La vérité est dans les chiffres


plantu-melenchon-le-pen-cote-a-coteLes élections présidentielles françaises donnent lieu à des débats qui escamotent la réalité, le fond de nos problèmes. Quelques chiffres incontestables pour recadrer le débat.

Depuis des semaines les media rabâchent les errements de nos responsables politiques. Il n’y a pas de place pour un examen sérieux des propositions des uns et des autres, cela arrange bien les extrémistes de gauche et de droite dont les programmes sont totalement irréalistes, et cela ne grandit pas nos media.

Avant de s’intéresser aux détails des programmes qui, d’une manière générale ne sont que des distributions clientélistes, nos media devraient rendre compte des grands équilibres du pays proposés par les candidats, en prenant soin de faire vérifier la réalité des chiffres, ce qui n’est pas évident.

L’histoire montre qu’a chaque campagne les candidats seront vertueux… à la fin de leur mandat, et dans la réalité, à chaque fois, il n’en est rien.

La France n’a pas présenté un budget en équilibre depuis 41 ans !

Depuis 41 ans nous vivons au dessus de nos moyens et la dette atteint aujourd’hui 2100 milliards et continue d’augmenter puisque le déficit budgétaire est toujours supérieur à 3%.

La France vit à crédit et il est donc mensonger de dire que l’on vit une période d’austérité. C’est le contraire !

La France a une dépense publique qui atteint 57,5 % du PIB quasi record du monde des pays développés.

Cela signifie qu’en aucun cas nous sommes une économie libérale (dans le sens péjoratif du terme) et encore moins la stupidité que l’on entend serinée par les gauchistes, une économie ultra libérale. On peut même dire que nous sommes une économie plutôt dirigée par l’Etat.

La volonté de diminuer ce niveau de dépense publique pour l’amener autour de 50% n’a rien d’ultra libéral, c’est le bon sens, sauf si l’on souhaite une économie communiste. Rappelons que la dépense publique atteignait 40% en 1973 47% en 1989 (sous Mitterand) 51% en 2000. Et diminuer cette dépense de 7,5 points c’est plus de 150 milliards d’économie …

Dépense publique INSEE

En 2012 Hollande s’engageait a réduire de 60 milliards d’euros la dépense publique. En fait elle n’a pas baissé !

Des prélèvements obligatoires à un niveau insupportable.

En 2017 les Français paieront 1010 milliards d’euros de prélèvements obligatoires, 45% du PIB. Le prélèvement était de 795 milliards en 2009. Il n’est plus possible de continuer sur cette voie.

Un commerce extérieur en grave déficit chronique.

La France est aussi un pays qui produit, qui achète à l’étranger et y vend. Et là nous avons aussi un problème majeur : un déficit commercial récurrent qui s’élève à 48 milliards d’euros.

Un pays qui a un déficit commercial élevé ne peut continuer cette trajectoire sans incidence majeure sur sa monnaie. C’est l’Allemagne avec son budget en équilibre et un commerce extérieur positif de 251 milliards d’euros qui soutient l’euro.

Malgré un « alignement favorable des planètes ».

Pour compléter ce panorama catastrophique il faut dire que depuis quelques années les grands leviers économiques sont favorables : soutien de la BCE (rachat d’obligations au rythme de 80 milliards d’euros/mois jusqu’en mars puis 60 milliards ensuite), taux de crédit très faible voire nul, prix du pétrole bas et euro qui s’est affaibli de près de 20% par rapport au dollar.

Avec ce contexte très favorable, la France reste avec une croissance très faible et un chômage très élevé, par manque de compétitivité, à l’inverse des pays européens majeurs comme l’Allemagne ou la Grande Bretagne. A quand les réformes faites dans ces deux pays ?

Et les citoyens rêvent …

Malgré les évidences, les sondages montrent que près de 50% des français font confiance à des candidats des extrêmes qui promettent de gouverner la France dans un monde et avec des règles qui n’existent pas.

Les leçons de Mitterrand, puis de Hollande, contraints de modifier profondément l’orientation irréaliste de leurs politiques, semblent avoir été oubliées. Rappelez vous donc alors Tsipras élu en Grèce avec le programme de Mélenchon qui gouverne maintenant avec une ligne plus à droite que Fillon …

