Pas de beau cadeau pour les gilets jaunes


    Les revendications des gilets jaunes ressemblent maintenant à une litanie où on retrouve pèle mêle toutes les plaintes possibles, bien loin d’ailleurs d’être toujours justifiées. Mais que peut faire la France, pays parmi les plus généreux au monde, dont tous les voyants sont au rouge ?

Les français sont trop taxés, ce n’est pas une nouveauté, avec plus de 48% du PIB de prélèvements obligatoires nous sommes champions du monde (OCDE) des prélèvements et le ras-le-bol fiscal est là.

En contrepartie, nous sommes aussi champions du monde de la dépense publique, qui continue d’ailleurs à augmenter avec près de 58,4 % du PIB. Au passage il faut arrêter de qualifier les gouvernements français de libéraux, c’est tout le contraire, les vrais libéraux s’étranglent…

Mais le problème est bien plus compliqué car depuis 42 ans, nous avons été incapables de présenter un seul budget de l’Etat en équilibre, si bien que notre dette frôle les 100 % du PIB, et va bientôt les dépasser car toujours pas de budget en équilibre alors que les bons élèves de l’Europe y arrivent.

Comble de problème, la France a un taux de chômage très élevé, bien plus que ses voisins allemands, danois ou suédois et il tarde à baisser significativement. Taux de chômage incroyable dans un pays qui n’arrive pas à pourvoir ses postes dans la restauration, la mécanique ou l’informatique… Un pays qui doit faire appel à la main d’œuvre étrangère pour vendanger ses immenses vignobles ou ramasser les fruits des vergers… Bizarre… C’est la prochaine réforme.

Pour couronner le tout, la balance commerciale française est très gravement déficitaire, 62,3 milliards d’euro en forte hausse par rapport à 2016 (48,3 milliards) et c’est l’Allemagne qui supporte la valeur de l’euro.

On entend sur les giratoires des propositions, hélas toutes plus stupides et inefficaces les unes que les autres.

« Yaka taxer plus les entreprises… » le résultat est immédiat, les grands groupes déplacent leur siège social en Hollande ou encore mieux en Irlande où la pression fiscale est bien moindre. Les Start up font de même : bénéfice ? Non perte.

En complément, les PME a priori moins mobiles ne sont plus compétitives et continuent leur déclin…

« Yaka taxer les riches, rétablir l’ISF… » Ils oublient que l’ISF est un impôt qu’on ne trouve qu’en France, impôt au demeurant très contestable puisqu’il impose tous les ans des biens dont la valeur a déjà été taxée par l’impôt sur le revenu. On connaît le résultat, une grosse fortune qui souhaite changer de lieu de résidence fiscale obtient la nationalité Monégasque, Suisse, voire Russe immédiatement. Les impôts vont ailleurs… là encore il faut admettre que nous sommes dans une économie mondialisée.

L’exemple le plus caricatural se trouve dans mon article « Coupe Davis : la Suisse bat les Suisses » AP du 26/11/2014. J’y écrivais : « Ce dernier week end était l’occasion d’une rencontre de tennis entre Suisses. La totalité des joueurs et même certains non joueurs français sont résidents dans le secteur de Genève : Gilles Simon et Richard Gasquet (Neuchâtel) Jo-Wilfrid Tsonga et Gaël Monfils (près de Nyon) Julien Benneteau et Arnaud Clément (Genève) comme Guy Forget et Arnaud Boetsch (ancien joueur et commentateur sur France Télévision) …etc. »

Plus proche de nous, et seulement pour la Suisse, Challenges dresse cette semaine un bilan très partiel, uniquement pour les très riches : « Ils sont 54 résidents français en Suisse dont la fortune cumulée dépasse les 100 milliards de francs suisses (soit 88 milliards d’euros).

Le magazine note même que, pour cause de durcissement des règles de transmission, ces résidents font aussi venir leurs enfants, pour échapper à des taux de prélèvement qui peuvent atteindre chez nous 45% en ligne directe, alors qu’ils sont cinq à six fois moins élevés en Suisse. »

On peut y rajouter la Belgique : « La Belgique accueille près de 20 des 100 plus grosses fortunes françaises, et les Français détiennent au moins 17 milliards d’euros dans ce pays » (Libération). Et bien d’autres…

Les Suisses les Belges, les Anglais se gavent de notre stupidité fiscale. Alors, on continue, on fait fuir tous les riches ?

