Chronique des vraies et fausses nouvelles du 15/12/2017


Tout d’abord, quand une députée se plaint de manger souvent des pâtes du fait de la maigreur de son salaire qui passe de 8000 (dans le privé) à 5000 euros (à l’Assemblée), alors qu’une autre, en Angleterre, pleure après avoir écouté un de ses pairs témoigner de ce qu’il voyait quotidiennement, je pleure aussi, mais pas de rire.

A Pau, un SDF s’est fait contrôler deux fois en un quart d’heure pour occupation illégitime du trottoir et manche. Deux manches à 17 euros pièce, c’est le prix d’un pull en grande surface (périphérique). Mais les trottoirs sont plus étroits, comme parfois, certains esprits des lois (et des loyers). Encore un qui devait dormir dans la rue avec un pyjama de bagnard.

Le bitcoin fait son apparition à la Bourse de Chicago. Sa côte est aux alentours de 10000 dollars le pion, et devrait, selon l’article du Figaro, atteindre 40000 euros dans quelques semaines. C’est génial ! Les utilisateurs de copieurs en 3D vont pouvoir nous en fabriquer quelques tonnes, que l’on mettra dans des brouettes avant de se rendre dans les meilleures banques, style HSBC ou Société Générale. Dommage pour le SDF contrôlé qu’il n’en ait pas un dans la poche : pas de manche aujourd’hui c’est dimanche, y compris pour la police municipale.

Rassurons-nous, l’astéroïde Oumuamua n’est pas, ainsi qu’on pouvait le croire, un vaisseau extraterrestre venu d’un appel au secours interstellaire de Donald Trump lancé face aux menaces du Grand Grassouillet Coréen. C’est dommage pour Donald, qui veut créer une base américaine sur la Lune. Après avoir téléphoné à Vladimir, Donald a eu l’assurance qu’il ne s’agissait, concernant l’astéroïde, que du cigare de Churchill que celui-ci avait jeté en l’air pour fêter la fin de la seconde guerre mondiale lors de la conférence de Yalta -04/02/1945-, (ou pour faire râler De Gaulle?).

La place d’Espagne n’aurait donc pas l’assentiment de la population paloise, d’après la Presse locale. Eh bien, il existe pour les mécontents un autre endroit, vaste, protégé sous certains angles de la pluie, où ils peuvent se réfugier et qui leur est consacré : le nouveau stade de la Section Paloise. Dommage que le slogan « la vie rêvée des villes » ait été rangé dans les placards, car c’est vraiment ce à quoi l’on assiste. L’opposition, inexistante, pourra toujours en puiser un autre : « le cauchemar inouï des factures ». Mais ce sera pour plus tard.

Bon, dernières nouvelles du bout du monde : tout d’abord, Calais, qui devient un imposant centre de boîtes à chaussures de l’Hexagone, mais avec bien des succursales dans tout le pays (il semble qu’à Légugnon, en banlieue d’Oloron, un centre Leclerc comaque soit aussi en construction). A Lescar, l’extension de Carrefour vient d’être inaugurée : 23 boutiques de plus… Mais ce n’est pas grave, l’Etat va débloquer cinq milliards pour le retour des commerces et populations dans les centre-villes. Dixit Edouard Philippe, à ne pas confondre avec Edouard Leclerc…

AK Pô
15 12 2017
Ptcq

Comments

  1. Annie Sagnomorte says:

    Bien que je ne sois pas très fine mélomane comme d’autres passants ,je vais mettre mon petit grain de sel :il me semble qu’une oeuvre artistique -musicale ici-doit être appréciée indépendamment de la valeur morale ou des opinions politiques du créateur ;de très belles choses ont été crées par des crapules ou des monstres d’égoïsme ou monstres tout court,hélas ?ça fait râler :on aimerait que le beau et le bon ne fassent qu’un !
    Sinon, moi je n’ai pas compris si les » gloires autrichiennes » dont il est question font allusion au nazisme ou si les « envahisseurs clandestins » sont plus récents dans l’Histoire …
    NB : l’Hymne à la Joie joué dans plusieurs circonstances: européennes et autres a été abondamment utilisé par les nazis alors …?honnêtement sachant cela,je souhaiterais qu’on change l’hymne européen …

    • un Passant says:

      Je suis assez d’accord avec vous, Annie, sur la valeur artistique d’une œuvre indépendante de la valeur morale de son créateur. Ferdinand Céline en est un exemple, Robert Brasillac un autre.

