Bayrou, (re) solution française ?


bayrou-au-centreLe feuilleton Bayrou continue. Son livre « Résolution Française » va sortir début février. Pour justifier une quatrième candidature ? Décidément ce « vieux » politicien ne se rendrait-il pas compte que le monde a changé ? La drogue de la notoriété, du pouvoir, serait elle trop forte ?

Le comportement de François Bayrou est assez représentatif de cette classe politique qui n’a toujours pas compris que le monde évolue. Forcément, depuis leur plus jeune âge ils ont vécu dans un autre monde, une autre vie, celui de la recherche à tout prix d’un mandat (F Bayrou était Conseiller Général en 1982). Ils ont grandi dans les magouilles perpétuelles des partis où tous les coups et toutes les compromissions sont indispensables pour progresser, éliminer le concurrent, pour obtenir les investitures, surtout celles qui assurent des revenus confortables et une exposition médiatique qui permettra de perpétuer cet emploi.

On connaît le parcours et la méthode de François Bayrou depuis son ascension à la tête de l’UDF, forte d’une centaine de députés, qui ne manquera pas très vite d’éclater, de péricliter, sous sa direction autocratique, puis de créer le MoDem, un parti où le « nous » n’existe plus, où seul le « je » de F Bayrou a cours. Aujourd’hui c’est un homme seul qui essaye de survivre avec des manœuvres politiciennes, concurrencé au centre par les autres partis centristes et le nouvel OVNI Macron et son mouvement « En Marche ». Le dernier sondage (Cevipof – Ipsos Sopra Steria) fait passer F Bayrou de 12% au printemps 2016 à 5% aujourd’hui, Macron étant crédité de 17 à 19% . Aïe, à moins de 5% on règle l’addition… Evidemment, l’élimination probable de Manuel Valls fera une plus grande place au centre et aiguillera l’ego surdimensionné de Bayrou qui ne peut laisser Macron seul au centre de nulle part…

On peut au passage s’interroger sur le fonctionnement de la coalition municipale. Le travail en équipe implique la délégation, et ses conséquences en termes de médiatisation des actions menées par les différents acteurs. Et que voit-on à part Bayrou et son Brin d’ombre ? Que devient notre préfet qui voulait être Maire, où les ambitieux Républicains de l’alliance ? Même Josy, pourtant accrochée en permanence aux basques du Béarnais n’arrive plus à être sur les photos…Une candidature entraînerait fort logiquement l’explosion de cette coalition.

Pourquoi cette incertitude qui dure concernant son habituelle candidature, sur ce livre « Résolution française » à sortir dans quelques jours, sur cette attente pour se déclarer ? Car après tout si c’est la sincérité qui anime notre béarnais, soit il est candidat, soit il ne l’est pas, et cette attente n’est que le signe évident de calculs politiciens. Où sont les valeurs qui sont censées animer François Bayrou ? Où est la sincérité dans sa démarche ? Tout cela ne semble que le calcul dérisoire d’un homme seul disposant de son seul pouvoir de nuisance.

Car on le voit bien, le MoDem n’existe quasiment plus, il n’a pas de réflexion collective, pas de programme, pas de position sur les grands sujets du monde, pas de porte parole, pas de député, seul existe le « JE » de François Bayrou et ses discours lénifiants. Les quelques personnalités qui s’obstinent à se réclamer du MoDem le font car cette ombre de parti permet le gain de quelques sièges dans les élections de liste comme les européennes… Voire demain quelques sièges à l’Assemblée si la négociation (contestée) avec François Fillon aboutit…

Et que retrouvera-t-on dans ce « livre prétexte » en terme de programme qu’on ne connaisse déjà puisque Bayrou soutenait le programme très clair d’Alain Juppé et avait déroulé son programme en 2012 ? Tout a été dit durant la primaire et les sympathisants de la droite et du centre ont choisi.

