Le magasin Larraillet


Au moment où chacun s’inquiète du manque de vitalité du centre-ville de Pau, on peut s’interroger sur l’avenir du magasin de textiles Larraillet. Situé cours Bosquet, dans le centre ville de Pau, ce commerce est maintenant fermé depuis plusieurs mois. Que va donc devenir ce bâtiment ?

Cette enseigne existait depuis plusieurs décennies et était le témoin d’une tradition locale. La cessation définitive de son activité laisse vacant un immeuble qui à bien regarder n’est pas sans intérêt sur le plan de l’architecture béarnaise. Un style bien typique et significatif de ce qu’étaient les habitations paloises de cette époque.

A proximité existent deux bâtiments emblématiques de la ville, d’un côté l’hôtel Continental et de l’autre la poste. Ceux-ci ont une histoire et reflètent sans aucun doute une époque de prospérité maintenant révolue. Pour la poste un agrandissement a été effectué dans un style différent qui ne manque pas de choquer les amoureux des vieilles pierres. L’histoire de l’hôtel Continental racontée avec beaucoup de détails par Jean Touyarot dans son livre « L’hôtel Continental de Pau, histoire et anecdotes » (éditions Marrimpoey) est particulièrement originale et constitue un des fleurons de la vie paloise.

Alors que va devenir le bâtiment du magasin Larraillet ? Il sera très probablement détruit, rasé, et s’édifiera à la place un de ces immeubles modernes au style architectural contemporain, sans âme. Il recevra, selon ce que nous savons, une résidence pour personnes âgées. Rassurons-nous cette construction sera équipée de tous les éléments de confort répondants aux normes les plus récentes. Cette nouvelle occupation sera-t-elle de nature à réanimer l’activité du centre ville ? Certainement mais dans des limites en relation avec le dynamisme de ces résidents d’un certain âge.

Il faudra se résigner et accepter qu’un immeuble de plusieurs étages vienne s’insinuer ici sans tenir compte d’une harmonie architecturale. Les promoteurs et les architectes y trouveront leur compte tandis que le visage du centre ville de Pau s’éloignera encore de cette période qui a fait sa gloire. On ne peut pas toujours s’inspirer du passé. Il faut savoir oublier.

La nostalgie d’une époque n’aurait maintenant plus sa place. Pourtant il est des réhabilitations qui ont été réussies, la Société générale de la rue Louis Barthou en est le meilleur exemple. Espérons !

Pau, le 12 juin 2018

par Joël Braud

Crédit photo : La République des Pyrénées

Comments

  1. Henri says:

    Bon, vous râlez pour quelque chose qui pourrait arriver mais sans savoir si cela va arriver, et en supposant que ce sera forcément moins bien après. Admettons.

    • L’expérience du passé est toujours riche d’enseignement, c’est elle qui justifie la méfiance.

      • Henri says:

        Tout dépend ce qu’on veut retenir. On peut trouver des cas d’immeubles neufs quelconques qui ont remplacé des bâtisses intéressantes, tout comme on peut trouver des cas d’immeubles neufs qui ont du style. Le dernier construit sur le square Aragon s’intègre plutôt bien à l’ensemble du lieu par exemple. On ne peut pas déplorer le changement par principe.

      • MICHOU64 says:

        Bonjour Henri,
        Je n’ai vu que le permis de construire, souhaitons que l’immeuble Larraillet soit réaménagé il a un potentiel, voici ma vidéo : https://youtu.be/hkEDfAk4sw8 il y a tout ce qui est prévu expl. des commerces…
        bonne journée

      • MICHOU64 says:

        Bonjour Mr VALLET
        Merci pour votre commentaire, voici la vidéo que j’ai réalisé pour présenter l’immeuble Larraillet, avec le permis de construire https://youtu.be/hkEDfAk4sw8 vous souhaite de passer une bonne journée

    • MICHOU64 says:

      Bonjour, Henri,
      Je vous suggère d’aller rue Samonzet là vous pourrez lire je pense le permis de construire, je viens d’y aller ce matin pour filmer, vous pourrez donc voir ma vidéo ensuite sur You Tube, Vous souhaite de passer une bonne journée

      • Henri says:

        S’il y a un permis de construire apposé, c’est qu’il n’y a pas de démolition, sinon il y aurait d’abord un permis de démolir.

        Ce que vous proposez (conserver la façade en cassant l’intérieur) ça fait des chantiers horriblement chers, pour une façade qui ici n’a rien de remarquable. Qui paierait ?

  2. MICHOU64 says:

    Voici la suite de mon commentaire :
    Il serait donc possible de conserver l’intégralité de la façade avec son originalité son toit en ardoises, de démolir l’intérieur, et d’y construire les espaces nécessaires pour une maison de retraite : l’immeuble Larraillet pourrait accueillir : le restaurant, la bibliothèque et pourquoi pas une piscine coté rue Samonzet, par contre le petit immeuble qui est entre l’immeuble Larraillet et l’immeuble abritant une agence de voyage, lui sans originalité peut être démoli, et à cet emplacement l’immeuble construit pourrait avoir plusieurs étages… Et l’aspect de quartier serait conservé, et les générations futures n’auraient pas à regretter cette disparition.

    MICHOU64

  3. MICHOU64 says:

    Bonjour Joël,
    Suite à votre article je pense que les Palois réprouvent le changement d’Aspect du centre ville surtout quand il s’agit de la démolition d’immeubles de caractère comme par exemple celle prévue de l’immeuble Larraillet, cet immeuble a un charme avec son toit d’ardoises, sa balustrade en pierre ou simili, démolition pourquoi faire …. Une maison de retraite avec la construction d’un immeuble sans style…. Dans un quartier qui est protégé… Place Clémenceau pour l’immeuble de radio France Bleue il a été imposé aux architectes de conserver la façade. Pour le ravalement de la façade de l’hôtel Continental le propriétaire a du respecter ce qui lui a été imposé…. Y aurait il deux poids 2 mesures ? ? ? !. . .

    Il serait donc possible de conserver l’intégralité de la façade avec son originalité son toit en ardoises, de démolir l’intérieur, et d’y construire les espaces nécessaires pour une maison de retraite : l’immeuble Larraillet pourrait accueillir : le restaurant, la bibliothèque et pourquoi pas une piscine coté rue Samonzet, par contre le petit immeuble qui est entre l’immeuble Larraillet et l’immeuble abritant une agence de voyage, lui sans originalité peut être démoli, et à cet emplacement l’immeuble construit pourrait avoir plusieurs étages... Et l’aspect de quartier serait conservé, et les générations futures n’auraient pas à regretter cette disparition.
    

    MICHOU64

  4. Larouture says:

    « Alors que va devenir le bâtiment du magasin Larraillet ? Il sera très probablement détruit, rasé, et s’édifiera à la place un de ces immeubles modernes au style architectural contemporain, sans âme. »
    Cette phrase peut rappeler « l’ivresse de la page blanche » propre aux écrivains mais également à certaines tendances architecturales actuelles : « —propension à perpétuer une vision abstraite de la composition souvent indifférente au terrain, au site, au déjà là. » (cf. Ph. Panerai).
    C’est par exemple le cas à Orthez où s’érige une crèche, en continuité du centre-ville et des immeubles de l’ancienne clinique Labat. La périphérie rentre dans la ville.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s