Pulsion et réflexion


Il est plus facile de disserter sur le passé récent que d’envisager l’avenir. Pourtant toutes les leçons ont-elles été tirées de ce premier tour des présidentielles ?

Clairement, les deux partis principaux qui se partageaient le pouvoir depuis des décennies ont subi de lourdes défaites et se trouvent fracturés. Pour les Républicains, qui avaient une voie royale devant eux, c’est la faible estime pour l’attente de probité qui leur a été fatale. La responsabilité n’incombe pas seulement à M. Fillon. Elle est partagée par tous ces barons du parti LR qui se sont laissé impressionner par quelques drapeaux agités sur l’esplanade du Trocadéro et n’ont pas su trouver une solution alternative. Au delà d’eux, c’est la surdité de leurs partisans qui n’ont pas su mesurer l’écœurement de ceux qui travaillent dur pour gagner leur vie face à l’accumulation d’avidité, de mesquineries, de mensonges. Etait-il pensable de porter à la responsabilité de signer des traités internationaux un homme suspecté d’avoir commis des faux ?

A gauche, c’est le refus du compromis, le raidissement dans le sectarisme qui a conduit à la perte. Un ralliement au mieux placé comme celui qu’a effectué François Bayrou eût sans doute permis à la gauche d’être présente au second tour. Certes, les programmes étaient différents, et même opposés sur un certain nombre de points. Mais en rabattre sur les objectifs ne valait-il pas mieux que cette
déconfiture ?

Pour autant, ces deux partis ne sont pas morts, même s’ils sont aujourd’hui profondément déchirés. Si une lourde incertitude plane sur leur avenir, une interrogation plus urgente mobilise les esprits. Les sondages peuvent se trouver démentis par les urnes. Et il reste une gène perceptible chez les personnes interrogées à reconnaître un vote en faveur d’une « patriote » qui nie la responsabilité des collabos dans la rafle du Vel’ d’Hiv et dans la déportation des juifs et à soutenir un parti qui a porté à sa tête (pour trois jours!) un négationniste.

Mais dans les esprits des thèses simplistes restent imprimées ou même se développent. Expulser les étrangers, par une sorte de seconde manche, de revanche de la décolonisation. Au moins expulser les fichés S. Expulsés vers où ? Les plus futés répondront dans les camps où Vladimir Poutine enferme ses terroristes. Il y fait froid et cela  serait une dissuasion efficace pour les illuminés assoiffés de sang qui se voient déjà récompensés par 80 vierges dans un paradis. Et si l’on fait voir qu’un tel accord n’est pas réalisable dans le contexte actuel, ils répondent « N’importe où, au Spitzberg ou aux Kerguelen plutôt qu’à Artix ou Pau » pour un tel enfermement. Imaginent-ils le durcissement du communautarisme qu’une telle mesure entraînerait ? Quant à la sortie de l’euro, ont-ils considéré les effets sur l’épargne, l’investissement, l’emploi qu’une telle mesurer ne manquerait pas de créer ?

Il faut reconnaître qu’à l’inverse Emmanuel Macron a un sens aigu des revers de médailles. Peut-être trop aigu. Sa locution favorite n’est-elle pas « En même temps… » ? Bien des couches de la population sont réfractaires à une telle perception. Bien de nos compatriotes qui se disent hostiles à la mondialisation ne sont pas prêts à se détacher de leur usage de Google, Microsoft, Amazon ou Booking. Pourtant, c’est au travers de ces firmes que notre indépendance est menacée, un peu à la manière dont tant de riverains de la Méditerranée étaient asservis aux besoins de Rome dans le monde antique. Aujourd’hui, c’est à travers plus d’harmonisation fiscale en Europe, plus de justice sociale et de stabilité que l’on jugulera le déséquilibre budgétaire de la France, le chômage de masse et par une meilleure répartition des dépenses militaires en Europe que l’on assurera une meilleure sécurité du continent. Ce n’est pas par un alignement sur V. Orban et quelques autres nationalistes que l’on assurera l’avenir de notre pays.

Paul Itaulog

À propos AltPy Rédacteurs

Le profil rédacteur commun, pour les rédacteurs n'ayant pas un profil wordpress enregistré.

