Le vélo à Pau


Un peintre facétieux inspiré par le Tour de France a écrit sur le bitume du boulevard Tourasse à Pau, « et le vélo ? ». L’interrogation est bien sûr chargée de sous-entendus et laisse entendre qu’il s’agit là d’un reproche formulé à l’encontre de l’équipe municipale en place.

Il faut dire que porter des inscriptions ainsi sur la voie publique constitue une infraction prévue et réprimée par le code pénal. Mais passons, parce que, après tout, c’est quand même la ville de Pau qui avait peint la première partie de la phrase : « Pau aime le Tour ». L’intention était de faire en sorte que les photos prises depuis les hélicoptères permettent d’identifier la ville de Pau. C’est pas génial, génial, mais au mois de juillet, lorsque cette épreuve vient chez nous, il convient d’afficher ce genre de formule, cela se fait ailleurs.

Maintenant puisque reproche il y a, essayons de voir si la ville de Pau est en matière du vélo réellement sous équipée. Mais si vous le voulez-bien commençons par réviser nos fondamentaux. Il ne faut pas confondre vélo et bicyclette. Il n’y a pas sur un vélo de garde-boue, de sonnette ou d’éclairage, ces ustensiles existent sur les bicyclettes. Et comme l’affirme Philippe Delerm, « on n’est amoureux qu’à bicyclette » et jamais vraisemblablement en vélo. Second point à préciser, il ne faut pas confondre piste cyclable et bande cyclable. Si l’une et l’autre sont exclusivement réservées à la circulation des deux roues non motorisées, la piste cyclable est séparée des voies utilisées par les motorisés par un terre-plein, tandis que la bande cyclable est un espace de circulation matérialisé par une peinture au sol.

Le peintre facétieux qui s’affuble du nom de Kriss Vroome (très drôle) semble reprocher un manque d’équipements préjudiciable à la circulations des vélos (ou bicyclettes) dans la citée royale. Pourtant les travaux actuels motivés par le projet du BHNS (bus à haut niveau de service) ont le souci de mettre en place, en parallèle de l’itinéraire dévolu au futur transport en commun, des pistes cyclables. Ainsi allées Condorcet et avenue Dufau. De même que boulevard de la Paix et boulevard Hauterive. Peut-être que ces nouveaux équipements sont en-dessous des promesses électorales faites par le maire de Pau,  mais vous en connaissez beaucoup, vous, des politiques qui tiennent totalement leurs promesses ?

Il est difficile de faire un état des lieux objectif dans ce domaine car il faudrait mesurer les distances des équipements consacrés. Alors tournons-nous vers une étude qui ne vaut que ce qu’elle vaut et qui émane de la Fédération des usagers de la bicyclette. Cette fédération a édité un baromètre de la « cyclabilité ». Parmi les villes de 50 000 à 100 000 habitants, Pau se classe au 38ème rang sur 59 villes, avec la note de 2,74 sur 6 (plutôt défavorable). Cette étude qui date de mars 2018 n’a qu’une valeur très relative. Mais il faut s’en contenter en l’absence de toute autre étude.

Sous cette agitation médiatique on sent poindre la célèbre association « Pau à vélo». C’est tout à son honneur que d’œuvrer pour le bien-être des adeptes de la petite reine, félicitons là donc en la circonstance. Cependant il serait utile, indispensable et incontournable etc. de rappeler que lorsqu’on se déplace en bicyclette (ou en vélo) on sait bien que le principal danger vient des voitures et que les ronds-points sont des pièges. Alors l’éducation des automobilistes, à qui il convient de rappeler non seulement les règles du code de la route, mais les principes du savoir vivre ensemble doit être organisée.

La difficile cohabitation pourrait ainsi évoluer et nous permettre de nous comparer à cette région des Pays Bas, la Hollande.

Pau, le 8 août 2018

par Joël Braud

Comments

  1. abadia says:

    Lorsqu’on traverse les Allées de Bourbon par le boulevard Hauterive en direction des cliniques le terre plein de béton, genre bordure de trottoir qui « balise » la piste cyclable est particulièrement dangereux au niveau des feux tricolores car très peu visible, et nombre de véhicules sont déjà montés dessus comme en témoignent les traces de gomme sur le béton.

  2. Il faudrait aussi parler des incivilités des cyclistes, qui ne respectent les feux tricolores, qui ne tiennent pas leur guidon, qui circulent avec des écouteurs dans les oreilles au mépris de toute sécurité.

