Lettre ouverte aux élu(e)s de la nouvelle Aquitaine et du Béarn


Madame, Monsieur,

Notre Association souhaite, en ce début d’année, faire un point et alerter tous les élus concernés sur l’état du Béarn et parfois, plus généralement, du bassin de l’Adour et du piémont pyrénéen, dans 5 domaines : le fer, la route, l’air, le tourisme et le numérique.

A titre d’information, nous vous adressons ci-dessous, une première lettre consacrée à l’état des liaisons ferroviaires et à un, ou des, futur(s) possible(s) dans ce domaine.

Elle analyse successivement la situation au Nord puis au Sud, enfin dans l’entre deux.

Vous remerciant de votre collaboration dans le cadre de ce sujet.

Cordialement.

Pierre SAUBOT

Président de BAP

Lettre ouverte aux Elu(e)s de la Nouvelle Aquitaine et du Béarn.
M. le Président de la Région Nouvelle Aquitaine
Mesdames et Messieurs les Conseillers Régionaux
M. le Président du Conseil Départemental des Pyrénées Atlantiques
Mesdames et messieurs les Conseillers Départementaux
Messieurs les Présidents des Communautés de Communes et d’Agglomération du Béarn
Mesdames et Messieurs les Maires des Communes du Béarn

Notre Association souhaite, en ce début d’année, faire un point et alerter toutes et tous les élu(e)s concerné(e)s sur l’état du Béarn et parfois, plus généralement, du bassin de l’Adour et du piémont pyrénéen, dans 5 domaines : le fer, la route, l’air, le tourisme et le numérique.
Cette première lettre est consacrée à l’état des liaisons ferroviaires et à un, ou des, futur(s) possible(s) dans ce domaine. Elle analyse successivement la situation au Nord puis au Sud, enfin dans l’entre deux.
1) au Nord
Depuis le 1er juillet 2017, Bordeaux est à 2h02’ de Paris : soit pour une distance de 630km, une vitesse de 310km/h.
Dans le même temps Pau est à 2h17’ de Bordeaux : soit pour une distance de 235km, une vitesse de 103km/h.
L’arithmétique suggère qu’en termes de vitesse un(e) Bordelais(e) vaudrait 3 Palois(es).
Et que signifie l’égalité des Territoires, chère à nos principes républicains ?
D’autant que les GPSO qui prévoyaient la réalisation de lignes à grande vitesse (LGV) à partir de Bordeaux vers Toulouse d’un côté, vers Mont-de-Marsan, Dax et Hendaye de l’autre, sont suspendus voire arrêtés.
Pourtant la mise en service de la LGV entre Tours et Bordeaux a eu une influence positive sur le trafic voyageur en gare de Pau et sans doute dans d’autres gares telles Bayonne, Tarbes et Lourdes. Alors que le nombre de voyageurs en gare de Pau diminuait régulièrement, passant de 1 million en 2011 à 740 000 en 2016, soit une baisse de 26%, en 5 ans, on observe une remontée du trafic (+ 85 000 passagers dans les 3 mois suivant cette mise en service).
Malgré cela, rien à espérer à moyen terme au Nord. Reste sans doute l’espoir du long terme dont on sait ce qu’en pensait John Maynard Keynes.
2) au Sud
Des réalisations, avec la réouverture, le 1er juillet, 2016, de la liaison ferroviaire entre Oloron et Bedous (25km). Et des projets avec la signature, le 1er décembre 2017, d’une convention pour un programme d’études relatif à la réouverture de la liaison entre Bedous et Saragosse par Canfranc dans le cadre du MIE (Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe).
Des sommes non négligeables sont engagées pour des études (7,355M€ côté français pour le tronçon Bedous – Canfranc, long de 33km) ou pour des mises aux normes européennes d’écartement des voies (72M€ côté espagnol pour une partie du tronçon Huesca – Canfranc).