François Bayrou n’est pas une (re) solution française. La démarche de François Bayrou s’apparente dans sa triste désespérance à celle de son compagnon de route Jean Lassalle pris par une folle vengeance contre Alain Juppé qui avait brisé son délire de Présidence de Région, ou à celle, avortée (?), et tout aussi désespérée, de Michèle Alliot Marie à la recherche d’un énième mandat électif pour ne pas cesser d’exister.

La professionnalisation de la politique est le cancer français, mais les citoyens commencent à trouver des remèdes…

Daniel Sango

Crédit photo : Dilem

Comments

  1. extra ce dessin satirique !!

  2. Lou Tillous says:

    « Macron, c’est le grand flou. Entre l’électeur de gauche et l’électeur de droite qui votent pour lui, il y en aura forcément un des deux qui sera cocu. Toute l’intelligence de Macron consiste à faire croire à l’un que ce sera l’autre, et inversement ».

    C’est de Jean d’Ormesson qui vraiment vieillit bien et n’a rien perdu de sa verve !

    • HenriIV W4 says:

      Le Point a déjà la victoire d’ un Roi républicain.
      Il suffit juste que les vielles canailles(AP compris) soient prêtes au bon moment!!!!

      • Joël Braud says:

        HenriIV W4.
        Serait-ce trop vous demander que de faire des phrases compréhensibles et en rapport avec le sujet de l’article ? Personne ne comprend rien à ce que vous écrivez. Quel but poursuivez-vous en employant cette méthode ? Mais vous ne le faites peut-être pas exprès.

  3. La Rep publie ce jour un petit extrait du livre « Résolution française »:
    Et le maire de Pau de donner la méthode à suivre :  » Il faut se lever, secouer le gris des nuits trop longues, regarder les enfants et se mettre à marcher pour eux et avec eux. (…) Ce moment est venu : nos résolutions sont prises. Il convient de boucler notre sac, de ne pas oublier la boussole et la carte ».
    Bon, c’est du Bayrou pur sucre avec cela on est bien avancé …

    • D. Centrais says:

      « regarder les enfants et se mettre à marcher pour eux et avec eux ».

      C’est d’une clarté limpide: Bayrou va se ranger aux côtés de Macron!
      (chef du mouvement « En Marche » et qui a l’âge d’être le fils de Bayrou)

  4. Joël Braud says:

    Pour illustrer d’une autre manière ce que vous nommez le « calcul politicien ». Réflexion d’un encarté du parti Les Républicains : « je vais aller voter au second tour de la primaire de gauche. Nous préférons que ce soit Valls qui soit élu ».
    Bon, alors dans mon esprit, j’en conclus que Valls sera plus facile à battre par Fillon. Eh bien pas du tout, son raisonnement est beaucoup plus subtile. Suivez car ce n’est pas simple.
    Valls est plus à droite que Hamon. Si c’est Hamon qui est élu, les partisans socialistes de Valls, déçus, iront rejoindre les rangs de Macron et renforceront ainsi celui qui monte dans l’opinion. Si c’est Valls qui est élu, les partisans de Hamon iront rejoindre les rangs de Mélenchon qui, lui, est beaucoup moins dangereux que Macron.
    Autrement dit c’est du billard à trois bandes. Ils sont donc, dans ce parti « Les Républicains », inquiets de l’audience de Macron, le principal rival.
    C’est-y pas subtile tout ça ? Enfin ce n’est que du calcul politicien, ce qui, selon moi, n’est pas très digne.
    C’est beau le débat d’idées !

    • Tout d’abord je crois qu’il faut dire que beaucoup de français ne veulent plus être enfermé dans un camp. Je suis persuadé que la majorité française est centriste. Evidemment, pas les militants (mais ils ne sont pas bien nombreux)
      A partir de là il ne faut pas s’étonner qu’il y ait un mélange dans les votants à ces primaires.
      On pourrait tout aussi bien aller voter pour Valls en étant centriste et violemment opposé au projet irréaliste et dangereux de Hamon, sans calcul politique quant au second tour. Car après tout les lois Macron dans leur version d’origine auraient du être votées par la droite …

  5. HenriIV W4 says:

    Au moins en Béarn, ManuFrance a de l’ avenir!!!!
    Larqué rejoue!!!!

