Et si on parlait de choses sérieuses !


Bernard Boutin, dernièrement, rompait le silence «assourdissant» qui régnait pendant toute cette période électorale, à propos des véritables choses sérieuses pour la vie des Français. Il nous a rappelé, avec juste raison, au travers de son texte, les dangers que nous fait courir l’usage des produits chimiques de synthèse dans l’agriculture, industrielle surtout, pas seulement en Espagne d’ailleurs, et l’importance des monopoles, bien plus dangereux que l’excès de parlementaires, de fonctionnaires ou de tel ou tel candidat aux législatives !

Se mettre en marche, pourquoi pas, mais sans confondre, comme dit E.Morin :

L’essentiel de l’urgence que nous vivons et l’urgence de l’essentiel que l’on renvoie toujours à plus tard !

L’ex-président américain Barack Obama lançait en 2015 une «stratégie fédérale pour la santé des abeilles et des autres pollinisateurs ».

Pour qu’une telle résolution soit prise à ce niveau, il faut que le problème ait une importance nationale, mondiale même.

Selon une estimation de l’Université américaine du Maryland publiée le 13 mai 2015, les apiculteurs ont perdu 42% de leurs colonies d’abeilles ces douze derniers mois. C’est la deuxième plus mauvaise année pour la mortalité des abeilles domestiques aux Etats-Unis, après la période 2012-2013 qui avait vu la disparition de 45% des colonies.www.lemonde.fr/…/05/…/obama-vole-au-secours-des abeilles_4636555_1652692.ht..

«La pollinisation par les seules abeilles compte pour plus de 15 milliards de dollars de récoltes agricoles annuellement».

http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/…/la-maison-blanche-s…abeilles/578913

Je reconnais que le problème n’est sans doute plus d’actualité avec le nouveau Président États-Unien mais vouloir l’ignorer n’est pas l’effacer !

En France, pendant ce temps, alors qu’une vingtaine d’enfants d’une école primaire girondine et une enseignante ont été pris de malaises après l’épandage d’un fongicide sur des vignes à proximité, le plus important syndicat agricole descend dans la rue pour s’opposer au projet d’interdiction des épandages à moins de 200 mètres des écoles, crèches…. Cette irresponsabilité, après tant d’autres cas dénoncés depuis des années, d’utiliser des pulvérisations de produits «phytosanitaires !» ne gêne en rien les intervenants sur les ondes, de ce syndicat agricole ; il convient au contraire, d’après eux, de lever toutes ces contraintes et de les laisser faire «car eux seuls savent ce qui est bon pour l’homme et son environnement !»

Macron fait peur quand il veut libérer les énergies !!

Sud Ouest du 15/02/17 titrait: «Pesticides : vers plus de transparence». En image, une viticultrice à Portets va avertir une trentaine de voisins de ses 44 parcelles de vigne. L’objectif affiché est de prendre contact avec les riverains pour mettre en place des techniques d’alerte «pour préserver le vivre ensemble!»; mails et SMS seront envoyés à chaque sortie du tracteur ! Cet article est consternant.

D’abord la transparence existe, le milieu scientifique est parfaitement au courant des dangers et il les dénonce ; par contre, elle n’atteint pas le monde de ces utilisateurs syndiqués.

Ensuite, avertir les voisins est une démarche on ne peut plus égoïste, il n’est pas question d’empêcher la pollution mais d’avertir qu’ils vont devoir rester chez eux, ne pas  accompagner les enfants à l’école, ne pas aller travailler….Et puis, en admettant que les gens sortent quelques heures après, les animaux et les nappes phréatiques seront contaminés de la même façon.

A Birac (16) un village viticole, dans une cuvette, compte 6 cas de lymphome pour 367 habitants.

Les trois mamelles de la nutrition humaine ne sont pas les entreprises, la confiance des investisseurs et les experts économiques, mais les plantes, à fleurs entre autres, les champignons et les pollinisateurs que la politique de croissance actuelle détruit systématiquement.

Les plantes à fleurs représentent 70% des végétaux, elles fournissent nos légumes et nos fruits. Grâce au pouvoir attractif: forme, couleur, odeur, des fleurs, des animaux permettent la fécondation croisée, source de vigueur, de diversité, en transportant le pollen des étamines d’une fleur sur le pistil d’une autre fleur.