Il n’existe pourtant qu’une solution pour avoir une marge de manœuvre, et Macron ne l’a toujours pas mise en œuvre : la diminution de la dépense publique. Mais une vraie diminution, pas comme aujourd’hui la baisse de l’augmentation…

Et des domaines d’économie il y en a plein. Il suffit de relire les rapports de la Cour des Comptes.

A commencer par le nombre pléthorique de fonctionnaires. Un objectif de suppression de 500 000 postes et du statut de fonctionnaire est tout à fait atteignable sans que rien ne change pour le fonctionnement ( « Cinq cent mille postes de fonctionnaires en moins, c’est un minimum ! » AP du 9/4/2017) On ne relira jamais suffisamment le discours de 2009 de Philippe Seguin alors Président de la Cour des Comptes :

 « Cela n’empêche pas de reconnaître que la décentralisation a également généré des coûts qui n’ont pas de réelles contreparties pour les citoyens.

La décentralisation a en effet démultiplié les niveaux de décision, les structures administratives et les doublons. C’est le fameux mille-feuille administratif. On dénombre aujourd’hui plus de 36 000 communes, 100 départements, 26 régions et 16 000 structures intercommunales. Circonstance aggravante : l’État n’a pas su adapter en conséquence ses propres services déconcentrés, comme en témoigne le bilan en matière d’effectifs.

Les mesures de décentralisation engagées depuis les années 1980 auraient dû en effet se traduire par un allègement corrélatif des effectifs de l’État.

En 1980, on dénombrait 2,1 millions de personnes dans la fonction publique d’État et 1,1 million dans la fonction publique territoriale. En 2006, on en dénombrait plus de 2 millions et demi dans la fonction publique d’État (400 000 de plus !) et plus de 1,6 dans la fonction publique territoriale (1/2 million de plus), soit une augmentation en 25 ans d’à peu près un million de personnes dans les deux fonctions publiques.

Ces chiffres en disent plus que de longs discours.

Les collectivités territoriales ont de leur côté procédé à des recrutements supplémentaires, pas forcément rattachables à l’exercice des compétences nouvelles.

On a ainsi constaté une forte progression des effectifs dans les échelons territoriaux qui n’étaient pas concernés au premier chef par les changements induits par la décentralisation, notamment les communes. Entre 1980 et 2006, les effectifs des communes ont augmenté de plus de 47 % ; ceux des intercommunalités de 147 %. »      (Philippe Seguin 29 Oct 2009)

Et cela a continué jusqu’en 2016…

Bien évidemment il faudra supprimer deux niveaux dans notre mille-feuille : les communes et les départements et dimensionner les intercommunalités pour qu’elles représentent le vrai bassin de vie.

Mais pour en revenir aux gilets jaunes, la situation économique de la France n’a pas l’air de les concerner vu les énormités qu’on entend sur les barrages.

Il faudrait aussi mettre en avant que ces manifestants ne payent pas d’impôt sur le revenu, ne payent pas de taxe d’habitation, disposent d’aides innombrables que je ne pourrais toutes citer.

Certes il faut continuer à améliorer les revenus des Français mais cela ne peut passer que par plus de travail, moins de chômage et cela prendra du temps.

Et pour la fin du monde…on y va tout droit.

 Daniel Sango

Complément du 4/12 au matin

Hier le Premier ministre a reçu les responsables politiques. Quand on voit les propositions des uns et des autres c’est pitoyable. Bon pour les extrêmes c’est habituel. Mais comment peut on proposer un référendum pour la droite ?

D’ailleurs je suis frappé par l’incompréhension par les français de la stratégie Macron, pourtant d’une logique parfaite.

Aujourd’hui les finances publiques ne permettent aucune marge de manœuvre l’objectif prioritaire est la lutte contre le chômage qui, en augmentant l’activité et diminuant la charge immense de son indemnisation permettront de diminuer impôts et taxes. Cercle vertueux. Et il n’y a pas d’autre voie !

Ce qui est incroyable c’est que les macronistes sont incapables d’expliquer cela clairement.

Et ce qui est tout aussi incroyable c’est que les gilets jaune ne mettent jamais en avant (et souvent pas du tout comme ce matin sur France Inter) le problème du chômage.

