Macron et les fainéants, ces cyniques, sinistres individus,


Et oui, c’est bien connu, pour une certaine catégorie de politiciens, le français est un fainéant, un fraudeur … un ignare, voire « un pov’con », qui, s’il n’exhibe pas à son poignet dès sa cinquantième année une Rolex est un raté ou le marginal portant sur lui de quelconques astragales et autres fioritures lui redorant la blasure ou la couture du pantalon qu’il porte en bandonéon quand sur le riche l’habit chichement costumé se porte bien étriqué ! 

Il est vrai qu’il n’est pas donné à tout le monde de naître avec un blason issu d’une noblesse ou d’une riche union ou des deux à la fois, sa petite cuillère en argent entre les doigts quand le pauvre fainéant lui tient fermement celle en bois, calée dans ses mains si rugueuses qu’il s’abstient de les montrer craignant d’être méprisé par ceux-là souffrant de lèse-majesté !

Dans la France de Monsieur Macron se trouverait donc des fainéants, pourquoi pas des benêts Monsieur le Président, ces derniers n’ayant aucun niveau oratoire comme celui que vous exercez si facilement, ne parlant nulle langue étrangère comme vous les maîtrisez si bien intellectuellement quand le dadais qu’est le fainéant français contient celle plus éphémère consistant à se servir de ses mains dont l’essentiel sert à moudre le grain, à s’ériger un lendemain à la force du poignet et de la voix tandis que de plus en plus s’amoindrit son budget et qu’il se retrouve sans toit.

Si vous observiez les mains des français Monsieur le Président, bien que râpeuses, elles sont agiles, souvent graciles, ce sont toutes des petites mains s’affairant sur quelques menus boulots exercés du matin au soir et/ou du soir au matin. A ce fainéant qu’est le français, trop souvent en carence, il lui faut occuper et péniblement plusieurs emplois afin de ramener chez lui un salaire de misère, une obole lui permettant de remplir sa casserole de maigres pitances.

A ce fraudeur, cynique et fainéant de français soumis au labeur qui lui est proposé ainsi qu’aux aumônes pauvrement octroyées par certains employeurs, affairistes et autres élitistes, il lui faut demeurer droit, fier malgré les emplois précaires et toujours se plier aux ordres, garder son maintien et ne plus la poussière mordre s’il ne veut pas finir chômeur sous-payé ou RSA ou encore SDF et ce que cela comporte de risées auprès d’autrui ou des siens mais plus encore de cette catégorie de politiciens qui comme vous, le prenez pour un moins que rien !

Bien à vous.

Samie Louve

 

 

 

Comments

  1. Larouture says:

    J’ai effectivement été interpellé par le terme « fainéant ». Mais j’ai aussi un préjugé favorable pour M. Macron.
    Vous réagissez sur le terme « fainéant » . Mais que penser des « cyniques » et des
    « extrêmes » que M. Macron met dans le même sac ?
    Je ne suis pas sûr qu’il faille considérer ces catégories séparément. Elles se côtoient et font système.
    L’éditorial de M. Helvig dans la République de ce mardi, me semble le montrer.

    • Samie Louve says:

      en effet et vous avez raison, c’est pour cela que je les cite en fin d’article … sauf les extrêmes et Macron ferait bien de ne pas tous nous mettre dans le même sac comme vous dites …. trop de gouvernants ont usé de ce substantif pour nommer une catégorie de français, fraudeur aussi est un mot usité largement … ce monsieur, notre président devrait s’adresser plus souvent à son peuple et se mettre à son niveau sans paraître le moins du monde « dans l’affectif » … et s’il ne souhaite pas qu’il y ait confusion, préciser exactement sa pensée profonde pour une France profonde et les autres, ceux-là faisant et défaisant le système, les cyniques, les altruistes les profiteurs et compagnie avec les extrêmes afin que comme beaucoup, nous le peuple avec les journalistes et autres radios et télés n’ayons pas à prendre son discours à la lettre et au mot près ! …Merci pour votre conseil de lecture que je vais consulter ! Bien à vous !

    • L’éditorial de JM Helvig dont parle Larouture : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2017/09/12/le-president-qui-mal-communique,2171581.php

      Mais « prendre un discours à la lettre et au mot près », et même en réalité quelques mots extraits d’un discours en faisant abstraction de tout le contexte du discours, n’est-ce pas une certaine forme de paresse intellectuelle ? Si j’étais taquin je dirais même « de fainéantise » 🙂 …

  2. J’aimerais bien savoir qui, parmi ceux qui s’indignent, a réellement écouté le discours de Macron et pas juste la petite phrase isolée du reste ?

    • Samie Louve says:

      Tout le monde s’indigne à propos de ce discours PierU … certes, il suffit d’un seul mot pour détourner le sens d’une phrase parfois … pourtant, placé dans le contexte actuel, celui d’une France qui va mal (pour les pauvres) et de la façon dont la pensée de ce monsieur est exprimée, et d’où elle est prononcée en dit long sur la symbolique et le regard estimable ou non qu’à le Président en ciblant une certaine catégorie de français … et j’ajouterai que de la manière dont il discoure et avec une telle emphase nous révèle combien il méprise le peuple dans sa globalité mais plus généralement le fainéant, le cynique (ne l’est-il pas lui-même avec ses propos), les alcooliques, les gens sans costard, les illettrés … il suffit de l’écouter et surtout de l’observer pour comprendre le « président fort et jupiterien » qu’il a décidé d’être ! Mais gageons qu’il changera son attitude hautaine ou qu’il souhaite ainsi au fil des 5 années qu’il lui reste à côtoyer le peuple français, fainéant, cynique, extrême … et les autres ! D’autres parts, Monsieur Macron s’expliquant à propos de son discours se justifie et des « fainéants », n’en changeant pas une virgule et de rajouter « qu’il n’est pas dans l’affectif » (en visant Hollande sans doute) … cela nous l’aurons compris sauf que ne l’étant pas dans l’affectif, cela affecte bien des gens attachés à ses propos, des français souhaitant réformer aussi, mais dans le bon sens et pas toujours du côté des plus aisés !

