Ce cher Méliès


   Le cinéma Art et essais de la rue Bargoin a souvent fait parler de lui au delà de sa programmation. Le projet de nouvelles salles au Foirail et la dernière Assemblée Générale de Ciné Ma Passion l’association qui gère le cinéma sont l’occasion de se poser des questions sur ses performances et son futur.

Tout d’abord il faut commencer par un compliment sur la qualité et la précision des documents fournis pour cette AG en particulier le rapport moral. Ceci dit, il est important de répondre à plusieurs questions comme :

Le fonctionnement de ce cinéma est il performant ?

L’investissement envisagé par la ville de Pau au foirail est il pertinent ?

Une fréquentation en baisse

La fréquentation 2017 a été de 112 451 entrées (dont 25 020 entrées jeune public, collèges, scolaires) en forte baisse (121 180 en 2016 dont 25196 jeune public). L’association considère que sa moyenne normale se situe à 115 000 entrées. Ceci est pourtant contredit par les chiffres sur le long terme : 127 028 entrées en 2005 ou 128 365 entrées en 2006. En remontant plus loin on trouverait des fréquentations encore plus élevées (140 000 entrées) avec l’équipe des fondateurs de l’Association Ciné Ma Passion.

Il faut donc se rendre à l’évidence, les performances sont médiocres et la tendance ne montre aucune évolution à la hausse qui justifierait des investissements pour une augmentation de capacité. Les inconditionnels diront que l’augmentation du nombre de salle serait justement un atout. Certes, à condition que la tendance soit à la hausse et que la gestion soit positive ce qui est très loin d’être le cas.

Pourtant, la programmation Art et Essais permet la projection d’un très large éventail de films (car le critère « Art et Essais » est largement attribué, 50% des films français sortis en 2016 ont ce label) avec de nombreux films plus commerciaux français ou étrangers diffusés en VO. D’ailleurs c’est symptomatique, le film qui a fait les meilleures entrées est « La La Land » avec 4 000 entrées …

Un équilibre financier calamiteux

Les chiffres des résultats 2017, comme ceux du passé montrent un manque de rigueur dans la gestion de ce cinéma, subventionné par l’agglomération qui a la compétence « cinéma Art et Essais » ainsi que par la ville de Pau qui met aussi à disposition les locaux gratuitement.

L’équilibre financier n’est obtenu que grâce à des subventions de 250 000 à 300 000 € pour des ventes de 600 à 650 000 €.

Dans ces subventions, on trouve par exemple pour 2018 : l’Agglomération pour 146 000 €, la Ville de Pau pour 75 000 € (et la fourniture gratuite des locaux), le Conseil Départemental et la Région pour 26 000 €, …etc

Une masse salariale beaucoup trop élevée

La cause principale du déséquilibre financier vient de la masse salariale. 8,5 équivalent temps plein pour une masse salariale de 360 000 euros (salaires 271 517 hors charges sociales) Ce qui donne un salaire moyen de 2660 euros mensuel, très élevé pour des qualifications plutôt modérées (caissier, projectionniste,…) Il faut rajouter la masse salariale complémentaire (nettoyage, comptabilité, ) pour 46 000 € (2018).

Une comparaison avec le fonctionnement des autres cinémas montrerait des besoins en personnel plus faibles avec une plus grande polyvalence, et des salaires plus réalistes.

Fréquentation en baisse, gestion peu performante, il faut s’interroger sur le futur du cinéma Le Méliès au niveau de l’Agglomération.

L’association Ciné Ma Passion est-elle la mieux à même pour gérer les futures installations du projet du Foirail ? On peut en douter quand on voit ces performances. D’ailleurs ne faudrait-il pas au minimum un Appel d’Offres pour choisir un prestataire plus performant ? Sans doute.

Concernant le projet du Foirail avec une énième salle de spectacle inutile, j’ai déjà montré que la ville, trop endettée, pouvait se passer de cet équipement, une solution pour un cinéma Art et Essais pouvant être offerte par le Saint Louis. ( « Pau, la gabegie en spectacle : folie au foirail » AP du 15/2/2016). André Bayrou continue le maquillage de la ville, qui l’arrêtera ?

Du nouveau du côté de Billère

Depuis des années, la ville de Billère a le projet de revitaliser le centre de la ville et d’y ouvrir un cinéma Art et Essais, ce qui a été acté lors du Conseil Municipal du 19 juin dernier.