Bien sûr ils ne sont pas très aidés dans l’apprentissage de l’économie quand on entend Ruffin ou Le Pen. Pourtant il leur suffit de regarder ce qui s’est passé dans le monde:

– les fanfaronnades gauchistes de Mitterrand, avec un demi-tour à 180° au bout d’un an

– la honte de la gestion type France Insoumise au Venezuela

– les immenses déboires de l’Argentine

– plus près de nous, la Grèce, ou Tsipras fut élu permettant à Mélenchon d’afficher une joie débordante. Quelques mois après, devant la réalité du monde il baissait (entre autres) les retraites de 10%

Ce qu’il faut faire en France est connu cela se passe à côté de chez nous, en Suisse, en Allemagne, au Danemark, en Suède, …etc

Ces positions disqualifient définitivement ces partis extrémistes (et les autres qui font de la politique politicienne) et les gilets jaunes qui devraient profiter de leurs temps libres sur les ronds points pour étudier l’économie.

Comments

  1. Le dernier budget de l’Etat en équilibre date de 1980 (R Barre premier ministre) et puis est arrivé F Mitterrand et sa démagogie du programme commun de la gauche. Mais il faut reconnaître que par la suite la droite a laissé filer les déficits aussi.

  2. En effet, la politique de Macron est la seule qui peut nous garantir la paix sociale. Ceci à la condition de faire l’effort demandé. Il est à peu près certain qu’a L’issue de l’intervention du Président les Gilets Jaunes ne seront pas satisfaits. D’ou Poursuite des occupations de toutes natures avec le soutien des « Politiques » trop heureux de concourir à la destabilisation des institutions républicaines.
    Quant aux élus de la majorité, ils ne sont pas assez matures pour faire face. Il faut dire que la chose est très difficile avec les propos tenus par les GJ.

  3. Michel LACANETTE. says:

    Nôtre gouvernement est parti pour une sortie de crise par le haut, à l’ américaine !!!!!
    Forme dont nous ne sommes pas habitués.
    Il n’ y aura pas de nouvelles taxes et peut être suppression de certaines sur les carburants. Le prix du litre va sûrement fortement chuter jusqu’ à 0.80 cents dans les mois à venir au grand dam des écologistes.
    Cela enlèvera toute possibilité de contestation de la part de nos amis « gilets jaunes ».
    Chacun repartira dans son coin en chantant « On a gagné, on a gagné », mais Emmanuel n’ aura pas lâché un iota. Il aura respecté le peuple souverain et satisfait ses désirs, tout en se soumettant aux dictats des 3% de déficit financiers et de l’ UE. Ce que les bourses financières ne manqueront pas de fêter par de fortes hausses pour enrichir les riches
    Beau cas d’ école qui inspirera à l’ avenir bien des dirigeants. Mais tout cela aura un prix
    exorbitant, car tout va devenir payant et même très cher, comme aux EU de notre ami Trump, où l’ essence est pratiquement gratuite, mais où il faut débourser 15000 dollars ou plus par an pour accéder à l’ éducation, où la moindre infraction se paie chèrement, avec avant tout le versement d’ une caution astronomique, sans quoi vous partez directement en prison, avec privation de travail !!!! Ce qui condamne le commun des mortels à le perdre définitivement. Pour arracher le moindre chicot, il faut payer 2000 dollars et
    payer d’ avance, avec avant vérification de l’ approvisionnement du compte bancaire !!!!
    Ça risque de faire drôle à certains.Le gouvernement profitera également de cette aubaine pour accélérer les reformes et là il n’ y aura plus personne pour contester.
    De plus, fini les manoeuvres fantaisistes de nos valeureux CRS, sur les pavés parisiens, mais à la place une pression policière et fiscale permanente sur le portefeuille, bien plus efficace que le bruit des godillots !!!!!!
    Bravo les « gilets jaunes » vous avez réussi mieux que quiconque à faire imposer la mondialisation et à tuer le modèle de « société à la française » que tout le monde nous envie. Les ultra- libéraux vont pouvoir aller en toute tranquillité plus loin encore dans leur travail de démolition des structures sociétales que les peuples ont mis des millénaires à construire.
    Quand aux vrais « gilets jaunes qui seront toujours dans le besoin et les dindons de la farce, ils en seront quittes, à faire un pèlerinage à Lourdes, en train avec entrain, pour solliciter un miracle afin d’ améliorer leur triste sort et avoir une pensée pour les 40000 morts annuels dûs à la pollution du diésel, en espérant pour eux que ça ne sera pas le dernier voyage. De prochains réveils risquent d’ être difficiles.

    PS: Ce matin Trump s’ est prononcé auprès de l’ OPEP en réunion à Vienne pour une baisse importante du prix du pétrole et une augmentation de la production, afin que les Américains puissent poursuivre leurs rêves……..
    De ce fait Il a allumé la mèche de la bombe énergétique, maintenant reste à savoir quelle est sa longueur ….

