Des ours, pas des camions !


les-manifestants-ont-distribue-des-tracts-et-ralenti-la-circulation    « A quand l’arrêt de l’introduction de poids lourds en Vallée d’Aspe ? » C’est par cette phrase que je terminais mon dernier article du 20 Août 2018 « Balade en vallée d’Aspe » (cliquer sur le titre) qui montre que les activités pastorales et touristiques dans une vallée préservée sont les bases d’un développement harmonieux durable.

Quelques jours après, le dramatique accident de poids lourd avec une très grave pollution venait hélas confirmer, une fois de plus, qu’il est indispensable d’interdire la circulation des poids lourds en vallée d’Aspe.

Cette interdiction est cohérente avec les indispensables mesures pour la lutte contre le réchauffement climatique qui passe par la diminution du transport par camions, beaucoup trop important en Espagne. Les élus de la vallée d’Aspe ont les pouvoirs pour s’opposer à cette tragédie, on attend de leur part des prises de positions fortes.

De leur côté CODE Béarn lutte pour des déplacements plus raisonnables et a souhaité diffuser un communiqué de presse. Sans succès auprès de nos media locaux. Bizarre non ? (leur mail :  » Nous pensions que vous liriez notre communiqué élaboré au dernier CA dans la presse locale, sans succès à ce jour, nous avons le plaisir de vous l’envoyer par courriel. »)

Alors je vous diffuse ce communiqué (voir PJ) , même si le transfert de ce trafic via le rail en vallée d’Aspe proposé par cette association reste discutable au plan économique dans une période où le trafic camion doit de toute façon être réduit drastiquement.

Daniel Sango

Communiqué du CODE Béarn : communiqué de presse du 29-8-2018

Crédit Photo : Sud Ouest

Comments

  1. Robert Contrucci says:

    Ours : profusion de « news » et communiqués sur internet et la presse (locale ou non) : voir svp ci-après, une sélection d’articles (non exhaustif…)

    Ambiance « Let it bleed » :
    1) 20 minutes (20minutes.fr) :
    Article « Pyrénées-Atlantiques: Tout ce qu’il faut savoir avant le lâcher de deux ourses en Béarn » (Elsa Provenzano : publié le 26/09/18 à 16h31 — Mis à jour le 26/09/18 à 17h14) :
    URL : https://www.20minutes.fr/planete/2343363-20180926-pyrenees-atlantiques-tout-faut-savoir-avant-lacher-deux-ourses-bearn

    « Ours: Des opposants armés attendent le lâcher qui pourrait avoir lieu samedi en Béarn » (E.P. : publié le 26/09/18)
    URL : https://www.20minutes.fr/planete/2343287-20180926-pyrenees-atlantiques-lacher-deux-ourses-pourrait-intervenir-samedi
    Nota : voir aussi les commentaires…

    2) France3-régions . francetvinfo.fr : « Action des anti-ours : la procureure a ouvert une enquête préliminaire » (Par CB : publié le 27/09/2018)
    URL : https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/pyrenees-atlantiques/pau/action-anti-ours-procureure-ouvert-enquete-preliminaire-1548696.html

    3) La République des Pyrénées (larepubliquedespyrenees.fr) : « Ours : Actions des anti-ours : le procureur a déjà ouvert une enquête préliminaire » (Par Pierre-Olivier Julien, publié le 27 septembre 2018)
    URL : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2018/09/27/actions-des-anti-ours-le-fiep-demande-au-procureur-d-intervenir,2431852.php
    Voir aussi les 3 articles dans la rubrique « La rédaction vous conseille »…

    4) Sud-Ouest (sudouest.fr) :
    Article « Béarn : des éleveurs anti-ours veulent montrer les muscles face au ministre de l’Ecologie » (Publié le 19/09/2018 à 11h05. Mis à jour à 18h15 par Étienne Czernecka)
    URL : https://www.sudouest.fr/2018/09/19/bearn-des-eleveurs-anti-ours-veulent-montrer-les-muscles-face-au-ministre-de-l-ecologie-5404631-4344.php
    Voir aussi les 3 articles dans la rubrique : « Sur le même sujet »

    Espérons que ces 2 ours en provenance de Slovénie, ne connaîtront pas le même sort que l’ourse Cannelle abattue « accidentellement » le 1er novembre 2004 par un chasseur…

    Ambiance « Let it be » :
    1) F.I.E.P (Fonds d’Intervention Eco-Pastoral ; Groupe Ours Pyrénées)
    URL : http://www.fiep-ours.com/

    2) Rappel (Source : france3-regions.francetvinfo.fr) :
    « 20 ans de batailles autour de l’ours des Pyrénées » (Archives : Dominique Cassagne – Publié le 25/05/2016 à 07:06, mis à jour le 07/07/2017 à 14:08) :
    URL : https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/20-ans-de-batailles-autour-de-l-ours-des-pyrenees-981352.html

    3) Rappel : article « Ce sont les élus qui sont trop nombreux, pas les ours ! » (Alternatives Pyrénées : 5 août 2018 par Daniel Sango)
    URL : https://alternatives-pyrenees.com/2018/08/05/ce-sont-les-elus-qui-sont-trop-nombreux-pas-les-ours/

    Bonne lecture et place… aux ours dans les Pyrénées ! 😉 😉 😉

  2. Robert Contrucci says:

    @Michel Lacanette :