La contribution des pollinisateurs à la production agricole française est évaluée à 2,8 milliards, selon une étude conduite par Bernard Vaissière, de l’Inra. Le figaro.fr 28/02/13.

Tous les animaux sont des pollinisateurs mais les insectes sont les plus actifs: 6100 espèces d’insectes floricoles sont recensées en France : hyménoptères (dont 1000 espèces d’«abeilles»), coléoptères (coccinelles, cétoines..), diptères (mouches, syrphes..), papillons. C’est cette biodiversité qui assure la pérennité de la diversité et du rendement des récoltes de fruits, graines et légumes. Les abeilles sauvages (bourdons, abeilles solitaires, halictes, mégachiles, etc.) assurent presque à elles-seules la pollinisation de 80% des plantes à fleurs à travers le monde.

Plusieurs raisons expliquent le recul généralisé des pollinisateurs sauvages :

1. La perte d’habitat par la raréfaction des zones agricoles non cultivées (jachères) et des prairies, la disparition des haies et des bocages  suite au remembrement des années 60, assèchement des zones humides drainées pour l’agriculture intensive, urbanisation, fauchage ou désherbage chimique des bords de route, etc.

2. Les insecticides, surtout les néonicotinoïdes détruisent larves et adultes, nuisibles comme utiles, aux cultures. On lit dans la revue «Science»: «Certains insecticides et fongicides, utilisés ensemble, peuvent être 1.000 fois plus toxiques pour les abeilles, affectant leur sens de l’orientation, leur mémoire et le métabolisme du cerveau», (Programme des Nations Unies pour l’Environnement).

L’ex-ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll s’efforçait de ménager la chèvre et le chou en inscrivant :

– un amendement sur l’épandage de produits phytosanitaires près des écoles, crèches, maisons de retraite.
– En conseillant de pratiquer les épandages le soir, quand les abeilles ne butinent plus.
En fait, c’est de la pub électorale car les enfants et les vieillards ne sont pas les seuls vulnérables, il y a aussi les agriculteurs eux-mêmes et les passants; de plus la rémanence des produits sur les végétaux, la sudation des insecticides fabriqués par les OGM, font, comme le signale l’Anses, «qu’il reste toujours, le jour, des traces de pesticides dans l’eau, dans la rosée, sur les fleurs et feuilles», dont les abeilles profiteront.

Compte tenu de la «complexité» des relations et des doses infinitésimales qui interviennent dans le fonctionnement physiologique normal, «il faut savoir que la seule dose zéro doit être considérée; toute autre dose comporte automatiquement un effet» pouvant être important car cumulatif! René Truhaut, toxicologue, créateur de la DJA : «Dose Journalière Admissible)».

Pendant ce temps Bayer et Monsanto s’unissent pour leur meilleur et notre pire.  (Canard : le mariage des affreux)

3. Le changement climatique dont l’homme est en grande partie responsable, va modifier la répartition des espèces (migration vers le N), les périodes de floraison, les précipitations, la qualité et la quantité de nectar et de pollen.

4. la monoculture intensive entraîne la disparition de nombreuses espèces végétales dont dépendent la survie de nombreux pollinisateurs: un papillon à l’état de chenille, est monophage ou oligophage, c’est-à-dire qu’il ne se nourrit que d’une espèce de plante, voire quelques-unes. Si cette plante se raréfie, l’espèce disparaît.

5. L’introduction des plantes allochtones pour la culture, la décoration, est très préjudiciable car les pollinisateurs autochtones les ignorent; elles introduisent souvent des insectes invasifs.

6. La sélection génétique fabrique parfois des variétés à faible attractivité du fait d’un pauvre potentiel en nectar et pollen; le cas se présente avec le colza et le tournesol.

7. L’éclairage public et privé, la circulation automobile de nuit, sont des pièges mortels pour de nombreuses espèces. Il est difficile de quantifier mais on peut dire que des millions de tonnes meurent d’épuisement ou sont grillées par les ampoules, chaque année en France. Cette disparition impacte la chaîne alimentaire, les oiseaux insectivores régressent du point de vue démographique.

