Sophie Borotra, un scandale aux halles de Pau ?


Bayrou    C’est un feuilleton qui commence, et nous allons essayer de suivre cette affaire qui risque bien d’être un sacré cailloux dans la chaussure de François Bayrou. Dans un premier temps, on va essayer de rappeler des événements peu connus des Palois, mais bien connus de nos amis Basques.

Pour les Palois, l’histoire commence avec l’annonce dans la presse de la nomination de Sophie Borotra comme Directrice des Halles de Pau. Il y avait déjà là un vrai problème de base sur lequel on aura l’occasion de revenir, une Directrice pour quoi faire ? D’autant que lorsqu’on regarde l’appel à candidature, c’est tout de même un poste à plus de 4000 euros par mois (plus de 80 000 euros par an pour le contribuable avec les charges sociales) On reviendra dans un autre article sur la justification, ou pas de ce poste.

Après une première réaction d’indignation de l’opposition, les langues se délient et on apprend que cette dame travaille déjà sur le sujet des Halles depuis trois ans ! Son « embauche » était passée inaperçue car réalisée au travers d’un appel d’offre pour une prestation via la société LLD . Comme l’indique A. Duchateau dans son communiqué de presse :

« Transparence, compétence, performance, moralisation de la vie publique…
A PAU, cela devient une farce à tous les étages qui malheureusement s’avère plus pathétique que drôle ! Ainsi le lot 5 du marché d’assistance à maîtrise d’ouvrage du projet des halles attribué en avril 2015 à LLD conseil cachait la fille de l’ancien Maire MODEM de Biarritz . Une société si discrète qu’elle n’a même pas de site WEB , ni de référence connue… Une société de conseil sur le commerce qui ne communique pas ! Franchement étonnant ! Évidemment , la référence à la cité de l’océan de Biarritz portée par une autre société de Madame Borotra aurait été directement éliminatoire . »

Car si Sophie n’est pas connue à Pau, son père, ex sénateur Maire de Biarritz et membre éminent du MoDem, ami de François Bayrou, l’est beaucoup plus. Pourtant, sur la Côte Basque elle a déjà défrayé la chronique pour deux prestations de 11 000 et 24 000 euros pour le compte de la Cité de l’Océan. Prestations réalisées sans que son père, Président de la Société d’Economie Mixte n’en soit informé… Après Virenque, Borotra, « à l’insu de son plein gré »…   D’ailleurs l’affaire suit son cours en justice :

« De retour d’Amérique Latine, Sophie Borotra avait créé en 2013 une société de services AGC et, hasard, son premier contrat avait été obtenu à la Cité de l’Océan, alors que son père était président de la société d’économie mixte. Mais comme elle l’a affirmé à la barre du tribunal correctionnel de Bayonne, le 31 janvier 2017, elle a traité directement avec la directrice de l’époque, Françoise Pautrizel, « sans en parler à son père qui était très contrarié quand il l’a appris ». Le tribunal de Bayonne a finalement choisi de relaxer le trio de prévenus, mais le procureur Vuelta-Simon a fait appel et l’affaire sera jugée à Pau le 5 décembre prochain. » (« L’impudence de Sophie Borotra » du 11/4/2018 Bisque, bisque, basque)

Je ne puis vous conter tous les détails de cette affaire, mais il existe sur la Côte Basque un excellent blog citoyen, tenu par un ancien professionnel journaliste au Canard Enchaîné : Jean Yves Viollier. Vous pourrez y lire de nombreux détails sur cette affaire, et bien d’autres.  « Bisque, bisque, basque » : https://jeanyvesviollier.com/category/lactualite/

Dans son dernier article du 14/4/2018 on y conte les péripéties pour l’obtention de la prestation de Sophie Borotra pour les Halles de Pau via la société LLD Conseil. On se rappelle que Sud Ouest dans son article avait réussi à trouver un commerçant pour louer l’action de Sophie Borotra. Un exploit si on en croit « Bisque, bisque, basque » :

« Ce commerçant palois, croisé ce matin aux halles de Pau, était mort de rire à la lecture de Sud Ouest (14/4) : « Il n’y a que deux commerçants sur cinquante-trois aux Halles qui sont à peu près favorables à Sophie Borotra et, par un hasard incroyable, ce sont ces deux-là que le quotidien a interrogées ».

On retrouve dans l’article ( cliquer sur : » La véritable histoire de Sophie Borotra » ) de nombreuses péripéties qui montrent l’incompétence de Sophie Borotra…

Ainsi donc François Bayrou aurait eu les yeux de Chimène pour Sophie. Un feuilleton où l’épisode palois est bien loin d’être terminé. Dans le prochain épisode on regardera ce poste de Direction et je parie que l’on aura bien du mal à le justifier…

Daniel Sango

Comments

  1. André Duchateau says:

    Merci pour cette bonne synthèse d’une soudaine ébullition innatendue. Dans la justification qu’il faudra trouver , c’est surtout qui fera vraiment le travail ? Car animer,
    même très mal des réunions de travail, parader dans les lunchs et dîners Palois ( ça va devenir un exercice obligé désormais pour cette dame … ) peut donner le change à une justification …
    Mais ne seront-ce pas les agents communaux qui connaissent tous les détails du métier
    qui au final seront sollicités pour faire en sous main le boulot de la SPL ?
    Là est ma crainte … Et c’est là que commence le vrai chiffrage !
    Merci a Monsieur Jean Yves VIOLLIER . Les basques ont de la chance de vous avoir ainsi que sous une autre forme la fameuse  » marquise de vérité « . Cette saine et talentueuse irrévérence manque beaucoup au Béarn même si ALPY fait tout son
    méritoire possible . Si vous avez un ancien collègue jeune retraité qui veut s’établir à PAU, je peux lui assurer qu’il y a de quoi faire en matière d’investigation !!!

    • Si vous avez un ancien collègue jeune retraité qui veut s’établir à PAU, je peux lui assurer qu’il y a de quoi faire en matière d’investigation !!!

      Quel dommage qu’il n’y ait pas d’élus de l’opposition pour faire une partie de ce travail….

      Oh, wait…

  2. Bonjour à tous,
    Visiblement la moralisation de la vie publique pour laquelle François Bayrou militait en 2017 ne concerne que de loin la ville de Pau. Merci à vous de relayer l’édifiante histoire de Sophie Borotra. Un curriculum vitae mince comme une feuille de papier à cigarette mais un toupet inversement proportionnel.
    Derrière le problème de ce recrutement étonnant pourrait aussi surgir un conflit du travail.On ne pique pas comme ça la directrice d’une société pour la mettre dans une nouvelle structure au même poste. Affaire à suivre.
    Jean-Yves Viollier / Bisque, Bisque, Basque!
    Daniel, (Ou un autre) si vous voulez me joindre, je réponds au mail : couac@neuf.fr. J’ai pas mal de détails encore off à vous raconter.

  3. Le dernier billet publié par « Bisque, bisque, basque ! » à propos de cette affaire est à retrouver ici : https://jeanyvesviollier.com/2018/04/16/la-veritable-histoire-de-sophie-b/

  4. DUDULE says:

    La Cité de l’Océan, un fameux partenariat public-privé jugé en Conseil d’Etat,
    concernait jusqu’à présent les biarrots et sans doute aussi les basques. Le Conseil Départemental des Pyrénées Atlantiques vient d’en devenir actionnaire, histoire de faire participer les béarnais.

    La suite maintenant des manœuvres du Modem aux halles de Pau.
    Finalement certains basques et certains béarnais s’entendent très bien pour nous plumer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s