  4. Georges Vallet says:

    Quelques réflexions seulement car c’est vraiment long et trop contestable.

    • «Au passage il faut arrêter de qualifier les gouvernements français de libéraux, c’est tout le contraire, les vrais libéraux s’étranglent…»

    Il faudrait préciser ce qu’est votre libéralisme car quand on recherche des informations, des libéralismes, il n’en manque pas tout au long de l’histoire et dans la position des différents partis qui se réclament du libéralisme!

    • «notre dette frôle les 100 % du PIB, et va bientôt les dépasser car toujours pas de budget en équilibre alors que les bons élèves de l’Europe y arrivent.»

    Le constat montre que les dépenses publiques doivent être mieux contenues que les dépenses privées car la dette privée est bien plus importante ; c’est la raison pour laquelle je n’ai vraiment pas confiance de faire gérer par le privé des fonctions aussi importantes que l’enseignement, les retraites, la santé…..»

    +«Comble de problème, la France a un taux de chômage très élevé, bien plus que ses voisins allemands, danois ou suédois»

    Tout dépend du niveau de la démographie et de la façon dont on calcule le taux. Avec une démographie comme celle de l’Allemagne on aurait, parait-il (C dans l’Air), dans les 6 à 7% de chômeurs; La conception du chômage est différente suivant les pays.

    +«dans un pays qui n’arrive pas à pourvoir ses postes dans la restauration, la mécanique ou l’informatique…»

    «Il faudrait parler des conditions de travail, de la durée du travail garantie, de la distance à parcourir et des moyens pour s’y rendre. Dans la restauration (et peut-être ailleurs), chacun sait que cela revient moins cher, pour l’employeur, et il ne s’en prive pas, d’utiliser de la main d’œuvre étrangère en situation pas toujours régulière.»

    +«Un pays qui doit faire appel à la main d’œuvre étrangère pour vendanger ses immenses vignobles ou ramasser les fruits des vergers… Bizarre…»

    Ce n’est pas qu’il doit c’est qu’il préfère car cela revient moins cher: salaire, logement, nourriture…; il ya moins d’impôts à payer car la déclaration n’est pas toujours prévue.

    +«c’est l’Allemagne qui supporte la valeur de l’euro».

    Certains prétendent que l’euro est trop élevé; c’est bon pour les allemands qui exportent, c’est mauvais pour la France qui achète.

    +L’exemple le plus caricatural se trouve dans mon article «Coupe Davis : la Suisse bat les Suisses»
    Tout à fait d’accord.

    +«A commencer par le nombre pléthorique de fonctionnaires. Un objectif de suppression de 500 000 postes et du statut de fonctionnaire est tout à fait atteignable sans que rien ne change pour le fonctionnement»
    Absolument pas, le service public manque, au contraire, énormément de fonctionnaires au service des citoyens: policiers, enseignants de la maternelle à l’Université, infirmières…..Supprimons, par contre, beaucoup de hauts fonctionnaires formés dans les grandes écoles, qui ne font que perpétuer les codes d’un libéralisme dépassé, qui souvent restent quand les orientations politique changent et qui creusent la dette publique. Si c’est l’objectif, il faudrait le préciser!

    +«Bien évidement il faudra supprimer deux niveaux dans notre mille-feuille : les communes et les départements»
    Les départements, pourquoi pas, mais surtout pas les communes; les maires sont le thermomètre sociologique du pays, ils sont les vrais et derniers interlocuteurs qui restent entre les citoyens et l’administration, ceux qui connaissent l’évolution des problèmes, la misère, qui peuvent conseiller, aider, transmettre les doléances..Si le régime actuel les avaient écoutés nous n’en serions pas là.

    +«Quand il entend…… , il y a de quoi ne pas avoir une grande opinion de gens qui veulent tout sans comprendre comment fonctionne le monde économique.»

    Le problème est que la réciproque est vraie, le monde économique veut tout sans comprendre comment fonctionne la France qui vit, qui travaille, qui a travaillé et qui est devenue «la chose»manipulable et corvéable qui doit obéir pour le bon plaisir des profiteurs internationaux.
    C’est le cœur du problème de la révolte actuelle; on est revenu en 1789 où le peuple des ignorants, dans une situation très semblable, a finalement aboli, pas pour très longtemps, c’est vrai, bien des privilèges.