Tout cela avec une perspective de réouverture complète de la liaison Pau – Saragosse, soit 306 km, en 2027 au plus tôt et une dépense estimée a minima entre 250M et 300M€ pour la seule remise en service du tronçon français long de 33km.
3) et entre les deux ?
Le constat est clair : entre les deux, rien, aucun projet à court ou même à moyen terme.
C’est pourtant dans cet entre-deux que se trouve une très importante demande : celle des voyageurs des Landes, du pays Basque, du Béarn et de la Bigorre, qui se chiffrent par millions chaque année.
Où est la logique ? Où est la cohérence de ces choix publics?
4) les demandes et propositions de BAP
Notre Association demande la réactivation des GPSO, en particulier concernant le tracé Bordeaux/ Captieux/Mont-de-Marsan/Dax. Et elle demande une programmation de ces travaux sur une période de 10 ans.
Dans cette perspective elle propose que soit étudiée la possibilité d’une liaison plus courte que celle passant par Dax et Puyoô pour relier les gares de Pau, Lourdes et Tarbes.
Cette proposition consiste à utiliser au mieux l’emprise de lignes existantes mais non exploitées entre Mont-de-Marsan et Saint-Sever (21km) et entre Saint-Sever et Hagetmau (15km) puis à prolonger par une ligne à créer entre Hagetmau et Orthez (30km environ) pour rejoindre le réseau existant.
Une telle solution, en raccourcissant la distance entre Bordeaux et Pau, actuellement de 235km par la voie ferrée, et en mettant à profit la LGV entre Bordeaux et Mont-de-Marsan, pourrait faire gagner 1h00 sur les trajets depuis et vers Bordeaux et mettre Pau à 3h15’ ou 3h20’ de Paris.
On objectera sans doute que la Loi portant réforme ferroviaire du 4 août 2014, interdit à la SNCF de créer de nouvelles lignes tant que la dette de SNCF Réseau ne se réduit pas. Une perspective lointaine en l’état actuel des choses ! Et une interdiction surprenante infligée à un Etablissement Public Industriel et Commercial dont la vocation est d’investir à long terme d’autant que les taux d’intérêt extrêmement bas actuellement sont précisément très favorables à ce type d’investissement.
A cela nous répondons qu’il s’agit d’un choix politique, que l’Allemagne a fait le choix inverse d’alléger la dette de son entité portant les infrastructures ferroviaires, et que tout choix politique peut être remis en cause.
Nous appelons toutes et tous nos élu(e)s à se mobiliser au nom de l’égalité des Territoires et de la défense de l’intérêt public et à intervenir, ensemble et unis, auprès du Comité d’Orientation des Infrastructures, pour que soit :
– activée et programmée la réalisation du GPSO sur le tracé Bordeaux/Captieux/Mont-de-Marsan/Dax,
– étudiée la faisabilité d’une liaison plus courte vers le Béarn et la Bigorre utilisant les emprises existantes entre Mont-de-Marsan et Hagetmau puis prolongée jusqu’à Orthez pour se raccorder au réseau actuel.
Il y a urgence !

Pierre SAUBOT, Président.

Association BEARN ADOUR PYRENEES – CCI Pau Béarn – 21 rue Louis Barthou – BP 128 – 64001 PAU Cedex
Tel : 05 59 82 56 40 – Email : bap@pau.cci.fr – Site : http://www.bap-europe.com Facebook : http://www.facebook.com/bap.europe

À propos AltPy Rédacteurs

Le profil rédacteur commun, pour les rédacteurs n'ayant pas un profil wordpress enregistré.

Comments

  1. Une problématique légitime et très clairement exprimée. Merci à BAP de défendre nos territoires et ignorez les aigris qui baillent au bord des voies.

