutes les semaines pendant 5 ans au début des années 2000, quand je travaillais à Paris : les vendredi et dimanche soir elle était régulièrement bondée, il valait mieux réserver suffisamment à l’avance. Il m’arrivait aussi de la prendre en semaine, c’était beaucoup plus calme mais j’ai rarement eu une impression de train vide. C’était la solution idéale qui permettait de partir tard le dimanche (23 h) et d’arriver suffisamment tôt à Paris (7h), sans être pour autant « décalqué » (on finit par s’habituer et dormir à peu près correctement dans ces trains). On croisait souvent les mêmes têtes… Mais déjà on sentait que pour la SNCF ces trains n’étaient pas une priorité : par exemple la composition du train mélangeait des wagons anciens et des wagons plus récents et plus confortables, mais le renouvellement ne se faisait plus et les wagons anciens continuaient d’être exploités jusqu’à la corde : pour attirer du monde on fait mieux.

Cela était encore plus marqué sur le Irun-Genève, autre ligne que j’ai utilisée pendant des années pour me rendre dans ma famille en Haute-Savoie. Là le vieux matériel était la règle. La maintenance laissait à désirer au fil des ans : il m’est arrivé de faire le trajet sans chauffage dans le wagon, soit en panne, soit non mis en marche par un contrôleur aux abonnés absents. Les voitures-bar avaient déjà été remplacées par un service de chariot mobile dans le train, puis par des distributeurs automatiques, puis par… plus rien du tout si j’en crois des utilisateurs récents (sur d’autres lignes). De quotidien, ce train a commencé à ne circuler que certains jours (week-end et vacances), puis à être régulièrement supprimé même les jours où il devait circuler. L’ouverture des réservations ne se faisait plus que quelques jours avant le départ, et même en gare le personnel était incapable de dire si il allait circuler ou pas tel jour ! Quand on planifie un voyage on ne peut évidemment pas rester dans l’incertitude de cette façon, j’ai donc fini un jour par laisser tomber au profit de l’avion Pau-Lyon (plus cher et moins pratique, mais sur lequel je peux compter !). Je n’ai sûrement pas été le seul à laisser tomber, ce qui a permis à la SNCF de dire que la fréquentation chutait et conséquemment de supprimer la ligne.

Pour revenir à la Palombe Bleue, depuis 2011 son service est dégradé : circulation uniquement certains jours comme je l’ai écrit, et détour par Toulouse au lieu du chemin direct par Bordeaux ! A priori pour une bonne raison : les travaux de nuit de rénovation de la ligne classique sur l’axe Dax-Bordeaux-Paris. Mais les conséquences sont importantes : 2 à 3 heures de trajet en plus, plus de correspondance avec les trains espagnols à Irun… Ajoutons la suppression des wagons « sièges inclinables », qui étaient une alternative pour ceux qui n’aimaient pas les couchettes… Là encore l’état et la SNCF ont beau jeu d’évoquer la baisse de fréquentation ! Car parait-il (je n’ai pas vérifié) la Palombe Bleue n’était pas déficitaire avant ce changement de service, mais elle l’est évidemment devenue…

Des mouvements de protestation se sont organisés pour tenter d’empêcher la fermeture des dernières lignes de trains de nuit : site internet, pétition en ligne, lettres aux élus, lettres d’élus au gouvernement ; à Pau une manifestation a eu lieu en gare le samedi 26 novembre dernier (voir photos ci-dessous)… Il n’est peut-être pas trop tard pour empêcher la disparition irrémédiable des dernières lignes.

Quelques élus locaux (trop peu) se font entendre sur le sujet : François Bayrou a signé une lettre commune adressée au ministre des transports, Martine Lignières-Cassou a été vue à la manifestation de Pau… Mais on ne peut s’empêcher de poser la question : qu’ont-ils fait ces dernières années en amont pour anticiper ce problème ? A ma connaissance pas grand-chose, ils ne s’intéressaient pas au sujet. Ils trouvaient beaucoup plus gratifiant de se mettre en scène en réclamant une LGV vers Pau, feignant d’ignorer le côté totalement irréaliste d’un tel projet. Eux qui parlent sans arrêt d’enclavement du piémont Pyrénéens, les lignes de trains de nuit Irun/Tarbes-Pau, Irun-Lyon-Genève, Irun-Nice, constituaient pourtant une offre qui désenclavait la région depuis toujours  !

PierU

Le site : https://ouiautraindenuit.wordpress.com/
La pétition en ligne : https://www.change.org/p/ouiautraindenuit

Les photos de la manif du 26 novembre en gare de Pau (cliquer pour agrandir) :

 

Comments

  1. Adishatz,
    je ne sais que penser en effet, mais je suis assez défaitiste en ce moment… Je ne l’ai pris qu’une fois, et pour ma part, j’ai mal dormi et je suis arrivé à Austerlitz la tête dans le c..
    Il n’empêche que c’est un service et qu’il est utile et qu’il doit être préserver.
    La remarque de rdv est assez pertinente je trouve.

    • Dormir dans un train de nuit est en partie une question d’habitude. Au début où je le prenais je dormais mal, et par la suite je dormais suffisamment pour être à peu près d’attaque le lendemain. Après vous êtes peut-être tombé justement sur les vieux wagons, que la SNCF ressort notamment pour allonger le train en périodes de vacances, et dans lesquels le confort n’est pas terrible du tout.

  2. jeanjacques Boisserolle says:

    Je suis tout à fait en accord avec cet article. Je proteste également contre cette décision de la SNCF. Ces trains de nuit sont très pratiques et pourraient être améliorés. On peut regretter que nos politiques ne se soient pas battus pour leurs maintien. Une remarque : nos politiques ne se battent pas pour une LGV directe à l’occasion de GPSO pour Mont de Marsan Pau, hélas.Les trains de nuit sont complémentaires et ne doivent pas être opposés aux TGV. Le report modal de la voiture vers le train passe par l’ensemble de ces offres, qui concurrencent aussi l’aérien. Si on est pour le report modal, il faut être cohérent.

  3. Je crois que c’est surtout la « sociologie » qui a changé. Il y a quelques décennies, dormir à côté d’un inconnu n’était pas un problème, alors qu’aujourd’hui, c’est devenu impensable pour un grand nombre de personnes.
    La politique tarifaire de la SNCF de ces 20 dernières années a également largement favorisé le TGV par rapport au train de nuit…
    Je ne connais pas de tentatives de transformation des compartiments en « capsules » individuelles mais cela me semble intéressant parce que le créneau horaire reste très intéressant.

    • Je ne crois pas que ça dérange les jeunes, même aujourd’hui. Il y a aussi des compartiments réservés aux femmes, pour celles qui le souhaitent. Faire des « capsules individuelles » augmenterait fortement le prix, vu la place que cela demanderait (il existait d’ailleurs les voitures-lits, avec des compartiments pour une ou deux personnes, c’était cher).

      Par contre clairement la SNCF veut que la clientèle des trains de nuit se reporte sur les TGV, pour améliorer la rentabilité (parfois limite) de ces derniers.

      • il me semble qu’un compartiment de 6 places de seconde classe pourrait être transformé en 4 « capsules individuelles », soit l’équivalent d’un compartiment de 1ère classe. Cela peut être probablement rentable si les clients sont séduits par ce mode de transport.
        Entre un wagon de compartiments 6 places rempli à 20% et un wagon d’équivalent de compartiment 4 places rempli à 80%…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s