Bayrou circus


macron-bayrou-2 Le Bayrou circus continue, au diable ce qu’il disait d’Emmanuel Macron il y a quelques semaines, tout est bon pour continuer d’exister.

Comme je l’écrivais, « Bayrou ne sera pas Président » (AP du 10/02/2017), il a choisi de venir, la corde au cou, offrir ses services à l’OVNI Macron, seule solution qui permet encore à un homme seul et sans parti d’exister politiquement et médiatiquement.

François Bayrou n’aura convaincu personne, cette décision est le calcul d’un drogué de la politique, tout ce que les Français condamnent. Il veut faire croire que c’est le risque d’une victoire de Marine Le Pen qui guide son « sacrifice ». Il sait très bien que le vainqueur de la présidentielle sera le second du premier tour, qu’elle ne sera pas élue. Il veut faire croire que son « sacrifice » est parfaitement logique, sauf qu’il y a quelques semaines il n’avait pas de mots assez durs contre celui qu’il considérait comme son rival.

En septembre 2016, François Bayrou estimait chez Jean-Jacques Bourdin que derrière la démarche d’Emmanuel Macron, qualifié d’ « hologramme », il y avait une « tentative qui a déjà été faite plusieurs fois de très grands intérêts financiers, et autres, qui ne se contentent plus d’avoir le pouvoir économique et qui veulent avoir le pouvoir politique ».

Ou son tweet du 11/09/2016 : « Je ne me reconnais pas dans ce qu’Emmanuel Macron incarne. Son projet de société est proche de celui défendu par N. Sarkozy » …le compliment suprême.

Mais tout ça c’était…« mélée ouverte » c’est du vocabulaire « rugby » nous dit François lors de l’officialisation de l’alliance. En fait, en deuxième mi temps, le vent a tourné… « les mouches ont changé d’âne » comme disait Bala…

François Bayrou vient maintenant baiser les pieds de Macron sans vraiment connaître son programme puisque celui-ci le dévoilera progressivement dans les jours à venir, mais il n’a pas d’autre choix. Tout cela n’est qu’une cuisine politique, et Macron n’en sort pas grandi, lui dont l’atout majeur est d’incarner un vrai renouvellement de la classe politique. Serait-il déjà passé au chapitre habituel des professionnels de la politique, la démagogie ?

A droite, assez logiquement, on voit le programme de Fillon s’adoucir et se rapprocher de celui de Juppé, programme que soutenait Bayrou. Mais pour lui, le problème n’est pas le programme, quoiqu’il en dise, mais les solides inimitiés avec les sarkozistes et ses anciens « amis » centristes. Et puis à droite il y a foule d’anciens premiers ministres, des poids lourds de la politique, pas de place pour le rêveur palois. Côté Macron par contre on commence a recycler les losers…

Les conséquences que ce ralliement va avoir sur la politique locale devrait être assez amusant. Tout d’abord la coalition municipale à Pau doit exploser. Il n’est pas concevable que les centristes et Républicains continuent à soutenir celui qui fait le choix de mettre en péril le candidat de leur camp après avoir favorisé l’élection de Hollande. On attend avec impatience la réaction… Avec, pour brouiller un peu plus les cartes, ce que j’écrivais dans « Frédérique Espagnac et les caméléons roses », tout le bien que pense David Habib de Macron :

« Lui, le porte parole de Manuel Valls, ira-t-il rejoindre Macron ? Il écrit à son sujet sur son site : « Je retiens toutefois qu’il a compris que le prochain Président devra incarner le progrès, la quête de croissance, l’espoir d’une France optimiste et unie. C’est mon credo depuis toujours. »

Si un retournement d’alliances à Pau reste peu probable, Bayrou risque de se retrouver bien seul.

Côté Conseil Départemental, là aussi on ne voit pas comment la majorité MoDem UMP UDI continuerait a rester unie. Avec quelles conséquences ?

Pour les législatives, les paris sont ouverts et l’arrivée d’En Marche dans le jeu va rebattre les cartes, d’autant plus si Macron est élu… Allez les arrivistes dépêchez-vous, faites vos jeux !

Quant à François Bayrou une période d’activité occulte s’ouvre pour négocier et décider des investitures de ses amis, et contrairement à ses affirmations, il ne s’occupera pas de Pau. Vous me direz que cela ne changera pas grand chose, et vous aurez raison ( « Pau 2030 la ville rêvée de Bayrou » )

Installons nous confortablement, le Bayrou circus continue, tout comme les embouteillages et la hausse des impôts à Pau.

Daniel Sango

Comments

  1. Jean Pierre Ryf says:

    Je n’ai pas regardé Hamon car il m’exaspère et que je ne crois vraiment pas qu’il puisse être un Président. Je lis cependant qu’il a fortement critiqué Macron qui nous préparerait une France ingouvernable! Bien sûr il est dans son rôle et il est resté dans le vieux clivage droite/gauche dans lequel tout ce que fait la droite est mauvais et que la gauche est dans la posture. Peut on oublier que depuis plus de vingt ans la France est gouvernée, en réalité par un peu de gauche et un peu de droite et que les deux grands partis sont demeurés dans leur posture habituelle. Pour une fois Macron en tire la conséquence en voulant renvoyer vers les extrêmes la droite du FN et une partie excitée de la droite Républicaine et vers l’extrême gauche les socialistes utopistes et qui ne veulent pas voir qu’avant de redistribuer et de faire du social il faut créer de la richesse Une critique de Hamon qui est donc tout a fait inopérante et il demeurera aux extrêmes a ruminer des idées plus ou moins fumeuses pour son « avenir désirable. »Je rajoute pour être plus technique que les députés de Macron auront adhérer a un projet et je ne vois pas ce qui rendra dés lors ce projet irréalisable et la France ingouvernable!
    Sur le plan local n’est-ce pas Yves Urieta qui avait eu l’intuition de ce « droite et gauche  » sauf qu’il a commis l’erreur majeure de vouloir ce projet avec Sarkozy qui ,pour moi, est la droite extrême comme l’est Fillon aujourd’hui.

