N’aurait-on pas les Fillon que l’on mérite ?


corrupcion-electoralPapa Fillon a donc rémunéré Maman Fillon, fiston Fillon, et fifille Fillon, sur son enveloppe de député/sénateur pour l’embauche de collaborateurs : une vraie PME familiale comme on les aime… Le tout pour des travaux dont la réalité et/ou l’adéquation aux sommes versées sont pour l’instant pour le moins sujettes à caution.

Je ne vais pas revenir sur les faits supposés : ils ont été largement commentés dans tous les medias, et la justice, qui s’est emparé de l’affaire, dira (on peut l’espérer) ce qu’il en est réellement.

Par contre la défense surréaliste mise en œuvre par François Fillon lui-même et sa famille politique (oscillant entre le « c’était légal » et « tout le monde le fait »), est intéressante : elle pourrait laisser penser à première vue qu’une certaine classe politique est totalement déconnectée de la vie réelle. Mais finalement est-ce la seule explication ? Pourquoi ce genre d’affaires arrive-t-il en France ?

Dans les pays nordiques, où l’obligation de transparence faite aux élus et ministres est absolue, une telle affaire serait inconcevable. En Suède, les élus et ministres doivent publier leur patrimoine, leurs revenus, et toutes les notes de frais afférant à leurs mandats : dans un pays où les journalistes épinglent immédiatement une note d’hôtel jugée trop élevée, rémunérer sa femme 7900€ par mois ferait la une des journaux non pas au bout de 10 ans mais au bout d’une semaine. Par ailleurs de nombreux pays ont tout simplement interdit l’embauche par les élus de membres de leur famille proche sur fonds publics, et pas uniquement des pays nordiques cette fois-ci : aux côté de l’Allemagne ou du parlement européen, on trouve l’Italie et la Turquie !

En France, les élus qui ont des pratiques disons, discutables, se sentaient jusqu’à maintenant à l’abri. Parce que les lois et règlements étaient peu exigeants envers eux. Parce que les condamnations, quand elles tombaient, n’étaient pas très sévères. Parce que leurs électeurs les soutenaient quand même (Balkany élu, réélu, malgré ses condamnations).

Et parce qu’ils savent que les Français sont un peu schizophrènes : quand on les interroge ils réclament la probité chez les hommes politiques, mais dans la pratique ils sont beaucoup moins exigeants avec eux-mêmes : combien n’ont pas de scrupules à faire jouer leurs relations (et à tous les niveaux : une relation ce n’est pas forcément un ministre) ou leur position pour pistonner des membres de leur famille, à aller voir monsieur le Maire pour obtenir une faveur clientéliste, à faire travailler des gens au noir ou à travailler soi-même au noir, à s’arranger pour payer ceci ou cela en liquide sans TVA, à ne pas déclarer ceci ou cela, à « confondre » matériel de service et matériel de fonction, etc, etc, les exemples sont innombrables et répandus. Bref, l’intérêt général est souvent bien vite oublié quand on peut « s’arranger ».

Comment s’étonner alors que les hommes politiques, Français comme les autres, fassent comme les autres ? En d’autres termes, nous avons peut-être tout simplement les Fillon que collectivement nous méritons.

Néanmoins, la société évolue sur ces sujets comme sur d’autres, et plutôt dans le bon sens. De nouvelles lois et règles sont apparues ces dernières années pour plus (ce sera au moins un bilan positif du mandat Hollande), même si on est encore très loin des pays nordiques : limitation des cumuls de mandats, obligation de déclarer son patrimoine, obligation de rendre publics les noms des assistants parlementaires… Les condamnations pour malversations sont plus fréquentes et plus lourdes qu’avant. De manière générale la tolérance envers ceux qui tapent dans le pot de confiture a tendance à diminuer.

Cela n’avait d’ailleurs pas dû échapper à François Fillon -et à d’autres !- qui avait cessé d’employer ses proches à partir de 2013, date où la publication des noms des assistants parlementaires est devenue obligatoire. Mais le passé l’a rattrapé, et on aura peut-être d’autres surprises, avec d’autres que lui…

PierU

http://www.francetvinfo.fr/monde/norvege/les-pays-nordiques-prennent-la-transparence-des-elus-tres-au-serieux_945511.html
http://www.lefigaro.fr/international/2013/04/09/01003-20130409ARTFIG00284-normal-comme-un-ministre-suedois.php
http://www.leparisien.fr/politique/assistants-parlementaires-plusieurs-pays-ont-banni-les-proches-parents-27-01-2017-6627771.php

Crédit image : Obstaculos de la democracia

Comments

  1. Chinaphil says:

    Sans rien retrancher à l’opinion formulée par PierreU, dans laquelle nous sommes (disons le ainsi…) « une majorité » à nous reconnaître, nous sommes-nous interrogé sur l’orthographe-même du patronyme « Fillon »? Le doute m’assaille…

  2. Très bonne analyse de la « défense » de Fillon dans La Croix :
    http://www.la-croix.com/France/Politique/Francois-Fillon-faute-lerreur-2017-02-07-1200823143

    Avec notamment cette conclusion :

    déclarer normal de rémunérer 3 000 € net par mois ses enfants encore étudiants est une faute d’éthique politique qui ne se réduit pas à une erreur de jugement, […] La politique a aussi une dimension morale qui se mesure entre autres à l’empathie dont on témoigne pour le peuple auquel on s’adresse et à la sensibilité dont on fait preuve vis-à-vis de son vécu.