Comments

  1. Larouture says:

    Sa locution favorite n’est-elle pas « En même temps… »
    Cette locution me fait penser à celle qu’utilisait Mme Aubry pour répondre à une question. Elle commençait très souvent par : « Deux choses ».
    Le monde est complexe. N’est-il pas?

  2. Robert Contrucci says:

    L’harmonisation fiscale, ce n’est pas pour demain et ce pour la simple raison, que la fiscalité est une des variables de la politique économique de chaque pays !

  3. « Aujourd’hui, c’est à travers plus d’harmonisation fiscale en Europe, plus de justice sociale et de stabilité que l’on jugulera le déséquilibre budgétaire de la France »

    C’est pas sérieux !
    Nous avons à peu près la même fiscalité que l’Allemagne ou que les Pays Bas et nous sommes cancre dans tous les domaines : chômage, déficit, déficit commercial.
    On ne pourra inverser la tendance que par un très gros effort sur la dépense publique.
    Et il y a de la marge en France !

    https://alternatives-pyrenees.com/2017/03/29/la-verite-est-dans-les-chiffres/

    https://alternatives-pyrenees.com/2017/04/09/cinq-cent-mille-postes-de-fonctionnaires-en-moins-cest-un-minimum/

    • Penot says:

      Je ne crois pas que la fiscalité sur les entreprises soit la même en Irlande, au Luxembourg qu’en France.

      • C’est justement pour cela que je compare avec des pays comparables ! Allemagne d’abord.
        Commençons donc par faire ce qu’a fait l’Allemagne qui, en plus, a intégré l’Allemagne de l’Est ce qui lui a coûté 1500 milliards d’euro !
        Où serions nous si nous avions 1500 milliards d’euro de dette supplémentaire !!!!!
        Quant au Luxembourg, c’est une « anomalie » d’abord par sa taille, tout comme l’Irlande.

        • Georges Vallet says:

           » l’Allemagne qui, en plus, a intégré l’Allemagne de l’Est ce qui lui a coûté 1500 milliards d’euro !

          Dans Wikipedia je trouve:
          « Les Lander de l’Est, reçoivent une aide financière et technique communautaire, dans les trois années suivant la réunification »
          « ce sont finalement les aides communautaires structurelles (FEDER, FSE, FEOGA et IFOP) qui vont être utilisées. Le problème se pose car les dépenses pluriannuelles avaient déjà été fixées, le Parlement décide donc d’augmenter le budget alloué à ces aides(13), de manière à ne pas réduire les fonds alloués à l’Espagne et au Portugal, nouvellement intégrés à la CEE (1986) ; les objectifs sont divers et notamment(14 ):
          Restructurer l’industrie afin de réduire le chômage et rapprocher l’économie de la RDA de celle des autres États membres.
          Développer le commercer avec l’Europe de l’Ouest mais conserver les relations à l’Est, de manière à accroitre également les revenus des autres États membres.
          Assainir l’environnement, fortement contaminé par les industries lourdes, notamment dans le Brandebourg.
          Favoriser la transition du système politique dans son ensemble et la cohésion sociale allemande et européenne. »
          L’Allemagne a-t-elle vraiment fait face toute seule aux charges de la réunification?

          • Georges Vallet says:

            De plus:
            Quand les créanciers de l’Allemagne fermaient les yeux sur sa dette …
            tempsreel.nouvelobs.com › Economie

            «Lors d’une conférence à Londres le 27 février 1953, suivant le principe posé en 1950, 21 créanciers de la RFA décident:
            La dette est réduite de 62% : elle passe de 39 milliards à 14,5 milliards de deutschemarks
            • Un moratoire de cinq ans est accordé ;
            • Un délai de 30 ans est prévu pour rembourser ;
            • Le pays peut limiter le paiement du service de sa dette à 5% de ses revenus d’exportation ;
            • Si, du fait d’une mauvaise conjoncture, la RFA connaît des difficultés pour rembourser ce qui reste, il est prévu une suspension des paiements et une renégociation des conditions ;
            • Les taux d’intérêts sont réduits ;
            • Les demandes de réparations sont renvoyées à plus tard (concrètement, à une future unification des deux Allemagne…)
            • etc.

            ça aide quand même!

          • Marc says:

            Aucun sens. De toute façon, l’Allemagne est contributrice nette à l’UE.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s