    • Larouture says:

      «Dès que le vent soufflera je repartira
      Dès que les vents tourneront nous nous en allerons… »
      En terme d’ingouvernabilité, M. Hamon aurait pu faire référence aux frondeurs qui ont quand même torpillé le quinquennat de M. Hollande en le lâchant lorsque « le vent était mauvais ».
      J’ai suivi la prestation de M. Hamon. Il m’a paru pugnace mais le fond de son discours m’a déjà semblé du « réchauffé ».
      « De là où je viens, j’ai appris à me battre pour le bon et le mauvais, y compris quand le vent est mauvais » En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/03/10/pour-benoit-hamon-emmanuel-macron-prepare-une-france-ingouvernable_5092277_4854003.html#1c8ouyOyZdTiuUZi.99

      Le jeu politique est compliqué. Le ralliement de socialistes locaux à M. Hamon, comme M. Labazée, me laisse perplexe. Je n’avais pas remarqué que le Conseil Général présidé par M. Labazée était particulièrement sensible aux thèses environnementales mises en avant par M. Hamon. J’avais surtout noté un mimétisme avec les positions de la majorité précédente.
      M . Labazée est surtout l’allié de M. Emmanuelli, pas très écolo compatible non plus mais tuteur de M. Hamon. M. Emmanuelli va mettre en orbite locale M. Vallaud, le mari de Madame la Ministre de l’Education.
      Je note que les soutiens de M. Valls (M. Habib par exemple) restent discrets. Ils consultent en attendant certainement les sondages des derniers jours de la campagne pour confirmer leur choix de candidat.

    • le spectacle n’est même pas dans Lassalle !

      Asselineau, un parfait inconnu, obtient les 500 parrainages, quand, pour l’heure, notre farfelu en est à moins de 300 (estimation). Mais comme Asselineau est complètement d’Extrême droite, lui fournir des parrainages permettra (dans une moindre mesure certes, mais le scrutin semble très très serré) d’affaiblir le vote FN au premier tour. De même pour Dupont Aignan.
      http://www.sudouest.fr/2017/03/10/presidentielle-le-pen-et-asselineau-franchissent-la-barre-des-500-parrainages-3266661-6121.php

      De l’autre côté, Mélenchon et Hamon sont de beaux cons, incapables de s’unir (l’union fait la force).De même, Arthaud Nathalie, dans la même configuration.

      On a encore de beaux (mais ce seront les derniers si on laisse faire) jours avant mai,

  2. Alain Willis says:

    On lira probablement dans les Petites Affiches du Béarn le 8 Mai 2017: Liquidation judiciaire de la Nouvelle Société Bayrou Spectacles… et ensuite, une année plus tard: Clôture pour insuffisance d’actifs. La seule chose que l’on peut mettre à l’actif de ce Monsieur: Une veste… tellement retournée, qu’elle n’a aucune valeur. Qu’il la garde et qu’il attende son poste à … Bordères, devant la cheminée familiale…

  3. Quidam says:

    Bayrou fait son spectacle ! C’est plus fort que lui, il a besoin d’exister, de paraître et de préférence dans la petite lucarne !

  4. Chinaphil says:

    Bayrou… combien de divisions; ce vocable étant susceptible de diverses acceptations? Non-Palois, mais Toulousain, je dois admettre que vu de chez moi ce type est un épiphénomène; comma macron d’ailleurs… (mon correcteur d’orthographe m’a interdit la majuscule!)

  5. Remarquons quand même qu’une grande partie de la campagne est un cirque.
    Mélanchon qui devrait se retirer pour que la gauche ait une chance d’arriver au second tour, Fillon qui s’accroche dans les conditions que l’on sait, Le Pen qui refuse de se rendre au tribunal. Reste les lignes politiques, toujours les mêmes, avec une société plus que jamais fragmentée en blocs, en guerre économique et fiscale les uns contre les autres.

  6. Celle-là vaut son pesant d’or:
    « Je ne veux pas dire de choses désagréables pour Alain Juppé, c’est quelqu’un que j’estime, que j’aime, que j’ai soutenu et attendu. Pour autant je ne change pas de position ». Comment manger à tous les râteliers, même en pleine campagne !

  7. DUDULE says:

    François Bayrou, chef sans troupe , a pris une décision d’un retentissement mondial,
    selon la perception du FMI ( éloignement des menaces sur l’Europe…). Peu de personnes peuvent se vanter d’avoir une telle influence sur l’avenir du monde à partir d’une réflexion nocturne dans une cuisine de Bordères. Et dire que je n’ai jamais voté pour lui!

  8. Joël Braud says:

    A propos justement de la future explosion de la coalition municipale paloise, hier, Eric Saubate (LR), maire adjoint a fait connaître son désaccord avec le choix d’alliance Macron-Bayrou. Cette tension va devenir de plus en plus forte en raison particulièrement de l’actuelle négociation des investitures pour les législatives. Bayrou a laissé entendre (très fort) qu’il soutiendra Josy Poueyto. Le monde politique palois se renouvelle…

  9. Lou Tillous says:

    Oui, FB fait penser à ces magiciens devenus vieux qui loupent leurs tours de prestidigitation. Il y a un temps pour tout…

  10. HenriIV W4 says:

    Au jeu des Opportunistes, Bernos a devancé Bayrou sur Pau et son agglo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s