    Outre vos préconisations contenues dans votre commentaire du 16 septembre 2018 et… un éventuel dissuasif péage pour les poids lourds excédent plus de 10, 15 ou 20 tonnes ??? : voir svp mes différents commentaires à la suite de cet article, dont celui du 8 septembre 2018 + 15 septembre 2018 (extraits ci-après) :

    Commentaire du 08/09/2018 (Extrait) : « La réponse appartient peut-être à M. le Préfet des Pyrénées-Atlantiques, qui pourrait, outre l’interdiction de transport de matières dangereuses, limiter le tonnage des camions poids lourds, transitant par la RN 134 ?
    Exemple : Arrêté portant interdiction de circulation pour les véhicules de plus de 7,5 ou plus de 10 tonnes ?
    De plus, je suis presque persuadé que certains élus béarnais ne seraient pas d’accord entre eux, sur la prise de cette éventuelle mesure (?!?) , de même, que quelques chauffeurs de gros poids lourds, puissent admettre « en privé », que la possibilité de circulation de tels camions sur cet axe routier sinueux, est anormale et crée un réel danger… »

    Commentaire du 15/09/2018 (Extrait) : « Par contre, les pouvoirs publics ne se sont pas encore réveillés (?!?) : est-ce qu’il faut qu’il se produise encore plusieurs accidents graves et l’unanimité de TOUS les élus de la vallée d’Aspe, pour les inciter ou leur permettre enfin de prendre des décisions radicales (?!?) : supprimer en priorité, la circulation des camions transportant des matières dangereuses !!! »

    • Michel LACANETTE. says:

      Nos approches ne sont pas si éloignées que ça. Par contre le silence des pouvoirs publics qui d’ habitude sont prompts à réprimander est inquiétant. Cela laisse supposer que l’ on veut volontairement imposer le passage des PL  » sans contraintes » pour démoraliser la population.
      De plus, j’ ai comme l’ impression qu’ en réaction aux dernières manifestations des habitants les transporteurs Espagnols intensifient le trafic pour abonder dans le sens des lobbies. Ce comportement est très inquiétant pour l’ avenir de la vallée d’ Aspe et de ses habitants, qui subissent au quotidien l’ insécurité, la pollution et la dépréciation de la qualité de vie et des biens immobiliers pour certains. Le silence des autorités de tutelle, des forces de Gendarmerie, des Elus locaux, est un manquement total à l’ encontre des principes républicains et de démocratie.

  3. Robert Contrucci says:

    @Manaut :
    Pour les internautes pressés et non adeptes de la lecture rapide, faisons un p’tit résumé du contenu des 2 sites que vous avez cités :
    1) Article paru sur le site « Contrepoints » (article du 4 juin 2018 par Michel Gay) :
    « L’hydrogène, cet hallucinogène » (Les faits sont têtus et la physique impitoyable)
    Le résumé se réduira tout simplement à la… « Conclusion » en fin de cet article :
    « Conclusion : L’usage énergétique de l’H2 est actuellement quasiment inexistant au niveau mondial (1% pour les fusées) parce qu’il est difficile à manier, conditionner, transporter, stocker… ce qui le rend peu pratique à utiliser et très coûteux à exploiter.
    Dans ces conditions, en dehors d’opérations publicitaires ciblées et de projets expérimentaux (parfois « bidons ») subventionnés par les contribuables, l’H2 ne succédera certainement pas au pétrole ni au gaz naturel (méthane) avant longtemps. Le processus vers une « civilisation de l’hydrogène » ne débutera pas avant au moins 50 ans.
    Il faut surtout retenir que l’économie hydrogène consomme en amont 75% à 90 % de l’énergie produite par une autre source d’énergie (nucléaire, vent, soleil, biomasse,…) pour n’en livrer que 10 à 25% à l’utilisateur final à un coût durablement élevé. Il faudra vraiment en avoir besoin pour gaspiller autant d’énergie et donc … d’argent.
    S’engagera-t-on dans cette gabegie énergétique et financière ?
    En tant qu’énergie pouvant répondre aux besoins de l’humanité, l’H2 est une difficile solution d’avenir qui risque malheureusement de le rester longtemps. »
    Rappel URL : https://www.contrepoints.org/2018/06/04/215595-lhydrogene-cet-hallucinogene

    2) Article de Jacqueshenry « Et maintenant les trains à hydrogène : l’imbécillité humaine n’a vraiment pas de limite … »
    Le résumé se limitera encore tout simplement, à la « Note », qui est en fin de cet article :
    « Note. L’article de Michel Gay sur le site Contrepoints explique en détail l’imbécilité totale du « plan hydrogène » « .
    Rappel URL : https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/06/16/et-maintenant-les-trains-a-hydrogene-limbecillite-humaine-na-vraiment-pas-de-limite/

    Il y a un hic, toutefois : comment faire lire ou porter à leur connaissance, la teneur de ces 2 articles, aux personnes qui ont assistées à la réunion du Comité pour la réouverture de la ligne Oloron- Canfranc, le samedi 8 septembre 2018 à Bedous, personnes qui ont avalées les bobards d’un « Politicien-communicant », apparemment, à la grande satisfaction du vice-président du Creloc ?
    Bis repetita : (re)lire svp l’article complet de Gildas Boënnec, publié le 10 septembre 2018 dans la presse locale et l’extrait paru à 11h06 «Le train à hydrogène pour freiner les camions en vallée d’Aspe ? » (Site : larepubliquedespyrenees.fr)
    Chapeau de l’article : « La réunion du Comité pour la réouverture de la ligne Oloron- Canfranc a été l’occasion d’évoquer les solutions qui permettraient de faire baisser le trafic de camions en Aspe, du portique jusqu’au train à hydrogène en passant par la prolongation de la ligne. »
    URL : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2018/09/10/le-train-a-hydrogene-pour-freiner-les-camions-en-vallee-d-aspe,2419716.php