    +Daniel Sango says: 1 décembre 2018 à 09:22
    «Ras le bol de ces assistés qui attendent tout de l’État.»
    C’est du L.Wauquiez!

    • Je suis certain que vous avez d’excellentes connaissances dans le domaine de l’écologie, mais pour l’économie, l’organisation et la gestion de l’Etat alors là vous avez droit à un gilet jaune en chocolat !

      • Georges Vallet says:

        Merci de répondre à un nul qui a sans doute de mauvaises réponses mais de bonnes questions auxquelles vous ne répondez pas.

  5. Larouture says:

    J’ai également constaté que des artisans se joignent au mouvement.
    Mais il y a une vingtaine d’années, la construction d’un pavillon traditionnel fournissait près de deux mois de travail à un menuisier. Actuellement c’est deux jours.
    Les pavillonneurs, les « Lapeyre » et autres Bouygues ont « simplifié » la filière. La dépense contrainte du logement est-t-elle plus faible ?

    J’entends régulièrement la demande de rétablissement de l’impôt sur la fortune mais je n’entends pas que l’impôt sur la fortune immobilière est toujours en vigueur.

  6. J Fagot-Barraly says:

    Non mr Sango tous ces manifestants ne sont pas exonérés des charges que vous citez car ,si c’était le cas ils ne seraient avec un gilet jaune sur le dos . beaucoup de ces gens ont des cheveux gris ,sont des artisans qui croulent sous les multiples charges qui leur tombent sur le dos tous les mois .Des echeances qui tardent a rentrer ,des factures payées en retard et les allocations familiales qui reclament les cotisations et les administrations qui paient a 60 jours ou plus . C’est pour cela et pour encore une foultitude de raisons qu’ils sont dehors …

    C’était a prévoir . Nous allions dans le mur eh bien maintenant nous y sommes dans le mur !! Et que fait-on maintenant ? Il faudra bien trouver une sortie . Où est Mr Macron ?? a Baden-Baden peut-ètre ????

  7. Michel LACANETTE. says:

     » Remarquez bien que je n’ai encore jamais vu un pays où les citoyens vont de gaité de cœur chez le percepteur. »
    Pourtant ça devrait être le cas si la gestion de l’ Etat était saine et équitable. Les Français devraient être fierS de ce que le pays réalise d’ utile avec leur contribution.
    Mais malheureusement quand nos dirigeants augmentent les impôts, on a l’ impression qu’ ils prennent un malin plaisir à nous faire subi cela comme s’ ils nous infligeaient une punition, en se gardant bien d’ en donner les raisons. Peut être que cela est dû au fait que bien des réformes et des projets sont inutiles ou seulement utiles à leurs besoins.

  8. Je souscrit pleinement à ces rappels de déficit, de démagogie et de « yakafautquon ».

    J’ajouterai seulement que ceux qui prônent le retour de l’ISF, l’augmentation du smic, la demission de Macron, la dissolution ou un référendum sont pour moi tout à fait déraisonnable et finalement irresponsable.
    Il mentent aux français en se donnent bonne conscience et surtout finiront tout simplement par aggraver la situation ou dans le meilleur des cas, la laisser telle quelle.

    Le retour de l’ISF :
    Si,on veut aggraver le chômage de masse, c’est exactement ce qu’il faut faire ! Donc, résultat : dans 1 an, 2 ans ou moins, ce sera bien pire qu’aujourd’hui.,avec toujours autant …d’impôts et de taxes, voir plus puisqu’il faudra augmenter le budget de …pôle emploi et donc des allocations…
    Y a qu’à voir la « performance » du taux de chômage depuis 1981, avec la mise en place de l’ISF pour voir à quel point cela ne resoud rien.

    Désolé, mais il faut rappeler que ce sont bien les riches qui créer de l’activité et de l’emploi, que ce soit personnellement ou à travers d’entreprises.
    Exemples :
    – Un citoyen avec de faibles revenus irait dans le centre commercial du coin pour acheter juste ce qu’il faut pour manger et ne pourra pas hélas, offrir à sa famille tel ou tel confort supplémentaires (nouveaux vêtements, jouet, ….)
    – Le citoyen avec de gros revenus irait dans le même centre commercial mais, lui ne serait pas obliger de se contenter de la bouffe minimum. Lui,pourrait renouveler les vêtements, acheter un voyage, etc….. ce qui créerai autant d’emplois ou autres primes supplémentaires pour tel ou tel des vendeurs du centre commercial

    Sans tomber dans la dérive de la société de consommation ou du marketing, qui peut nier sérieusement que les gens dit riches ne sont pas les mieux placer pour favoriser l’activité et donc l’emploi ?

