Il n’ont pas de travail ? Qu’ils aillent aux jeux du cirque !


Réagissant rarement à chaud à l’actualité, je garde parfois sous le coude des articles de presse pour les commenter plus tard. Aujourd’hui je ressors donc un article de la République du 10 février dernier suite au vote du budget 2017 de la Communauté d’Agglomération de Pau Béarn Pyrénées. On y apprenait que 12 millions d’euros (1) allaient être consacrés aux rénovations/constructions des stades de rugby (le Hameau pour la Section) et de foot (pour le Pau FC), pendant que 2 millions d’euros seraient consacrés au développement économique.

Sur le coup j’avais pensé avoir mal lu. Ou qu’il s’agissait d’une coquille. Mais non, après vérification c’était les bons chiffres. Un rapport de 1 à 6 donc, en faveur du sport-spectacle.

A un élu de l’opposition (Christian Laine) qui s’est ému de cette faible enveloppe consacrée à l’économie, François Bayrou a répondu : « Mais les travaux du stade du Hameau, c’est aussi de l’économie !« . On aimerait bien savoir qu’il ce qu’il entend par là :

Est-il un adepte de la théorie de la relance de l’économie par les grands travaux financés par la puissance publique ?

Ou mieux, a-t-il viré marxiste en décidant de maintenir coûte que coûte l’outil de travail d’une entreprise privée (ce qu’est la Section Paloise, comme n’importe quel club de sport professionnel) dans le giron public ?

Ce doit être des conversions récentes alors, car en 2014 il déclarait : « L’ADN de la gauche, depuis Epinay, c’est moins la lutte des classes que la distribution d’argent public : un reste de Marx et une foi aveugle dans Keynes. Or le recours à toujours plus d’argent public est inconciliable avec la situation du pays. »

Nous ressert-il une énième resucée de la tarte à la crème des retombées économiques du sport-spectacle, à coup d’études imparables dont le sérieux ne fait aucun doute ? « – Tiens, le stagiaire, on nous a commandé une étude sur les retombées économiques des subventions à la Section Paloise, tu t’en occupes ? – Oulà mais c’est compliqué ça ! – Non t’inquiète, je te donne le truc : tu prends le montant des subventions, tu multiplies par 7 pour calculer les retombées, et après tu brodes pour remplir 40 pages. Ça marche à tous les coups. « 

Ou bien finalement n’entend-il rien du tout par là, se contentant de perpétuer l’œuvre de Labarrère : « du pain et des jeux » ?

Certes le Béarn est plutôt en dessous de la moyenne nationale en ce qui concerne le chômage. Mais contrairement à ce qu’ils aiment parfois faire croire, nos élus locaux n’y sont pas pour grand-chose : on bénéficie de la présence de quelques grosses entreprises installées ici plus ou moins par hasard (Elf/Total grâce au gaz de Lacq, Euralis grâce au climat propice à la culture du maïs, Turboméca/Safran qui est depuis 60 ans…) et qui jouent le rôle de locomotives. Que l’une d’entre elles parte ou réduise fortement son activité locale se ressentirait immédiatement. Mais pas de panique, François a tout prévu : quelle entreprise voudrait partir alors qu’il va y avoir de nouvelles tribunes au Hameau ?

PierU

(1) : ce montant n’est que la partie budgétée sur 2017, sachant que concernant le stade du Hameau 10M€ avaient déjà été budgétée sur 2016. Le coût prévisionnel de l’agrandissement du stade du Hameau est de 15M€ HT (dont 3M€ pris en charge par le département), auxquels il faut ajouter les aménagements annexes.