    En attendant, les opposants au passage des poids lourds sur la RN 134, continuent à manifester : voir svp l’article complet paru ce jour samedi 16 septembre 2018,en page 5 de la presse locale (« La République des Pyrénées » ou « L’Eclair » Pyrénées).
    Titre : « Face aux camions, la vallée d’Aspe se réveille » (Article de Jean Testemale)

    Par contre, les pouvoirs publics ne se sont pas encore réveillés (?!?) : est-ce qu’il faut qu’il se produise encore plusieurs accidents graves et l’unanimité de TOUS les élus de la vallée d’Aspe, pour les inciter ou leur permettre enfin de prendre des décisions radicales (?!?) : supprimer en priorité, la circulation des camions transportant des matières dangereuses !!!

    Pour rappel et/ou information, voir svp les sites web suivants :
    1) Site « Géorisques » : section « Le risque de transport de matières dangereuses »
    URL : http://www.georisques.gouv.fr/articles/le-risque-de-transport-de-matieres-dangereuses

    2) Site « Gouvernement.fr » (Risques : prévention des risques majeurs) : section « Transport de matières dangereuses »
    URL : https://www.gouvernement.fr/risques/transport-de-matieres-dangereuses

    Bonne lecture !

  4. Robert Contrucci says:

    « Des ours, pas des camions ! et pas… de trains ! » : on va enfoncer un peu plus le pieu et pas le clou, puisque le gouvernement français et la SNCF, doivent, et pour une période indéterminée, répondre raisonnablement…, des « clous » aux « sous » réclamés par les élus régionaux de la Nouvelle Aquitaine : des clous, avec écho sans fin dans… la vallée d’Aspe, même avec quelques pistes de financement.
    Avec le projet de ligne ferroviaire Pau-Canfranc et au delà, on reste(ra) toujours ou un peu beaucoup, dans l’illusion et pour… très longtemps ! (bis, ter repetita).

    Nota : rappelons que les grands projets ferroviaires du sud-ouest (LGV-GPSO) sont déjà reportés, sinon annulés… : LGV Bordeaux-Toulouse + Bordeaux-Dax avec prolongement vers Pau et Tarbes.

    Pour info et/ou rappel : lire svp, l’article ci-après, intitulé « La SNCF fait exploser la dette de la France » (Site le Figaro.fr : article d’ Anne de Guigné . Mis à jour le 07/09/2018 à 10:42 / Publié le 06/09/2018 à 19:07) :
    « La requalification en administration de SNCF Réseau, imposée par l’Europe, fait grimper le taux d’endettement public à hauteur de 98,5 % du PIB fin 2017 »
    URL : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/09/06/20002-20180906ARTFIG00285-la-sncf-fait-exploser-la-dette-de-la-france.php

    Pour les internautes qui préfèrent une vidéo : voir svp via « BFM TV » (l’édito éco de @NicolasDOZE : 07/09/2018) : « La SNCF plombe la dette française »
    URL : https://www.scoopnest.com/fr/user/bfmbusiness/1037941403303784448-la-sncf-plombe-la-dette-francaise-l-edito-eco-de-nicolasdoze

    • On va essayer de revenir à la réalité, ne pas tout mélanger dans la comparaison avec les chiffres officiels, pour un projet chiffres provisoires avant travaux!

      AUTOROUTE A65 PAU-LANGON 150 km 1200M€ soit 8M€/km
      LGV TOURS BORDEAUX 300km 9000M€ soit 30M€km

      DÉVIATION OLORON GABARN-GURMENCON 3.6km 90M€ soit 25M€/km
      RÉNOVATION VOIE FER OLORON-BEDOUS 53km 102M€ soit 2M€/km

      On voit que les LGV sont ruineuses et que la rénovation du train en vallée d’Aspe peut se discuter par rapport aux travaux de la route de montagne!

      • Vous ne devez pas habiter le secteur pour noter à 53 kms la distance entre Oloron-Bedous qui est en réalité de 24,7 kms, J’en profite pour vous dire que ce matin,à 8h11, au passage à niveau de Bidos, j’ai vu passer le petit train à Rousset avec un seul passager à bord..

      • Robert Contrucci says:
                @DUDULE :
        

        Je vais éviter de trop mélanger mes commentaires effectués à la suite de cet article : il n’est pas question d’insister sur le coût au km d’une déviation, d’une autoroute ou d’une ligne LGV en comparaison avec le projet de prolongation de la ligne ferroviaire dans la vallée d’Aspe, mais de préciser et/ou d’insister, sur le contexte dans une période où l’actuel gouvernement tente de réduire le déficit public par la maîtrise des dépenses (Discours récurrents de tous les gouvernements français, depuis plusieurs années…).