      Pour ce qui est de Carl Orff (c’est bien à mon écrit sur lui que vous faites allusions, n’est-ce pas ?), je peux démontrer en quoi ces Carmina Burana sont une œuvre de propagande au pâle intérêt musical : écoutez ce O Fortuna mis en ligne par Karouge. Début grosse percussion, cuivres et effet choral de masse : surprise garantie et chair de poule. Puis le chœur, sans aucune finesse, tout ensemble avec l’orchestre, quasi-psalmodie 4 notes répétées à l’envi pendant toute la pièce : mémorisation et appropriation immédiates par l’auditeur. Le job est fait, ça marche ; ce n’est pas de la musique : on utilise des notes pour un effet facile et démagogique : tout le monde adooooore ; le message, quel qu’il fût, et nous sommes en 37, est passé ! Et, hélas, ça dure 2 plombes…

      N.B. : échangeant hier soir avec un ami mélomane et musicien sur notre correspondance ici, il me répond avec la spontanéité de ses 30 ans (karouge et moi étant de vieux chnoks) : « écrire sur Orff c’est déjà une perte de temps ». Je me gardai de le contrarier 🙂

      Pour ce qui est de Beethoven, on ne peut le soupçonner que d’avoir eu mauvais caractère. Pas autre chose. Il était un vrai humaniste épris de libéralisme. Quant au texte de l’Ode à la Joie de Schiller, il est on ne peut mieux adapté à un hymne européen. Il fut récupéré par les nazis comme représentatif de l’art allemand ? A son corps défendant, si je puis dire, il n’y fut pour rien et pour cause ; méfions-nous de l’anachronisme. Beethoven est l’un des plus grand compositeurs allemand du tournant XVIII-XIXe et nul n’a jamais pris prétexte de cette récupération pour le contester.

      Wagner fut dans le même cas : récupéré à son corps défendant. Le Cas Wagner pour paraphraser Nietzsche, est cependant plus délicat. L’opéra wagnérien véhicule l’idée de la supériorité aryenne en ce qu’il place mythologie et légende nordiques au-dessus de tout. Wagner était habité de l’idée pan-germanique à la source de l’idéal national-socialiste ; il était de plus un antisémite notoire, ses écrits toujours consultables, en attestent, il ne s’en cache pas. Vite réhabilitée en Europe, sa musique ne demeure interdite qu’en Israël. Comme elle est au sommet de l’opéra, nul n’en conteste la haute valeur artistique ou alors, et je reprends ce qu’écrivait Karouge, c’est alors une question de goût, certains préférant l’opéra italien. La guerre picrocholine entre les deux écoles fait rage depuis le XIXe siècle et n’est pas près de s’éteindre. Mais là, on est dans le plaisant, et tant mieux.

      Pour terminer ce long soliloque, je m’interroge sur la réalité de votre première phrase : « de très belles choses ont été crées par des crapules ou des monstres d’égoïsme ou monstres tout court,hélas« . Pour ma part je ne connais pas, ou plus exactement, en écrivant ces lignes je ne vois pas de montre qui pût être un génie créatif de l’art… Mais à vérifier.

      • Intéressant !
        A noter, côté littérature, Mishima, D’annunzio, Léo Malet, côté philosophie Heidegger,Jünger, etc…( pour Léo Malet., je plaisante!)
        Pour fuir le vilain Carl Orff, voici une jolie chorégraphie de Pina Bausch (2013) à retrouver chez ce vieux schnock de Karouge!
        https://lepetitkarougeillustre.com/

        • un Passant says:

          Ah, p…n ! Quelle musique ! Et quelle chorégraphe !

          Je m’étonne encore que Le Sacre, qui célébrait alors avec cette chorégraphie son centenaire (créé en 1913 au TCE dans le scandale que l’on sait), sonne encore à nos oreilles aussi moderne, contemporain et révolutionnaire. On le croirait composé hier. C’est unique dans l’histoire de la musique qu’un siècle complet n’ait démodé une œuvre. Sans aucun doute est-ce LA grande œuvre du XXe siècle.

          Je ne connaissais pas ce petitKarougeillustré. Merci. Je vais le mettre dans mes favoris.

      • Petite réaction personnelle pour Annie et notre Passant
        Ces très intéressantes évocations sur la musique associée au comportement humain me font penser que l’attirance pour la musique a toujours été un domaine de recherche et une énigme pour les évolutionnistes.
        Dans tout le règne des vivants sociaux la communication est basée sur la transmission de «langages» codés utilisant des organes d’émission et de réception sensibles aux odeurs ou aux fréquences de type auditif ou visuel. Chaque espèce a sa propre langue véhicule d’informations, d’émotions et d’actions pour assurer la cohésion du groupe et sa survie.
        Chez l’homme, des codages différents conduisent à la production de l’écriture, de la lecture, de l’audition, de la sensibilité tactile; tous sont des véhicules de la pensée, des émotions qui sont révélés et appréciés par un cerveau intégrateur.