«Dans un premier temps le progrès court plus vite que l’urgence

Dans un deuxième temps l’urgence court plus vite que le progrès

La fin de l’ordre mondial vient quand l’urgence dépasse l’humain.»

Naturalité N°14 septembre 2014 http://www.forets-sauvages.fr/web/foretsauvages/100-naturalite-la-lettre-de-forets-sauvages.php

Mais les choses sérieuses, l’urgence de l’essentiel, c’est aussi :

+ La pollution et toutes ses dérives pathologiques, ces pics, ces canicules et ces feux de forêts mortels pour beaucoup, ces tempêtes, ces accumulations de déchets liées à un modèle consumériste qui n’envisage pas d’en finir avec la surproduction aberrante, ces épidémies dramatiques pour nos éleveurs, ces vagues de suicides…Comme les Shadoks, il faut pomper, pomper encore les déchets en avant et les rejeter en arrière pour continuer la dynamique « En marche ». Au XIXème on refermait le couvercle de la poubelle pour ne pas les voir, aujourd’hui on les envoie dans des usines périphériques et on paye, par l’impôt, le financement des déchetteries…(« Homo detritus », Baptiste  Monsaingeon, ed.Seuil)

Souvent c’est dans la mer ou la rivière !

+Dénoncer et interdire ces fake news du matraquage publicitaire  divulguées par tous les médias « qui nous évacuent du réel « (J-Cl Guillebaud) comme ces familles radieuses dégustant des plats ayant toutes les vertus, ces jeunes beautés utilisant des produits pour être encore plus séduisantes, artificiellement…. Ceux qui n’ont pas suivi les conseils pourront s’en sortir sans problème, en partie gratuitement, en suivant des régimes providentiels……, ou, si l’on préfère, en consommant des produits allégés souvent plus caloriques que les autres !
On oublie de rabâcher, évidemment, que le vrai chiffre du chômage approche les 4 millions et que le patron de Renault gagne le salaire de mille smicards !
Jean-Claude Guillebaud concluait dernièrement une chronique où il évoquait les conversations à venir, au sein du couple, entre Arthur Sadoun, patron de Publicis «empereur du matraquage tarifé» et de la théâtralisation manipulatrice du réel et Anne Sophie Lapix chargée de l’information, la réelle celle-là, au 20 h de France 2 !!

+ De faire le bilan des presque 58% d’abstention qui veulent en dire long sur l’état de la démocratie. Faut-il s’en étonner ?
Le culte de l’individualisme triomphant  associé au libéralisme ambiant est contraire à la notion de démocratie. Une société qui prône l’individu détruit le sentiment d’appartenance à une communauté qui dépasse l’intérêt individuel;  il n’y a plus alors de démocratie possible et encore moins de liberté.

Georges Vallet

crédit photo: la-croix.com

Comments

  1. Georges Vallet says:

    Les médias, une fois de plus, par manque de connaissances et trop plein d’assurance, ont diffusé sur les ondes radio, ce matin et à midi au moins (écoute personnelle), un conflit ouvert entre le ministre de l’agriculture Stéphane Travers et Nicolas Hulot à propos des néonicotinoïdes.
    Je ne remets absolument pas en cause la réalité du contenu du différend; il confirme bien la volonté de nouveaux ministres de passer outre des acquis écologiques obtenus de haute lutte lors de la mandature précédente; cette voie exprimée par le ministre de l’agriculture est beaucoup plus inquiétante pour l’environnement, la sécurité alimentaire et sanitaire que les Sycophantes de Bayrou! Ce n’est pas le cas pour tous!!!
    Comme prévu, la mandature Macron semble comprendre le changement dans la continuité des vœux de Bayer, Syngenta….Combien de temps N.Hulot pourra-t-il tenir???