        En attendant plus de 10, 20 ou même 30 ans, pour la réalisation de la prolongation de la ligne Oloron-Bedous vers Canfranc et au delà (…) :
        1) que vont décider les élus de la région et que va t’on faire et/ou prendre comme décision(s) radicale(s) ?
        2) est-ce que les habitants de cette vallée, enfin entrés en rébellion, vont t-‘ils continuer à bloquer épisodiquement les camions sur cette route, afin que la justesse de leur combat soit reconnue ?
        Rappel : article « Vallée d’Aspe : troisième blocus anti-camions, d’autres mouvements à prévoir » publié le 06/09/2018 à 17h26, par Étienne Czernecka. dans « Sudouest.fr ».
        URL : https://www.sudouest.fr/2018/09/06/vallee-d-aspe-troisieme-blocus-anti-camions-d-autres-mouvements-a-prevoir-5367582-4321.php

        Question : que proposez-vous comme solution afin qu’une telle situation ne perdure pas aussi longtemps ?

        La réponse appartient peut-être à M. le Préfet des Pyrénées-Atlantiques, qui pourrait, outre l’interdiction de transport de matières dangereuses, limiter le tonnage des camions poids lourds, transitant par la RN 134 ?
        Exemple : Arrêté portant interdiction de circulation pour les véhicules de plus de 7,5 ou plus de 10 tonnes ?
        De plus, je suis presque persuadé que certains élus béarnais ne seraient pas d’accord entre eux, sur la prise de cette éventuelle mesure (?!?) , de même, que quelques chauffeurs de gros poids lourds, puissent admettre « en privé », que la possibilité de circulation de tels camions sur cet axe routier sinueux, est anormale et crée un réel danger…
        Nota : j’évite d’évoquer l’entretien de cet axe routier…

        « Last but not least » : si j’insiste tant sur ce forum, c’est que j’en ai marre de constater comme d’autres, un tel gaspillage d’argent public au frais des contribuables…
        Exemples : routes, aéroports locaux et surtout gares TGV implantées au milieu de nulle part et dénommées « stations fantômes »…
        Les rapports de la Cour des comptes à posteriori, n’ont presque , sinon aucun effet sur les décisions de certains élus malgré la gabegie constatée…
        De plus, ce genre de constat a le don de me faire un peu brusquement monter la tension, et à mon âge, en tant que jeune retraité, j’ai l’intention de profiter le plus longtemps possible de ce statut… 😉 😉 😉

        • @Robert Contrucci, j’ai toujours plaisir à lire vos commentaires pétris de références. Cela fait 48 ans que cette voie ferrée est fermée, et cela fait toujours 48 ans que des personnes avalent bobards sur bobards sur une réouverture imminente de cette voie ferrée. Aujourd’hui-même se tenait l’Assemblée générale du Creloc à Bedous, nul doute que la présence de Benoît Simian, député de la Gironde a dû conforter les troupes sur l’intérêt porté sur la future ouverture de cette voie ferrée, passant à la trappe les rapports Duron et Spinetta, ignorant les parlementaires locaux qui ne prendraient pas son bobard au sérieux. Un bobard de plus quoi. Une histoire de com.

          • Robert Contrucci says:

            @Manaut :
            Effectivement, lorsque l’on lit l’article complet de Gildas Boënnec, publié ce jour, 10 septembre 2018 dans la presse locale et l’extrait paru à 11h06 « Le train à hydrogène pour freiner les camions en vallée d’Aspe ? » (Site « larepubliquedespyrenees.fr »), il y a de quoi être consterné que tant de personnes puissent avaler autant de bobards…
            URL : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2018/09/10/le-train-a-hydrogene-pour-freiner-les-camions-en-vallee-d-aspe,2419716.php

            Et ci-après, une autre référence avec un peu d’histoire (Mémoire présenté en 2007 par Jürg Suter : travail traduit en français, pour le diplôme de la faculté de philosophie et sciences naturelles de l’Université de Berne, Suisse ), et pas pour… pallier à d’éventuelles insomnies dues à ce projet de prolongation de cette ligne ferroviaire dans la vallée d’Aspe (Merci de bien vouloir m’excuser, car en ce moment, je suis d’humeur taquine, mais c’est quand même du sérieux…) :
            « Valorisation d’une ligne ferroviaire internationale traversant les Pyrénées centrales » (Etude sur la demande et la réalisation d’un service de transport de voyageurs et de marchandises sur la ligne Pau – Canfranc – Zaragosa) :
            URL : http://www.canfranc.ch/pdf/Francais/Travail_1.pdf

            « Bonne lecture ! » (140 pages) 😉 😉 😉

            • https://www.contrepoints.org/2018/06/04/215595-lhydrogene-cet-hallucinogene
              C’est dommage que l’article du journal ne soit pas ouvert aux commentaires. Ainsi, nous ne pouvons produire d’arguments mettant en évidence les bobards du train à hydrogène.Tout çà, pour ne pas s’aliéner la frange des partisans du Canfranc à l’approche des élections. Depuis la fermeture de la voie ferrée il y a 48 ans, que de couleuvres avalées pour croire à la résurrection de cette ligne.