Nous verrons donc dans le prochain article où en est ce projet qui peut rebattre les cartes sur l’Agglomération en étant bien plus performant. Les cinéphiles ne s’en plaindront pas, on espère qu’il en sera de même pour les contribuables…

Daniel Sango  

Comments

  1. Robert Contrucci says:

    Pour info. et/ou rappel (quelques précisions : chiffres et remarques) :
    Les informations présentées dans le rapport d’activités 2017 lors de la première AG qui n’a pu se tenir le 2 juin 2018 à cause d’un adhérent ainsi que les infos projetées lors de la dernière AG du samedi 30 juin 2018, mentionnent, outre sa carte d’identité, les différentes activités de ce « Cher Méliès » :
    Rappel (Budget prévisionnel 2018 ) : total subventions d’exploitation = 296 000,00 €

    1) Activités : cycles et événements tout au long de l’année, dont :
    . « Un été au Ciné », projections gratuites en plein air, projections qui débutent ce jour (Un été au ciné et à l’Opéra)
    URL : http://www.lemelies.net/index.php/2014-03-31-14-51-46
    Nota / budget prévisionnel 2018 : subvention d’exploitation (Ville de Pau « Un été au ciné) = 75 000,00 €

    . Projections pour le « Jeune public » (Scolaires et groupes, classe image : primaire et maternelle, collège au cinéma, lycéens au cinéma) :
    Total entrées jeune public année 2017 = 25 020 entrées
    Nota / budget prévisionnel 2018 : subvention d’exploitation (CG Jeune public) = 10 000,00 €

    . Les Rendez-vous (Ecrans libres, Les Bobines du jeudi, Coup de cœur de Palois)
    Je doute fort que ces activités existeront (?) dans le projet « Utopia » à Billère…

    2) « Le Méliès, carte d’identité » :
    . Association Ciné Ma Passion (créée le 1er octobre 1990)
    . 9 salariés permanents (8,5 ETP)
    . 15 administrateurs bénévoles
    . une trentaine de bénévoles

    3) « Le Méliès en chiffres » :
    . 904 adhérents (187 en 2016)
    . 1329 cartes rechargeables
    Ces 2 catégories >>> 38000 entrées sur l’année 2017
    112 451 entrées (121 780 en 2016)
    pour :
    . 3577 séances
    . 31,43 spectateurs / séance
    . 5,23 € prix moyen par séance

    Par ailleurs, dans le document diffusé lors de l’AG du samedi 30 juin 2018, le compte de résultat (du 01/01/2017 au 31/12/2017) de ce « Cher Méliès« , ne mentionne pas la valorisation du bénévolat, or, il serait intéressant que cela soit mentionné comme cela est demandé pour les associations loi 1901; voir à ce sujet, les 2 sites suivants :
    1) « La valorisation comptable du bénévolat » (Associations.gouv.fr publié le 21/03/2011 – Modifié le jeudi 23 mars 2017) :
    URL : https://www.associations.gouv.fr/la-valorisation-comptable-du-benevolat.html

    2) « Comment faire apparaître les contributions bénévoles dans la comptabilité de votre association ? » (Associations1901.fr) :
    URL : http://association1901.fr/finances-association-loi-1901/comptabilite-finances/comment-faire-apparaitre-les-contributions-benevoles-dans-la-comptabilite-de-votre-association/

    • « Je doute fort que ces activités existeront (?) dans le projet « Utopia » à Billère… »
      Mais non il ne faut pas douter !
      L’activité « jeune public » est un des volets d’Utopia, et le projet initial de JY Lalanne était même axé sur ce volet important…

      « le compte de résultat (du 01/01/2017 au 31/12/2017) de ce « Cher Méliès« , ne mentionne pas la valorisation du bénévolat, or, il serait intéressant que cela soit mentionné comme cela est demandé pour les associations loi 1901 »

      Heureusement !!!
      Car cela montrerait un déficit d’exploitation encore plus important !!!!

      La gestion du Méliès est mauvaise, si vous voulez faire des comparaisons utiles expliquez plutôt comment font Utopia pour équilibrer son budget ou comment fait CGR pour faire des bénéfices…
      La réponse est simple : Il y a trop de personnel trop bien payé au Méliès

      • Robert Contrucci says:

        Au « Sieur » Daniel Sango :
        1) je n’ai pas précisé que « cela montrerait un déficit d’exploitation encore plus important » car cela me semblait évident, mais pour les néophytes en gestion financière, vous avez bien fait de le rappeler !