Daniel Sango

Comments

  1. La vérité est dans les chiffres. Voici d’autres chiffres tout aussi « incontestables »:

    Les 10 % des Français les plus fortunés détiennent près de la moitié du patrimoine national. Les 50 % les moins fortunés ne disposent que de 8 % de l’ensemble. Le patrimoine brut moyen du dixième le plus riche vaut 1,25 million d’euros, soit 630 fois celui des 10 % les moins fortunés (2 000 euros) (Insee 2015; Observatoire des inégalités).
    Les 10 % des Français les plus riches captent un peu plus du quart (27 %) de la masse globale des revenus, presque dix fois plus que les 10 % les plus pauvres (2,9 %). Il s’agit de données après redistribution, et donc incluant toutes les prestations sociales (Insee 2013; Observatoire des inégalités).
    Au cours de la période 2003-2013, le revenu disponible (après redistribution) a augmenté de 113 milliards d’euros après inflation, soit plus de 10 %. Sur ces 113 milliards, 42,4 sont allés aux 10 % les plus riches des ménages et 2,3 milliards aux 10 % les plus pauvres, ce qui représente 37,5 % d’un côté, 2 % de l’autre. Les 30 % les plus aisés, ont capté les deux tiers de la variation de l’enrichissement (Insee; Observatoire des inégalités).
    La France compte cinq millions de pauvres si l’on fixe le seuil de pauvreté à 50 % du niveau de vie médian (8,8 millions si l’on utilise le seuil à 60 %). Dans le premier cas, le taux de pauvreté est de 8,1 % et dans le second de 14,1 % (Insee 2014; Observatoire des inégalités)
    Au cours des dix dernières années (2004-2014), le nombre de pauvres a augmenté de 950 000 au seuil à 50 % et de 1,2 million au seuil à 60 %. Quel que soit le seuil retenu, le taux de pauvreté s’est élevé de 1,2 point (Insee; Observatoire des inégalités).

    • Ils sont la conséquence des chiffres dont je parle .

      • ça me rassure!

      • Georges Vallet says:

        D.S « Ils sont la conséquence des chiffres dont je parle . »

        Je note plutôt une déchéance de solidarité.
        Expliquez-moi comment une baisse:
        + de la dépense publique( personnel du service public, protection sociale, aide à la vieillesse comme les retraites., santé….),
        + des prélèvements obligatoires…

        permettrait la baisse drastique des inégalités: baisse du revenu des plus fortunés et diminution de la pauvreté.

        A quoi ça sert que le Bon Dieu se soit décarcassé à créer le principe des vases communicants?

        • C’est très simple, l’augmentation de la pauvreté correspond à la montée du chômage ce qui est logique.
          Et pour relancer sérieusement l’économie et donc faire baisser le chômage il faut rétablir les grands équilibres financiers, ce qu’ont fait nombre de pays en Europe.
          Pour redistribuer, il faut d’abord produire.
          Aucun pays ne peut longtemps redistribuer de la dette c’est du simple bon sens. .

          • M. Vallet a raison. Il n’est peut-être pas économiste mais il laisse parler son bon sens.

            M. Sango n’arrête pas de rabâcher les schémas simplistes que l’on trouve dans les plus mauvais manuels de l’économie de l’offre. Même les économistes les plus libéraux ne cachent pas que le transfert massif de valeur ajoutée (la richesse produite) vers le capital (les entreprises) tel que proposé par M. Fillon, se traduira à court terme par une forte détérioration des conditions de vie des couches sociales les plus défavorisées.

            Pour que cette politique se transforme à moyen terme en cercle vertueux de reprise de la croissance et de l’emploi, il y a tellement de de « si » que cette perspective est des plus hasardeuse. Il faudrait en particulier, compte tenu de la rétractation de la demande intérieure induite par l’austérité, que les entreprises françaises se montrent capables de développer des performances à l’exportation inconnues jusqu’alors. On peut en douter, du fait de la dégradation de notre appareil industriel et de la montée des protectionnismes. En outre, il faudrait également que le capital joue le jeu et que les milliards mis à sa disposition soient totalement investis dans l’économie productive. Or on sait bien, dans l’économie casino d’aujourd’hui, la nécessité de servir des dividendes conséquents, totalement déconnectés de l’économie réelle, ainsi que la propension des investisseurs à préférer les placements financiers au risque industriel.

            Une chose est sûre: ceux qui gagneront à tous les coups sont les rentiers. La peine et les larmes seront toujours pour les mêmes.

            • Pierre Lafon says:

              Si Karouge vous porte des oranges, je mettrais dans le panier une bonne bouteille de Bordeaux et un peu de brebis d’Ossau, à consommer de pair avant les oranges.
              Moins diététique, mais plus efficace contre la « peine et le larmes ».
              Au plaisir de vous lire,
              cordialement
              Pierre Lafon.