              • Robert Contrucci says:

                Faisons un p’tit résumé de la semaine :
                1) Merci au « Sieur » Manaut, d’avoir rappelé l’article paru sur le site « Contrepoints » (article du 4 juin 2018 par Michel Gay) :
                « L’hydrogène, cet hallucinogène » (Les faits sont têtus et la physique impitoyable) URL : https://www.contrepoints.org/2018/06/04/215595-lhydrogene-cet-hallucinogene

                2) Article complet de Gildas Boënnec, publié le 10 septembre 2018 dans la presse locale et extrait paru à 11h06 « Le train à hydrogène pour freiner les camions en vallée d’Aspe ? » (Site « larepubliquedespyrenees.fr »)
                URL : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2018/09/10/le-train-a-hydrogene-pour-freiner-les-camions-en-vallee-d-aspe,2419716.php
                Court extrait (Paragraphe : «Rouvrir le Canfranc au plus vite ») :
                « « L’annonce du projet de train à hydrogène révélée par Benoit Simian a été la grande nouvelle de cette assemblée générale », explique le président du Creloc, Alain Cazenave-Piarrot, qui se réjouit de l’affluence constatée lors de la réunion organisée à Bedous ».
                «Nous savons que cette technologie est expérimentale : on attend donc de voir ce que ça va donner. »Pour nous, l’essentiel, c’est que la ligne Pau – Canfranc opère sa réouverture au plus vite, c’est-à-dire au plus tard en 2024… avec la traction que l’on voudra, mais nous pensons raisonnablement que pour commencer, les trains rouleront au diesel. »

                Cherchez l’erreur !!! = coooonsternation, et peut-être pas encore assez évident pour les fervents supporters de la réouverture, toujours autant hypothétique… de cette ligne ferroviaire Oloron-Canfranc et au delà…
                Toujours de l’espoir Messieurs ?!? ah non ??? pourtant il y a d’autres priorités en cette période = voir en rappel, l’article « Transports : LGV : la liaison Bordeaux-Dax disparaît bien des priorités de l’Etat » (Site « larepubliquedespyrenees.fr » : par E.N, publié le 12 septembre 2018 à 10h38)
                Chapeau de l’article : « La ministre des transports a dévoilé ce mardi soir ses priorités. L’entretien des réseaux passera avant la construction de nouvelles lignes »
                Nota : et probablement (?), cette annonce est valable pour des lignes ferroviaires autres que les lignes LGV…
                URL : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2018/09/12/lgv-la-liaison-bordeaux-dax-disparait-bien-des-priorites-de-l-etat,2421250.php

                En attendant, les manifestations des habitants concernés par la circulation des camions sur la RN 134, continuent… :
                « Accous : Une centaine de manifestants réunis au rond-point d’Accous » (Publié le 14 septembre 2018 à 12h23 (Site « larepubliquedespyrenees.fr »)
                URL : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2018/09/14/une-centaine-de-manifestants-reunis-au-rond-point-d-accous,2422866.php

                Question (bis, ter repetita) :
                1) que vont décider les élus de la région et que va t’on faire et/ou prendre comme décision(s) radicale(s) ?
                2) est-ce que les habitants de cette vallée, enfin entrés en rébellion, vont t-‘ils continuer à bloquer épisodiquement les camions sur cette route, afin que la justesse de leur combat soit reconnue ?

                Attends- t-on un autre accident ou d’autres accidents ?!?

                • Si vous avez eu plaisir à lire que le train à hydrogène était hallucinogène, en ouvrant le lien ci-dessous vous découvrirez son socle d’imbécilité humaine pour proposer un tel projet à la population aspoise.
                  https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/06/16/et-maintenant-les-trains-a-hydrogene-limbecillite-humaine-na-vraiment-pas-de-limite/

                • Michel LACANETTE. says:

                   » …..vous découvrirez son socle d’imbécilité humaine pour proposer un tel projet à la population aspoise. »
                  Si ce socle d’ imbécilité n’ est qu’ une future proposition pour la population Aspoise, il est la réalité imposée pour la population Paloise, qui d’ ici peu avec l’ arrivée du Tram bus va le vivre au quotidien. Mais de cela vous oubliez d’ en parler.

                • Larouture says:

                  « que vont décider les élus de la région et que va-t’on faire et/ou prendre comme décision(s) radicale(s) ? »
                  En attendant quelle solution préconiseriez-vous ?

                • Michel LACANETTE. says:

                  En attendant quelle solution préconiseriez-vous ?

                  Pour ce qui me concerne, dans l’ attente du retour du train à Canfranc et des marchandises sur le train, il faut installer sur tout le parcours de la RN134 des radars avec limitation de vitesse à 70 km/h pour les PL, comme entre Montréjeau et Vielha ( Val d’ Aran).
                  Limitation du tonnage des PL à 26 T de PTR comme sur la départementale D9 entre Oloron et Monein.
                  Limiter le tonnage des PL transportant tous type de produits dangereux à 10T de PTR .
                  Catégoriser les produits le plus dangereux afin de leur interdire le transport par la vallée
                  d’ Aspe. Rendre le tunnel du Somport payant pour les PL.
                  L’ Ensemble de ces mesures peuvent être prises très rapidement pour diminuer le trafic des PL en vallées d’ Aspe. Tout le monde attend avec impatience, les décisions du Préfet, des Autorités de tutelle et les souhaits des Maires en la matière, qui actuellement se taisent, comme un seul homme d’ Oloron à Urdos.
                  Ces simples mesures attentatoires feraient sûrement retomber la tension en vallée
                  d’ Aspe, bien plus que des demandes de contournements de villages qui ne sont qu’ une fausse réponse à un vrai problème. Des aménagements sans mesures ne feront
                  qu’ attirer plus de PL.

