« Pas de vagues »


C’est peu de dire que ce hashtag « #pas de vagues » a fait sensation ces derniers jours. Il résulte d’une forme de révolte des enseignants et fait suite à un incident grave dans un lycée de Créteil. Les profs, par ce moyen, crient leur ras-le-bol. Ils accusent leur hiérarchie de ne pas suffisamment les protéger. Mais sont-ils eux-mêmes aussi innocents qu’ils le prétendent ?

En premier lieu vous m’autoriserez à faire part ici de mon expérience professionnelle, il y a maintenant pas mal de temps. A l’époque, j’étais sollicité par l’IUFM* (Institut Universitaire de formation des Maîtres) de Pau pour rencontrer les élèves professeurs en fin de cycle, à la veille de leur prochaine affectation. Pour la plupart, ils savaient qu’il allaient se retrouver à exercer leur métier dans l’académie de Versailles ou de Créteil ; là où l’on envoie les jeunes parce c’est trop dur pour les anciens. Frais émoulus, sans expérience, ils auront dans ces établissements à problèmes toutes le chances de se décourager. Puisque le sujet concernait la sécurité, il y avait réunis devant ces élèves, un magistrat, un policier et un gendarme. Je me souviens que dans mes propos j’expliquais quels étaient les motifs d’une plainte, quelles étaient les démarches à effectuer pour déposer plainte et enfin comment se déroulait une procédure judiciaire. J’insistais tout particulièrement sur le fait que la victime d’une infraction pénale décidait seule et de façon autonome de déposer plainte et ainsi de déclencher ce que l’on nomme l’action publique, c’est à dire le processus de poursuites judiciaires.

Très vite j’étais repris par un enseignant de l’IUFM qui expliquait avec beaucoup d’insistance aux élèves qu’ils ne pouvaient se livrer à un dépôt de plainte sans en avoir préalablement référé à leur hiérarchie et sans avoir obtenu tout aussi préalablement l’accord de celle-ci pour le faire.

Tout indique aujourd’hui, à la lecture de ce hashtag, que nos braves enseignants, de tous niveaux d’ailleurs, facultés, lycées, collège et école primaire ont respecté cette prescription qu’ils soient de Pau ou d’ailleurs. Si l’on est arrivé à la situation que l’on connaît maintenant n’est-ce pas dû à cette mainmise de la hiérarchie sur les enseignants d’autant plus prégnante qu’elle va jusqu’à les empêcher d’exercer leurs droits ? Parce qu’il s’agit bien d’un droit contenu dans le code pénal que celui de déposer plainte de sa propre initiative. Pour le faire il existe plusieurs conditions : l’existence d’une infraction pénale et un préjudice subi. Nulle part il n’est fait état dans la loi, que cette démarche ne peut se faire qu’avec l’aval de sa hiérarchie.

On peut donc logiquement s’interroger sur cette exigence de ne « pas faire de vagues ». En effet porter plainte comporte le risque que les faits soient divulgués sur la place publique et ainsi portent atteinte à la réputation d’un établissement scolaire. Un bon chef serait un chef qui n’a pas de problèmes, soucieux principalement de ne pas ébruiter une affaire et de rester dans la façade et le déni. C’est, paraît-il, ainsi que l’on a le plus de chances de progresser dans la hiérarchie. L’éducation nationale n’est en réalité pas la seule administration concernée par ce phénomène, on pourrait citer l’hôpital et la police, et tant d’autres.

Dans les faits, il est impossible que le règlement intérieur d’un établissement scolaire comporte une contrainte de ce genre faite aux enseignants ; si c’était le cas, ce serait illégal et à classer dans ce que l’on pourrait qualifier « d’abus de pouvoir ». Mais si ce n’est pas écrit, cela fait partie des prescriptions imposées aux enseignants comme la réaction de ce prof de l’IUFM de Pau en a apporté la preuve.

Alors aujourd’hui, il faut bien considérer que si la situation a dégénéré au point de permettre des situations comme celle du lycée de Créteil, la soumission des professeurs y est pour quelque chose. Dans les hashtags, il dénoncent des mesures insuffisantes en regard de la gravité des faits dont ils disent avoir été victimes. Un simple conseil de discipline aux conclusions bien indulgentes est souvent évoqué. Cet entre-soi a une tendance regrettable à se substituer à l’action de la justice. Une sanction prise par un conseil de discipline n’efface pas l’action publique ; autrement dit, le fait pénal demeure. Ils pouvaient donc déposer plainte. L’intervention de la justice dans ces cas aurait eu un effet autrement plus dissuasif qu’un simple conseil de discipline. Oublions les déclarations tonitruantes des sociologues et autres psychologues qui affirment que la répression est contre productive. Certains affirment, et ils sont de plus en plus nombreux, que ce sont leurs déclarations à ces messieurs je-sais-tout qui est, elle, contre productive.

Il est par ailleurs étonnant de constater que des enseignants qui ont reçu pour mission d’éduquer des jeunes afin de faciliter leur intégration dans la société, soient à ce point ignorants de l’organisation sociale que garantit la République. Le fonctionnement de la justice entre à l’évidence dans le cadre de cet enseignement. Ignoreraient-ils pour eux-mêmes ce qu’ils ont mission d’enseigner ?

Pau, le 29 octobre 2018

par Joël Braud

*Devenu depuis 2013 l’ESPE –École Supérieure du Professorat et de l’Éducation

Comments

  1. Robert Contrucci says:

    Dans le secteur public, la direction de chaque administration (Ensemble des Ministères : Education nationale, Armées, Justice, fonction publique territoriale), n’a jamais apprécié que le personnel, fonctionnaire ou non, puisse évoquer des problèmes, au sein de leur propre administration : tout doit se régler « entre soi » lorsqu’ il y a lieu (???) ou encore, par une discrète résolution du problème…, en bref, cela se résume, au sempiternel « Surtout pas de vagues ! » car cela pourrait gêner quelques plans de carrière…, même si cela évoluera dans le temps et grâce entre autres, aux réseaux sociaux…

    Cela est peut-être dû, aussi, à un laxisme généralisé face aux dérives de comportement constatées ici et là…

    Exemple (Une seule sélection : un blog = non exhaustif) :
    Rosemar : « Un monde de faux-semblants…. » (07/08/2017)
    Extrait : « Nous vivons dans un monde de faux-semblants et d’illusions permanentes… »
    URL : http://rosemar.over-blog.com/2017/08/un-monde-de-faux-semblants.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s