    L’augmentation du smic :
    Dans cas, les entreprises n’auront d’autres choix que :
    – soit augmenter les cadences pour produire + dans un même temps (conditions de travail, c’est bien ça ?).
    – soit augmenter les prix. (faudra qu’on m’explique alors en quoi augmenter les salaires si l’augmentation du niveau de vie est équivalent, favorisera le pouvoir d’achat ?)
    – sans compter maintenant les achats sur Internet à travers le monde, qui se moquent de nos réglementations françaises.

    Les entreprises privés (la très grandes majorité des entreprises en France sont privés, donc n’ont pas le robinet à pognon de l’état ouvert en permanence…) s’affaibliront, le chômage augmentera et comme pour l’ISF. résultat : dans 1 an, 2 ans ou moins, ce sera bien pire qu’aujourd’hui.,avec toujours autant …d’impôts et de taxes, voir plus puisqu’il faudra augmenter le budget de …pôle emploi et donc des allocations…

    La démission de Macron :
    Et alors ? Aprés une nouvelle perte de temps lier à l’organisation d’une nouvelle presidentielle, résultat : Melanchon ou Le Pen à l’Elysée… dans cas, on a rien vu ces 2 derniers samedis !

    Sans compter, la faillite total du pays avec :
    – le 1er qui veut la révolution, et qui va ouvrir toutes les vannes pour plaire au peuple, devenant ainsi le champion toute catégorie de la démagogie ! Le Vénézuela version française..
    – la 2ème qui va fermer les frontières, et qui elle aussi fera le concours de la démagogie avec le 1er !

    la dissolution :
    Une nouvelle majorité qui tombera dans les mêmes travers du pouvoir au bout de quelques mois. Rappel : le « degagisme » etait l’ADN d' »En MArche »….
    Ou alors aucune majorité, donc pays ingouvernable.
    Ou une forme de cohabitation,dont on a vue l’inefficacité total en 86, 93 et 97..

    Et bien sur, nouvelle période de pertes de temps pour organiser de nouvelles élections et .aucunes solutions pour avancer

    Un référendum :
    Stupide comme le reste ! : la majorité votera juste contre Macron et ne répondra en rien à la question.

    Alors qu’est ce qu’il faudrait faire ?
    A mon sens :
    1 – geler effectivement les augmentations de taxes prévu le 01/01.
    2 – profiter des 3 mois proposer par Macron, pour discuter (et surtout décider) avec les citoyens de sortir de la crise et comment.
    3 – Macron devrait mettre à plat, tout le fonctionnement de l’état, redéfinir ses vrais missions pour faire aussi bien et mieux pour moins cher.
    4 – Trouver ainsi toutes les économies qu’il faudra impérativement affecter à la baisse des impôts et taxes de toutes natures (arbitrage à faire suivant la situation du moment)
    5 – Même s’il faut garder une dose majoritaire pour pouvoir gouverner, il faut proposer une proportionnelle significatives pour 2022 car il est effectivement anormal que 35 à 40% des citoyens (Melanchon + Le Pen) ne pèse que quelques dizaines de députés, je pense surtout au front national qui pèse + en nombre de voix que Melanchon en ayant moins de députés (???).

    Ce n’est pas dans la précipitation qu’on pourra avancer mais dans la réflexion et le dialogue.
    C’est à ça que peut servir la fin du mandat de Macron et de sa majorité car il me parait vital qu’il reste un pilote dans l’avion.

    Et je rappellerai que si Macron pesait 23% au 1er tour, ses concurrents (Fillon, Melanchon, Le Pen, etc…) n’ont pas dépasser les 20% !
    Donc oui Macron à rassembler le + de voix en 2017.

    Pour finir, je rappelle quand même que depuis 1981, on a taxer les riches, les moins riches, les classes moyennes, les pauvres, les entreprises, mais on ne s’est jamais occupé de réformer vraiment l’état pour faire aussi bien et mieux pour moins cher !.
    Au nom de quoi l’administration ou l’état devrait être exonérer de vrais efforts qu’il demande aux français de tous niveaux depuis 40 ans ?

    Et effectivement, je rappelle qu’aucuns budgets en équilibre n’a était voter depuis 1974, et qu’on a dépenser à tords et à travers pour acheter la paix social, créant ainsi d’incroyables bombes à retardements qui nous explosent à la figure aujourd’hui !

