L’enfant chéri,


Nous fêtons l’amour, de cet amour, très souvent naît l’enfant… un enfant désiré, choyé, parfois même adulé après avoir été le fruit de cet Amour ayant pour but… l’harmonie de la vie ! Une douce symphonie comme elle peut être cacophonie après la naissance de ce petit être faisant de nous des parents… fiers de l’être !

Puis un jour, alors que jamais vous n’osiez l’imaginer, le drame arrive, c’est la dérive, la peur, l’angoisse vous saisit et jusqu’à la hantise après que cet enfant que vous chérissez tant disparaît ! Les jours passent et avec eux les semaines puis les mois, des mois d’incertitude, d’attente, des nuits cauchemardesques, de pleurs et de lassitude à espérer tout de même quand une petit voix intérieure vous susurre qu’il est trop tard, qu’il n’y a plus d’espoir, que les recherches sont vaines… combien d’heures, de minutes et de secondes à attendre dans la détresse des nouvelles qui n’arrivent pas, de cet enfant dont vous pressentez à présent qu’il est en danger, dont vous savez qu’il a été enlevé et plus gravement encore qu’il est sans doute décédé. Plus de trace de ce dernier, un suspect, le monde qui chavire autour de vous tandis que la presse évoque le pire que tout, lui que vous soupçonnez car il vous fait mal, torture votre esprit alourdi de pensées aussi sombres que cet endroit où vous vous persuadez désormais que gît ce petit être tant aimé ! Plus rien ne compte alors que les larmes et vous résigner sur ce sort qui lui fut destiné et que l’on nomme la mort ! Le poids des larmes n’est rien à côté de ce vide qui à présent vous habite. Et les hurlements n’y feront rien tant ils sont étouffés par vos mains, celles-là destinées à caresser l’enfant que vous avez porté durant de longs mois. Cet enfant qui vous aura grisé de tant de joie et de tendresse au travers de ses risettes à ces mots dont vous savez qu’ils ne seront plus jamais prononcés. C’est alors l’effondrement, la descente aux enfers !

La perte de cet être si cher, né de ce ventre de mère… où bouillonnait la vie sereine, cloisonnée et pérenne ne risquant pas le moins du monde de se perdre dans ce flot de tendresse que vous lui destiniez, cet enfant à présent vous le savez ne vous sourira plus, ne s’agrippera plus jamais à votre cou, ni celui de son père, sollicitant de vous la seule présence qui est la vôtre car un moins que rien, un assassin vous aura ôté votre joie de vivre, l’entraînant avec lui de façon cruelle vers le repos éternel ! Il n’était pas encore temps !

Je suis affligée, affectée jusqu’à être éprouvée… comme sûrement beaucoup de mères, beaucoup de pères et de parents, à la révélation de cette triste et horrible nouvelle de la découverte de l’enfant hélas décédée… et mon imagination ne peut qu’être torturée, la douleur aidant, en se représentant le film qui eut lieu des mois durant… cette interminable attente des parents… que faire si ce n’est compatir, pleurer sans me lamenter… mais bien me demander si cela m’était arrivé… comment je réagirai !

Bien à vous.

Samie Louve.

Comments

  1. Samie Louve says:

    nous aurons vite oublié et les kleenex jeté aux quatre vents … que le Prix Nobel sera toujours présent …. merci pour votre commentaire Jack … bien à vous.

  2. Esposito says:

    Belle émotion. Mère, père ou ni l’un ni l’autre , nous sommes des milliers à éprouver le même dégoût, la même colère, la même envie irraisonnée de violence contre l’auteur de notre douleur . Mais hélas on ne peut s’ empêcher de penser qu’elle ne sera pas la dernière.

    • et comme vous avez raison Esposito … en effet, il ne faut pas être mère ou père ou parents pour éprouver les sentiments que vous décrivez … j’ai écrit cela hâtivement, sous la poussée de ma main de maman .. et de grand-maman … Merci pour votre commentaire.

  3. Samie Louve says:

    merci à vous aussi Goldorak …

  4. merci à vous Goldorak …

  5. Goldorak says:

    Très belle affliction, comme toujours, merci.

    • Absolument. Si la qualité d’une oeuvre se mesure au nombre de kleenex utilisés en la lisant, on se rapproche ici du prix Nobel!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s