Il n’y a pas que les ours, il y a aussi les moutons !


L’homme est une espèce sociale ; son comportement grégaire est évident : de la verticalité dans les immeubles il passe à l’horizontalité sur les plages, les salles de spectacles, les défilés, les meetings…Il suit avec empressement les modes qui se succèdent, les conseils, dans tous les domaines, donnés par les oracles à succès dans les médias ; les boutiques et restaurants ont du monde s’ils ont du monde !!,….Les grands tribuns politiques ou économiques cherchent à franchir le seuil d’attraction.

Une fois encore, la biologie permet de réfléchir sur la motivation de ce comportement qu’on pensait justifier par un déterminisme raisonné de rejoindre un groupe dont on partage les émotions ou les idées.

Nos connaissances sur le rôle des localisations cérébrales ont énormément progressé ; des études menées sur des patients souffrant de dommages cérébraux au niveau de l’insula, petite région du cortex, ont décelé des anomalies importantes dans leurs activités quotidiennes ; ces personnes sont complètement déconnectées de leur environnement et d’eux-mêmes. L’insula frontale est liée à nos émotions, à l’amour, à la haine, à la gratitude, au ressentiment, à la honte, à la méfiance, à l’empathie, au mépris., il existe même un point où se focalisent tous les processus associés aux addictions.

En bref, l’insula est le siège de notre conscience sociale.

L’insula, la source de nos émotions et de l’empathie – Nos Pensées

https://nospensees.fr/linsula-source-de-nos-emotions-de-lempathie/

Pour la Science.fr dévoile des résultats d’expériences qui montrent que dans chaque homme il y a un mouton qui sommeille.

«La découverte d’une zone cérébrale incitant l’être humain au conformisme éclaire d’un jour nouveau le débat sur l’influence des masses et des sondages… Une structure cérébrale nommée insula, repli du cortex cérébral au niveau des tempes, semble déterminer le basculement d’opinion, l’abandon de l’analyse personnelle au profit de la posture conforme aux attentes du groupe. Cette insula est réputée centraliser des informations de nature émotionnelle en provenance du corps, et s’activer lorsque l’individu sent peser la menace d’être exclu de son groupe d’appartenance. Le biais de conformité résulterait d’une pression sociale exercée par le groupe sur l’individu, créant une peur d’être marginalisé.»

Le grégarisme ne serait pas lié à un partage des idées mais a la peur d’être isolé, rejeté, marginalisé. Du grégarisme on passe au panurgisme !

L’Insula ne mènerait-elle pas en partie le monde d’aujourd’hui ?

«une étude réalisée dans l’entre-deux tours de l’élection présidentielle française en 2012 : Quelque 1000 votants étaient interrogés sur leurs intentions de vote au second tour ; dès lors qu’on leur présentait les résultats d’un sondage fictif allant dans le sens contraire de leur intention initiale, ils changeaient d’opinion dans 25 pour cent des cas, pour rallier l’avis majoritaire exprimé par le sondage. Neurosciences, mathématiques et psychologie sociale concordent donc sur un point : pour éviter de réveiller le mouton qui sommeille en l’homme, évitons de le perturber par des influences majoritaires.»

L’important n’est pas d’avoir raison mais de savoir rassembler assez de suporters pour réveiller le mouton.

Toujours dans «Pour la Science» :

«Dès les années 1950, le psychologue Solomon Asch montrait que la connaissance de l’avis majoritaire suffit à faire prendre des décisions absurdes à des individus qui, isolés, répondent correctement.»

On comprend le rude combat communicatif que se mènent les mondes financier et économique (donner confiance!), les syndicats et le gouvernement, pour la conquête de la majorité de l’opinion publique dans les conflits qui les opposent. On voit aussi tout le poids des images, de la pub, de la propagande, des tribuns politiques et économiques, des chiffres, des sondages, des détournements de sujets….dans la manipulation des gens pour leur faire perdre leur esprit critique et leur liberté de penser à des fins commerciales, politiques ou idéologiques.