  3. Frabcoise says:

    Il n y a pas que la Hollande pour favoriser le vélo et bicyclette . Le Danemark, l Allemagne sont aussi bien placées.
    Les bandes cyclables ne sont pas très utiles vu que les voitures s y garent et à la limite dangereuses puisqu il.faut déboiter sur la voie lorsque un véhicule y est garé.

  4. Joseph says:

    il n’y a aucune différence entre « bicyclette » et « vélo », qui sont synonymes. Le premier est le terme « officiel », le second le terme courant. J’ai un vélo avec tous les équipements de ville, je l’appelle bien un « vélo », et mon vélociste aussi.

    • Joël Braud says:

      En réponse à Joseph qui n’a pas compris la citation. Dans le livre « La première gorgée de bière » de Philippe Delerm édition l’Arpenteur, il y a un chapitre intitulé, « La bicyclette et le vélo. » Après cette lecture, vous n’afficherez plus votre ignorance. D’autre, part, essayez donc de placer une sonnette, des gardes-boue et un éclairage sur le vélo de Froom et vous verrez comment vous serez reçu. Demandez aussi aux coureurs professionnels de dire qu’ils utilisent une bicyclette et vous verrez ce qu’ils vous répondront. Ah ces donneurs de leçons…

      • Joseph says:

        Depuis quand un auteur fait-il autorité en matière de langue contre le reste du monde ? Ouvrez n’importe quel dictionnaire et vous verrez que vélo et bicyclette sont traités en synonymes, et que nulle part il n’est dit qu’une bicyclette doive posséder des attributs de type garde-boue ou que sais-je.

        Bicyclette chez Larousse :
        « Vélocipède à deux roues, dont la roue arrière est motrice.
        SYNONYMES :

        vélo »

        Regardez aussi les catalogues de tous les fabricants, la distinction que vous faites ne s’y retrouve pas.

        Si les rois de la pédale ont trop de fierté pour appeler leurs montures une « bicyclette » de peur de se mélanger aux simples cyclistes, c’est leur problème.

        L’ignorant vous salue bien.

        • Joël Braud says:

          Il a vraiment rien compris.

          • Joseph says:

            « Il » est malcomprenant, le pauvre, que voulez-vous.

            Ou peut-être vous expliquez vous très mal, allez savoir.

            Mais « il » a pourtant bien lu dans votre texte :  » Il ne faut pas confondre vélo et bicyclette. Il n’y a pas sur un vélo de garde-boue, de sonnette ou d’éclairage, ces ustensiles existent sur les bicyclettes. »

            Un grand mystère non résolu.

            • Joël Braud says:

              Je vous invite à lire le texte que j’ai déjà cité : « La bicyclette et le vélo » dans le livre « La première gorgée de bière » de Philippe Delerm et vous comprendrez qu’entre votre rigide sémantique et la poésie de cet auteur, il y a une monde. Je vous invite donc avec insistance à lire ce texte.

              • Joseph says:

                Ce n’est pas « ma » rigide sémantique mais la sémantique de la langue française : le mot « vélo » s’est imposé depuis un moment dans le langage courant pour désigner indistinctement tous les engins à deux roues et à propulsion humaine par pédalier. Même les fabricants de « vélos hollandais », archétypes de la bicyclette selon la distinction de Delerm, les présentent comme des « vélos ». J’ai bien compris la licence poétique de Delerm (on trouve l’extrait sur internet), mais l’avez présentée comme une vérité générale (au même titre que la distinction bande/piste) et pas comme une licence poétique. En plus pour Delerm le vélo peut bien avoir un garde-boue si je lis bien…

  5. Hotoctone says:

    Article qu’ on aime, lorsqu’on est Palois cycliste dans une ville qui n’est pas cyclable, selon des critères objectifs. Il rappelle, par exemple, la différence fondamentale entre piste et bande cyclable, alors qu’à la mairie on se complaît dans la confusion entre les deux.
    Juste une petite défaillance : on parcourt « Pau à vélo » et non « Pau en vélo ». Parce nous ne sommes pas dans le vélo, mais assis dessus, en général.

  6. Vélos, oui c’est bien. Mais que les cyclistes n’oublient pas qu’en zone piétonne leur vitesse est LIMITÉE impérativement à 6 km/h et qu’ils doivent même mettre pied à terre (sans insulte SVP!) en cas d’affluence.
    https://www.metromobilite.fr/pdf/Code_de_la_rue.pdf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s