    • Georges Vallet says:

      Retour de l’ISF:exemples
      «Lui,pourrait renouveler les vêtements, acheter un voyage, etc….. ce qui créerai autant d’emplois ou autres primes supplémentaires pour tel ou tel des vendeurs du centre commercial»

      Vous voulez dire renouveler les vêtements faits en Chine, Inde, Bangladesh ou autres; acheter des voyages dans les paradis fiscaux ou pas????
      Combien de produits pétroliers brûlés par ces transports sur des milliers de kilomètres, de GES libérés, de profits pour les centres commerciaux, non répercutés sur le personnel, mais des emplois créés aucun, une accélération obligée de la production dans les pays de fabrication tout au plus!

      «qui peut nier sérieusement que les gens dit riches ne sont pas les mieux placer pour favoriser l’activité et donc l’emploi»

      Favoriser l’activité ne signifie pas favoriser l’emploi car tout devient numérisé, robotisé, désincarné..On recherche de plus en plus à augmenter l’activité avec moins de personnel.

      • Vous évoquez la mondialisation.

        Désolé mais aujourd’hui, le monde est un village. On peut le regretter mais c’est un fait.

        Lorsque la France seule ira demander au USA ou à la Chine qu’ils prennent notre modèle social, ou les problématique d’environnement elle se fera gentiment reconduire !!
        Elle ne serait peut-être écouter que si elle se présentait avec un niveau équivalent avec eux, donc avec l’Europe, qu’il faudrait réformer – aussi – de fond en comble pour virer les technocrates qui la compose qui ne connaissent rien à la vraie vie !! Ce qui fait qu’elle aussi est loin et inaudible.
        Bref, pour ne pas dériver trop hors des gilets jaunes qui est ce sujet, refermer les frontières, ce que vous souhaitez finalement en refusant les produits d’ailleurs, ne ferait que marginaliser la France, donc l’affaiblir, donc créer de la pauvreté.

        Quant au numérique, oui c’est vrai, c’est un changement énorme par rapport à tous ce qu’on a connu depuis 50 ans, ce qui fait qu’en effet, des dizaines d’emplois disparaîtront.
        Mais pardon, de nouveaux emplois apparaîtront aussi : quand l’electricité est apparu c’est sur que les vendeurs de torches ont disparus…
        Mais on a eu aussi beaucoup de choses qui ont améliorer la vie des gens.

        C’est sur qu’avec ces nouveaux métiers ou façon de travailler, il faudrait repenser au moins le système de formation pour adapter notre marché de l’emploi à cet révolution numérique.
        Mais justement, ça aussi, c’est une réforme de fond qu’il faut faire.
        Et finalement, je reviens par là, aux gilets jaunes : quand est-ce qu’on gérera mieux les deniers publics (qui sont ni plus ni moins ceux de vous et moi) pour faire aussi bien pour moins chère pour faire des économies,donc dégager des marges de manœuvres pour baisser les charges et impôts, donc pour ….redonner du pouvoir d’achat aux français ?

  9. Joël Braud says:

    Voilà donc des chiffres qu’il était important de rappeler. J’ajouterai qu’en 1959, il y avait 30 fonctionnaires affectés à l’Elysée, à la présidence de la République, actuellement, ils sont plus de 800. Significatif non !
    Mais vous démontrez surtout très utilement les exagérations résultant de la décentralisation. De ce point de vue, il est possible d’affirmer que, dans son concept actuel, la décentralisation est un échec. N’a-t-on pas accordé trop de pouvoir aux élus locaux ? Ils sont responsables d’une des principales revendications des « gilets jaunes ». Trop de prélèvements obligatoires ; ils peuvent fixer à leur guise le taux des impôts locaux provoquant une augmentation plus rapide que l’inflation, pour la plupart, et une inégalité des contribuables liée à leur lieu de résidence. Pour payer les fonctionnaires qu’ils ont recrutés dans des proportions injustifiées il faut augmenter les impôts. Pour effectuer des réalisations pas toujours utiles et visant surtout à laisser son nom, il faut augmenter les impôts locaux.
    Enfin, Il faut préciser que le patrimoine de ces 54 résidents français en Suisse dont vous parlez, a progressé de 13,5% en un an.