Méfions nous donc autant des ours que des moutons.

La démocratie est polluée par ceux qui cherchent, à droite comme à gauche, sans aucune réflexion, à vaincre leur solitude sociale en suivant des prédateurs qui deviennent légitimes..

La vraie réponse est dans une lutte contre l’individualisme donc la solitude !

Dans chaque homme, un mouton ? | Pour la Science

https://www.pourlascience.fr/util/…/dans-chaque-homme-un-moutonnbsp-11545.php

La pensée unique, ou la critique, diffusée par le haut, suivie en permanence par les sondages, transmis à longueur de journée par les ondes et la presse, certains sur les réseaux sociaux, imprègne chacun et chacune d’entre nous d’une «vérité» : partout dans le monde, les réformes se multiplient car le «monde» bouge ; il est donc indispensable, comme les autres, de bouger aussi dans le même sens.

Ainsi, si «les autres»ne partagent pas notre conception de la laïcité, faudrait-il les suivre ? Le populisme hongrois ou polonais doit-il devenir le nôtre ?

Devons-nous suivre ce monde là sans s’y opposer ? On nous démontre, chiffres, courbes, statistiques à l’appui, que la France est en retard et qu’elle doit suivre absolument les autres pays européens (conformisme, addiction, dépendance, panurgisme…) et prendre les mesures libérales qui s’imposent pour devenir compétitive, conquérir les marchés et accepter docilement la banalisation de l’injustice sociale, le consumérisme, sans se poser de questions sur l’avenir de la planète et de nos descendants…

«Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté.» disait Confucius.

Quand on parle du monde qui bouge, il ne s’agit pas du monde planétaire que nous sommes obligés de subir mais du monde culturel que nous créons !

Si on ne peut pas changer le premier, on peut tout à fait changer les idées du second.

Il est faux de penser que nous devons accepter des lois intangibles contre lesquelles nous n’aurions aucune prise.

Nous avons eu droit à l’étape de l’indignation dont la lecture seulement, hélas, a été suivie ; il est temps de s’extraire du troupeau et d’afficher notre capacité de penser à contre-courant, certains évoquent une résistance, si on le ressent ainsi.

L’histoire est riche d’exemples où les minorités ont été à l’origine des changements, jamais les majorités.

Il s’impose «de garder notre esprit critique, notre liberté plutôt que de nous conformer à la doxa du moment qui prend aujourd’hui divers visages : scientisme docile, individualisme claquemuré, matérialisme militant, propension au cynisme.» J-Cl Guillebaud.

+ Cynisme, quand on affirme que la politique économique préconisée fera baisser le chômage, augmentera le pouvoir d’achat, mettra un toit au-dessus  de chaque individu, et surtout, cerise sur le gâteau, rendra les gens plus heureux !!

+ Cynisme, quand en jonglant avec les chiffres, on leur fait dire ce que l’on veut afin de justifier un raisonnement sur des bases qu’on veut faire passer pour scientifiques. La finance et l’économie ne sont pas des sciences mais des dynamiques politiques.

+ Cynisme, quand on constate que la souffrance physique et culturelle doit être vécue comme une situation insupportable dans les mots, mais incontournable dans les faits. L’entraide bénévole est même redoutée car elle ne rentre pas dans le PIB !

+ Cynisme, quand on affirme que l’économie ne peut pas faire autrement que d’entraîner l’hécatombe d’un tiers des oiseaux en 15 ans, de près de 80% des insectes en Europe, que la moitié des vertébrés a disparu lors des quatre dernières décennies, que le bilan est semblable pour les amphibiens, le reptiles, que la vie dans les sols, les mers, les airs ; les écosystèmes qui nous permettent de produire de la nourriture grâce à leur diversité sont détruits ; tout cela, cette fois, n’est pas la faute

d’une météorite ou d’une éruption semblable aux coulées du Dekkan !