        2) « La gestion du Méliès est mauvaise » (…) + « La réponse est simple : Il y a trop de personnel trop bien payé au Méliès » : effectivement, la masse salariale me semble beaucoup trop importante…
        « La masse salariale est beaucoup trop élevée » : le niveau de salaire est effectivement élevée « pour des qualifications plutôt modérées (caissier, projectionniste,…) »… . « Une comparaison avec le fonctionnement des autres cinémas montrerait des besoins en personnel plus faibles avec une plus grande polyvalence, et des salaires plus réalistes. » : on peut donc comparer, à titre d’exemple, avec… la rémunération des enseignants (Ministère de l’éducation nationale) :
        URL : http://www.education.gouv.fr/cid101179/la-remuneration-des-enseignants.html

        Gestion de « Ce Cher Méliès » : faudrait-il une réforme « Clean sweep », au choix : « coup de balai », « table rase » ou « place nette » ???
        Quoi qu’il en soit, à vous lire, il serait donc souhaitable que l’association « Ciné Ma passion » ne s’occupe plus de la gestion du Méliès, mais faudrait-il encore que… le Maire actuel de la ville de Pau (Rappel : les Maires précédents ont aussi une grande responsabilité sur cette situation et/ou dérive), prenne des décisions drastiques : diminution et/ou même, suppression pure et simple de la subvention d’exploitation qui est accordée chaque année avec, au préalable, un audit d’organisation (?) avant de confier la gestion de « Ce Cher Méliès » à… « un prestataire plus performant ».

        • « il y a trop de personnel trop bien payé au Méliès » . Le site lemelies.net répond par avance à cette remarque. Il ne parle ni de salariés ni de personnels mais, je cite, de  »professionnels permanents mettant leurs compétences au service du Cinéma ». Fichtre…

          Et leurs fonctions sont déclinées pour ces 9 salariés (8,5 équivalents temps pleins): direction, programmation, programmation jeune Public, comptabilité, accueil/billetterie, accueil/communication, et 3 projectionnistes.
          En dehors des postes de billetterie et des projectionnistes ça semble un peu tiré par les cheveux d’en faire des temps pleins rémunérés annuellement pour 35 heures par semaine (avec au passage quelques heures sup).

  2. Avant le nouveau Méliès ou « en même temps », on devrait demander la restauration de l’ancien, bâtiment qui a une histoire : lieu de culte, puis d’activités laïques. La nombreuse communauté anglaise à Pau, au XIXe siècle, a fait construire ses propres églises, pour pratiquer notamment le culte anglican.
    L’église, ou chapelle, a ensuite été désaffectée au cours du XXe siècle, et reconvertie en MJC ou cinéma Méliès, mais son esthétique en a souffert. Pourtant, le bâtiment a encore fière allure, et mériterait bien une restauration. J’aime ses proportions

  3. Robert Contrucci says:

    Au « Sieur » Daniel Sango :
    Votre constat est pertinent, même si je pense que ce complexe de 3 nouvelles salles de cinéma au foirail sera plus accueillant avec un hall d’entrée plus vaste et, compte tenu des nouvelles normes en vigueur (réglementation technique relative à l’accessibilité du cadre bâti aux personnes handicapées ), la possibilité pour les personnes handicapées ou âgées à mobilité réduite de pouvoir enfin venir au cinéma…
    Rappel : même avec un coût de réalisation presque identique à celui du « Jaï Alaï » qui lui, constitue, à mon humble avis, une énorme gabegie, nul doute que le « Méliès » au foirail, attirera beaucoup plus de public que ce qu’a attiré ce complexe de pelote ouvert depuis 2006 et ce, même avec la concurrence du projet « Utopia » à Billère…

    A noter, qu’entre autres, il a été signalé lors de cette nouvelle AG de samedi dernier, ce qui suit :
    . il y aura une salle de spectacles que de 500 personnes, dont la programmation n’est pas du ressort de l’ association « Ciné Ma Passion » et qu’il n’est pas prévu (réponse à ma question) , que l’on puisse utiliser cette salle pour retransmettre des concerts et/ou événements se déroulant ailleurs (retransmission simultanée d’un spectacle et/ou événement sportif de quelque part en France ou à l’étranger).
    Cette salle pourrait toutefois, accueillir l’OPPB (Orchestre de Pau Pays de Béarn), et ce dans l’attente de la construction du nouvelle salle au Palais Beaumont (?).
    . qu’il y aura une seule cabine de projection pour les 3 salles, ce qui est déjà une bonne chose par rapport à l’existant au cinéma Art et essais de la rue Bargoin.
    . qu’il n’est pas prévu à ce jour, que le Méliès paie, pour ce nouvel emplacement, un loyer à la municipalité de Pau, ce qui entraînerait peut-être, une augmentation de… la subvention de la communauté d’agglomération (?!?). 😉