  2. Que pense BAP de cet article paru dans la Rép, dans lequel Gérard Trémège tend la main à Bayrou pour créer une vraie synergie entre Béarn et Bigorre ?

    http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2018/01/08/pau-et-tarbes-collaborer-ou-decliner-selon-gerard-tremege,2254614.php

    http://www.nrpyrenees.fr/article/2018/01/19/91076-l-altier-ego-du-bearn.html

    • HenriIV W4 says:

      Souvenez vous quand Bayrou disait aux départementales que Saubatte n’ avait pas les épaules assez larges pour l’ Est du Béarn.
      En plus il avait décidé pour la Droite du tandem Hild-Cabane.
      Heureusement qu’ il existe encore des béarnais plus COSTAUDS que cette Droite paloise qui a relancé Bayrou et avec qui vous COULE le Béarn.
      Et vous avez raison de demander à BAP de s’ exprimer sur ces sujets.

    • Michel LACANETTE. says:

      Peut être qu’ un jour ces rêveries politiques se concrétiseront, mais il faudra que le Béarn et la Bigorre appartiennent au moins à la même région. Et là c’ est pas gagné ….. Surtout si les Béarnais veulent rester  » mestes à caso » comme depuis des siècles.
      Voir pour exemple ce qui se passe en vallée d’ Aspe entre le Haut et Oloron.

  3. HenriIV W4 says:

    Annie Sagnimorte confond AMAP et MAP mais elle est capable de nous faire ressortir Saubot et sa tribu.
    Comme la Rep.

    • Annie confond peut-être AMAP et MAP, comme j’ignore les liens entre MAP et EXAMECA, qui envisage de délocaliser 30 emplois (dans un premier temps) à Tanger.
      EXAMECA a été repris par les allemands en 2011 (AD Industrie). Broutilles. Voici une vingtaine sinon plus d’années, un groupe allemand reprenait EMBADAC, un fleuron de l’emballage, notamment de luxe (parfums etc). EMBADAC a coulé quelques années plus tard (deux ou trois ans je crois, peut-être moins) laissant sur le carreau un bon paquet d’ouvriers de cadres etc. Il est à craindre, mais c’est mon avis de vieux con, qu’EXAMECA suive le même chemin.
      Quand on lit les journaux, un peu plus loin, on apprend par « La Dépêche » que la production de l’A380 est sauvée par une commande des Emirats (38 U). Airbus semble par ailleurs bien se porter, devant Boeing. Maintenant, qu’en est-il à Bordes, qui a décroché des contrats il y a quelque temps? Et que devient la friche industrielle d’environ trente hectares, aménagée depuis dix ans pour étendre le parc aéronautique?
      Alors, Henri Cadre, qu’en pensez-vous? Annie pourra-t-elle promener son vieux toutou sur la zone industrielle de Bordes-Assat tranquillement? Les français veulent savoir, Henri IV!
      A noter que je suis totalement étranger à ce domaine (aéronautique), donc des erreurs de jugement potentiels que je pourrais commettre.

  4. Goldorak says:

    Il faut aller plus loin M Saubot : exiger le passage à 300km/h de la ligne Pau-Bedous ! Vous n’allez quand même pas accepter qu’un Bedousien vaille moins qu’un Bordelais, j’espère ? Et la ramification vers Laruns, pourquoi n’en parlez-vous pas ? Ils sentent la brebis, les Ossalois ?

    • La seule solution pour se rapprocher de Paris, Bordeaux et de Saragosse: la tectonique des plaques rendrait ces villes de Pau voisines de Pau. On peut toutefois redouter la surélévation des Pyrénées et la réactivation du volcan Ossau qui retrouverait ses 8000 mètres, mais le problème d’enneigement des stations de ski serait résolu.

    • Pour Goldorak: je ne sais où est passé mon commentaire précédent mais je tiens a vous réitérer mes félicitations pour votre commentaire spirituel et pertinent!