    • Michel LACANETTE. says:

      Un tel comportement criminel, je pèse bien le mot, démontre qu’ il y a bien dans cette vallée une volonté délibérée de vouloir  » saturer  » les riverains et habitants de la vallée de PL pour qu’ ils en arrivent à demander des aménagements routiers. Cela est bien sûr un leurre qui ne servira qu’ à attirer plus de camions. Cela voudrait dire que les habitants en seraient réduits à se tirer une balle dans le pied.
      Une solution temporaire dans l’ attente de la réouverture de la voie ferrée( n’ en déplaise à certains) est l’ installation de radars tout les 5 km entre Oloron et le tunnel du Somport, couplé à des limitations de vitesse à 70 km/h. C’ est ce qui a été fait entre Montréjeau et le tunnel de Vielha ( Val d’ Aran)
      Avant la foire d’ empoigne entre PL y était pire que sur la RN134, aujourd’ hui ça file doux, même très doux. Par le fait du hasard, plus de 50% du trafic PL a disparu, mais malheureusement pour se déplacer plus vers l’ Ouest au Somport, dernier  » Col libre sans contrainte routière  » des Pyrénées.
      Certains veulent nous faire croire qu’ avec l’ ouverture des autovias Espagnoles coté sud des Pyrénées l’ augmentation du trafic PL est une fatalité, dont les Aspois doivent
      s’ accommoder. Non l’ augmentation du trafic PL n’ est pas une fatalité, mais une volonté délibérée d’y amener plus de PL pour détruire définitivement cette vallée.
      Maintenant il est du devoir des autorités de tutelle de mettre un terme à cette situation
      d’ insécurité permanente. Les moyens sont disponibles et faciles à mettre rapidement en place, aux habitants et Elus de la vallée de le demander, eux seuls ont la clef pour résoudre le problème. Pour l’ instant les Elus se taisent …..

    • Un Passant says:

      Cette vidéo est effrayante !

      Je ne sais s’il faut en tirer autant de conclusions que vous, je ne connais pas le sujet, mais « un tel comportement [est] criminel« , à coup sûr

  5. Je pense que le débat sur la vallée d’Aspe n’est pas camion ou train, il est plus radical que cela : la vallée d’Aspe DOIT être préservée. Le train est aujourd’hui une tocade du Président de Région, il pourrait être un outil du développement touristique ultérieur avec la liaison vers l’Espagne car la ligne est magnifique, mais en aucun cas son utilisation pour le transport de camion est économique et donc envisageable
    Quant aux déviations, l’entrée de la vallée c’est Asasp. Ensuite, on ne touche à rien, ou très peu. Plus de camion, seulement des touristes et les habitants. Une vallée préservée.

    • Robert Contrucci says:

      Dans l’esprit de beaucoup de personnes, c’est hélas, encore et pour longtemps, un débat sur la vallée d’Aspe entre camion ou train : beaucoup de personnes sinon la majorité, ne connaissent pas le(s) dossier(s) évoqués entre autres ici et là, dont l’article « Train et route en vallée d’Aspe : enjeux et questions» (G. Manaut : article du 3 novembre 2017 paru dans « Alternatives Pyrénées »), même si la teneur de cet article ainsi que les commentaires qui suivent, ne sont pas forcément partagés par tous (ensemble des contribuables et… maires, conseillers régionaux + élus politiques) .

      Les difficultés d’extension de cette ligne ferroviaire, dues, entre autres, aux caractéristiques montagnardes de cet endroit des Pyrénées, me semble rédhibitoires, nécessitant des investissements très importants, même avec l’aide de l’Europe…
      De plus, je n’hésite pas à reprendre ci-après, la conclusion de G. Manaut à la fin de son article : « En conclusion, il n’est bien sûr pas question d’insulter l’avenir et le jour viendra peut être où le contexte rendra pertinent et nécessaire la mise en œuvre d’un tel projet.
      Mais à l’heure ou l’argent public est rare et où la rigueur et la rationalité s’imposent plus que jamais dans l’arbitrage des priorités d’investissement, n’ y a t-il pas plus pertinent, efficace et urgent à faire dans la promotion et le développement du fret ferroviaire ? »

      Il y a aussi une réalité de la réalité : en cette période, le gouvernement pour des raisons de contraintes budgétaires, a annulé la création de plusieurs lignes TGV (Exemple : Bordeaux – Toulouse).
      En outre, ces contraintes budgétaires s’imposent aussi à la SNCF et même si le « roitelet de région » a amorcé au frais des contribuables, la ligne Oloron-Bedous, en espérant une extension vers Canfranc et au delà, il y a une très grande incertitude sur l’extension de cette ligne qui risque fort d’être reportée aux… calendes grecques (?); aussi, d’ici là, je pense que nous serons avec beaucoup d’autres, sur notre petit nuage, entrain de siroter un cocktail des Isles ou… déguster un bon verre de vin de Bordeaux (un grand cru classé… de préférence ! ;-))) ) : que l’extension de cette ligne ferroviaire ne soit pas de la science-fiction, peut-être, mais il va falloir être… très patient !