            • Larouture says:

              La description faite par Marc de la crise en France (et ailleurs) met en cause le capitalisme.
              C’est possible mais le capitalisme dure depuis la nuit des temps.
              Dans la situation actuelle, l’activité s’est fragmentée (fin du taylorisme) et la valeur ajoutée dans la fabrication d’un produit se retrouve captée par un élément de la chaine.
              C’est davantage le changement de société que le capitalisme qui est à la base de nos problèmes. Il faudra bien si faire. Revenir sur des modèles anciens ne résoudra rien.
              La France doit conforter son secteur productif . Il faudra bien équilibrer la balance commerciale de la France. Je pense qu’une politique de l’offre accentuera ces déficits.
              Etc…
              Tout cela doit pouvoir se faire raisonnablement sans tout chambouler.
              Quand je me promène, que je regarde autour de moi, je vois aussi beaucoup de choses qui ont l’air d’aller très bien. Je croise aussi beaucoup de gens qui disent que tout va bien pour eux mais qui ajoutent que la France est à la dérive (Pôvre France…).
              Tout ne va peut-être pas bien en France mais dans la tête des français tout n’est pas clair non plus.
              En fait je ne crois pas que la France ait besoin d’aussi grands chambardements que beaucoup de candidats nous les conseillent.

              • Larouture says:

                « Je pense qu’une politique de l’offre accentuera ces déficits. »
                Je pense plutôt qu’une politique axée sur la demande (consommation) accentuera ces déficits. Désolé

    • Désolé, Marc, vous en avez trop dit, donc :

      You are under arrest

      Dites-nous où livrer les oranges !

  2. Georges Vallet says:

    Quelques réflexions:
    «Sauf que les chiffres sont incontournables»
    +«La statistique est la première des sciences inexactes.» E. et J. de Goncourt.
    +«ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément.»A.Einstein, Sagesse.
    +«La gouvernance par les nombres»(Alain Supiot)oblige à compter au lieu de penser» Jean-Claude Guillebaud.
    +«On ne gouverne pas avec l’arithmétique» Romano Prodi.

    «Malgré les évidences, les sondages montrent…»
    +«En nous abreuvant de quantités comparatives, le sondage d’opinion nous affranchit du fardeau de la vérité». Jean-Claude Guillebaud.

    «Des prélèvements obligatoires à un niveau insupportable»
    Une solution, aller habiter au Portugal!
    Au Portugal, les jeunes s’expatrient pour trouver du travail, cela fait baisser le chômage; les vieux, retraités, étrangers, français en nombre, affluent et créent de l’emploi:

    «600 euros par mois pour un appartement avec deux chambres et un grand garage dans une résidence sécurisée construite autour de deux piscines, à 1km de la plage.«Pas de redevance télé, pas de taxe d’habitation, pas de taxe foncière, presque pas de chauffage»Bridge, boule anglaise, randonnée, soirées musicales….Vie moins chère, on mange bien pour moins de 10 euros, magasins ouverts tard en semaine comme le dimanche.»Sud Ouest 28 et 29 mars 2016.
    Et cerise sur le gâteau pas d’impôts sur le revenu pendant 10 ans pour les retraités, du privé seulement!
    «On en a marre de payer des impôts pour faire vivre tous ceux qui ne veulent rien faire.» disent-ils.
    «Je rentre tous les 6 mois pour les révisions techniques: médecin, dentiste», interventions éventuelles à l’hôpital car c’est mieux qu’au Portugal et remboursé en grande partie par la Sécu.

    Inconvénient: l’économie locale s’en réjouit, mais beaucoup d’autres Portugais «ne se sentent plus chez eux» et considèrent:
    «On en a marre de payer des impôts pour faire vivre tous ceux qui ne veulent rien faire.»

  3. Pierre Lafon says:

    Monsieur Sango
    Votre vérité est dans les chiffres, mais il a d’autres vérités …
    Comme on dit, toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, ou à écrire.
    S’en prendre aux médias n’est pas sérieux. Quand on a de la fièvre, il ne sert à rien de s’en prendre au thermomètre.
    Ceci étant vos chiffres et vos analyses sont certainement très pertinents. .
    Le programme de Monsieur Fillon vous semble le plus approprié. Soit.
    Et vous pensez, chiffres à l’appui, qu’on peut lui faire confiance ?

    • « mais il a d’autres vérités » …bien sûr, à chacun sa vérité.
      Sauf que les chiffres sont incontournables. Il suffit d’ailleurs de regarder le monde autour de soi. Où est l’exemple à suivre ?

      « Et vous pensez, chiffres à l’appui, qu’on peut lui faire confiance ? »
      Je n’ai aucune confiance dans les politiciens professionnels, je l’ai suffisamment écrit ici, et ma confiance est inversement proportionnelle à la longueur de leur carrière politique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s