+ Cynisme, quand on doit subir une pollution soi-disant incontournable de l’eau, de la mer, de la terre et de l’air pour maintenir la rentabilité des entreprises ; il faut bien qu’elles produisent et libèrent, pour s’en débarrasser, dans la nature, les métaux lourds, les plastiques ou les polluants organiques…!

L’agriculture a le privilège de cette pollution avec ses intrants chimiques de synthèse, ses cultures et élevages industriels, ses contaminants de la chaîne alimentaire.

La Nouvelle-Aquitaine, première région agricole d’Europe est directement concernée.

+ Cynisme, quand on refuse de réguler la production des polluants de toute nature (perturbateurs…) qui sont à l’origine de maladies graves pour les jeunes et les adultes, on préfère dépenser beaucoup (PIB) pour soigner, en utilisant les «chers soins» des entreprises pharmaceutiques et autres.

+Cynisme, en ne prenant pas en compte (épigénétique) les dernières grandes découvertes de l’action du milieu, des contraintes blessantes du management au travail, du chômage, de la malbouffe, des drogues, de la pauvreté… sur la modification de l’activité génétique et la transmission à la descendance.

«Stress, alimentation, expositions aux pesticides… Les conditions de vie ont un impact sur la manière dont nos gènes fonctionnent et sur l’apparition de maladies.» Deux livres récents se penchent sur l’importance de l’épigénétique, cette discipline qui s’attelle à comprendre l’influence de l’acquis sur l’inné.

La symphonie du vivant, comment l’épigénétique va changer notre vie (Ed. Les liens qui Libèrent) Joël de Rosnay.

«Peut-on se libérer de ses gènes ?» Ariane Giacobino, chercheuse et médecin adjointe agrégée dans le service de médecine génétique des Hôpitaux Universitaires de Genève.

Une lecture qui ouvre des horizons et devrait suggérer des décisions ; on y trouve, entre autres, l’explication des différences souvent considérables entre les jumeaux monozygotes.

«Par exemple, avec des patrimoines génétiques identiques, deux jumeaux peuvent évoluer différemment en fonction de leurs environnements respectifs. Les individus, et par voie de conséquence leurs gènes, sont en effet soumis à de nombreux facteurs environnementaux : alimentation, maladies, médicaments et toxiques, stress, lieu & hygiène de vie, qui peuvent modifier autant leurs cellules que leur ADN. Ainsi dans les paires de jumeaux monozygotes, de grandes différences en ce qui concerne la trajectoire de vie ont été constatées. L’un pouvait développer une obésité et l’autre rester mince ; l’un pouvait être sain d’esprit et l’autre développer une pathologie mentale»

Épigénétique : Comment l’environnement influence nos gènes …

http://www.encyclopedie-environnement.org/sante/epigenome-facteurs-environnementaux

+ Cynisme, quand on lit qu’il faut :

++ moins de fonctionnaires, d’aides sociales, causes de «dépenses inutiles» alors qu’on gaspille des tonnes et des tonnes de nourriture et qu’on produit des tonnes et des tonnes de déchets toxiques dont on ne sait que faire et qu’on libère, sous une autre forme, dans la nature. Les cibles prioritaires sont à réévaluer !