    Est-ce que le coefficient d’utilisation de cette salle de spectacle sera plus important que celle du Zénith qui offre désormais, la possibilité d’une salle modulable (1000 personnes environ) et offrira une programmation et surtout un taux d’occupation supérieur à celui du Zénith (sauf erreur de ma part : environ 180 jours par an) ? : personne ne sait à ce jour ce que sera la fréquentation de cette nouvelle salle de spectacle au Foirail…

    « énième rappel (Extrait de l’article AP du 4 mars 2014 et chiffres… hors coût d’entretien annuel pour l’ensemble des investissements […] ci-après désignés) :
    * Quelques chiffres sur les grands équipements (source ville de Pau 2 décembre 2008) :
    En charge de la ville de Pau :
    – Zénith : investissement HT : 13 581 776 € (subventions 2 592 000 €)
    – Palais des sports : investissement HT : 11 890 000 €
    – Hippodrome : investissement HT : 4 649 000 € (subventions 1 961 000 €)
    – Complexe de pelote : investissement HT : 7 530 000 HT (subventions 3 784 000 €)
    – Palais Beaumont : investissement HT : 17 620 000 HT (subventions 6 690 000 €)

    En charge de la CDAPP :
    – Base d’eaux vives : investissement HT 12 270 000 € (subvention 3 980 000 €)
    – Médiathèque (y compris PILPA) : investissement HT : 29 200 000 € (subvention 9 970 000 €)
    – Pôle culturel : investissement HT : 1 227 000 € (subvention 47 000 €)
    – Complexe aquatique Pyrénéo : investissement HT 19 800 000 € (subvention 5 850 000 €)

    Ndlr :
    1) Médiathèque de Pau : la MIAL attire plus de monde que le Jaï Alaï et la base d’eaux vives, réunis…
    2) Jaï-Alaï : il passe aussi plus de monde dans le restaurant situé au premier étage que…sur les gradins de ce complexe de pelote, même en y organisant d’autres manifestations sportives (Exemple : escrime et autres activités et/ou animations).

    • Au Sieur Robert Contrucci :
      Le sujet de mon article n’est pas de comparer les investissements d’André 1er avec son second et de voir quel est le plus calamiteux. Que l’investissement du foirail soit plus « utile  » que le Jaï Alaï ne serait pas une consolation.
      Je montre simplement que la gestion du Méliès est mauvaise et je pose une question : pourquoi faudrait il continuer avec une équipe qui dilapide l’argent public ?
      Seconde question : Pourquoi faudrait il que le contribuable paye l’investissement de trois salles de cinéma alors qu’il en existe en trop au Saint Louis? Question déjà posée dans mon article : « Pau la gabegie en spectacle : folie au foirail » de février 2016.
      CGR Saint Louis est tout à fait capable de faire aussi bien que Ciné Ma Passion en beaucoup beaucoup moins cher !
      Et on verra dans mon prochain article ce que propose Billère…

      Au Sieur Robert Contrucci :
      Un oubli majeur dans le maquillage de Bayrou : Le stade du Hameau pour les gladiateurs néo zélandais. Merci de nous dire l’investissement TOTAL sur ce stade …et le coût facturé à cette entreprise privée….

  4. : "EsberitdePau" says:

    Difficile d’être plus clair…la réalité des chiffres est impitoyable. Quand l’activité ne finance que les 2/3 du fonctionnement qu’en sera t il demain avec une part d’investissement que la collectivité devra bien mettre à charge de la structure….ceci bien entendu avec la perspective d’une autre structure à Billère. Au fond, le projet envisagé par la ville d’un nouveau Méliès n’est que la conséquence du mensonge qui a prévalu pour la disparition de la rotonde qui pouvait être aménagée et remise aux normes de sécurité….la préfecture n’en demandait pas plus. Mais Bayrou ayant inventé une injonction qui lui était faite…il n’a rien trouvé de mieux que de compléter son projet par des éléments susceptibles de lui donner une justification ( auditorium et cinéma). Un peu d’analyse pourrait l’amener à revenir en arrière….mais le peut-il ou plutôt le veut-il? Que dit Pérez de tout cela? Lui qui fait preuve d’une grande habileté pour dénoncer les gabegies….des autres?
    Outre la gabegie financière, on peut craindre… les financements publics n’étant pas extensibles… que des structures de diffusion cinématographiques locales ( Monein, Orthez, Garlin…et quelques autres) soient demain les victimes collatérales de ces choix irresponsables. Mais c’est une habitude, on peut faire une longue liste des dégâts culturels et sociaux de ces appétits de grandeur…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s