Refus de plainte


La mésaventure de ce SDF, Kip, qui, à Pau, a été agressé, a reçu l’écho de nombreux organes de presse nationaux. Il aurait été préférable que l’image de notre ville soit plus honorable. Cependant cet événement serait-il significatif du désengagement d’un service de l’État ?

On pourrait, en effet, dresser la liste des organes de presse qui ont évoqué cet événement : 24 H matin. Fr – France Bleu Béarn, La République des Pyrénées, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, France-Soir, Le Parisien, La Provence, Ouest-France, La Dépêche et Sud Ouest. Excusez du peu !

Les faits sont simples mais méritent d’être rappelés. Kip, selon son surnom est un SDF connu. Le samedi 24 février 2018, il est victime de violences, dans la rue, par un individu qui s’acharne sur lui. Il est blessé et, le lendemain, dimanche, il décide de se rendre, dans la matinée au commissariat pour y faire enregistrer sa plainte. Là premier refus, on lui dit qu’il est trop tôt. Deuxième tentative un peu plus tard, là, deuxième refus au prétexte qu’il n’a pas de certificat médical. Le troisième refus sera motivé par le fait qu’il ne connaît pas son agresseur. Et le quatrième refus pour un autre motif.

Ça fait beaucoup. Surtout que les raisons invoquées n’ont pas lieu d’être. Rien n’interdit à la police d’accompagner une victime à l’hôpital, par exemple, pour qu’il lui soit délivré un certificat médical. S’il faut connaître l’auteur de l’infraction dont on est victime, il n’y aura plus de plainte contre inconnu. Pourtant c’est bien au service enquêteur de rechercher l’auteur. On ose imaginer que c’est parce qu’il s’agit d’un SDF que la police n’a pas voulu recevoir la plainte. Mais c’était sans compter sur la présence d’un journaliste qui a su donner à cette affaire une suite médiatique. A partir de là la directrice départementale a parlé d’un « loupé ». La formule est bien complaisante. Enfin ce SDF a ensuite été reçu comme il se devait par des policiers qui, « honteux et confus », lui ont offert des croissants.

Personnellement j’ai eu à connaître d’une autre affaire qui s’apparente à celle-ci. Il s’agit d’une personne âgée (90 ans), un peu sourde, qui constate chez elle la disparition de bijoux. Il n’y a pas eu d’effraction et elle n’explique pas ce qu’elle considère comme un vol. Je lui conseille d’appeler la commissariat et de suggérer qu’un relevé d’empreintes pourrait se révéler utile. Le lundi 5 mars 2018 au matin elle appelle la police et là on lui dit qu’elle doit se déplacer rue O’Quin. Elle répond que son état de santé ne le lui permet pas. Elle entend mal et sans doute a-t-elle fait répéter son interlocuteur. En tout état de cause, sans autre forme, on lui raccroche au nez.

La meilleure façon de faire baisser les statistiques sur la délinquance est certainement de ne pas enregistrer les plaintes et de dissuader les plaignants. Mais au moment où on nous vend cette nouvelle police dite : « police de la sécurité au quotidien » il est permis de s’interroger sur le sens que l’on veut donner aux mots et surtout au mot proximité.

Pau, le 13 mars 2018

par Joël BRAUD

Crédit image : soccemascouche.com

Comments

  1. Bizardun says:

    Cette affaire de Kip illustre parfaitement le comportement du mauvais fonctionnaire qui se retranche derrière les textes pour ne rien foutre. Là, c’est la police qui est en cause, mais cela existe dans beaucoup d’administration.
    Quand on a crée les polices municipales, des maires avaient pour souci d’avoir des policiers municipaux qui soient à l’écoute avec bienveillance. Je ne sais pas ce que cela a donné par la suite.

    • Joël Braud says:

      C’est vrai mais souvent c’est le mauvais qui donne une image.
      La création d’une police municipale répond en effet à ce souci. Cependant il est encore difficile de définir la partition des missions de chacun.

  2. PierU says:

    Selon que vous serez puissant ou misérable, etc…

  3. Hotoctone says:

    Merci Joël BRAUD pour cet article qui met face à face humanité et statistiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s