++ «mettre au boulot les cheminots» sans mettre les «électriciens au boulot», alors que la dette de la SNCF est «une goutte d’eau» par rapport à celle d’EDF et du nucléaire : indemnités pour retard, malfaçons à l’EPR, sous-traitance incompétente, mise aux normes de sécurité, démantèlement inévitable, traitement des déchets, KW/h sous  payés, Areva…Le contribuable ne peut pas supporter la dette de la SNCF mais ne bronche pas pour financer ce tonneau des Danaïdes ! Bizarre !
++ «mettre au boulot les cheminots» sans faire la balance avec les conséquences d’une SNCF soumise à la concurrence libéralisée donc rentable, car la circulation routière s’intensifiera : chiffrage de la pollution, des maladies cardio-pulmonaires, de l’usure, donc de l’entretien des routes secondaires, de l’augmentation des accidents et des traitements post opératoires, de la solitude des régions non rentables… On vante les avantages d’une programmation sur son smartphone, de son trajet en voiture, pour prendre en stop les demandeurs, aux passages, alors que l’auto-stop a toujours été une source de danger aussi bien pour le preneur que pour le transporté. Traiter séparément c’est détruire, réunir c’est construire.
++ on s’offusque que les chaînes publiques ne donnent la parole qu’aux grévistes ou contestataires de gauche ou extrême gauche alors qu’on nous serine à longueur de journée les mérites des réformes prévues et que la 5 fait tout ce qu’elle peut, à «C dans l’Air» pour convaincre les usagers de rejoindre le «bon sens» du gouvernement pour peser sur sa détermination.

46% d’opinions favorables à la défense du service public des transports c’est gênant !

Macron s’exprime sur TF1 et BFM-TV ; il y a plus respectueux du service public ! Mediapart est-il un interlocuteur représentatif pour un Président de la République ?

++ ND des Landes : on ne dit pas tout ; on orchestre spectaculairement, par la force, son autorité sur les casseurs ; TB, mais on ne parle pas des partisans non violents d’une agriculture paysanne, comme celle réalisée sur le Larzac !

Le cynisme est finalement de ne pas vouloir admettre que le problème a dépassé, et de loin, celui de la finance, de l’économie, de la politique de droite de gauche, du haut ou du bas, du privé et du public dont l’opposition entretenue n’a pour résultat que de semer les exclusions, les conflits, voire les haines entre les Français.
il est, avant toutes ces choses, un problème de respect et de préservation de la vie humaine sur terre.

Suivre ce panurgisme ambiant, c’est faire preuve de décadence intellectuelle et accepter de finir comme Dindenault et ses moutons !

Une tribune intéressante est publiée dans Sud Ouest du lundi 9 avril 2018 : « Réconcilier la politique et le vivant » Nicolas Thierry, Vice-Président de la région chargé de l’environnement.

Signé Georges Vallet

crédits photos beekoz.fr

Comments

  1. Je ne discuterai pas l’anaphore, ou alors plus tard, mais commençons par le commencement, Georges, décrivez nous enfin le monde dans lequel il faut vivre, mais très concrètement.
    Jusqu’où va votre désir de décroissance ?
    Plus d’industrie, plus de plastique, plus de pétrole, plus d’avion, plus d’automobile, plus d’Internet, mais aussi par conséquence plus de contribuable, donc plus de fonctionnaire, plus d’hôpitaux…etc
    Et que fait on de la population mondiale qui ne cesse de croître, qui déborde en Inde, en Afrique, … ?

    Il est un pays que j’aime beaucoup qui a une empreinte carbone parmi les plus faible de la planète, où beaucoup de gens n’ont ni voiture ni même souvent d’électricité. Ils n’ont pas de tracteur ni même souvent de zébu pour labourer et ils le font à la main. Ils ne sont pas très nombreux. Un paradis pour écologiste décroissant…
    Et pourtant la faune y est en voie de disparition, ils ont brûlé toutes les forêts pour cultiver et surtout faire du charbon de bois, leur seul moyen pour cuire les aliments et se chauffer….

    • Georges Vallet says:

      Traitement et demandes toujours très caricaturaux. Vous considérez que tout va dans le bon sens, ce n’est pas mon avis.
      Je suis un fervent défenseur de la croissance mais pas la même que la vôtre; je suis pour une croissance de la qualité et vous de la quantité, c’est notre différence!

