Héritage, vous avez dit héritage


Ah quel bel héritage que me léguèrent les miens, sans ambages et trois fois rien si ce n’est le même verbiage lancinant et commun qui fut celui de m’inviter à ne m’attendre à rien à propos de legs ou autres avantages si ce n’est de m’en tenir à mon seul courage ! Et de rajouter pour enfoncer le clou dans mon cervelet que l’on tenait pour mou, tel un moulinet et comme l’on dit chez nous dans ce langage à trois sous … « Le courage mieux que l’argent » !

C’est ainsi qu’après quelques infructueuses études me menant à une certaine lassitude, je leur préférais de loin une école moins austère que l’on appelle buissonnière. En séparant le bon grain de l’ivraie, je m’enivrais lentement aux douces senteurs que me renvoyaient les champs tandis que je les labourais me formant les mains à biens des callosités ! J’observais à en fermer les paupières tant elles me brûlaient, ce qui plus que l’argent me profitait en compagnie des êtres que je chérissais, me transmettant des valeurs autres que celles du papier-monnaie, celui-ci conduisant à soudoyer les mentalités. Je devenais riche d’apprendre ce que la terre m’apportait de bienfaits quand l’argent lui, une fois récolté après l’avoir rudement mérité, entre mes doigts filait, telle l’eau de source où je me rafraîchissais ! Au fil du temps j’apprenais dans la langue de Molière, les belles manières, celles de m’exprimer en société et fis en sorte qu’elles s’ouvrent vers un monde littéraire. J’affrontais ce dernier en souriant malgré un manque d’érudition à mon atmosphère cependant que j’apprenais lentement que le temps n’est guère monnayable, il nous est offert et il n’y a rien de plus agréable.

Je n’en veux guère à mes parents de n’avoir pas assuré mes arrières … ni de s’être servi d’une quelconque cuillère plutôt que celle en argent afin de nourrir mes appétits demeurés simples et frugaux tels qu’ils me les enseignèrent et que j’enseignais à mon tour car quel plus bel héritage que celui de l’amour en partage !

Bien à vous.

Samie Louve

Comments

  1. Larouture says:

    Si j’apprécie la lecture de vos textes, j’y trouve parfois l’expression d’arrières pensées.
    Ainsi vous parlez de courage, de simplicité, de frugalité, d’amour et de partage mais, dans le même temps, vous évoquez en opposition, l’argent, le papier-monnaie, le temps guère monnayable ou autres friqués.
    Peut-être que je découvre mes propres arrières pensées ou certaines frustrations ou blessures passées en lisant vos textes.

    • Samie Louve says:

      merci pour votre commentaire Larouture, je pense que de tous temps, les uns comme les autres se sont opposés (le temps qui n’est guère monnayable-l’amour par exemple)… et que chacun, selon notre vécu … nous avons eu à y faire face, les opposant ou non … mais dans mon esprit, une seule image, celle d’un héritage qui n’entraîne pas autant de désolation que cette actualité m’ayant inspiré ce texte … mes pensées allant je l’espère le plus souvent de l’avant 🙂 Bien à vous …

  2. Goldorak says:

    Formidable !

  3. Samie Louve says:

    oui … sans doute Esposito … 🙂 Merci !

  4. Esposito says:

    Très bien et très beau ! Autre temps autres mœurs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s