      « Last but not least  » : voir svp l’article « Vallée d’Aspe : haro sur les camions de matières dangereuses » publié le 05/09/2018 à 07:56 (site web du quotidien « La Dépêche du Midi »).
      URL : https://www.ladepeche.fr/article/2018/09/05/2862764-vallee-d-aspe-haro-sur-les-camions-de-matieres-dangereuses.html

      • Michel LACANETTE. says:

        Mais à l’heure ou l’argent public est rare et où la rigueur et la rationalité s’imposent plus que jamais dans l’arbitrage des priorités d’investissement, n’ y a t-il pas plus pertinent, efficace et urgent à faire dans la promotion et le développement du fret ferroviaire ? »

        Ce problème est une priorité, car c’ est un problème de salubrité publique qui doit dépasser tous les clivages. Il faut que les autorités de tutelle reconnaissent que ce projet de tunnel, essentiellement politique, a été une erreur monumentale et une gabegie sans fond pour ce qui concerne son ouverture au transport routier. Compte tenu, comme vous dites des restrictions financières et des priorités d’ investissement, qui peut aujourd’ hui se lancer dans une remise à niveau de cette route( sûrement plus de 1 milliard d’ euros) pour répondre aux critères de sécurité ?
        Absolument aucune collectivité locale et encore moins l’ Etat. Ce projet est dans
        l’ impasse totale. Seule l’ Europe pourrait peut être apporter une réponse, mais compte tenu de ses contraintes ( immigration, populisme de certains gouvernements, chômage chronique en Europe etc) elle n’ est pas prête à se hasarder dans cette aventure dont les hommes politiques locaux l’ ont embarqué une première fois.
        Seule la limitation des PL et l’ interdiction de transit des produits dangereux dans cette vallée peut être une réponse rapide à ce problème, en attendant la réouverture de la voie, avec ses avantages et inconvénients.
        Surtout pas des PL sur des wagons vision de technocrates, mais du transport par containers seule solution viable qui peut répondre aux besoins obsessionnels de rapidité du  » juste à temps » .

        • https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=es&u=https://www.heraldo.es/&prev=search
          Il y a quelques jours, la presse espagnole relatait que le Président de la Région Aragon allait rencontrer hier le Chef du Gouvernement espagnol et que, patati et patata, la réouverture du Canfranc serait mise sur la table. En ouvrant le lien ci-dessus, la presse espagnole ne parle plus de la rencontre avec Pedro Sanchez, mais d’une entrevue aujourd’hui avec le Ministre des transports espagnols, où le Canfranc n’y est même pas évoqué. Qui se plaindra de l’évitement d’un projet de désastre financier. ?

          • Robert Contrucci says:

            Inutile de deviner qui se plaindra de la non réalisation de ce projet qui pourtant, se transformerait en gouffre financier !
            Nous sommes bien loin de l’enthousiasme de notre « roitelet de région » qui affirmait en 2008, « La ligne Pau-Canfranc sera réouverte » :
            Source : Aqui.fr – Partageons l’information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
            URL : http://www.aqui.fr/dossiers/index.php?id_article=1035&dossier=

            Je pense que nos amis espagnols ont compris que le gouvernement français, avait d’autres chats à fouetter que de se focaliser sur la réalisation de cette ligne ferroviaire, car les priorités pour ce dernier, sont… ailleurs (…).

            Pour conclure (provisoirement…), un peu de lecture que les internautes auront largement le temps de (re)lire avant l’hypothétique ouverture de cette ligne ferroviaire… 😉 :
            « La réouverture du Pau – Canfranc : un projet polémogène ? »
            Source : Sud-Ouest Européen (Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest)
            Référence électronique : Aurélie Verzegnassi (auteur), « La réouverture du Pau – Canfranc : un projet polémogène ? », Sud-Ouest européen [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2017, DOI : 10.4000/soe.2172
            URL : https://journals.openedition.org/soe/2172

  6. Il faut lire le communiqué de la l’Association Code Béarn qui considère que cette route est inadaptée et inadaptable aux poids lourds. En clair, les riverains de la RN134 doivent supporter les contraintes de cette fréquentation routière intense. On a compris le fonctionnement de cet état d’esprit des écolos qui avaient tenté de faire capoter le projet de la déviation routière d’Oloron, du Gabarn à la Porte d’Aspe. Avec cette nouvelle version écolo, les riverains de Gurmençon, d’Asasp, Cette,Urdos doivent se montrer patients.

    • Hotoctone says:

      Manaut, ne colportez pas de fausses informations, SVP, Vous devriez savoir que les adhérents de Code Béarn préfèrent voir le train qui va contribuer à moins de camions, plutôt que des déviations qui vont encore les attirer. Mais vous le savez déjà.

  7. Hotoctone says:

    « Non aux poids lourds, oui aux poils d’ours ! »

  8. Cà ne me fait pas bander que 120 millions de travaux aient servi, et servent à transporter en train 3 voyageurs en remplacement de l’autobus qui consommait 3 fois moins de carburant.Devant ce fiasco, les utopistes se remettent en selle pour nous dire que le succès ne sera perçu qu’avec le transport des marchandises en prolongeant la voie ferrée jusqu’à Canfranc.Or, la dernière étude qui nous avait été dissimulée pendant 2 ans faisait état que la part du fret ferroviaire serait accrue avec un péage de 100 € pour chaque passage de camions au tunnel du Somport. Cette disposition rapporterait 3 millions par an. Avec cette base et sur une assise de 300 jours ouvrés, le train capterait annuellement l’équivalent de 100 camions, sur un passage annuel actuel de 40 000 camions.
    Cela veut dire tout simplement que cette circulation de camions en vallée d’Aspe correspond à une activité très locale effectuée sur des trajets de faible distance dont un péage de 100 € ne dissuaderait pas en comparaison du coût d’un transbordement en train.