        Chacun d’entre nous présente une sensibilité particulière à l’une ou l’autre de ces langues mais la langue musicale, avec toutes ses nuances, semble toucher tout le monde, depuis la préhistoire semble-t-il, avec plus ou moins d’intensité allant jusqu’au frisson, suivant l’environnement, depuis le début de la grossesse, la berceuse…, la recherche de la ou du conjoint.., l’adieu à l’être cher. La musique exprime de la part du compositeur, un état d’âme, une sensibilité et comme elle rassemble elle peut devenir aussi une instrumentalisation politique. Le lien entre l’œuvre et son auteur est évidente; à nous, pour en jouir pleinement, de l’oublier!
        On disait, jadis, qu’elle adoucissait les mœurs! C’était le cas avec les trouvères ou les troubadours mais elle servait aussi à entrainer les soldats sur les champs de bataille!
        Certains ont étudié les rapports avec l’évolution humaine.
        Trouver sur Google et intéressant à lire:
        La théorie de l’évolution de Darwin peut-elle vraiment s’appliquer à la …
        leplus.nouvelobs.com/…/582818-la-theorie-de-l-evolution-peut-elle-vraiment-s-appli…

        .

        • un Passant says:

          Sauf à ouvrir une rubrique spécialement à cet effet, on ne peut s’éterniser. A force d’être hors-sujet sur un site pyrénéen, j’ai peur que nous lassions. Georges Vallet, vous touchez du doigt l’essentiel et votre référence à cet article de l’Obs est tout à fait pertinente. Malgré tout, et avec un clin d’oeil, nous reviendrons in fine aux affaires paloises 😉

          « l’attirance pour la musique a toujours été un domaine de recherche et une énigme pour les évolutionnistes« . Tu m’étonnes ! Elle échappe à ladite évolution. En ce qu’elle est un art. Dès lors on doit poser la question de l’art et de l’œuvre d’art. Mais ni ici ni maintenant.
          Ensuite, le langage : la musique n’est pas un langage. Elle utilise le langage des sons, dont les notes seraient les mots et l’harmonie ou le contrepoint, leur ordonnancement si vous préférez, seraient la grammaire. La musique utilise ce langage pour devenir un art, ce que la poésie ou la littérature sont à la langue ou n’être au mieux rien d’autre qu’une succession de sons et au pire un utilitaire au bénéfice d’une cause, comme ce que le film de propagande stalinienne est au 7e art.

          A ceux qui n’y seraient pas encore allés, je recommande la lecture de cet excellent article. Moi qui suis souvent à pester contre de prétendus musicologues, Monsieur Philippe Lalitte en est un vrai : pas un mot à retrancher, corriger ou ajouter à son texte. Qu’on me pardonne ma prétention.

          Je termine en renvoyant à ses deux derniers paragraphes d’une pertinente actualité (et c’est écrit en juin 2012 !) et parfaitement justes, sur l’éducation musicale. Le ministre de l’éducation, M. Blanquer, a dévoilé ses intentions à ce sujet. Enfin, il n’aura pas échappé aux lecteurs palois la référence au Vénézuela, au chef d’orchestre Gustavo Dudamel qui, à l’époque, officiait en effet à L.A. et surtout, au système d’éducation populaire vénézuélien, El Systema qu’un joli tout de passe-passe a vu apparaître à Pau sous le nom d’El Camino.

  2. L’extrême droite conquiert des postes régaliens en Autriche (Intérieur, Affaires Etrangères, Défense):
    http://www.sudouest.fr/2017/12/16/autriche-l-extreme-droite-entre-en-force-au-gouvernement-avec-trois-ministeres-regaliens-4040877-4803.php
    C’est Mozart, qu’on assassine, et Klimt, et Schiele, Zweig, Musil, Bernhard, Rilke, Hundertwasser…
    Mauvaises valses…

    • un Passant says:

      Oh ça, Thomas Bernhard s’était déjà bien chargé d’assassiner l’Autriche en général et Vienne en particulier. Quant à Mozart, il se revendiquait allemand et avait lui aussi l’Autriche en aversion.

      Du moment qu’ils ne nous ressuscitent pas Orff 😉

    • Comme vous l’écrirez si bien
      Pour vous aussi Karouge , l’opposition est inexistante.

    • Annie Sagnomorte says:

      L’extrême droite conquiert des postes régaliens en Autriche » c’est franchement inquiétant que ce phénomène touche plusieurs pays d’Europe du Nord .

  3. Brave haut cas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :