Endettement 2015 : où en sont les communes du bassin de l’Adour ?


evolution-dette-par-habitant-commune-pau-2014Dans un récent article, je répertoriais le niveau des impôts locaux dans les principales villes du bassin de l’Adour en 2015. Le même exercice -complémentaire du premier- peut être fait sur le niveau d’endettement de ces mêmes villes.

La source de ces chiffres reste la même, à savoir le site du ministère des finances qui publie les comptes synthétiques de toutes les communes de France. Par rapport à l’analyse des impôts locaux une petite difficulté apparait : les moyennes nationales, très utiles pour les comparaisons, ne sont indiquées que pour les communes, pas pour les communautés de communes ou d’agglomération. Or le niveau d’endettement de ces communautés est loin d’être négligeable par rapport à ceux des communes. Après avoir parcourus pas mal de tableaux j’en ai conclu qu’en moyenne il s’élevait à environ 50% de celui des communes, pourcentage que j’ai utilisé dans mes comparaisons : je pense qu’il s’agit d’une estimation « raisonnable » mais cela reste une estimation. Voilà pour la petite mise en garde avant l’analyse des chiffres.

Comme pour la fiscalité, les chiffres 2014 sont présents également pour voir l’évolution d’une année sur l’autre. Ces évolutions restent limitées, la dette ne pouvant pas varier énormément en un an.

Les chiffres montrent clairement deux groupes de communes : un raisonnable ou dans la norme, et un qui explose les moyennes.

Avertissement : la fiscalité ne pouvait pas caractériser à elle seule la bonne ou mauvaise gestion d’une ville. Y ajouter le niveau d’endettement permet d’avoir une meilleure vue, mais cela reste insuffisant : d’une part une ville peut très bien être peu endettée et prélever peu d’impôts en ne faisant aucun investissement et en proposant peu de services aux habitants, et d’autre part ces chiffres ne montrent pas les dettes « cachées », celles qui sont dans les S.E.M. (Sociétés d’Economie Mixte) que co-détiennent les villes.

Le premier de la classe : Pau

Le cancre en fiscalité locale se révèle être le meilleur élève en endettement ! On va dire que le haut niveau des impôts a au moins servi à limiter le recours à l’endettement, donc. L’endettement des Palois pour la commune seule est 44% en dessous de la moyenne nationale, et 33% en dessous en prenant en compte la communauté d’agglomération.

Les raisonnables : Tarbes et Oloron

Toutes deux déjà très bien classées pour la fiscalité, Tarbes et Oloron apparaissent donc comme « vertueuses » sur tous les aspects, d’autant que la tendance est par ailleurs à la baisse pour l’une et l’autre.

Tarbes : un endettement dans la moyenne pour la commune seule, mais très en dessous pour la communauté d’agglomération. Au final l’ensemble est 19% en dessous de la moyenne.

Oloron : un endettement global dans la moyenne (un peu au-dessus pour la commune, un peu en-dessous pour la communauté).

Les très mauvais élèves : Orthez, Bayonne, Biarritz, Mont-de-Marsan

Ces quatre communes sont caractérisées par un haut niveau d’endettement global, de 39% (Orthez) à 59% (Biarritz) au-dessus de la moyenne, les communes et les communautés d’agglomération étant toutes dans le rouge. Dans les quatre cas, le niveau d’endettement de la communauté d’agglomération est très élevé : de 63% (Orthez, Mont-de-Marsan) à 117% au-dessus de la moyenne (Bayonne et Biarritz).

Orthez et Mont-de-Marsan faisaient partie des bons élèves en fiscalité locale, ce qui atténue leur mauvaise note en endettement. Bayonne et -surtout- Biarritz par contre étaient déjà mal notées en fiscalité ! Il faut néanmoins noter que Bayonne est sur la voie d’une diminution de sa dette propre, contrairement à Orthez et (surtout) Mont-de-Marsan qui sont en plein dérapage.

Les cancres absolus : Dax et Lourdes

Un endettement plus de 100% au dessus de la moyenne pour ces deux communes ! Avec un gros dérapage à la communauté de communes de Lourdes.

Dans ces deux villes, l’endettement total approche les 3000€ par habitant, là où Pau en est à 1337€/hab.

PierU

 Crédit image : http://proxiti.info/dette.php?o=64445&n=PAU

capture-decran-2017-02-05-a-16-48-44

Tableau 2015

capture-decran-2017-02-05-a-16-48-59

Tableau 2014

Comments

  1. Contribuable Palois says:

    @PierU  »le haut niveau des impôts [de Pau] a au moins servi à limiter le recours à l’endettement, donc. L’endettement des Palois pour la commune seule est 44% en dessous de la moyenne nationale, et 33% en dessous en prenant en compte la communauté d’agglomération ». Pas seulement, c’est qu’il y a eu une chute des investissements, ce qui mécaniquement se retrouve dans le niveau relativement bas de l’endettement actuel. Il faut examiner l’historique sur les 10 dernières années.

    Cette réduction/chute des investissements tient 1)l’impératif dans l’ère post-Labarrère de revenir à des endettements compatibles avec le potentiel fiscal de la ville 2)au resserrement des lignes de crédit ouvertes par les banques à la ville de Pau (dans les 2 premiers budgets de Mme Lignières Cassou) 3)au différé de certains investissements qui avaient été annoncés mais qui n’ont pas été lancés ou qui ont été reportés (comme les Halles, la Tour de la République, l’accès souterrain par l’Av Napoléon Bonaparte au parking Aragon, le couvent rue Lamothe, les achats fonciers pour l’aménagement de la porte des Gaves, l’Ecole des Arts, les rénovations du Foirail et du Hédas ou la maison des associations à l’ancien centre du Tri postal, etc).
    Des investissements  »en retard » qui étant indispensables feront remonter l’endettement de Pau dès qu’ils seront lancés.

    • A voir… Il n’y a certes pas eu beaucoup de grands projets menés par la ville de Pau seule depuis 15 ans (la médiathèque et le stade d’eaux vives étant portés par l’agglo), mais la période où les investissements ont été relativement faibles remonte au dernier mandat de Labarrère : de 2000 à 2006 les dépenses d’investissement relevées sur le site des comptes des communes oscillent autour de 17M€/an en moyenne. C’est pendant cette période que la dette est réduite de presque moitié et que l’on peut parler de sous-investissements.

      Dès 2007 les dépenses d’investissements passent à 28M€, puis pendant le mandat MLC elles oscillent entre 24 et 38M€ par an, ce n’est quand même pas négligeable. Comme grands projets il y a eu la nouvelle piscine et tout le centre piéton, mais à côté de ça il y a eu des choses moins visibles, comme des rénovations lourdes dans de nombreuses écoles paloises, qui étaient dans un état parfois lamentable. Mis bout à bout ça finit par chiffrer. Pendant cette période la dette est restée stable.

  2. Ces statistiques sont intéressantes pour comparer de degré d’atteinte du cancer des différentes communes.
    Car on compare bien des gestions communales très mauvaises entre elles, des malades entre eux.

    Il ne faut pas perdre de vue que pour avoir une vision claire de la gabegie générale il faut comparer les évolutions de ces endettements et de ces dépenses depuis une vingtaine d’année et ceci à périmètre constant.
    Par exemple, le fait de créer un échelon supplémentaire : les intercommunalités, n’a pas donné lieu a une stabilisation de l’endettement, au contraire, les dépenses (et les impôts) ont augmenté, sous prétexte que les interco n’avaient pas de dette…forcément puisqu’elles n’existaient pas avant…
    J’aurai l’occasion de montrer l’incroyable évolution dans le domaine des masses salariales…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s