      L’empreinte carbone de la France serait la plus faible de la planète; peut-être, mais cela n’est pas un argument valable; vous-même, si mes souvenirs sont bons, demandiez la création d’une taxe carbone significative. Si l’empreinte est faible, à quoi bon?
      Être moins polluant ne veut pas dire moins dangereux; là aussi, on constate que le danger pour la santé résulte de l’absorption répétitive de petites, voire très petites doses.
      Regardez de temps en temps « Des Racines et des Ailes » à la télé; la vie montrée dans nos régions montre qu’il est possible, à notre époque, de vivre beaucoup plus sainement; la satisfaction de tous ces acteurs est une source d’optimisme.

      « Et que fait on de la population mondiale qui ne cesse de croître, qui déborde en Inde, en Afrique, … »
      En ce qui concerne l’Inde,le problème n’est pas abordable ici car trop complexe, pour L’Afrique, une chose est certaine ce sont les interventions européennes qui, en voulant exploiter les ressources du sous sol et développer nos cultures industrielles ont détruit les cultures ancestrales, parfois favoriser la désertification, et affamer les populations.

      • Regardez de temps en temps « Des Racines et des Ailes » à la télé; la vie montrée dans nos régions montre qu’il est possible, à notre époque, de vivre beaucoup plus sainement. la satisfaction de tous ces acteurs est une source d’optimisme.

        Jean-Pierre Pernaut approuve ce message !

      • Michel LACANETTE. says:

        Entre vos deux philosophies qui peuvent mener, autant l’ une que l’ autre, à des désastres écologiques irrémédiables il y a la philosophie de la simplicité volontaire. Cela nécessite une toute autre démarche de la part des hommes, avec en toile de fond bien sûr l’ épée de Damoclés qu’ est la croissance exponentielle actuelle de la population, qui ne permet pas en l’ état d’ envisager une telle démarche.
        La simplicité volontaire pourrait permettre, sans tuer la croissance et sans chercher à imposer la décroissance, à arriver à respecter la capacité de la terre à renouveler son pouvoir de fonctionnement. Aujourd’ hui d’ années en années la date de ce renouvellement diminue. Je crois qu’ en 2017 nous sommes arrivés au mois d’ Octobre. Au delà nous avons vécu à crédit sur le dos des générations futures. Cela n’ est pas admissible que ça continue.
        C’ est ce problème là qu’ il faut arriver à résoudre, sans quoi croissance ou pas, nous irons dans le mur en continuant à klaxonner.

      • « je suis pour une croissance de la qualité et vous de la quantité, c’est notre différence! »

        Mais non, pas du tout.
        Je considère que les deux urgences sont la diminution de la population et de la consommation des énergies fossiles car effectivement nous sommes en train de réaliser l’extinction la plus rapide de l’histoire de la terre.
        Une fois ceci posé, reste le modèle de société, et là on diverge.
        Et vous n’avez jamais donné la moindre indication sur la façon dont votre société idéale fonctionnerait… On attend .
        Et surtout arrêtez de dire que nous sommes dans un système ultra libéral ou libéral quand on voit que la dépense publique représente 57% du PIB et que les prélèvements sont les plus élevés de la planète !!!

        • Georges Vallet says:

          « Et vous n’avez jamais donné la moindre indication sur la façon dont votre société idéale fonctionnerait »
          Je vous ai fourni une indication le 14 avril:
          « Regardez de temps en temps « Des Racines et des Ailes » à la télé; la vie montrée dans nos régions montre qu’il est possible, à notre époque, de vivre beaucoup plus sainement; la satisfaction de tous ces acteurs est une source d’optimisme. »

          « Et surtout arrêtez de dire que nous sommes dans un système ultra libéral ou libéral »
          Ultralibéral, pas encore, mais on s’y emploie! Libéral ou néolibéral sans aucun doute; le libéralisme ne se limite pas au PIB et aux prélèvements, il comporte l’affaiblissement nécessaire de l’état et du service public pour laisser la liberté d’action à l’individu; l’individualisme engendre l’accroissement des inégalités, la concentration du pouvoir économique pour quelques uns, l’augmentation de l’insécurité économique, les crises financières….La désunion compétitive devient la force nécessaire. Là, nous y sommes bien!