    Non, mon intervention visait surtout à dénoncer la désinformation des propos débités à toute allure, comme d’habitude, à la France entière; les néonicotinoïdes seraient utilisés pour lutter contre les pucerons!!
    La consultation des nombreux sites évoquant ces produits, exemple:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Néonicotinoïde, montre l’étendue, la multiplicité et les dangers de leur emploi non seulement pour les abeilles mais pour l’ensemble des êtres vivants et donc de l’homme. Faiblement biodégradables, ils se retrouvent dans tout l’écosystème et finalement les nappes phréatiques, rivières et la mer où elles diffusent «leurs bienfaits»!!!

    Si c’était vraiment pour les pucerons, beaucoup d’auditeurs ne comprennent pas pourquoi ils sont utilisés dans les élevages industriels (volailles, ovins), les colliers insecticides pour chiens et chats………, et pourquoi on n’utilise pas des produits biologiques ou bien moins toxiques, ils sont nombreux!!!

  2. Troll Benêt says:

    Non seulement le Gouvernement est insensible aux menaces sur les abeilles mais il se propose, par la voix du sinistre de l’agriculture, de revenir en arrière sur l’interdiction des pesticides tueurs d’abeilles:

    http://www.huffingtonpost.fr/2017/06/26/neonicotinoides-premier-couac-au-gouvernement-entre-nicolas-hul_a_23001592/

    Les masques continuent de tomber! Qu’en pensent les écolos qui ont été assez stupides pour voter Macron?!!

  3. Larouture says:

    Curieusement et article m’a renvoyé aux fables de La Fontaine ou aux énigmes telles que « le loup, la chèvre et le choux ».
    Je conclus que l’approche des « choses sérieuses » ne peut pas être manichéenne.
    Cet article cite, voire associe, les affreux (monopoles, Bayer, Monsanto), la FNSEA (je pense) et la base (une viticultrice).
    La responsabilité est bien partagée dans la société, même si les échelles ne sont pas les mêmes.

  4. Troll Benêt says:

    N’oublions pas que les élus locaux béarnais ont laissé fermer l’écomusée et la cité des abeilles de de Saint-Faust sans lever le petit doigt.

  5. « Et si on parlait de choses sérieuses ! »
    « rompait le silence «assourdissant» qui régnait pendant toute cette période électorale, à propos des véritables choses sérieuses pour la vie des Français »

    Heureusement que sur AP Georges est là pour nous rappeler, stupides rédacteurs, à quel point nous racontons des billevesées, à quel point notre grand Maître de l’écologie détient la vérité.
    Pourtant le prêche reste le même, déjà connu (et approuvé) et comme d’habitude aucun début de proposition concrète.

    Pour aider les abeilles on peut suivre ce que fait : http://www.pollinis.org/

    • Troll Benêt says:

      Effectivement, merci M. Sango, cette phrase à la syntaxe douteuse « Bernard Boutin, dernièrement, rompait le silence «assourdissant» qui régnait pendant toute cette période électorale, à propos des véritables choses sérieuses pour la vie des Français  » vaut son pesant de cacahuètes, comme disait un petit lémurien de mes amis.

      Elle est amusante pour les raisons que donne M. Sango, mais aussi pour quelques autres… Bon, je préfère en rester là.

    • D.S 20/06/2017
      « et comme d’habitude aucun début de proposition concrète. »

      Pour quelqu’un de formation scientifique dont le métier, si j’ai bien compris, a été d’analyser des données, et, à partir d’elles prendre les bonnes décisions pour mener à bien la résolution de problèmes souvent complexes, je trouve que ce constat est pour le moins étrange, d’autant plus qu’à chaque fois vous dîtes la même chose.
      J’en arrive à mettre en doute votre capacité de déduction!

      • Ne vous énervez pas, Georges ! depuis le 7 mai 2017, nous avons eu droit dans AltPy, à une quinzaine d’articles traitant les deux élections (présidentielles et législatives). Nous sommes le 20 juin, et, comme il y a des affaires en cours (on attend les nouvelles du Canard Enchainé et de Médiapart avec impatience), on risque fort d’en entendre encore parler. Pendant ce temps, chez moi, nous avons récolté cerises et merises (celles-ci mises dans un bain de canne à sucre et d’alcool pour fruits), les pies ont dévoré les fruits des plus hautes branches. Nous attendons les prunes, plus tard les pommes et les figues, puis les chataignes et les noix.
        Les pots sont prêts pour les confitures, la crême de marrons etc.