Crédit image : https://vatefairefoot.org/2016/01/27/11-raisons-qui-prouvent-la-superiorite-du-football-sur-le-rugby/

Comments

  1. HenriIV W4 says:

    AIRBUS EST VENU AIRBUS A VU
    AIRBUS EST REPARTI
    Signé Voltaire

  2. « Mais les travaux du stade du Hameau, c’est aussi de l’économie !« . On aimerait bien savoir ce qu’il entend par là : »

    Du pain, par les jeux. Il est indéniable qu’un public nombreux et qui vient de toute la région apporte (bus, restauration, etc) une contribution à l’économie locale, même si elle tombe dans les escarcelles du privé, qui payent leurs impôts..
    Ici (Béarn), il n’est pas besoin de rendre le patriotisme FN à l’emploi : le nombre de personnes qui trouvent des postes dans les mairies (et construisent leurs réseaux locaux) sont issues des clubs, notamment de rugby. On aime leur esprit d’équipe, leur solidarité, et leur valeur en tant qu’individu. C’est un fait. Dans le privé, on embauche parfois en famille, ou selon la clientèle, je pense..
    Mais il faut reconnaître que dès que l’on parle de sport professionnel la donne est tout à fait changée. Dont acte.

    • « Du pain, par les jeux. Il est indéniable qu’un public nombreux et qui vient de toute la région apporte (bus, restauration, etc) une contribution à l’économie locale, »

      Ceci n’est pas exact excepté pour les quelques bricoles dont vous parlez.
      Les coûts de fonctionnement d’une équipe pro sont constituée par les salaires des joueurs dont plus de la moitié sont des étrangers, l’argent du Béarn part vers la Nouvelle Zélande ou les Fidji…
      Mais ce que Pier U oublie c’est de dire quels sont les coûts de fonctionnement de ce stade (fait par l’agglo) et s’ils sont ou pas refacturés à cette entreprise professionnelle.
      On y oublie aussi le stade d’entrainement, la voirie et les parkings , et autres subventions intercommunale et départementale…etc

      Bayrou est nul et les béarnais ont les élus qu’ils méritent

      • « Les coûts de fonctionnement d’une équipe pro sont constituée (sic) par les salaires des joueurs dont plus de la moitié sont des étrangers, l’argent du Béarn part vers la Nouvelle Zélande ou les Fidji… »

        Donc, ce qui gêne M. Sango au premier chef, c’est le fait que ces clubs emploient des étrangers. La préférence nationale. On est en plein dans la rhétorique du FN.

        • D’autant plus intéressant que ces remarques sont faites par un grand défenseur de Total, société dont les bénéfices pharamineux proviennent entièrement de l’exploitation des ressources naturelles de pays étrangers.

          Le libéralisme économique a ceci d’intéressant qu’il est favorable au libre échange tant que cela concerne les capitaux, biens et services. Il n’en va pas de même en ce qui concerne la libre circulation des hommes.

        • Ma réponse est simplement arithmétique par rapport à la remarque de Karouge qui ne voit que les retombées « locales »
          Seul un esprit tordu peut se permettre ce type de remarque d’autant que dans tous mes écrits j’ai développé mon hostilité claire aux idées du Front National.

      • Concernant les coûts de fonctionnement du stade et la partie éventuellement facturée à la Section, bon courage pour s’y retrouver : le budget complet 2016 est bien disponible sur le site de l’agglo, mais avec 236Mo de documents PDF scannés et dans lesquels il est impossible de faire la moindre recherche textuelle, autant chercher une aiguille dans une botte de foin. C’est bien évidemment voulu.

        Il faudrait donc remonter aux délibérations du conseil communautaire, mais elles ne sont pas disponibles : il n’y a que les ordres du jour, sans aucun détail.

        C’est la transparence à la Bayrou.

    • « du pain par les jeux » c’est donc la « énième resucée de la tarte à la crème des retombées économiques du sport-spectacle », qui se sert de justification -jamais démontrée- aux grasses subventions publiques.

      La question n’est d’ailleurs pas de savoir s’il y a des retombées économiques (il y en a forcément, même si leur importance est très largement exagérée), elle est de de savoir si l’argent des subventions ne générerait pas plus de retombées économiques s’il était consacré à d’autres usages.

      Quant à l’emploi « réservé » dans les mairies, ça porte un nom : copinage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s