      • « L’empreinte carbone de la France serait la plus faible de la planète; »

        Non Georges je ne parle pas de la France, je parle de Madagascar

  2. Une fois encore, la biologie permet de réfléchir sur la motivation de ce comportement qu’on pensait justifier par un déterminisme raisonné de rejoindre un groupe dont on partage les émotions ou les idées. […] Pour la Science.fr dévoile des résultats d’expériences qui montrent que dans chaque homme il y a un mouton qui sommeille. «La découverte d’une zone cérébrale incitant l’être humain au conformisme éclaire d’un jour nouveau le débat sur l’influence des masses et des sondages… Une structure cérébrale nommée insula, repli du cortex cérébral au niveau des tempes, semble déterminer le basculement d’opinion, l’abandon de l’analyse personnelle au profit de la posture conforme aux attentes du groupe

    L’éclairage apportée par les neurosciences est récent (quel mécanisme cérébral est impliqué, etc…), mais le « conformisme » (on va appeler comme ça) est un comportement social connu, étudié, et cerné depuis bien longtemps par les sciences sociales. Rien de bien nouveau en réalité.

  3. Henri Goulaud says:

    Cet exposé est remarquable de clarté et de rigueur scientifique ! Bravo M Vallet !

    J’en retiens que grâce aux modifications épigénétiques l’homme peut évoluer beaucoup plus rapidement que s’il était soumis à la seule génétique, et donc s’adapter bien plus vite au nouvel environnement qu’il crée lui-même. C’est somme toute une excellente nouvelle ! En attendant que la trans-génétique nous permette de modifier nous-même notre génome bien sûr : pour mieux résister à la pollution, pour pouvoir récupérer plus rapidement (si on pouvait être en forme en dormant 3h par nuit ce serait formidable). Les ressources dont fait preuve l’homme sont sans limite, on va voir des choses extraordinaires.

    • Georges Vallet says:

      « homme peut évoluer beaucoup plus rapidement que s’il était soumis à la seule génétique, et donc s’adapter bien plus vite au nouvel environnement »

      Évoluer plus rapidement, sans aucun doute, mais s’y adapter ce n’est pas pour demain! Il faudra d’abord subir les conséquences néfastes qu’on transmettra à nos descendants car nous ne savons pas encore cibler les gènes sur lesquels il faudrait agir pour transmettre les bons caractères évolutifs!
      Quant au rêve du transhumanisme, on aura largement le temps d’en reparler!!!

      • Henri Goulaud says:

        Qui dit évolution dit adaptation, voyons ! Moi je vois beaucoup de positif dans tout cela.

        • Georges Vallet says:

          Le lien entre l’évolution et l’adaptation est , c’est vrai, évident. Je me suis sans doute mal exprimé.
          Je me basais sur le fait que l’évolution est le résultat de la création de nouvelles formes
          soumises ensuite à la sélection, naturelle, ou culturelle dans notre société.
          Parmi toutes ces formes,certaines, pré-adaptées au nouveau milieu par hasard, subsisteront, d’autres porteuses de maladies ou de handicaps, non adaptées ou non compétitives, seront éliminées, d’autres enfin, porteuses de modifications non influentes dans un sens ou un autre, persisteront, formant une biodiversité c’est-à-dire un réservoir de potentialités fondamentales pour l’avenir.
          C’est pour cette raison que je disais que si la transmission épigénétique pouvait effectivement apporter du mieux, il a été montré que certaines modifications épigénétiques sont impliquées dans certains cancers, maladies auto-immunes, maladies cardiovasculaires, diabètes et maladies cérébrales (certaines formes des maladies d’Alzheimer, Parkinson, Huntington, de schizophrénie, d’autisme et de dépression). autant de modifications non adaptatives.
          Ce sera vraiment positif le jour où on pourra sélectionner les gènes porteurs pour faciliter ou inhiber leur transmission à la descendance.Il faudra encore bien de la patience mais on peut l’espérer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s