        D.S 20/06/2017
        « et comme d’habitude aucun début de proposition concrète. »

        • Troll Benêt says:

          Je propose d’utiliser les économies d’AP pour envoyer MM. Sango et Vallet en stage de cohésion.
          Les activités comprendraient une journée chez un apiculteur pour récolter le miel de ses ruches et une journée en bord de mer pour nettoyer une plage de ses résidus d’hydrocarbures et autres déchets.
          Qu’en pensez vous?

    • Georges Vallet says:

      D.S 20/06/2017 suite.
      Ce qui est merveilleux avec vous c’est que vous avez une solution définitive et incontournable pour tout.
      On sent l’assurance dépourvue de doute de l’ingénieur responsable d’un problème technique. Comme pour Chevalier et Laspalès dans leur pub pour la Matmut: «Tout est possible, tout est réalisable».
      Vous ne voulez pas ou ne pouvez pas ou vous faites celui qui ne peut pas admettre que d’autres n’aient pas cette ambition utopique et dangereuse, c’est-à-dire cette prétention, d’être un super devin doué d’intuitions providentielles pour tout résoudre

      Un peu d’humilité, les conséquences du comportement humain sur sa propre destinée sont avant tout collectives; c’est donc politique à la base; c’est pour cela que je dénonçais à la fin de mon texte l’inadéquation entre le l’individualisme prioritaire qui règne dans le libéralisme, et la démocratie qui fait passer l’intérêt général avant l’intérêt particulier.
      Si j’ai volontairement voulu provoquer en parlant de choses sérieuses c’est que toutes ces affaires, ces débats politiciens interminables, ces mesures préconisées par les uns ou les autres dans les grandes tendances majoritaires n’ont aucun rapport avec la résolution des véritables problèmes qui mettent en péril la société humaine. Tout est une question d’argent et de rapports de force intéressés, absolument pas de réalisme vital.
      Trois grandes orientations seraient à prendre:
      1°) Investissement massif dans la connaissance pour tous, dans le domaine scientifique, histoire de la terre et de la vie, philosophique, politique….pour faire comprendre l’enjeu.
      2°) Faire une politique dans l’intérêt de toute la collectivité et non de certains. Non, ce n’est pas revenir au XVIIIème siècle (c’était pire!), c’est se projeter dans le XXIème!
      3°) Au niveau environnemental, de l’individu aux dirigeants, partir des très nombreuses données acquises par la science et la sociologie et déduire les directives à prendre pour retrouver une meilleure voie.

      La base du raisonnement à suivre est simplissime; par exemple: fumer entraine des risques considérables de cancer. Il faut arrêter de fumer!
      L’individualisme prétend que chacun est libre de fumer ou pas, mais chacun n’est pas libre de payer ou pas les conséquences financières des retombées sanitaires; elles deviennent collectives!
      Le principe est le même dans tous les autres domaines; alimentaire, pollution de l’air, de l’eau, de la terre…

      Que l’application des mesures soit simple, évidemment non. C’est complexe, la solution n’est pas linéaire comme augmenter les prix, il faut prévoir des recyclages pour les cultivateurs, les employés des usines de fabrication, les vendeurs, les sources de revenus de l’Etat pour le manque à gagner…et ensuite permettre des cures de désintoxication et aborder le problème du pourquoi tant de jeunes puis d’adultes fument, boivent ou se droguent…c’est un problème de politique sociale!
      La flexisécurité c’est cela: supprimer le travail de ceux qui vivent du tabac et sécuriser leur emploi par un recyclage dans un domaine porteur.
      Mon objectif, comme ceux des chercheurs, était donc de dénoncer les dangers et non de donner des solutions pour les enrayer; ce n’est pas mon domaine, ni le vôtre d’ailleurs, des opinions au plus, mais celui des politiques. Les mesures diffusées par les associations citées dans votre texte ont pour but, elles aussi, à leur façon, de sensibiliser, de stimuler. L’accumulation et la diffusion la plus large possible de toutes ces petites mesures sont importantes mais ne s’attaquent pas aux racines du mal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s