Dans le bochon tout est con !


 Reste à définir « le bochon ». Plusieurs pistes sont offertes et chacune mérite que l’on s’y intéresse. Asseyez-vous, éteignez vos portables, évitez de tousser. Merci à toutes et toutes d’être présents. Je commence, merci encore d’être éveillés et vivants, car ma démonstration, ou plutôt ma définition multiple du bochon est certainement plus irrationnelle que ne l’est celle du découpage électoral d’un bœuf départemental dans un abattoir régional, ou d’un poulet élevé sous batterie au lithium servi avec son plat de frites grasses lors d’un repas dominical, sachant qu’un couteau avec un seul manche mais muni d’une multitude de lames, de fabrication suisse, pourvu qu’il soit adroitement manié, permet à la paix des familles de ne se disputer qu’en fin de repas avec d’autres armes blanches incluant les blancs de poulet, (fourchette, cuillère et pelle à gâteau).

Le bochon est scientifiquement différent du boson de Higgs, qui est capable de traverser la moindre de vos pensées (vos particules élémentaires, vos petits pipis dans les haies du jardin et le souffle aléatoire du vent dans vos fenêtres mal fermées, ou vieilles et mal calfeutrées). Le bochon, pour ceux qui alimenteraient la confusion, est en réalité identique à l’inaptitude que tout simple pécheur redoute : le bouchon qui ne s’enfonce pas dans l’eau et, (le coin de pèche est pourtant bon), ne pourra nourrir sa famille que de vers de terre et autres « papoles » dont on sait, scientifiquement, que ce sont eux qui vous transformeront en mouches, mouches qui seront ré-employées plus tard par d’autres pécheurs etc.

Vient ensuite, celui qui aurait dû se placer en tête, le bochon qui s’en dédit mais finalement la soupe est bonne. C’est mon favori. Il n’a qu’une tête, mais au moins sept langues. Toutes de bois. C’est utile, en cas de rases campagnes. Les bochons de cette catégorie visitent des lieux avec de virtuelles bottes qui ne touchent terre que dans des repas dans lesquels ils expriment l’amour l’harmonie et la vitalité des terroirs comme les éléphants, dans nos pauvres zoos, tentent dans leur survie de remembrer leur mémoire disloquée dans des magasins de porcelaine. Bochons qui s’en dédient et pourtant nous compliquent la vie, nous qui comme les animaux n’en n’avons qu’une, simple, belle, capable d’aimer le naufragé, capable de ne pas sombrer, ce bochon-là, tu vois, ma sœur, s’il venait m’embrasser…

Il y a également le cas Bochon. La Presse en a parlé et je m’en fais ici l’écho, bien obligé (personne n’a voulu me remplacer pour l’évoquer). Le cas Bochon se voulait pièce d’orfèvrerie, mais l’épouse de l’orfèvre avait un amant, un artiste qui par ailleurs était louchon (mais représentant d’une grande fortune du côté de papa). Dans les années 70 on parla d’une alliance entre un chanteur plus connu que les tables de multiplication et dont le chiffre de ventes d’albums ne put, et c’est dommage, dépasser l’électrocution. Alors tout s’éteignit. Les héritiers allèrent festoyer à la fête des fleurs de Luchon, où sa mort disparut dans l’oubli des pétales de roses. Le parfum plana quelques semaines dans les rues de la cité thermale avant de regagner Paris par le dernier train, dont on ferma la ligne directe, sans doute par le fait que la ligne devenait déficitaire, le parfum des montagnes étant incompatible avec les miasmes du métro. Mais c’est une autre histoire.

Il faudra pardonner au locuteur que je suis deux points stratégiques ici non abordés, pour des raisons impersonnelles et pourtant essentielles : le bochon de Liège et la fable des trois petits bochons . En effet, des plaintes ont été déposées d’une part par le syndicat international de la sylviculture section des chênes-liège du bassin méditerranéen (+ Portugal), d’autre part par Donald T. au nom des descendants de Walt Disney.

Pour les musulmans et les hébreux qui lisent de droite à gauche le titre de cet article est tout à fait compatible avec ce qu’il raconte. L’essentiel est de contrepèter sur les règles d’un quelconque asservissement mental ou philosophique.

AK Pô
12 03 2017
Ptcq

Comments

  1. Pas du tout con notre K bochon pas comme tout ce qui riment en On et hein, en ces moments d’élections pestilencielles!

  2. Oh ! Ventre bleu et autres couleurs, merci je me suis régalée 🙂
    C’est excellent mais j’avoue que je n’avais pas la bonne moquette à disposition, pour facilement m’envoler dans l’intersidéralité du fumeux…. non ! Fameux Cas « bochon » de Karouge ! 😉

  3. Karouge, soutenu par (encore un François!) Asselineau publie un article d’extrême gauche qui va déstabiliser l’opinion . La CIA fait’elle fleurir les arbres fruitiers de son jardin pour empoisonner ses futures confitures qu’il offrira à celles et ceux qui passeront le rencontrer?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :