Y-a-t-il trop de culture, trop de salles de spectacle à Pau ?


Les réponses à une telle question peuvent varier selon l’âge du questionné, ses occupations ou son origine. Selon qu’on est issu  de Paris ou d’un hameau perdu comme Goust, les exigences ne sont pas les mêmes. Selon qu’on est passionné de montagne, sur les crêtes plus souvent que devant un écran, ou lecteur fervent de poésie, les besoins sont différents.

La problématique de Daniel Sango dans son article «Pau : la gabegie en spectacle » se situe dans l’optique du coût pour les finances publiques, ce qui est bien le domaine d’un site d’observation citoyenne. Son recensement (qui ne prétendait pas à l’exhaustivité), pourrait être complété par le Palais Beaumont, le théâtre Saragosse, la Maison de l’étudiant, l’atelier du Néez et bien d’autres salles périphériques ou centrales dans l’agglomération. Force est de constater un éparpillement, notamment dans la périphérie de l’agglomération, peut-être causé par le désir des maires de laisser une trace et le souhait de montrer à ses administrés que l’on fait quelque chose qui restera. Un tel foisonnement coûte cher aux finances publiques et il faut le dénoncer. Cependant, une telle offre est une chance pour les associations qui veulent faire découvrir un spectacle. J’ai vu ou écouté des spectacles de qualité à Serres-Castet, à Lons et à Bizanos.

Les amateurs de cinéma ne peuvent rejoindre la critique du Méliès, qui est un instrument remarquable d’une diffusion artistique de qualité. Il est douteux que les dirigeants du CGR aient la même exigence en matière artistique. Si le Méliès disposait d’une salle supplémentaire, sa programmation serait plus régulière et donc plus accessible au public. Ses prix sont raisonnables, ce qui, de mon point de vue, n’est pas le cas du Zénith, même s’il faut faire la différence des contenus. Cependant, il serait bon que le Méliès dispose de plus de facilités de stationnement, ce qui serait le cas s’il était déplacé au Parc des expositions, par exemple. De plus, il faudrait que pour tout transfert une réutilisation fructueuse soit faite pour la salle laissée libre.

Tout ne peut être examiné sous le seul angle de la rentabilité. Les spectacles d’été en plein air ne sont pas rentables, puisque gratuits ; mais ils contribuent à fixer la population sur place et à lui apporter des satisfactions. Voudrait-on faire de Pau une ville encore plus morte en été ?

Non, le Tour de France ne remplace pas une vie culturelle au long de l’année et son coût me paraît beaucoup plus discutable.

Le succès des « Idées mènent le monde » qui ont succédé au salon du livre montre qu’il faut être prudent : la rénovation du Palais Beaumont voulue par André Labarrère a sans doute été coûteuse, mais elle porte ses fruits.

Jean-Paul Penot

Comments

  1. Puisque JPP veut traiter ce sujet, commençons par relire les articles aux quels il fait allusion :
    https://alternatives-pyrenees.com/2015/10/07/pau-la-gabegie-en-spectacle/

    https://alternatives-pyrenees.com/2015/10/28/pau-la-gabegie-en-spectacle-suite/

    https://alternatives-pyrenees.com/2016/02/15/pau-la-gabegie-en-spectacle-folie-au-foirail/

    Maintenant si on veut démontrer qu’il n’y a pas trop de salles de spectacle je souhaite que JPP comptabilise le nombre de jours par an où ces salles sont occupées… c’est la gabegie.
    Même les organisateurs de spectacles de Pau interviewés au JT de la 2 disaient clairement qu’il y en avait beaucoup trop. C’était au moment où Jurançon terminait la sienne… !!!
    Mais chaque roitelet veut sa salle, ce sont les bénéfices de la mutualisation intercommunale… Des nuls !

    Quant au Méliés, ayant participé en tant que membre du CA au fonctionnement c’est un sujet que je connais bien.
    Tout d’abord si les prix sont plus bas qu’au CGR c’est tout simplement parce qu’il y a des subventions très importantes de l’Agglo
    Ensuite la programmation du Méliés est tout ce qu’il y a de plus banal pour ce type de cinéma, elle peut être faite sans aucun problème par le CGR, et ceci sans doute mieux et moins cher (car il y a trop d’employés au Méliès)
    D’ailleurs une chaîne privée comme UTOPIA fait sans doute aussi bien voir mieux ceci sans subvention.
    L’avantage immense de sous traiter au CGR centre ville c’est que les salles existent qu’il n’y a aucun investissement pour le contribuable et que l’on économiserait des subventions.
    Car a terme ce cinéma de centre ville va fermer, il ne fonctionne que pour faire plaisir à Bayrou et je suis persuadé que le CGR serait intéressé par cette activité pour leur salle

    Qui aura donc le courage de gérer cette affaire d’une manière intelligente ?

    Ne comptez pas sur André Bayrou.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s