      • Vous n’avez pas répondu à ma question…

        • Samie Louve says:

          si tout le monde s’indigne, c’est que tous ont écouté …

          • C’est que tous ont écouté, sans doute, mais écouté quoi ?

            Les commentaires d’autres personnes sur les forums ou réseaux sociaux ? Les commentaires des adversaires politiques de Macron ? Les commentaires des journalistes ? L’extrait de quelques secondes où il prononce la phrase incriminée ?

            Ou bien le discours entier (17 minutes) ?

            • Samie Louve says:

              j’imagine le discours entier comme la plupart d’entre nous … ne croyez-vous pas ? Macron connaît la sémantique, la métaphore .. et les pirouettes sémasiologiques le rendant crédible au yeux de ses supporters … il est fort à ce petit jeu que beaucoup de français ignorent … la langue française est si belle langue PierU et il la domine comme il le fera avec beaucoup d’entre nous ! l’avenir le dira !

              • Pour tout dire je n’ai pas à croire ceci ou cela, tant il est évident que 99% des commentateurs des mots incriminés n’ont à aucun moment écouté le discours. S’ils l’avaient fait, les interprétations seraient beaucoup plus diverses tant la résonance de mots n’est pas la même si on les replace dans le discours. Nous sommes à une époque où la moindre polémique fait le tour d’un pays en quelques heures sur les réseaux sociaux et dans les médias qui font la course avec les réseaux sociaux, sans aucun recul.

      • Un passant says:

        « …à côtoyer le peuple français, fainéant, cynique, extrême …  »
        Il n’a jamais dit ça.
        Et tout votre « raisonnement » étant basé sur cette prétendue affirmation, en devient totalement fallacieux

  3. On peut ne pas être d’accord sur le fond, chacun ses idées, mais sur la forme, c’est autre chose : un vrai plaisir de lecture ! Chapeau bas Madame !

  4. Michel LACANETTE. says:

    Ne vous faites pas de soucis Madame, les fainéants du Président Macron ne sont pas ceux qui ont les mains râpeuses, mais bel et bien les anciens Présidents qui l’ ont précédé. Sont ceux qui n’ ont pas osé prendre les bonnes décisions pour remettre le pays en marche. Peut être qu’ il n’ a pas tord, mais peut être eût t’il fallu qu’ il le précise. Pris dans le feu du discours, sa parole a été sûrement plus rapide que sa pensée, l’ histoire le dira.

    • Allons, allons, M. Lacanette, personne n’est dupe.

      Les services de l’Élysée ont bien essayé de rattraper le coup en prétendant que le président s’adressait à ses prédécesseurs, mais chacun voit bien que sont les Français en général que M. Macron a traité de fainéants.

      En effet, ces nouvelles insultes ne font que s’ajouter à une liste déjà longue:
      septembre 2014 : Les ouvrières « illettrées » de Gad.
      mai 2016 : En réponse à un chômeur en T-Shirt: vous n’avez qu’à travailler pour vous payer un costard…
      janvier 2017 : Les habitants du Nord sont des alcooliques..
      juillet 2017 : Les gens qui ne sont rien..
      Sans oublier les pondeuses africaines et les migrants comoriens « Le kwassa-kwassa pêche peu, il ramène du Comorien… »

      Cette accumulation montre qu’il ne s’agit pas de simples écarts de langage mais de l’expression du mépris de M. Macron et de la caste qu’il représente envers le peuple.

      • Michel LACANETTE. says:

        Mon propos est insidieusement provocateur, car je pense que ma main à été plus vite que ma pensée, comme Macron sa parole a été sûrement plus rapide que sa pensée.
        Effectivement, je vous rejoins dans vos propos, et pense que les propos d’ Emmanuel Macron sont la quintessence jamais inégalée, de la langue de bois.

      • Samie Louve says:

        en effet, la liste est déjà longue de ces écarts de langage, (dont quelques-uns sont méprisants) et qui n’en sont plus lorsque volontairement répétés .. merci à vous deux !

      • Annie Sagnimorte says:

        d’accord avec Marc (et Michel aussi alors) ! et j’aime bien le texte de Samie Louve et d’accord avec la derniere réponse aussi!

      • Au sujet de l’histoire des « ouvrières illettrées » de GAD, faut-il également taxer de « méprisants » les sociologues, statisticiens, etc, qui nous disent que 7% de la population active en France est illettrée (et que bien évidemment cela se concentre dans les populations peu diplômées et occupant des emplois non qualifiés) ?

        Le mot était certes blessant, mais Macron n’avait fait que nommer une réalité là où d’autres auraient utilisé une périphrase de 10 lignes pour être politiquement corrects, et surtout son propos était de souligner l’handicap que illettrisme représente quand il faut retrouver un emploi. Où est le plus gros scandale ? Que Macron ait employé le mot, ou bien qu’il y ait 7% d’illettrés dans un pays riche et développé ?

        • Un passant says:

          Blessant ? Mais pourquoi blessant ? N’a-t-on plus le droit de nommer les choses et événements par leur nom ?
          En qui le mot « illettré » serait-il insultant ? C’est une triste réalité qu’on ne combattra qu’en la désignant.

    • Samie Louve says:

      dans un premier jet, j’évoquais les rois-fainéants, puis j’ai ôté cette idée trop lourde à porter par mon texte 🙂 … mais merci pour votre commentaire Michel Lacanette, lui qui en permet d’autres …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s