    • « Enfin, Il faut préciser que le patrimoine de ces 54 résidents français en Suisse dont vous parlez, a progressé de 13,5% en un an. »
      Oui mais cela ne veut strictement rien dire car leur fortune évolue en gros avec la bourse.
      On pourrait tout aussi bien dire que leur fortune a baissé depuis 2000 ou le CAC était à 6600 alors qu’il est aujourd’hui à 5000 Ce qui correspond a une baisse de 25% en euro courants ce qui est énorme.
      Evidemment chaque cas est particulier

    • Contribuable Palois says:

      Monsieur Braud a écrit « en 1959, il y avait 30 fonctionnaires affectés à l’Elysée, à la présidence de la République, actuellement, ils sont plus de 800 ».
      Petite confusion (totalement involontaire Monsieur Braud?), puisque malgré les demandes réitérées du député Dosières et les remarques acerbes de la Cour des comptes, il a fallu attendre la réforme du budget de l’Elysée par Zarkosy (en 2008 je crois). Car avant il y avait probablement autant de personnels dans les divers services de l’Elysée… mais qui n’apparaissaient dans son budget! Tout simplement , c’étaient des hauts fonctionnaires détachés depuis leurs ministères qui travaillaient à l’Elysée, tout en restant payés par leur ministère d’origine (surtout Bercy, l’Intérieur et la Défense). Et on a le souvenir du Protocole où officiait du personnel des Affaires Etrangères, comme aussi d’un équipage de marins spécialement détachés par la Marine pour les besoin du service de la restauration et des cuisines.

      • Joël Braud says:

        Je cite : » Désormais la présidence de la République est au centre de tout, rien d’important ne se fait ou ne se décide sans l’aval du chef de l’Etat ou de ses collaborateurs les plus proches. Conséquence de cette transformation, les structures de la présidence de la République sont profondément modifiées. Sous la III° et la IV° Républiques, les présidents dépourvus de pouvoirs réels, sauf en politique étrangère, n’avaient qu’une maison des plus restreintes. Tel n’est plus le cas à partir de 1959 : avec quelques variations, les services de la présidence comprendront une trentaines de personnes. »
        In : Charles de Gaulle par Eric Roussel, éditions bibliographies NRF Gallimard, page 628.
        Voilà donc la source dont je me suis servi pour affirmer ce que j’ai écrit, et… je maintiens.

        • Contribuable Palois says:

          Ça dépend probablement de ce qu’on considère comme services de la présidence, car il n’y a pas que le  »tout premier cercle ».
          Le chiffrage rapporté par ceux qui l’ont vécu est fort différent: « deux cents hauts fonctionnaires civils et militaires qui travaillent à ses côtés [de Gaulle] dans quatre organes différents mais complémentaires » et au moins 500 personnes pour la maison Elysée entière.
          A lire dans
           »Les entourages des chefs de l’État de Mac-Mahon à Valéry Giscard d’Estaing » par Gilles Le Béguec et Christine Manigand (Collection Histoire Politique) voir la période 1959-1969 dans
          https://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=08&rub=dossier&item=86 )

          Rq/ Eric Roussel avait 7 ans quand de Gaulle est arrivé à l’Elysée.

  10. Bizardun says:

    Daniel Sango énonce des vérités de bon sens. Il faut revenir à quelques données fondamentales et vérifiables : chaque année, la France est en cessation de paiement à partir du début novembre et il faut emprunter sur le marché international des capitaux. Comme le phénomène a lieu chaque année, on fait d’autres emprunts pour rembourser les précédents : on fait de la cavalerie, ce qui était l’abomination de la désolation dans la génération de nos grands parents. On arrive encore à avoir de prêteurs car le patrimoine total de la France s’élevant à 11.000 Mds d’Euros (en valeurs mobilières et immobilières), ils espèrent qu’en cas de coup dur ils pourront se payer sur la bête.
    Nous avons un budget déficitaire depuis le début du règne Mitterrand et comme on veut acheter la paix sociale dans l’espoir d’être reélus , les gouvernements successifs de droite ou de gauche, on fait des Français des assistés. Le plus illogique c’est que ceux qui réclament des hausses de salaires, des subventions, le maintien de la proximité des services publics; etc… rechignent à payer impôts et taxes. Ne pas oublier que 50% de foyers fiscaux ne paient pas d’impôts sur le revenu. Remarquez bien que je n’ai encore jamais vu un pays où les citoyens vont de gaité de cœur chez le percepteur.
    J’ai donné des faits et pas des « yakafokon » avec lesquels on met Paris en bouteille. Je ne donne pas de solution, je suis trop honnête et modeste pour ça.
    Ah ! Si je ressors un vieux refrain : nous sommes un pays ingouvernable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s