  9. Robert Contrucci says:

    Au « Sieur » Daniel Sango et autres lecteurs des articles d’Alternatives Pyrénées : pour info/ et ou rappel, il suffit de lire ou relire l’article de M. G. Manaut, article intitulé « Train et route en vallée d’Aspe : enjeux et questions » (article du 3 novembre 2017) ainsi que les commentaires pertinents de l’auteur de cet article en réponse à des questions d’internautes qui, pour ces derniers, ont parfois émis des avis tout aussi pertinents…
    URL de l’article : https://alternatives-pyrenees.com/2017/11/03/train-et-route-en-vallee-daspe-enjeux-et-questions/

    Ce rappel, est aussi valable pour Madame la Présidente du « CODE Béarn », dont le communiqué de presse du 29/08/2018 « Poids lourds en vallée d’Aspe ? » est effectivement discutable, bien que l’on sache que depuis longtemps, la RN134 étroite et sinueuse, est « inadaptée (et inadaptable) au trafic des poids lourds », à part peut-être et encore, de l’avis contraire de… certains élus !.
    Outre les décisions du « roitelet de région », il y a certainement des désaccords entre élus de cette vallée, désaccords « béarno franco-franchouillards » et ce, au détriment des personnes qui subissent le désagrément du passage perpétuel des poids lourds.

    Si il existe toujours, la polémique sur l’ouverture et surtout la prolongation de la voie ferrée vers Canfranc et au delà, ainsi que sur l’utilisation de la RN134 par les camions, il n’en reste pas moins qu’il faudra, et en tenant compte des études de faisabilité au préalable (entre autres, le problème de la configuration du terrain où passerait le fret ferroviaire), attendre au minimum une bonne dizaine d’années, sinon plus, avant que cette prolongation de ligne ferroviaire soit réalisée : « peut-être bien que oui, peut-être bien que non ! » 😉 😉 😉

    Et en attendant autant d’années (…) :
    1) que vont décider les élus de la région et que va t’on faire et/ou prendre comme décision(s) radicale(s) ?
    2) est-ce que les habitants de cette vallée, enfin entrés en rébellion, vont t-‘ils continuer à bloquer épisodiquement les camions sur cette route, afin que la justesse de leur combat soit reconnue ?
    Il existe certainement d’autres alternatives, qui feraient des mécontents (la plupart des transporteurs espagnols ou non, ainsi que…certains élus béarnais !), celle dans un premier temps, d’instituer un lourd péage ou obliger les camions à emprunter définitivement une route plus adaptée du côté de… nos amis basques ?!? 😉 😉 😉

    Personnellement, je pensais que la circulation des poids lourds transportant des matières dangereuses était interdite depuis longtemps…

    En résumé et humble avis : plus de trafic de poids lourds via le Somport, la plus urgente des décisions est (bis repetita car déjà écrit via un commentaire, dans votre précédent article « Balade en vallée d’Aspe« ) de… supprimer en priorité, la circulation des camions transportant des matières dangereuses et place à… nos amis les ours !
    En bref, et pour reprendre le titre de votre article : « Des ours, pas des camions ! » 😉 😉 😉

  10. « même si le transfert de ce trafic via le rail en vallée d’Aspe proposé par cette association reste discutable au plan économique »
    On va donc discuter:
    A l’heure des énergies renouvelables, intermittentes par nature (solaire, éolien), le stockage de l’énergie est un des aspects de cette transformation.
    Faire monter des trains aux heures creuses et descendre aux heures pleines, permet de récupérer à la descente 50% de l’énergie dépensée. Ce stockage à un rendement inférieur à celui du pompage-turbinage qui lui est de 70%, mais il permet de diviser par 5 le coût de l’énergie du transport.
    Utopique? c’est la solution utilisée au tunnel ferroviaire du Brenner entre l’Italie et l’Autriche.

    • Les lois de la physique ne peuvent pas toujours s’appliquer avec 100% de rendement, que ce soit en récupération d’énergie ou en optimisation d’un processus.

      Primo: il n’y pas d’innovation particulière sur la ligne du Brenner (hormis l’incompatibilté entre eux des systèmes électriques d’Autriche et d’Italie). Ainsi TOUS les trains électriques renvoient de l’électricité quand ils font frein moteur comme dans la descente.

      Secundo: « Faire monter des trains aux heures creuses et descendre aux heures pleines, permet de récupérer à la descente 50% de l’énergie dépensée » comme vous le dites signifierait donc pour les trains d’aller dans le sens de la montée (donc d’Oloron=>Canfranc) la nuit , et d’attendre quelques heures à Canfranc-estación pour lancer la descente du convoi au moment de la demande maxi en électricité et du pic de consommation sur le réseau. Avec la même séquence d’opérations pour le sens inverse Espagne=>France…. à la condition de pouvoir manager les passages sur cette voie UNIQUE pour revendre l’électricité au prix fort!
      A ce rythme combien de convois par jour?

      Tertio: quant à l’exemple du Brenner, restez sur terre pour comparer. La ligne de chemin de fer Insbruck-Vérone par le Brenner ce sont 250 trains (oui, DEUX CENT CINQUANTE!) par jour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s