  3. Pierre Lafon says:

    Parlant des nombreux « arrangements » que savent faire les Français, PierU écrit :
     » Comment s’étonner alors que les hommes politiques, Français comme les autres, fassent comme les autres ?  »
    Je vois plutôt les choses dans l’autre sens :
    Quand on voit ces « arrangements » – énormes – faits par les « Grands », qui quelque part devraient avoir des conduites exemplaires,, comment s’étonner que les Français fassent, à leur tour et à leur niveau, des petits  » arrangements » ?
    D’ailleurs, une enquête récente montre que la corruption en France est en augmentation …

    • Les hommes politiques ne deviennent pas subitement malhonnêtes quand ils deviennent hommes politiques, sinon tous les pays seraient touchés de la même manière. Il y a aussi une « culture » propre à chaque pays, faite de tolérances plus ou moins grandes aux arrangements, y compris aux petits arrangements. Un exemple tout bête de tout petit arrangement : dans une certaine entreprise il existait une coutume qui consistait à taper dans les réserves de fournitures de bureau pour équiper les enfants à la rentrée. C’était tellement dans les moeurs que les gens ne se cachaient même pas. Par contre ça choquait certains étrangers qui étaient temporairement détachés dans l’entreprise en question.

      Qui vole un oeuf vole un boeuf, c’est parfois assez vrai.

      • Joël Braud says:

        Pour aller dans le sens de ce que dit PierU, je me souviens que dans une certaine administration, que j’ai bien connue, il était courant de dire : »il vaut mieux être relationnel que professionnel ». Ce qui a comme conséquence que les intrigants et les courtisans réussissent mieux que ceux dont l’investissement professionnel est incontestable. Ceci sous entend également que les politiques, plus largement ceux qui sont en place, acceptent d’intervenir pour favoriser des passe-droits. Se crée ainsi un système où les arrangements, le favoritisme et le copinage deviennent acceptés par tous. Et comme à un moment donné il faut renvoyer l’ascenseur, existe un dispositif où celui qui est introduit, recommandé réussit au dépens des autres.
        Ces règles ou plutôt ces absences de règles sont devenues une norme.

        • Georges Vallet says:

          . « Ce qui a comme conséquence que les intrigants et les courtisans réussissent mieux que ceux dont l’investissement professionnel est incontestable. »

          Ce comportement que vous évoquez « dans une certaine administration » je signale que je l’ai connue dans une autre administration et que mes voisins l’ont connue dans de nombreuses entreprises privées!
          Les origines de ce comportement ne sont ni républicaines, ni récentes; j’en ai souvent entendu parler par mes professeurs d’Histoire quand ils abordaient la royauté et par des primatologues qui décrivaient les comportements de nos lignées collatérales!

  4. Joël Braud says:

    Puisque Collomb est cité par Daniel Sango, j’ajouterai que dimanche soir il était à 20 h 00 sur France 2. Un modèle de langue de bois, cela frise l’exploit. En plus le « povre » ses revenus ont baissé et il s’en plaint. Il est réduit à 4000 € mensuels parce qu’il n’assiste plus aux séances du Sénat et se voit, de ce fait, pénalisé. Il dit qu’il ne peut tout faire à la fois mais milite pour le cumul des mandats. Un chapion que j’vous dis !

  5. Dans le style emploi fictif, alors que tous les media et politiciens accablent Fillon, j’espère que certains mettront sur le tapis les centaines d’emplois fictifs occupés par les cumulards.
    Qui peut penser qu’un Collomb ou un Lasserre n’ont pas un emploi fictif au Sénat (au minimum à temps très partiel …)? Le tout grassement payé.
    Et tant d’autres qui cumulent Député ou sénateur avec Maire et Président d’agglomération et Président d’on ne sait combien d’EPCI voir Président de Parti politique, qui sont transparents à l’Assemblée (française ou Européenne) ou au Sénat…

    • Tans qu’à balayer… n’oublions pas la Très Haute Fonction publique. Parce que là on rencontre aussi une forme de fictivité dans le  »contrat de travail » de la Fonction Publique de l’État.
      Emploi fictif d’un côté, travail fictif de l’autre, c’est toujours une mauvaise utilisation de l’argent public.

      Comment se fait-il qu’il y ait toujours ( malgré plusieurs rappels à l’ordre de la Cour des Comptes) quelques 125 préfets sans affectation territoriale selon les chiffres du ministère de l’Intérieur et sur ce total 75 préfets hors cadre dont une cinquantaine SANS AUCUN TRAVAIL!
      Oui, des préfets, la plupart probablement de valeur, d’autres nommés en remerciement(?) d’action passée, qui faute d’affectation sont PAYÉS à ne RIEN faire. Le ministère de l’intérieur explique(!) qu’on leur cherche bien un travail mais qu’en attendant qu’ils aient un job en adéquation avec leur valeur … ils sont priés de rester chez eux.

      L’explication (mauvaise pour le contribuable moyen): il peut bien y avoir du travail à effectuer pour l’État mais, parce que c’est la FPE, on ne peut demander à des préfets de déchoir sur un travail pour lequel ils seraient surqualifiés.
      A quand la création d’un DRH avec des pouvoirs sur ces postes qui relèvent uniquement d’un décret en conseil des ministres, sans commission paritaire et sans droit de regard des syndicats de la FP?

      • Michel LACANETTE. says:

        Le ministère de l’intérieur explique(!) qu’on leur cherche bien un travail mais qu’en attendant qu’ils aient un job en adéquation avec leur valeur … ils sont priés de rester chez eux.
        Peut être que dans l’ attente d’ un poste , on pourrait les mettre gardien de prison ( il en manque), ou éventuellement leur donner un balai pour balayer la cour …..

  6. On a bien les élus qu’on mérite, et c’est pas beau …
    Mais les media ne jouent pas leur rôle. Et cela vaut pour le Canard qui aurait dû sortir tout cela bien avant …Encore plus pour les autres, quant à nos canards régionaux, ils sont atteints par la grippe aviaire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s