  6. HenriIV W4 says:

    Au lieu de jouer l ‘OUVERTURE, lui et ses sbires jouent la FERMETURE.
    Je redis aux béarnais qu ‘ils vous font perdre toutes les OPPORTUNITES de BUSINESS!!!!

  7. Jean Pierre Ryf says:

    Il y a bien longtemps que je n’ai pas rédigé une entrée consacrée à la politique. Sans doute parce qu’elle était bien décevante partout sr l’échiquier politique. Or l’élection présidentielle qui se profile redonne à la politique un intérêt majeur car cette élection va probablement entraîner une recomposition complété de l’offre politique. Nous sommes déjà débarrassé de Sarkozy dont j’avais écrit ,ici même, qu’il avait été un des plus mauvais président de la 5° République,conviction qui ne m’a pas quitté un instant. Mais c’est le passé!
    Aujourd’hui va se jouer le sort du parti socialiste et celui de François Bayrou et leur sort , à tous deux, n’est pas des plus brillant.
    La primaire socialiste est un théâtre sans lien avec la réalité et le seul qui avait un discours original et qui volait, en son temps, clarifié les choses nous vante désormais la fameuse « union des gauches »!
    C’est dérisoire et pathétique! Les deux gauches qu’il avait raison de déclarer irréconciliable, voilà que tout à coup Vals pense qu’il pourra les réconcilier! Pathétique disais je et , cette fois , les électeurs ne s’y laisseront pas prendre: certains iront vers la gauche « révolutionnaire » celle qui fait rêver mais qui, au pouvoir, est contrainte de reculer et la gauche réaliste qui se contente d’un petit progrès mais qui, seule, ne peut absolument rien.
    J’aime les choses claires et nettes et je préférerai que le choix soit clair entre une gauche sociale libérale et une gauche « révolutionnaire » et plus étatiste. Mais il semble que les hommes politiques n’aiment pas beaucoup la clarté et préfèrent l’entre deux.
    Quant à François Bayrou il me semble aujourd’hui dans la seringue! Il est face à un dilemme majeur en raison de l’apparition de Macron, qui lui a pris sa place.
    Que peut il faire? Il a tenté et , peut être, tente t il encore, de se rapprocher de Fillon (qui est une droite dure pas loin de l’extrême droite) en essayant de lui faire assouplir son programme contre des députés. J’appelle cela de la petite politique car il est absolument clair que Bayrou même s’il réussi n’influencera qu’ à la marge le programme de Fillon et ce n’est même pas sûr. Or son positionnement, tout ce qu’il a dit depuis des années et encore récemment sur la nécessité d’une justice sociale le rapproche fortement de Macron.
    Pour rejeter cette alliance, que certains au Modem réclament, Bayrou nous dit qu’il faut une alternance! Mais cette argumentation est absolument contraire a tout ce qu’il a soutenu depuis des années sur le système droite-gauche! Pense t il vraiment que Macron n’est pas une alternance? Alors que si Macron est élu il fait voler en éclat l’opposition socialiste/Républicains dont on a vu les résultats depuis plus de trente ans!
    Il a donc le choix entre de petits arrangements politiciens (et adieu son image) et une position forte de véritable homme d’Etat en choisissant Macron.
    Vous voyez que cette élection nous réserve des surprises et qu’elle est fondamentale pour régénérer un peu la vie politique.

  8. HenriIV W4 says:

    Sa spécialité est de faire faire à ses sbires.
    Qu’il vienne me voir, il aura les 4 vérités en face!!!!

  9. HenriIV W4 says:

    Il a une version perso alors que moi c’est la version Team.

  10. HenriIV W4 says:

    Son égo surdimensionné le perd.C’est dommage car Pujadas lui a donné la solution!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s