  5. Larouture says:

    A la lecture rapide du titre, j’ai pensé que cet article reprenait la conférence de M. Saubot à l’UTLA et/ou allait discuter de la pertinence de la mesure gouvernementale de diminution de la limitation de vitesse de 90 à 80 km/h.
    Suite à l’annonce de la conférence UTLA sur le panneau d’affichage d’A@P, j’avais mis (et mal positionné) le commentaire suivant :
    « Je n’ai pas assisté à cette conférence mais je me demande si M. Saubot a parlé de la diminution de la vitesse à 80 km/h. Suivant le modèle IGN de l’ « énergie du territoire », la valeur ajoutée (PIB) va diminuer. »

    En parcourant rapidement l’article, j’ai pensé que BAP s’était résigné à la réhabilitation des lignes existantes qui est un constat d’urgence largement partagé y compris, maintenant au plus haut niveau de l’Etat. La rénovation de la ligne existante Pau-Dax, voire Bordeaux-Dax, apporterait certainement un gain de temps appréciable.

    Après lecture complète, je constate que BAP présente une nouvelle version de desserte directe de Pau depuis le barreau LGV projeté « Captieux-Mont-de-Marsan ».
    La variante Mont-de-Marsan-Hagetmau-Orthez est certainement une recherche de compromis avec les orthéziens.

    Une ligne de tram Orthez-Hagetmau avait fonctionné jusqu’à la dernière guerre et des gares existent encore. La construction de la ligne Hagetmau-Pau avait été arrêtée dans les années 1940 mais son aménagement (cf. chemin de la ligne à Hagetmau et Monségur -40-) était arrivé pratiquement dans la vallée du Luy de France, pas très loin de Malaussanne -64-.
    Toutefois Orthez est à moins d’1/2 h de Dax et est confronté aux problèmes récurrents de la voie ferrée vers Bayonne. Orthez préférera l’aménagement de l’existant. C’est-à-dire la proie et non son ombre.

    D’autre part, l’argument « égalité des territoires » est discutable. Les « territoires périphériques » reçoivent plus de richesses qu’ils n’en produisent.

    Et puis le type d’argument « continuons à nous endetter, ce n’est pas cher » me gêne.

  6. Hotoctone says:

    Dorin, le précepte énoncé par les lobbyistes du BTP (BAP, CCI, Poulit, Saubot and Co) c’est « plus on va vite, moins on est enclavé ». Tout le reste est de la rêverie d’écolos barbus.

  7. Il ne suffit pas de lister des projets. Il faut aussi poser la question sur leur notion d’utilité publique. Déjà, vous avez tout faux sur le coût du prolongement ferroviaire jusqu’à Canfranc dont vous avez sous-estimé le montant de moitié. Se prononcer déjà sur ce projet, c’est s’affranchir de l’avis de la commission d’enquête publique, ainsi que de la décision du Tribunal administratif qui auront à détecter la notion d’intérêt qu’il y a de construire un autre itinéraire ferroviaire de Bordeaux à Saragosse qui passerait par Canfranc, tandis qu’il en existe déjà un qui transite par Hendaye dont la distance est plus courte de 100 Kms, à double voie, à ligne électrifiée, à circulation rapide, sans déclivité et sinuosité, qui amputent la vitesse et le tonnage transportable. Et la cerise sur le gâteau, le gouvernement madrilène, qui a besoin des voix des élus du Pays Basque pour sa gouvernance, et renforcé part l’écartement des menées terroristes de l’ETA , a décidé d’un financement conséquent des travaux pour terminer la voie ferrée à grande vitesse jusqu’à Irun, avec écartement harmonisé des voies. Et cela courant 2019.

    • Larouture says:

      Les basques savent s’accorder avec leur échelon supérieur pour faire avancer leurs projets. Apparemment les béarnais ne savent pas le faire. Peut-être que la constitution du Pays de Béarn le permettra.

  8. C’est vrai que Pau est loin de Paris, la preuve, toutes les positions claires affichées par le gouvernement contre la grande vitesse n’arrivent pas jusqu’à BAP …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s