A mes amours au loin


En passant par la forêt où culmine la chênaie, j’y ai trouvé les mots dans le murmure du vent… et ses doux apprêts dont ceux qui me furent inspirés.

Mes amours s’en sont allés sur d’autres chemins poser leurs pas au loin… et durant chacune des saisons qu’ils ont traversées, j’ai écouté le murmure de chacun d’entre eux s’étioler puis doucement s’étoiler de mon regard à ce ciel où ils demeurent à présent éternels. Douces errances fuyantes ou bien présences furtives sur mes nuits, souvent insomnies où, sereines elles dansent telles ces absences manquant à mes pensées et dont le souvenir m’interpelle !

Mes amours s’en sont allées au loin, si loin que mon regard se perd à les chercher et dans ce flou où ma mémoire s’égare, une lueur dans la brume où se terre celle-ci ou est-ce un parfum éthéré quand la nature apaise mon esprit lorsqu’il se réfugie dans l’oubli !

Mes amours s’en sont allés vers un autre destin, plus heureux moins chagrin et de leurs existences il ne reste plus rien si ce n’est l’infime essence dont mon âme se souvient, une aura au lointain dans le chant d’un oiseau ou le souffle du vent prégnant l’infinitude de mon être lorsque penchée sur mon passé, j’écoute les bruissements de mon cœur sourdre alors que mon rêve s’éteint !

Samie Louve

Comments

  1. de Lagausie says:

    Les amours sont toujours du genre femini

  2. Annie sagnimorte says:

    oui très belle prose poétique ! bravo !

  3. Toujours aussi magnifique de poésie… Merci Samie Louve !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s